Accueil » Domination féminine » Celle qui te couvre, te découvre
AIMELES Antiféminisme

Celle qui te couvre, te découvre

Publié le 30 juin 2018 par Léonidas Durandal à 22 h 30 min

la mère, l’amante et la fille. Traditionnellement, la petite fille ne porte pas le voile car elle n’est pas pubère. La possibilité reproductive seule l’y oblige dans les sociétés mohamétanes.

Le voile signe de sacralité du possible d’être mère, marque donc la domination de la fonction reproductive sur la psyché féminine, mères qui contraignent l’amante à s’effacer devant elle en quelque sorte. Car la séductrice risque à chaque instant de détruire la mère par son comportement impudique. Si l’amante prend le pas sur la mère, les hommes s’occupent moins bien de leur famille et consacrent d’autant plus de temps à batifoler et à dépenser l’argent qui devrait revenir aux enfants de la mère. Inadmissible.

Ainsi, les sociétés islamiques les plus féminisées vont jusqu’à mettre sous cloche l’amante. Ce qui n’empêche pas à la mère de vivre. Au contraire, j’ai envie de dire. A l’inverse, quand le pouvoir des mères diminue en Islam, le voile n’est qu’un léger bout de tissus, voire disparaît de la société. Ce n’est pas pour autant que la société islamique en devient plus juste, car le pouvoir des amantes n’est pas forcément meilleur que celui des mères ou des petites filles.

Quant à l’idée que le voile serait un signe de domination masculine, cette idée est la plus ridicule qui soit. Si l’homme était véritablement un prédateur sexuel comme le suggèrent les féministes, il ne voudrait voir que de possibles amantes dans son champ de vision, pas de possibles mères qu’il a l’obligation de « respecter ».

Et puis, si les mères étaient si frustrées de leur rôle, il y a belle lurette que les sociétés islamiques auraient disparu. Il aurait suffi pour cela que les mères révoltent leurs petits garçons et les envoient lutter contre la société pour qu’en une génération, toutes les sociétés islamiques disparaissent. Au contraire, nous les voyons prospérer en Occident sous l’impulsion de femmes frustrées d’être devenues des serpillières à sperme. Françaises de souche, elles soutiennent les plus implacables islamistes jusqu’en terres de guerre, pour redonner une place plus grande à la mère dans nos sociétés. Celles-là ne cautionnent pas seulement leurs enfants à respecter la mère en elles, elles cautionnent aussi leur terroriste d’époux pour atteindre cet objectif. 

L’histoire suit ainsi des cycles que je détaillerai dans un autre article. Le contrat de mariage vient alors poser sur le papier les rapports de force entre conceptions de la féminité. Il est devenu rien du tout dans notre société qui hésite depuis peu entre amantes et petites filles. Il est tout dans les sociétés où les mères ont beaucoup d’influence. Cela ne veut pas dire qu’il existe un seul contrat de mariage favorable aux femmes, mais que tous les contrats de mariage ont pour but final de protéger les mères. Quand l’amante n’a aucune importance, les unions polygames sont de mises. Quand la fille a de l’importance, l’âge du mariage est reculé.

Notez le compromis extraordinaire qu’avait réussi à trouver notre Eglise entre petite fille, amante et mère, donnant à chacune un espace pour vivre. Pas de mariage sans consentement, avant un certain âge. Des limites incestueuses strictes. Un refus de la polygamie. Un respect dans la fonction de chacun dans le couple, si ce n’est l’obligation de l’homme de satisfaire au devoir conjugal et de rendre obligatoirement mères celles qu’ils épousaient. C’est encore une des seules clauses de nullité d’un mariage dans notre noble institution : le mariage doit être consommé et donner des enfants. Sinon, il n’existe pas et il est possible de l’annuler quasi automatiquement.

Pour conclure, j’en reviendrai au titre. Celle qui vous couvre, vous découvre. Si beaucoup de femmes attendent que vous vous comportiez de telle ou de telle manière, vous serez peu à pouvoir résister à l’invective. Ce comportement à titre personnel, entraînera des conséquences à titre social, car la féminisation des hommes ou leur infantilisation, détruira la société. Plus des règles sociales justes et équilibrées seront mises en place, la religion ayant un grand rôle à jouer dans ce cadre, plus les sociétés pourront prospérer. Les hommes sont au centre du jeu social, et issus de ce cadre familial. Ils les faut conscients mais bons, sensibles mais imperturbables, bons pères, bons maris, ce qui signifie ne pas donner toute licence à leurs femmes, ni à leurs filles, ni à leurs mères, rôle très compliqué à endosser en vérité et qui devrait être l’objet de « >

Lire la suite

14 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "La crise a accentué la sous-représentation des femmes dans les médias"  Le Monde du 24/06/2020.

    Quand elles ont eu l'impression de devoir sauver leur cul, elles ont fait appel à des hommes. Comme c'est bizarre. Sûrement un des effets secondaire Buzyn, vaccin à elle seule contre le féminisme. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Une femme » a désormais sa page Wikipedia" Le Monde du 17/06/2020.

    Avant il fallait nommer "une femme" pour leur faire plaisir. Désormais que le pouvoir leur est acquis, elles ne veulent plus apparaître. Typiquement féminin. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Céline ne fait l’amour avec son mari que lorsqu’elle considère s’être trop refusée les jours précédents »" L'Obs du 27/05/2020.

    En somme, les femmes se servent du sexe pour contrôler leurs partenaires, tandis que les hommes assouvissent une envie. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “Ouverture d’une enquête sur un viol au sein des “gilets jaunes””, l’Obs du 03/12/2018.

    Décidément, l’époque a bien changé. Ce n’est plus open bar.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo coub) « SDF reconsidéré par ses enfants parce qu’il tourne un film avec Jean Dujardin », Durandal coub du 13/10/2018.

    Certainement comme de nombreux pères, il est tombé à la rue suite à une rupture familiale. Du coup, le fait de tourner avec Jean Dujardin, fait de lui quelqu’un d’acceptable pour la société, enfin je veux dire, pour ses enfants. Du coup, ceux-là passent par-dessus l’injonction de leur mère de ne pas aimer leur père. Et tout simplement, ils ont envie de le voir, ce qu’ils ne faisaient pas trop avant. Ils peuvent enfin dire à leurs camarades de classe : « Papa est quelqu’un d’admirable », parce que précédemment, ils en avaient honte à cause du regard que leur mère portait sur lui.

    • Ping de Manuela:

      On peut avoir honte sans que cela soit la faute de l’un ou de l’autre.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        C’est vrai que les enfants ont facilement honte de leurs parents. Mais je crois qu’une bonne éducation consiste justement à savoir se placer au-dessus de ce genre de considérations sociales.
        Ici, la mère a tout pouvoir pour entretenir le lien avec le père, comme d’ailleurs les femmes en ont souvent le pouvoir alors qu’elles sont encore en couple. Et ce lien n’est pas fait. Vous comprenez que si cette femme admirait vraiment son mari, l’aimait pour ce qu’il a toujours été, les enfants le verraient d’un autre oeil. Car quoi, cet homme travaille. Il fait tout pour s’en sortir. Il en a bavé. Rien que cela suscite mon admiration, à moi. Mais pas à elle. Je crois qu’elle a le regard embué par des considérations personnelles, peut-être de la jalousie, certainement une volonté d’écraser le père de ses enfants qu’elle voit comme un concurrent. Sans même parler de l’absence d’éducation.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Anecdotes grinçantes, anatomie du président : Stormy Daniels raconte sa liaison avec Trump », L’Obs du 19/09/2018.

    C’est elle qui avait accepté du pognon en échange de fermer sa bouche. Décidément, même les putes peuvent faire tout et n’importe quoi dans notre société.

  7. Ping de Hannibal:

    Encore ce mot detestable

    On dit « musulman » ok !

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.