Accueil » La pieuvre féministe » Les inextricables situations dans lesquelles nous mettent les femmes dans les milieux mixtes : le cas du patinage.
Antiféminisme Aimeles

Les inextricables situations dans lesquelles nous mettent les femmes dans les milieux mixtes : le cas du patinage.

Publié le 4 février 2020 par Léonidas Durandal à 17 h 47 min

En 1990, Gilles Beyer couche avec une des patineuses de 15 ans qu’il forme, Sarah Abitbol. Leur relation dure 2 ans. Il fait des avances à une autre patineuse, Laetitia Hubert, mais celle-ci le repousse. Eu égard à son comportement général, une plainte est déposée en 2000. Mais les faits ne sont pas jugés suffisants pour entraîner une condamnation judiciaire. Cependant la plainte remonte jusqu’au ministère des sports et Marie-Georges Buffet l’écarte en 2001. Il continue cependant à être responsable des tournées de gala, et d’un club de Hockey sur glace. Didier Gailhaguet l’intègre entre 2014 et 2018 au sein de la fédération française de patinage pour remplir des fonctions institutionnelles.

Des hommes chargés de testostérone au contact de jeunes filles

Ce trait est particulièrement caricatural dans le milieu du sport. Pour réussir, les hommes doivent être pourvus d’une bonne dose de testostérone. Et qui dit testostérone, dit aussi activité sexuelle débordante. Pour un homme moyen, il est déjà difficile d’apprendre à harmoniser son rapport au monde à ses propres pulsions. Tant qu’il est encore en activité, le sportif de haut niveau évacue une bonne partie de son énergie dans l’entraînement.

Puis vient l’âge où il arrête, où son corps fonctionne encore bien, et où il doit gérer son trop plein. S’il a réussi, c’est à dire s’il est celui dont les hormones le travaillent le plus, il va être sollicité pour des fonctions d’entraîneur. Et là, dans certains milieux, il va se retrouver en contact avec des femmes, parce que vous comprenez, elles doivent réussir aussi bien que les hommes.

Cet entraîneur est d’ailleurs parfois tenant de cette mixité comme nous l’a prouvé le basketteur Kobe Bryant juste avant de partir en fumée. Celui-ci, accusé d’agression sexuelle, aussi au début des années 2000, n’a pas hésité à faire la promotion des femmes dans le championnat masculin d’élite. Tout cela pour que sa fille suive ses traces. La vie de ces chevaliers maman, leurs décisions politiques, et leurs pratiques peuvent être complètement dissociées. Le monde leur dit d’encourager la promotion des femmes. Dans leur vie personnelle, ils en ont été victimes. Mais pour s’intégrer au groupe et suivre leur absence complète de remise en question, ils ne vont en tirer aucune conséquence.

Voilà donc notre sportif de haut niveau, promu parce qu’il est le meilleur, bourré d’hormones mâles, parfois au contact de ces dames.

L’inévitable dérapage

Donc, dans le groupe des entraîneurs hommes, des individus au comble de la virilité. Dans le groupe des jeunes filles, pas mal qui s’identifient à des hommes, ou bien en manque de repères paternels. Pour les premières, leur tendance au lesbianisme évitera tout « malentendu ». Par contre, pour les secondes, c’est déjà plus tendu. Certaines ont reçu une éducation suffisante pour savoir ce qu’elles veulent et ce qu’elles ne veulent pas. D’autres sont bourrées d’ambiguïtés. Elles aiment l’entraîneur, mais elles ne savent pas où s’arrête cet amour. Elles fantasment sur lui, et l’entraîneur qui n’est pas de bois, est aux aguets.

Il faut dire aussi que pour ces jeunes filles, cette autorité n’est pas intrinsèquement sans attraits. Pour ces hommes, ces jeunes femmes à initier au comble de l’attraction physique qu’elles exerceront sur leur entourage, ne peut pas les laisser insensibles. L’homme va se dire : « Si je ne tente rien, je ne suis pas un homme. » car ce qui fait l’homme, c’est aussi d’oser aller vers les femmes. La fille va se dire : « S’il m’aime, je suis donc une personne spéciale, surtout s’il déroge à toutes les règles sociales. » Bref, hommes et femmes vont être tiraillés entre le socialement inacceptable et l’orgasme physique. Très souvent, la saillie va l’emporter. Puis comprenant que le physique seul ne peut combler un individu, ces couples finiront par se séparer, surtout que la femme n’aura pas trouvé le « non » d’un père qui l’aurait fait grandir. L’homme lui-même se sera laissé aller, et il perdra pied, draguant les jeunes femmes jusqu’à être rappelé à l’ordre par la société. Ce quiproquo ne porterait pas tant à conséquence si…

Quand la ruche s’en mêle

Les femmes jalouses de leur pouvoir, commencent à trouver le comportement de cet homme inapproprié. Ce sont des mères, des jeunes filles abandonnées, ou vexées d’avoir été considérées « >

Lire la suite

8 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Tests de grossesse-dans-le-handball-des-joueuses-de-nantes-affirment-qu-elles-n-ont-pas-consenti" L'Obs du 15/02/2020.

    Tout ça pour ça :

    « Test de grossesse dans le handball : les joueuses de Nantes soutiennent le médecin » Breizh du 16/02/2020.

    Encore une kabbale qui joue sur l’émotif parce que certaines joueuses n’avaient même pas lu les papiers qu’elles avaient signé. A mon avis, celles qui se plaignent ne risquaient pas de découvrir grand chose au vu de leur tête.

  2. Ping de Hancel de sexe male:

    Plus elles encombrent les tribunaux de leurs plaintes idiotes, moins on leur rendra justice.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Gailhaguet choqué que "toutes les personnes qui doivent se plaindre s'adressent à 'L'Obs'"" L'Obs du 05/02/2020.

    C'est difficile de défendre un homme qui pue le politicien à ce point, qui essaye de faire du misérabilisme encore plus que les féministes avec les "pauvres femmes", qui ne s'assume pas, qui fait des reproches inconséquents aux journalistes pourtant féministes alors qu'il suffirait de pointer là où ça fait mal. Encore un homme qui a des problèmes de communication et qui donne l'air d'un coupable comme devant un juge aux affaires familiales. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "«JE NE SUIS PAS LA MME FOURNIRET DU PATINAGE» ASSURE L’EX-FEMME DE GILLES BEYER, ACCUSÉ DE VIOLS" Figaro du 05/02/2020.

    Voilà ce qui s'appelle de la solidarité pour le père de son fils. Il faut qu'il soit puni ! Et au détour d'une phrase, elle nous apprend que le président de la fédération mis en cause n'était même pas reçu chez eux. Il l'a donc embauché, non pour le couvrir, mais parce qu'il en avait besoin. Dur à comprendre pour des esprits féminisés. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.