Accueil » Enfance détruite » Un joli conte lesbien : les enfants singes.
Antiféminisme Aimeles

Un joli conte lesbien : les enfants singes.

Publié le 1 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 21 h 52 min

Si le lien ne fonctionne pas sur Rutube, essayez sur Dailymotion :

Un conte lesbien : les enfants singes. par LeonidasDD

Si les deux liens précédents sont désactivés, essayez sur Youtube :

8 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “La procréation est-elle un marché comme les autres ? avec Marianne Durano” SLT du 03/02/2018.

    Un bon point pour Marianne :

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Fay-de-Bretagne : un squat anar-féministe dans l’ancien CHRS depuis plus d’un an”, Breizh du 30/11/2017.

    Ca ne doit pas brouter que de l’herbe dans le squat.

    Par contre, je suis de plus en plus admiratif du fonctionnement de la ZAD de Notre Dame des Landes qui a été capable d’expulser ces furies pour arriver à ses fins. Un exemple d’intelligence militante.  Ce doit être le même type de militantes qui avaient accueilli les veilleurs à Couëron :

     

    • Commentaire de Pauvreconsentimental:

      Ces hyènes LGBT à Couëron me rappellent une situation similaire lors de la Manif pour Tous à Rennes. Nous étions 3000 à ce rassemblement pacifique, harcelés par un groupe de 400 LGBT qui nous ont hurlé leur haine non-stop pendant des heures derrière un cordon de policiers. Le Télégramme a publié  un “témoignage” d’un étudiant affirmant au contraire que les gens de la manif pour tous étaient violents et agressifs (des familles avec jeunes enfants !!!)

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    80% des Anglaises qui vont à l’étranger pour se faire une PMA, choisisent de sélectionner des filles plutôt que des garçons :

    “Les Anglaises vont aux Etats-Unis pour choisir le sexe de leur enfant.”, Figaro Madame du 22/07/2014.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    On donne la possibilité à deux femmes riches occidentales d’avoir un enfant bien blanc mais malheureusement, l’enfant naît métisse. Il n’en faut pas plus pour qu’elles annoncent regretter leur petite fille de deux ans et attaquer l’hôpital en demandant des dommages et intérêts :

    NDF du 03/10/2014, “Le meilleur des mondes, c’est ça !”

  5. Commentaire de observateur:

    un article qui confirme les idées tenues dans la video:

    http://homoparentalite.blogs.liberation.fr/meres/2013/02/deux-m%C3%A8res-et-des-rep%C3%A8res-maman-boucles-et-maman-lisse.html

    Si vous le lisez, notez:
    * L’incapacité de l’auteur à comprendre que même si nous sommes tous individuellement différent il y a quand même des caractéristiques typiquement masculine et typiquement féminines
    * Le vocabulaire qui relève du domaine affectif et infantile, est, sans caricaturer, au niveau de la cour de récréation.
    * L’âge de l’enfant n’est pas précisé alors que les problèmes posés par le contexte homosexuel se posent quand l’enfant arrive à l’adolescence et se met en couple.
    * La position défensive de l’auteur qui relève bien la plupart des reproches qui sont fait aux couple homosexuels: elle ne pourra pas dire
    * La méthode de conception de l’enfant n’est pas détaillée
    * Caricature des familles traditionnelle hétérosexuelles
    * Un article qui se focalise sur l’anecdotique alors que le débat vise une vision d’ensemble.
    * Elle veillent soigneusement à ne pas mentionner si l’enfant à réclamé un papa même plus ou moins inconsciemment
    * Caricature du masculin réduit à quelqu’un qui ne pleure pas et qui joue au foot
    * Elle avoue entre le ligne que sa compagne se comporte comme un homme
    * L’auteur prône une éducation indifférenciée pour les hommes et les femmes
    * Pour se déculpabiliser elle proposent des référents masculins à l’enfant (contradiction avec le principe d’indifférenciation des sexes) qui seront dans une position de précarité vis à vis de l’enfant et qui changeront selon le bon vouloir de la femme

    Un passage en particulier a retenu mon attention:

    Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre nous deux, aucune confusion n’est possible dans la tête de notre fils tant nous sommes différentes.

    C’est une confusion entre l’identification des individus et la différenciation du masculin et du féminin qui posera à l’enfant de gros problèmes au moment où il se mettra en couple.

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.