Accueil » Ambiance au travail » Ces femmes qui font passer leur profession avant leur vie de famille
Antiféminisme Aimeles

Ces femmes qui font passer leur profession avant leur vie de famille

Publié le 21 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Génèse 2-11
Et l’Éternel Dieu dit : « Qui t’a appris que tu es nu ?
Est-ce que tu as mangé de l’arbre
dont je t’avais défendu de manger ? »

Vous les reconnaissez ces femmes du monde « hétérosexuelles », ces « working-girls » qui passent d’hommes en hommes au gré de leur fantaisie, mais surtout, qui privilégient leur métier. Pour elles, c’est une contrainte insurmontable de respecter l’absence de conflit d’intérêt. Il faut les y forcer, leur faire reconnaître qu’il est difficile de mener vie familiale et vie professionnelle de front, que parfois, cela pose des difficultés d’éthique. Ces femmes là n’aiment pas les difficultés, elles n’aiment pas ce qui leur résiste. Tout doit plier à leur arrivisme. Leur compagnon, le père de leurs enfants, leur patron. Ceux-là doivent comprendre leur hystérie. Ils doivent comprendre qu’elles ont tous les droits et qu’eux, ne sont que passades. Leurs enfants, leurs compagnons, leur patron ne sont qu’une pièce de leur échiquier qui doit leur permettre d’atteindre les objectifs qu’elles se sont données. Toujours plus incompétentes, elles n’y arrivent qu’à force de 121121pommeméchanceté, de coups tordus et d’absence de conscience, ou d’aveuglement. Elles se font engrosser trop tard si elles sont totalement inconscientes, sinon elles jouent les filles mères avec un enfant qu’elle traînent derrière elles lui faisant subir tout un tas de changements familiaux et professionnels au nom de leur indépendance. Plus elles avancent en âge, plus le dilemme de leur intégration sociale VS leur vie privée, se pose. La rose se flétrit, et les qualités d’impertinence et de froideur qui conviennent à une jeune séduisante, transforment cette même femme, devenue vieille, en sorcière mangeuse de pomme édentée. Quand cette même femme a basé sa carrière sur ses fesses, il ne lui reste plus rien à la fin.

 

 

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

19 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « 10 choses à savoir sur Madeleine de Jessey, nouvelle patronne de Sens commun », L’Obs du 10/11/2017.

    Voilà comment le diable compromet une femme pour le restant de sa vie : en lui faisant abandonner ses convictions familiales au profit de ses ambitions professionnelles.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « « Ces 5 ans (…) j’ai l’impression que ça a duré 5mn, pendant lesquels j’aurais pris 25 ans » déclare Najat Vallaud-Belkacem » NDF du 11/05/2017.

    Par contre, ses jumeaux auront eu l’impression que cela avait duré 25 ans, durant lesquels ils auront maturés 5 minutes.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Comment s’habiller pour aller au bureau ? Ces femmes qui nous inspirent », Figaro madame du 09/05/2016, Anthony Vincent.

    « Toutes ont en commun de tourner autour du vestiaire masculin. « 

    Anthony Vincent s’identifie à des femmes qui s’habillent au masculin… une bonne tête de vainqueur.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Congé maternité : ces jeunes mères qui ont hâte de reprendre le travail », Figaro madame du 25/04/2016.

    La maladie sociale comme horizon.

    • Commentaire de Manuela:

      je ne comprends pas pourquoi ça les dérangent tant qu’une femme diplômée veuille d’elle-même privilégier sa famille? beaucoup de femme ont fait des études pour faire plaisir à leur parents surtout si un des parents a fait un transfert de ses propres ambitions sur sa fille. Je suis d’accord avec cet article n’en déplaisent à certaine, oui beaucoup de femme préfère la cuisine au bureau.  c’est incroyable de penser toujours à la FEMME sans prendre en compte les besoins des enfants qui n’ont rien demandé et qui sont ballotés des l’âge de 2 mois entre assistante maternelle (qui fait certainement ce métier pour rester chez elle et non par vocation) crèche vers 18 mois, maternelle à 3 ans et maintenant les supers temps accueil périscolaire complétement débiles qui ne servent à rien avec des bénévoles qui viennent quand ils ont le temps et pour couronner le tout l’aide aux devoirs comme ça les parents n’ont plus à rien à foutre voila comment déléguer l’éducation de ses enfants. « Plus je vais et moins le monde me satisfait »

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Les femmes seraient plus carriéristes que les hommes », Figaro du 03/03/2016.

    L’auteur trouve que cette étude s’oppose aux clichés ambiants tandis qu’elle confirme toute la théorie antiféministe : plus d’avidité des femmes, de carriérisme, abandon de la famille, prémices de tyrannie pour réussir…

    A noter que si 63% des femmes déclarent que leur mari gagne plus, les maris se déclarent à 95% comme ayant un salaire supérieur à leur femme. Autant dire que ce sondage vient de montrer combien les biais de réponses entre hommes et femmes pouvaient être importants, et combien il n’est pas possible de croire ces chiffres sauf quand ils soulignent à quel point les sondés sont capables de mentir pour se donner une bonne image d’eux (hommes), ou préserver leur statut de victime (femmes).

    • Commentaire de kasimar:

      À la question «Pourriez-vous rester à domicile pendant que votre conjoint(e) travaille?», 76% des hommes répondent «oui» … 

      Bizarre ! je n’ai pas l’impression que ce pourcentage soit cohérent avec de ce que j’observe autour de moi. Peut on savoir sur quel échantillon de statistique le questionnaire a été fait ? Est-ce dans les beaux quartiers de Paris qui sont à l’avant garde de la modernité ?

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Eh bien voilà, les journaux concons ont plaint Melle Pulvar de ne pouvoir être libre dans sa carrière professionnelle et j’ai cru qu’elle l’avait quitté pour cette raison. Mais en fait c’est Arnaud qui l’a quittée.

     

    Article Figaro du 23/11/2012

     

    De toutes les façons, tout cela n’a rien de sérieux.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Y paraît que le célibat des femmes est mal vu à partir de 40 ans désormais :

     

    Figaro du 23/11/2013

     

    La société qui a favorisé ça, jetterait désormais l’opprobre sur les femmes. Etrange… ou plutôt complètement ridicule.

  8. Commentaire de Didier:

    Je ne me prononcerai pas sur son livre que moi non plus je n’ai pas lu. Je ne connais pas sa vie privée et familiale, par contre je suis très mitigé par rapport à plusieurs de ses interventions.

     

    J’étais d’accord avec elle sur plusieurs sujets où elle était clairement antiféministe; c’est très rare pour une écrivain et donc appréciable.

    Par contre, à en croire ses propos sur d’autres sujets, on jurerait qu’elle est féministe.

     

    Par exemple sur l’absence de modèles féminins positifs selon elles, où elle va jusqu’à dire qu’aujourd’hui « les femmes n’ont pas forcément à se reconnaitre dans des modèles féminins, on peut se reconnaitre dans des modèles masculins » ou encore « une fille peut se rêver en Alexandre le Grand et c’est ça qui est beau! ».

    Elle déclare également que les modèles féminins dans le domaine artistique comme les chanteuses ou autre ne sont pas des modèles féminins valables. J’ai trouvé ça très dédaigneux déja. Ensuite c’est caricatural, on sait très bien que les gens ont tendance à s’identifier, particulièrement les plus jeunes, ça veut pas dire qu’il vont chercher à copier tels des sosies. Bien souvent il mènent ou il mèneront une vie bien différente que les sources d’inspirations multiples de tous horizons qui jalonnent une vie, et l’enrichissent d’après moi.

     

    Moi je suis désolé, il y a des chanteuses que j’estime plus que madame Polony, de même que des caissières. Il y a des tas de filles en fac de médecine qui écoutent Shakira, et alors? qu’est-ce que ça peut bien faire? De même s’il y a plus de femmes actrices que de Marie Curie quel est le problème? En plus il suffit d’observer autour de soi, on voit tous tous les jours des femmes policières, pompiers, profs, médecins, avocates etc… C’est même pas vrai ce qu’elle dit.

     

    D’ailleurs réflexion toute personnelle, je n’estime pas une personne uniquement à son cursus scolaire, son compte en banque, sa notoriété, son Q.I., la cote de sa profession ou sa non profession. Tous ça c’est des critères qui compte quand même bien entendu, mais j’essaye de regarder toujours l’individu dans sa globalité, pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.

    Il y a des grands scientifiques qui n’ont jamais réussi à obtenir le permis de conduire, ou planter un clou sans se casser un doigt.

  9. Commentaire de kasimar:

    Vous me faites penser qu’il faudrait que je me procure les bouquins de Natacha Polony : l’homme est l’avenir de la femme entre autre.

     

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription