Accueil » Virez-les » Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.
Antiféminisme Aimeles

Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.

Publié le 23 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 13 h 43 min

Odile Fillod, dans son blog rattaché au Monde, s’attaque au documentaire d’Harald Eia (2) sur la théorie du genre (« le paradoxe de l’égalité norvégienne » (5)). Dans sa démarche, elle a la prétention « d’alerter sur certains écarts entre les données factuelles rapportées dans les articles de revues scientifiques et ce que divers intermédiaires culturels leur font dire. » (4) Mais comment alerter sur ces écarts, quand soi-même, on prend des largesses avec la logique scientifique ? Ingénieur de centrale, doctorante, elle devrait représenter tout ce que notre pays compte d’élevé en terme scientifiques. Mais à l’image de Catherine Vidal, elle démontre seulement à quel point l’endoctrinement des élèves français en termes marxisants a pu déboucher sur un niveau de recherche scientifique médiocre au point de propager dans l’ensemble de la société, des erreurs grossières de raisonnement, des démarches pointillistes qui en oublient l’essentiel, et combien notre système perd tant de temps et d’argent dans des recherches stériles qui se croient sérieuses.

 

 

Alors pourquoi répondre devant tant de bassesse face à des attaques personnelles ? (2)

 

Pourquoi ne pas laisser couler, se contenter d’alerter par des œuvres d’art, ou même faire son propre travail, en dehors du regard de personnes qu’on ne juge pas assez compétentes ?

 

Parce que ceux-là ne nous laisserons pas prospérer. Notre pensée est un frein à leur idéologie totalitaire. Ils n’accepteront pas de nous laisser vivre en paix. Ils iront dans nos écoles, propager leurs mensonges, rééduquer nos enfants, eux qui n’en ont pas, ou si peu. Progressivement ils tueront toute différence, et saperont le concept même d’humanité, eux qui ne se sentent pas à l’aise dans cette humanité. Ils ont déjà commencé à agir en ce sens. On ne se sauve pas de ces gens par l’indifférence. S’ils vous prennent en compte, ce sera non pas pour vous répondre, mais pour vous détruire. Et lorsque cela arrivera, et c’est le cas aujourd’hui, il deviendra impératif d’assurer la réponse de la réponse, pour que ceux-là ne puissent pas ajouter des mensonges à d’autres mensonges, auprès d’un peuple qui les suivra aveuglément s’il ne leur est donné que leur prêt-à-penser.

 

 

Le documentaire d’Harald Eia ne suffit donc pas. Il doit être défendu. Voilà la raison de cet article long dont je ne vous impose pas la lecture, mais que je vous conseille bien de citer en référence quand l’article de Melle Fillod sera cité lui-même en contradiction du travail de Simon Cohen Baron ou d’Harald Eia. Car n’en doutez pas : ceux qui ne veulent pas réfléchir, se contenteront des mensonges de Melle Fillod sur le reportage d’Harald Eia. Ils ne voudront pas voir ce qui saute aux yeux : combien nous avons à faire à des fanatiques aveuglés dans leurs croyances. Certes, le travail d’Harald Eia n’est pas parfait, certes, celui de Simon Cohen Baron peut-être revu sur certains points. Mais qu’est-ce à dire de ces théoriciens du genre qui avancent des idées sans aucune assise scientifique, eux, et qui se permettent de donner des leçons à tout le monde sur ce qu’il serait bon de penser ? A la suite d’Harald Eia et en défense de son travail, je me propose donc de répondre à ces fanatiques, non pour les convaincre, seul Dieu le peut, mais pour qu’une âme innocente qui lirait Melle Fillod ne soit pas aveuglée par son langage technique. J’ai rencontré une de ces âmes sur mon compte youtube. Je sais que ces personnes jeunes et en cours de formation sont influençables. Il ne s’agit pas de leur laisser entendre un seul son de cloche. Elles doivent avoir la possibilité de se faire une idée par elles-mêmes. Cela passe par la contradiction. A son insu certainement, cette jeune personne m’aura convaincu d’écrire cet article.

 

 

Et pour mieux structurer son propos qu’elle ne l’a fait elle-même, découpons la critique de l’article de Melle Filod en trois partie. L’utilisation du deux poids deux mesures, l’utilisation de la mauvaise foi, les erreurs scientifiques.

 

 

Le deux poids deux mesures.

 

Le choix du sujet.

 

C’est vrai, elle ne traite pas de ces erreurs concernant les études homosexualistes, mais alors que ces dernières affirment que la sexualité des parents n’a aucune influence sur les enfants, alors que le débat sur le mariage homosexuel a essayé de se faire une “>

Lire la suite

21 Commentaires

  1. Ping de chen:

    Il y’aurait une piste à mon avis définitive si elle n’est pas mise sous le tapis par les tenants de la théorie du genre : les personnes ayant changé de sexe.

     

    Ca va être difficile à retrouver mais je me suis souviens d’un docu d’une femme ayant été précédemment un homme : celle ci admettait à  son grand étonnement que sa vision du monde s’en est trouvé bouleversée, notamment dans sa vision de l'”amour”. D’une manière schématique elle était devenue plus “romantique”, à la recherche de plus de tendresse et moins tournée sur le sexe.

     

    Ceci après un simple, si j’ose dire, changement de sexe.

  2. Ping de Tuputupete:

    Ah mais, honte à moi, je n’avais pas pris la peine de survoler le reste du contenu de ce site. Je n’ai pas pris la peine de grand chose en fait, peut-être qu’à 1h je devrais simplement prendre la peine de dormir. Bon, j’espère que j’aurai le temps de revenir faire mumuse prochainement pour me faire censurer pck les gens qui ont des arguments c’pas des gentils 🙁

    En attendant, des kissous 😉

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bravo, vous avez bien senti que vous n’aviez pas mis le pied au bon endroit. J’ai effectivement censuré votre autre commentaire, parce que je déteste cette désinvolture dont vous faites preuve qui tend à vouloir prouver que vous êtes quelqu’un d’ouverte. Pour moi, elle est surtout un signe de manque d’empathie et de respect certains. Ici, il ne suffit pas d’être intelligent pour pouvoir intervenir. Encore faut-il agir en montrant que l’on a à coeur de se dépasser en termes d’efforts moraux. Sans quoi toute discussion est vaine, le débat l’étant encore plus, ce dont souffre notre société. Je ne vais pas encourager des comportements qui sont à la source même de ce que je combats. Revenez quand vous ferez partie des perdants de ce monde. Alors votre humour me fera rire, votre légèreté aura du sens, vos réflexions porteront du fruit. A dans quelques décennies et amusez-vous bien jusque là.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.