Accueil » Ambiance au travail » Autres considérations sur le covi et la féminisation de notre société
AIMELES Antiféminisme

Autres considérations sur le covi et la féminisation de notre société

Publié le 25 août 2021 par Léonidas Durandal à 10 h 32 min

Personnellement, j’en suis au stade d’écrire pour ne pas devenir fou. Au nom du respect de l’état, mes concitoyens ont abandonné toute logique. Inutile d’essayer de les faire réfléchir. Réfléchir ce serait redonner latitude aux individus forts de la société et donc être menacé dans la parcelle de pouvoir collectif qu’ils s’arrogent en se réfugiant au beau milieu du troupeau. Seulement, sans ces individus forts, pas de marche sociale possible, sauf dans un retour à un archaïsme dégénéré sacrificiel. Ils en ont si peur de cette responsabilité individuelle… Ils l’assimilent à de l’anarchie, et à de l’oppression, peur qui légitime chez eux, le renoncement à penser. Ils veulent rester des enfants qui recevraient la manne de leur père/mère, je ne sais pas trop, de substitution administratif.

Une sorte d’état qui est père et mère en même temps, est en vérité un état femelle. La disparition du père se traduit par le phénomène de la fille-mère dans les familles, géniteur présent ou pas. Ici, l’état français est devenu une fille-mère géante qui ne vit que pour elle, avec des enfants à gouverner et un enfant qui la gouverne, comme toute bonne cellule familiale primitive.

Les opposants au professeur Raoult mettent son succès parmi les mouvements politiques alternatifs sur le compte d’une image de vieux gaulois, une sorte d’Obélix qui nous serait sympathique. Ces gens sont étonnants d’imaginer que tout puisse se jouer sur l’image. Leurs réflexions en disent plus long sur eux que sur le mouvement de soutien au-dit professeur. Ses détracteurs n’envisagent même pas qu’eux ou nous, pourrions faire fonctionner notre intelligence et trouver ses arguments logiques.

Cette disparition de la logique, j’y reviens encore, est un autre signe de disparition du père. L’homme apporte sa rationalité à la société. Ceci expliquant cela. Non, si nous prêtons l’oreille au professeur Raoult, ce n’est pas par recherche d’une image rassurante, mais bien au contraire, parce que celui-ci nous parle comme à des adultes et qu’il n’écarte pas les risques que nous encourons. Toujours reste-t-il sur son domaine de compétence. Toujours émet-il des arguments appuyés sur des faits. Toujours raisonne-t-il quand l’autre, l’enfant qui nous gouverne, agit sur nos peur, change d’avis au gré de l’asservissement de l’opinion publique, réagit quand le reste du troupeau européen a agi, ou prend des décisions autocratiques sans fondement.

La prochaine fois que j’entends une femme me vanter l’intelligence d’un enfant de son entourage, je la cogne. Combien de fois ai-je entendu ça dans la bouche de féminisés jusqu’à ce que le dit enfant échoue pitoyablement. Le petit Emmanuel a dû être l’un de ceux-là, et il a été élu par toutes celles-là. Nous leur devons cet enfermement protecteur duquel nous sommes empêtrés… Ces femmes, ces hommes femelles, ces incongruités politiques, croient pouvoir éviter la catastrophe par toujours plus de protection. Ils confondent le rôle d’un homme politique avec celui d’une mère.

Il est pourtant vrai que les femmes sont très présentes dans les cortèges de contestations du laissez-passer. Comme elles l’ont été durant le mouvement des gilets jaunes. A cela plusieurs raisons. D’abord leur quotidien commence à être perturbé par les mesures gouvernementales. Appauvrissement socialiste qu’elles ont généré oblige. Et puis, raison la plus importante : elles savent mieux que les hommes en France, le danger de la protection aveugle des hommes. Combien de fois ai-je vu une femme tempérer un homme qui partait dans les tours au nom de sa sauvegarde de femelle. Elles savent leur pouvoir et sentent parfois combien celui-ci peut avoir d’effets négatifs lorsqu’il devient aveugle en des circonstances qui ne leur conviennent plus.

Or les hommes en France ne sont généralement pas/plus des hommes. Ils sont à nouveau de ces enfants, sortes de chevaliers maman que je dénonce, si prompts à trouver un sens à leur existence, uniquement dans le couple. L’exact antinomie d’une définition du masculin qui doit être ouvert sur l’extérieur. Et pour ceux-là, la souffrance de mémère est insupportable. Au nom de cette dernière, ils sont prêts à souscrire à toutes les mesures les plus excessives, quitte à devoir trouver la pitance de leur famille à l’étranger, quand ce système féminisé se sera encore effondré. A l’inverse, pas mal de femmes sont circonspectes quant à cette attitude. Elles savent avoir besoin de limites pour grandir et pressentent le danger d’une protection qui va jusqu’à les priver de relations (tout comme c’est le cas en pays de charia). 

Voilà la tenaille terrible qui a déjà broyé la Grèce et l’Espagne, bientôt l’Italie et la France : au moment même où nous devrions agir avec la plus grande des libertés, l’émotivité, l’hystérie de la ménagère ayant contaminé les hommes, et la situation catastrophique même, nous poussent à désirer toujours plus de sécurité. Et la sécurité nous appauvrit, progressivement, augmentant toujours plus le désir de sécurité. A la fin, l’état corrompu n’est même plus légitime, et en a-t-on oublié que nous en sommes arrivés là à cause d’institutions étatiques/européennes vénérées. L’état « tout » provoque l’effondrement, et quand l’effondrement est survenu, il n’est plus rien, dans un extrémisme qui ne dit pas son nom.

Ô que cet extrémisme est désormais le lot de mes concitoyens, jusqu’à cacher la vérité, ne plus la rechercher dans des domaines pourtant scientifiques. Dans l’hôpital près de chez moi, les effets secondaires des vaccins sont volontairement ignorés pour valider le discours ambiant. Partout, des personnes ont accepté une atteinte à l’intégrité de leur corps sous la menace de perdre leur travail. Une immense majorité a fini par céder sur le masque qui ne sert à rien, puis elle a cédé sur tout, si bien que les plus gauchistes qui ont généré cette politique, commencent à avoir peur. Il leur est maintenant demandé de faire la police dans leurs établissements, et là ça coince un peu. Il faut réussir à se regarder encore dans la glace, même en tant que gauchiste, surtout en tant que gauchiste.

Cependant, à coup de subventions distribuées largement, ça passe mieux, alors même que des pénuries se font jour et que les prix commencent leur inexorable hausse. Dans quel engrenage nous avons mis le doigt… Le bras y est passé et la réaction se fait attendre. Selon mes amis convaincus : « nous ne nous en sortirons pas sans obéir ». Je crois qu’ils attendent d’avoir faim pour retrouver sens à leur vie. Ces enfants gâtés ne savent pas changer d’opinion s’ils n’ont pas reçu, au préalable, une bonne fessée. Là encore, tels des enfants, ils cherchent la punition qu’ils n’ont pas reçue dans leur jeunesse.

Dans un monde socialiste, il faut dire que le revenu est décorrélé de l’efficacité. Dès lors, la logique s’efface d’elle-même. Ce n’est pas un des moindres effets de ce système. Pour vivre, vous n’avez pas à travailler, mais à obéir, et surtout, à accepter la tutelle administrative. Pas moyen d’y échapper d’ailleurs sous peine de perdre ses revenus et son insertion sociale, pas moyen de devenir adulte en vérité.

En matière de soins, l’état tente d’étendre son pouvoir alors que ce domaine était une prérogative historique des partenaires sociaux dans notre pays. Et subrepticement se glisse l’idée qu’une institution qui vous rend un tel service, vous lui devez forcément obéissance. Surtout que si vous ne vous vaccinez pas, vous devenez responsable de l’engorgement du système. En conséquence, pouvez-vous être licencié sans coup férir ou violé dans l’intimité de votre corps.

D’ailleurs, les gens qui tiennent ce discours se moquent bien de l’efficacité du vaccin. Ils savent que s’il est efficace, les gens auront intérêt à l’utiliser sinon ils seront victimes de leur choix. Et s’il est inefficace, il n’y a pas de raison de l’utiliser. En somme, l’individu devrait être, théoriquement, laissé libre de se faire vacciner ou pas. Mais ceux-là ne l’entendent pas de cette oreille. Ils voient surtout que si vous tombez malade, vous coûterez à la collectivité à laquelle ils s’identifient. Et je serais d’accord avec ce raisonnement s’il y avait une possibilité en France de sortir du système de sécurité social et d’assurer ses propres dépenses de santé. Or les lois vous obligent à participer pour les autres, et comme la bureaucratie l’entend, au paiement de charges auxquelles vous n’avez pas souscrit. Sans même parler du système de CMU. Dès lors, vous pouvez être privé de l’usage de votre corps au nom de dépenses forcées qu’un état vous oblige légalement à assurer. Je ne le dirais jamais assez : le socialisme est d’un raffinement sans fin en matière d’esclavagisme.  

Désormais, nous ne voulons plus vivre par peur de mourir. Emmanuel va nous toucher les écrouelles, et nous serons guéris. Car plus grégaire que notre manière d’ignorer les fins de notre existence, il y a encore la croyance au pouvoir guérisseur de notre président de la république. Terrible de voir un peuple sombrer dans de telles superstitions alors qu’il se croit à la pointe de l’évolution. Il faut dire que pour nous, un bon chef d’état, c’est un Louis XIV ou un Napoléon qui a entraîné son peuple à la suite de sa démesure. Les inévitables châtiments qui ont suivi, n’ont pas été assez forts, apparemment. A voir pour la prochaine fois.

17 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Voici une entrevue-vérité d'un excellent calibre sur Fox News aux États-Unis mené par le brillantissime Tucker Carlson : Andrew Tate & Tucker Carlson Aug 25 2022 – YouTube

    À vous qui n'êtes pas de la filiation philosophique '' pilule rouge '', je pense que vous serez en désaccord avec sa vision matérialiste des relations humaines, tout en étant contre la censure qui s'est abattue sur lui.

    Cordialement,

    Cyrus

  2. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    La féminisation de la société entraînant la schizophrénisation de celle-ci et l'hystérie, voici ce que devient ma ville de résidence (un mélange entre New York, San Francisco, Chicago et Paris) : 80 coups de feu tirés à Montréal en 24 heures: «Le monde est sur le bord de devenir fou» | JDM (journaldemontreal.com)

    Gangs de rue: tirer sur des innocents pour marquer des points | JDM (journaldemontreal.com)

    Ce sont souvent les putains de négros qui font chier tout le monde qui continuent à foutre le bordel. 

    Les Québécois paient le prix de la contradiction insurmontable entre leur détestation de la police qui, il est vrai, a tout fait pour se faire détester depuis quelques années, et leur besoin objectif de sécurité. De plus, puisqu'ils sont culturellement complètement gauchisés, ils votent soit pour le Premier ministre par excellence du wokisme au fédéral Justin Trudeau, soit pour un parti pseudo-nationaliste à Québec, et son chef François Legault, soit le maire de Montréal, Valérie Plante, une gaucho-écolo-féministo-immigrationniste ridicule.

    Dans cet environnement infernal, des gens comme moi souffrent affreusement et je n'aspire qu'à quitter ce pays de merde absolu le plus vite possible.

    Vous comprenez ma haine du Canada et du Québec, maintenant ?

    Les Canadiens et les Québécois ne sont bons qu'à être exterminés de la surface de la Terre à coup de missiles nucléaires. Races inférieures = bonnes à être éliminées. 

    Cordialement,

    Cyrus

    • Ping de Léonidas Durandal:

      M Cyrus,

      Comme toute personne à haut potentiel intellectuel, vous êtes carencé affectivement. La moindre incohérence est vécue comme une injustice. Renforcez vous au niveau du coeur.
      Par exemple, sur le sujet concerné, vous regrettez que les Canadiens se fassent tirer dessus et vous voudriez vous-même leur tirer dessus. Votre coeur obscurci vos raisonnements. L’intelligence est un poids si le coeur ne suit pas.
      Le monde est très bien fait. Dieu l’a bien fait. Les Canadiens sont victimes de leur folie. Et ils paieront jusqu’à ce qu’ils se convertissent. Je dirais même : ce n’est qu’un début. Si vous ne supportez pas ça, alors quid de la suite ? Vous devriez vous réjouir que les négros fassent le boulot. Les négros leur secouent le cul à ces cons. Et ils en ont besoin. Allelujah !

      M.D

      M.D

      • Ping de Cyrus de sexe male:

        Bonsoir M. Durandal,

        Je ne pense pas être carencé affectivement, car j'ai été très aimé par ma mère et c'est encore le cas. À moins que vous parliez d'une déficience génétique, donc naturelle, qui n'a rien à voir avec l'amour qu'a eu et qu'a toujours ma mère pour moi. 

        Quant aux fusillades, je n'ai manifestement pas été assez clair, assez nuancé. Ce que je veux dire, c'est que les fusillades m'affectent, car elles rendent mes sorties plus compliquées. Le risque de mourir inutilement augmente. Ensuite, vous devez comprendre que je ne parle que de façon égoïste, non altruiste. Je ne cherche pas le bien de cette société, mais mon propre bien, car j'ai perdu 18 années de ma vie à être altruiste avec un peuple dégueulasse qui me l'a fait regretter. Mon objectif, c'était d'être roi d'Iran afin de pouvoir pointer 500 missiles nucléaires sur la sale gueule du Canada et lui faire comprendre que son indignité génétique et sa vilenie culturelle n'ont plus droit d'exister sur Terre. ÇA, c'est du pouvoir et savoir qu'à tout instant de MON existence, je peux mettre fin à l'existence de millions d'autres me réjouissait et me réjouit encore de la manière la plus sadique. Pensez-y. Vous êtes un Canadien et vous savez qu'un type au Moyen-Orient, qui vous déteste viscéralement pour ce que vous êtes et en fonction de ce que vous êtes, de ce que vous faites, peut 24 heures par jour, 7 jours sur 7 et 365 jours par année, à tout instant, par sa seule volonté, vous annihiler, comme Galactus d'ailleurs, de la surface de la Terre. Tout le monde vivrait sa vie dans la terreur, la peur au ventre. Imaginez vivre comme cela TOUT LE TEMPS, même lorsque vous allez vous couchez ou partez en vacances.

        Vous voyez, les Canadiens, c'est des inhumains. Ils m'ont poussé à l'extrême de l'inhumanité.

        Oui, le monde est très bien fait jusqu'au 5e jour. C'est le 6e jour, ET SEULEMENT LE 6E JOUR, qui a TOUT gâché. TOUT. ABSOLUMENT TOUT.

        Je n'ai jamais compris et ne comprend toujours pas pourquoi Dieu a créé l'humain. Le pauvre, il s'emmerdait en haut, dans le royaume céleste, au milieu de ses anges ?

        Cordialement,

        Cyrus

        • Ping de Léonidas Durandal:

          M Cyrus,

          Je parle bien de carence liée à l’intelligence. Tous les enfants à haut potentiel ont du mal à gérer leurs affects. C’est comme ça. L’intelligence est un poids, je le répète. Le monde des sentiments vous est inconnu, un handicap, vous le vivez comme tel et vous le rejetez donc, parce que cela vous frustre. Vous préférez vous replier dans un monde intellectuel qui vous valorise. Si vous voulez vraiment devenir fort comme vous en avez l’ambition, il va falloir en passer par le coeur. Et pour cela avoir tort. Sinon vous ne serez qu’un énième frustré de cette société qui accuse le monde au lieu d’en prendre sa part.

          M.D

          • Ping de Cyrus de sexe male:

            Bonjour M. Durandal,

            Afin de faire avancer la conversation, dîtes-moi comment on en passe par le coeur ? 

            Ensuite, l'honnêteté m'oblige à vous dire que mon analyse est parfaite, mais extrêmement inconfortable pour la plupart des gens. Ça, j'en conviens. C'est l'une des raisons pour lesquelles je ne parle plus beaucoup aux autres.

            Même un catholique est obligé d'admettre la justesse de mon analyse qui va loin, malgré son attachement à la notion d'''espérance''.

            La notion d'''espoir'' et de '' progrès '' entendue au sens d'une transmutation de l'âme qui nous ferait passer du statut d'humain – imparfait, naturellement – au statut d'ange, être de pure bonté, est absurde. Cela n'est jamais arrivé, n'arrive pas et n'arrivera jamais. On en revient donc au point de départ. À la surface des choses, il est vrai, il y a un progrès des sociétés, essentiellement matériel. En profondeur des choses, nous sommes EXACTEMENT les mêmes que du temps des pharaons d'Égypte. Alors, puisque fondamentalement nous n'avons JAMAIS changé, pourquoi faire de la politique ? Pourquoi faire le bien ? 

            La SEULE réponse valable, la SEULE, mais vraiment la SEULE, c'est pour un croyant, d'aller au Paradis. C'est tout, Monsieur Durandal. Il n'y a rien d'autre. Indépendamment de cela, la vie n'est qu'une succession de souffrances avec quelques moments de grâce. Et vous le savez fort bien.

            Je suis extrêmement fier de mon intelligence hors-normes, mais je suis d'accord avec vous, c'est vraiment un poids. Personne ne nous a dit à nous les hauts QI à l'école secondaire que l'enfer nous attendait une fois notre diplôme obtenu. Personne ne nous a prévenu que l'intelligence allait nous nuire énormément dans le monde du travail et PARTOUT ailleurs. Cette intelligence était d'ailleurs déjà un poids à l'école secondaire. Au niveau relationnel, sauf à jouer la comédie, on ne va nulle part. 

            Cordialement,

            Cyrus

          • Ping de Léonidas Durandal:

            M Cyrus,

            Il y a deux plans pour connaître la vérité. Je suis d’accord avec vous sur le plan intellectuel. Or il existe un second plan du coeur, dont les conclusions et le vécu est à l’opposé du plan rationnel. Ces deux plans sont irrémédiablement contradictoires. Ils ne peuvent pas être réconciliés par un raisonnement. Ceux qui comprennent cette impossibilité ont déjà fait un grand pas.
            Vous n’acceptez pas encore les vérités du coeur. L’une de ces vérités est que la souffrance nous faire grandir.
            Rationnellement, la souffrance n’a aucun sens. Mais pour le coeur, elle est au centre d’une forme de force.
            Pour connaître cette force, il faut sortir du bois, se muer en aventurier, affronter les difficultés, et comme vous l’avez remarqué vous-même, réintroduire une forme d’espérance, ou de Foi. Si vous ne pariez pas sur Dieu, si vous ne vous tournez pas vers Lui quand vous recevez un coup, pour dissocier votre responsabilité avérée, de celle de l’environnement, vous ferez du sur place. Pour l’instant, vous vous complaisez dans vos raisonnements. Du point de vue du coeur, ce n’est qu’une forme sophistiquée de masturbation.

            M.D

            PS : imaginez que je meure et que je ne puisse répondre à votre prochain message. D’abord vous en concluriez que je vous méprise, parce que je ne veux pas répondre. Puis quelques années plus tard, vous vous apercevriez qu’il n’y a plus de messages, plus d’articles, et vous viendriez à la conclusion que vous vous étiez trompé. Tel est le sens du mépris que vous ressentez pour le monde.

          • Ping de Cyrus de sexe male:

            En réalité, je sais parfaitement que la souffrance fait grandir et ce sont toutes ces épreuves qui ont fait de moi un guerrier, mais un guerrier exténué, car encore une fois, je le répète, il n'y a AUCUNE porte de sortie terrestre à cela et SEULE la MORT y met fin. Le repos véritable, c'est dans la mort. 

            Une fois qu'on a pris conscience que l'humain a toujours été comme ça, que seul le décor de son existence a changé, que fait-on, M. Durandal, pour supporter cette insupportable vérité ?

            Moi, ma stratégie, elle est double. D'abord, comme le disent les catholiques, je porte ma croix. En d'autres termes, je fais avec (cette prise de conscience et ses conséquences). Ensuite, je m'isole du monde. Je n'ai plus rien à lui dire, car son âme ne changera jamais (on en revient au point de départ sur l'impossible transformation de l'homme en ange, ce qui invalide toute tentative de faire de la politique, puisque la politique, en fin de compte, ne touche qu'à la surface des choses, au touchable, au tangible, ce qui en terme littéral, signifie que la politique ne peut être que superficielle).

            D'où ma misanthropie, d'où mon caractère désagréable, d'où mon aura annihilatrice, d'où la terreur des gens. J'en veux à Dieu, M. Durandal. À mort. Vous savez combien je lui en veux de m'avoir fait exister, puisque ça ne sert à rien et que le reste de ma vie ne consiste qu'à '' tuer le temps '' sur Terre. Vous savez combien je lui en veux de ne pas avoir créer une créature angélique, mais duale, qui ne vit que pour souffrir et accumuler les cicatrices résultant des blessures de l'âme ?

            J'accepte que la souffrance nous fait grandir, mais ça ne panse pas la blessure profonde que j'ai à l'âme et qui me fait mourir en mon être. Ça ne rend pas le monde meilleur. Ça ne rend pas le Québec plus vivable. Rien, M. Durandal. Rien. Juste rien. Le grand triomphe du rien, de l'inutilité. Nous existons vraiment sur Terre pour rien. 

            Je vous avais déjà dit que la vie est une grande farce, une tragi-comédie. Je ne m'étais pas trompé.

            Quant à comment progresser par le coeur, je ne sais toujours pas comment faire. Si vous pouvez m'aider à diminuer ne serait-ce qu'un tout petit peu ma peine et mes souffrances, je vous en serais éternellement reconnaissant. 

            Cordialement,

            Cyrus

            P.S. J'ai vu Top Gun 2 : Maverick et le ballet aérien était phénoménal. Sans nommer mon pays d'origine, j'ai compris que l'Iran était l'ennemi, contrairement au premier, où c'était l'URSS. Bref, je vous le recommande si vous voulez être sur le bord de votre chaise au cinéma et émerveillé par une star du cinéma d'action grand public.

             

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Cher Cyrus,

            « Si vous pouvez m’aider à diminuer ne serait-ce qu’un tout petit peu ma peine et mes souffrances, je vous en serais éternellement reconnaissant. « 
            Je ne peux absolument rien pour vous. Mais Jésus si. Il dit « abandonnez votre fardeau et prenez mon joug. Mon joug est léger à porter. »
            Vous vivez dans le péché Cyrus. Et c’est votre péché qui vous fait souffrir. Ce n’est pas le monde, et encore moins Dieu, qui vous torture. C’est vous qui vous torturez. Et vous le faites avec insistance. Vous vous imposez une épreuve terrible parce que par orgueil, vous restez loin de Dieu. Au lieu de L’accueillir, vous dîtes à Dieu : « Le monde n’est pas comme je le veux. » Or malgré votre grande intelligence, vous n’êtes pas à la hauteur pour juger de ce monde. Nous en avons discuté à propos de la politique, il y a bien longtemps : avant d’être changé, le monde doit être reçu. Tout comme vous devez vous recevoir tel que vous êtes, et avec miséricorde. Au lieu de cela, vous voulez conserver cette image de supériorité de vous, et qui vous fait saigner. La loi de l’intelligence, la loi maçonnique, la loi des hommes, la loi du démon dit : « je suis intelligent, je suis le représentant de cette intelligence, je mérite les honneurs dus à cette intelligence. Et le monde se portera mieux si je gouverne ce monde. Si je ne gouverne pas, je ne suis rien. » En un sens, c’est vrai. Le démon aime les demi-vérités. La loi du coeur, la loi tribale, la loi des femmes dit : « je ne sais rien des projets de Dieu. Laissons nous porter par le groupe, ne réfléchissons pas, sentons la vie. Nous sommes dans un immense courant qui nous porte. Inutile d’espérer agir. Laissons le soin à d’autres de se battre et de s’écorcher inutilement. Ces idiots veulent se battre pour des honneurs factices. Laissons-les faire. Ils nous rendent service. Prenons et trouvons notre place au milieu de la multitude et sans bruit. Nous prospérerons comme jamais tandis que d’autres s’épuisent pour rien. » Il ne vous est pas familier mais ce raisonnement est tout aussi démoniaque. Il engendre lui-aussi, beaucoup de souffrances. Arrive la loi de Dieu qui réconcilie le coeur et l’intelligence par l’Esprit Saint. Cette loi dit : « Le courant de la vie est un immense fleuve. Je suis une toute petite particule d’eau au milieu de ce fleuve. Mais cette petite particule d’eau est la gloire de Dieu. En faisant appel à l’Esprit Saint, je saurai comment user de mon intelligence, sans blesser le coeur du monde, sans me blesser. J’accomplirai les projets que Dieu a pour moi. Aussi petits que soient ces projets, je me réaliserai à travers eux. »

            Jésus est venu en ce monde pour délivrer, notamment, ce message : « Dieu ne vous méprise pas. Il vous aime au point de tolérer mon sacrifice, celui de son Fils sur un instrument de torture. Désormais, chaque coup que vous porterez à Dieu, que vous vous porterez, vous avez le moyen de guérir de la blessure qui en est issue, en acceptant mon/son amour infini. J’ai souffert avant que vous ne souffriez. Je porte vos souffrances désormais (et même les souffrances passées). La croix porte toutes les souffrances que nous nous infligeons, et que nous infligeons à Dieu, toutes les souffrances de tous les êtres humains de monde entier s’infligent et infligent à Dieu. »

            Regardez une croix Cyrus. En vérité, juste un instant. Vous n’êtes pas différent de Cet Homme.

            M.D

  3. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    J'aimerais vous soumettre une réflexion. De l'an 2000, à 12 ans, jusqu'en 2013, à 25 ans, la plupart des gens que je croisais dans la rue soit m'évitait du regard ou me regardais avec dégoût. De 2013, à 25 ans, jusqu'en 2020, à 32 ans, les gens me regardaient avec plus de sympathie (surtout des filles et des femmes à qui j'avais l'heur de plaire davantage), surtout après le miracle divin d'avril 2018 qui m'a valu une lumière supplémentaire sur mon âme. Puis, à partir du 13 mars 2020, il y eut la déclaration d'urgence du gouvernement québécois, plus tard les masques et le confinement. Repli dans la maison et évitement des gens. Avec le retrait du confinement et des masques il y a peu, il n'y a plus rien qui me retienne de sortir, d'autant plus que c'est l'été et le retour du beau temps. Le confinement, en fin de compte, n'eut pour seul effet négatif sur moi que l'envie de ne plus rien faire, de ne pas sortir m'amuser, de ne pas prendre le métro, mais seulement le taxi ou de faire mes courses à quelques minutes de marche de chez moi ou en ligne. C'est avec certaines difficultés que j'essaie de me débarrasser des effets du confinement qui, dans mon cas, relève plus du confinement mental qu'autre chose et j'y arrive petit à petit.

    Cependant, depuis que je me suis mis à sortir de nouveau récemment seul, j'ai remarqué chez les gens dans la rue, les magasins ou les centres commerciaux, lorsqu'ils croisent mon regard, une forme de terreur absolue ou au minimum, un malaise. 

    Vivez-vous ou avez-vous vécu la même chose en France, à Paris, lorsque vous marchez dehors ou mangez quelque part ? Ou bien viviez-vous déjà cela bien avant 2020 et le covid ?

    Ou bien les Français sont-ils différents dans leur réaction par rapport aux Québécois ?

    Ou plutôt est-ce ma façon de les regarder qui génère ces regards ? Ou bien est-ce indépendant de mon regard, mais quelque chose qui transparaît dans mon aura ?

    Je suis curieux d'avoir votre point de vue là-dessus.

    Cordialement,

    Cyrus

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour M Cyrus,

      La vérité est entre les deux comme d’habitude. L’image que nous renvoie les autres est pour partie due à notre attitude, mais pour partie due à l’ambiance générale ou à l’état d’esprit d’une personne particulière. Si vous êtes vraiment bien dans votre tête, seuls les pervers tentent de vous renvoyer une image négative. Si vous êtes mal, alors les gens peuvent faire preuve de compassion à votre égard. Mais si vous êtes rempli de haine ou de mépris ou carrément dépressif, ils vous fuient/ ils ont peur de vous. Avec la crise, les gens sont devenus plus distants en France. Mais j’aurais bien du mal à le décrire avec précision, car j’ai refusé le confinement tel que vous le décrivez et je me suis tourné vers des gens avec qui « respirer ». Vous connaissant depuis longtemps, pour ainsi dire, je sais que vous n’avez pas eu ce besoin. Vous vous êtes donc renfermé. Vos pensées sont sombres dernièrement. Et les gens vous renvoient donc votre noirceur, agrémentée de la leur, eux qui ont souscrit à la tyrannie. Soyez fort.

      M.D

      • Ping de Cyrus de sexe male:

        Oui, je n'ai pas souscrit à la tyrannie. Cependant, puisqu'il n'y avait pas grand chose à faire durant les confinements et qu'ensuite, les restrictions ne donnaient pas vraiment envie d'aller quelque part, je me suis renfermé. Je suis solitaire de nature, donc je n'ai pas vraiment besoin des autres. Ensuite, je n'ai ni ami ni meilleur ami. Toutes mes expériences d'amitié se sont terminées de manière désastreuse. Je déteste la vie, je déteste le Canada, le Québec et ses habitants (que je rêve d'exterminer de manière nucléaire à la manière de Hitler, car je considère que ce sont des Blancs inférieurs dégénérés, dégueulasses et mal élevés, bref une race de trop, en trop, inutile, à éliminer), je déteste mon époque et je déteste les humains, car étant une personne dotée d'une intelligence phénoménale, légèrement en dessous de celle de Dieu, j'ai TOUT compris par rapport à la vie et donc, je suis devenu cynique, apolitique et haineux, profondément haineux.

        Je rêve de détruire la Terre entière et de mettre ainsi fin pour toujours à l'existence humaine, mettant ainsi fin simultanément à l'imperfection de notre nature qui nous tue et nous fait souffrir et à l'éternel recommencement qu'est l'histoire lorsqu'on connaît VRAIMENT l'homme et l'histoire.

        Je HAIS l'humain.

        Je HAIS la création divine du 6e jour.

        Je HAIS le mal qui nous habite.

        Je HAIS le fait de ne pas être un ange, un être de PURE bonté.

        Je REPROCHE à Dieu de nous avoir créé.

        Je SOUFFRE mortellement d'exister et d'avoir CONSCIENCE de tout cela.

        Je RÊVE et je VEUX détruire la Terre.

        Je SUIS Galactus, le DÉVOREUR DE MONDE.

        VOILÀ, putain, le voilà, putain de merde, mon personnage Marvel, l'annihilateur de TOUTE forme de vie dans l'univers. Je suis une FORCE D'ANNIHILATION de la vie elle-même.

        Je HAIS, HAIS, HAIS, la vie.

        Ce n'est guère étonnant que les gens soient terrorisés par moi. Je ne suis pas le mal, je suis au-delà du Bien et du Mal. Je suis le quasi-égal de Dieu.

        Maudit soit les humains. Maudit sois-je d'exister. N'être au monde que pour souffrir et être dégoûté de tout, car TOUT, ABSOLUMENT TOUT, fut fait pour nous DÉGOÛTER DE TOUT.

        Fuck les êtres humains et fuck Cyrus, au passage. Vivement que je meurs pour arrêter de souffrir.

        Pas de politique, pas d'amour et pas de perfection humaine par moyen humain et Dieu n'intervient JAMAIS pour nous retirer le mal qui nous habite, alors à quoi ça sert putain de continuer à exister sur Terre.

        Bande d'idiots d'humains qui font des enfants, car ils sont trop faibles pour supporter leur solitude, leur finitude et leur mortalité et perpétuent de la sorte le malheur des humains dû à leur imperfection naturelle et indépassable et la perpétuation de toutes les saloperies dont nous sommes capable.

        Vivement ma mort !

        Cordialement,

        Cyrus

        P.S. C'est ÇA la cruelle vérité absolue de la vie, c'est ce avec quoi je dois vivre TOUS les jours et qui me fait souffrir à mort. Voilà mes pensées sombres, réalistes et indépassables. Dans le monde, PERSONNE n'est au-dessus de moi dans ce domaine. PERSONNE. Jordan Peterson n'arrive pas à ma cheville en la matière, pas plus que René Descartes, Albert Einstein, Jean-Paul Sartre ou Eckart Tolle. Je vous avais dit, et je pense que vous le savez, que je suis une des personnes les plus intelligentes au monde, pas seulement de nos jours, mais depuis l'Antiquité. 

  4. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Voici une annonce qui vous fera plaisir : Judge's decision to void mask mandate prompts mid-flight cheers among fliers (nypost.com)

    Cordialement,

    Cyrus

  5. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    J'espère que vous allez bien. Voici un discours qui vous plaira par sa vérité et sa virilité : Tous Contre Macron 16 avril 2022 / Place de la Nation. – YouTube

    Un homme qui incarne physiquement la présidence de la république telle qu'elle devrait être, bien que son corps soit en rupture avec celui de la France réelle. La France réelle ressemble davantage aux bobos parisiens et à Benjamin Ledig, le pédé arrogant et méchant.

    L'orateur parle même de la franc-maçonnerie…

    C'est assez rare pour être souligné.

    Cordialement,

    Cyrus

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Convoi de la Liberté à Bruxelles : chronique du torpillage d’un énorme élan populaire" MPI du 16/02/2022.

    Ce genre d'analyse est vital pour ne pas répéter les mêmes erreurs. A mon avis : des femmes plutôt incompétentes que malveillantes, qui n'y connaissent rien en matière d'organisation ou de politique. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.