Accueil » Homme en lutte » Choisir une compagne par amour
AIMELES Antiféminisme

Choisir une compagne par amour

Publié le 6 mai 2020 par Léonidas Durandal à 9 h 16 min

Il y a la bestialité du sexe pour présider à la formation des couples. Comme les animaux, les mâles engrossent la femelle qui élève plus ou moins seule les enfants, quelques fois en acceptant la présence de pères de substitution. Que dire de ce mode de reproduction sinon qu’il est le stade le plus primaire pour un être et une société humaine. Voilà pourtant le modèle qui a été promu en 1968 dans tout l’Occident, un retour à l’état tribal le plus primitif, et que les gauchistes soucieux de leurs intérêts se sont fait un devoir d’ignorer dans toute leur hypocrisie.

Juste au-dessus, les hommes et les femmes peuvent se rencontrer par hypergamie. Les femmes sélectionnent les mâles qu’elles respectent pour leur statut social. Ainsi, les hommes sont invités à enrichir la société, s’ils veulent avoir accès à la reproduction, et la société s’en trouve plus prospère grâce à cette concurrence entre mâles organisée par les femelles. Cette hypergamie débouche nécessairement sur une polygamie, car les mâles les plus productifs peuvent entretenir plusieurs femelles au cours de leur vie. A l’intérieur de ce stade, le moins évolué est celui de la polygamie simultanée. L’homme entretient en même temps plusieurs femmes. Un peu plus civilisée est la polygamie successive. L’homme entretient une femme disons de 20 à 40 ans, juste le temps d’élever les enfants un minimum, puis il prend une seconde épouse de 40 à 60 et peut même en prendre d’autres après, surtout s’il ne s’agit pas pour la femme de construire un foyer mais de se mettre en sécurité affective et financière.

Le troisième stade d’évolution me semble être celui des mariages arrangés d’abord polygames, puis monogames, et enfin intégrant les désirs des individus qui le composent. Au comble du progrès, toute une société, tout un environnement familial, et les individus eux-mêmes, finissent par trouver un compromis acceptable, chacun défendant ses prérogatives avec pour impératif, la formation d’une union durable, et même à vie dans une civilisation catholique. L’Église impose la liberté de conscience. La famille, privilégie l’entente à long terme des mariés, et les questions matérielles (animales). Les individus sont mus par l’attirance bestiale, spirituelle, psychologique etc.

Ces mariages complexes sont bien connus puisqu’ils ont organisé notre Occident durant des centaines d’années. La solidité du foyer ainsi constitué permettait de faire prospérer les enfants au mieux. A ce propos, la liberté de conscience imposée par l’Eglise, n’empêcha pas les classes sociales d’organiser l’endogamie pour sécuriser les unions. En plus du contrôle des fréquentations, et du mimétisme naturel à toute société humaine, chaque milieu favorisa les rencontres amoureuses de ses jeunes gens célibataires (bal des pompiers, rallye…), autant pour permettre la perpétuation de la race, que pour donner un cadre à leurs pulsions.

A l’intérieur de chaque catégorie, les propriétaires terriens cherchaient à éviter la division des fermes, surtout à partir du moment où l’état égalitaire voulut mettre tous les enfants sur le même plan en matière d’héritage, ou bien en les asservissant dans les temps plus anciens. Les cultivateurs s’adaptèrent alors à la bêtise de l’état en continuant à marier les propriétés entre elles par un abaissement drastique de leur fécondité, ce qui explique à mon avis, une augmentation moins forte de la population française par rapport au reste de l’Europe jusqu’au milieu du 20ème siècle, tandis que notre pays possédait les terres les plus fertiles en comparaison de celles de nos voisins.

L’histoire française sur une durée de 1600 ans peut se comprendre comme une nostalgie de l’époque romaine et de son état centralisé, avec tous les désordres qui suivirent ce sentiment néfaste d’attachement anachronique, et qui permit aux barbares puis aux jacobins de sévir en notre pays. La France était prospère avant l’arrivée de Romains. Elle fut très prospère pendant. Puis juste au-dessus de la moyenne quand l’empire s’effondra. Encore fallut-il que l’Eglise panse bien des plaies que les nouveaux arrivants causèrent. Depuis qu’ils ont vaincu, sans conteste, notre pays n’est plus rien. 

Pour revenir plus précisément aux catégories sociales, les seigneurs mariaient les royaumes entre eux en envoyant leurs filles au loin. Et les bourgeois mariaient les perspectives d’insertion sociale de leurs enfants. Les exceptions étaient nombreuses. De nos jours encore, une riche héritière peut choisir un manant prometteur, tout comme les monarchies d’Europe n’ont cessé d’intégrer en leur sein des bourgeois talentueux. En matière de mariage, la mobilité sociale joue souvent en comblant les manques de chacun. Jacques Chirac était d’origine prolétaire, tandis que la famille de Bernadette était bien installée…

Tous ces mariages arrangés ont pu connaître l’amour, qui arrivait souvent dans un second temps, si les individus s’entendaient, partageant même morale et mêmes affinités, acceptant l’autre dans sa différence fondamentale tout s’en réjouissant. Il se dit que ces unions réussissent autant que les mariages passions. Mais aucun de ces systèmes ne chercha de lui-même à mettre l’amour en premier, sans distinction d’origine, comme le fit notre Eglise, amour appelé « liberté de conscience » et assise sur la possibilité pour l’individu de choisir, jusqu’à pouvoir refuser le mariage et devenir célibataire consacré au service de Dieu.

De nos jours, cette idée s’est propagée dans un cercle qui va bien au-delà de l’Occident et des sociétés d’origine catholique. Dans la nôtre, où la sainte religion est devenue minoritaire, les gens sont toujours en quête de cet idéal, tandis que la sécularisation a fait sentir ses effets, ce qui donne lieu à bien des désillusions, et à toutes les confusions possibles ou imaginables chez les individus, la principale de celle-là étant que des relations sexuelles agréables seraient le signe d’une entente possible à long terme. Au contraire, le sexe masque les évidences. A cause de questions hormonales, des êtres dissemblants vont renforcer leur attachement l’un à l’autre et se mettre dans une ornière affective et judiciaire, dont ils ne sortiront au mieux que par la stérilité.

Certains réussissent à s’accommoder d’une telle imprudence. Grand bien leur fasse, mais ils sont très minoritaires. Pour la majorité, la multiplicité des partenaires, les conduira à devenir insensibles à l’altérité, tout en devenant très exigeants en matière d’engagement. En vérité, la plupart des couples qui réussissent, fonctionnent sur un schéma traditionnel et ne s’écartent pas tellement d’une voie tracée par tous leurs ancêtres avant eux. Ceux qui prônaient la révolution sexuelle, en sont revenus à des considérations bien matérielles

S’il est dit que les filles ne peuvent avoir plus de 3 partenaires sexuels réguliers dans leur vie sans devenir incapables de fonder un foyer stable, la plupart ne fondant un foyer équilibré qu’avec le premier partenaire sexuel régulier qu’elles auront eu, je voudrais aborder en principal la position des hommes. Les femmes connaissent trop leur situation pour avoir besoin d’être enseignées sur ce sujet. 

Nous ne sommes pas comme les femmes. Si nous nous attachons à une personne avec qui nous multiplions les rapports sexuels, ce mouvement sera moindre chez nous. Nous sommes plutôt sensibles à « l’amour » que nous éprouvons pour l’une de celles-là. Je veux dire par là que, comme une femme aimera de manière irrationnelle le premier homme avec qui elle aura couché, les hommes seront marqués au fer rouge par la première femme qu’ils auront aimé et avec qui ils auront entretenus une relation plus ou moins suivie. Et comme les femmes devraient choisir avec soin ce premier partenaire sexuel, les hommes devraient éviter de se brûler les ailes en multipliant les relations amoureuses, mais en se réservant au maximum pour une personne spéciale.

Je sais que nous ne vivons pas des temps propices à une telle démarche. Le manque d’exemples dans les familles, nous encourage à revenir à l’état de tribu. La polygamie se répand comme d’une régression. Et l’accès au tout sexuel, à la pornographie, rend encore plus difficile le discernement. Si vous êtes riche et attirant, ce sera encore plus ardu. Les femmes essaieront de vous faire prendre la vessie de leurs émois pour la lanterne de votre amour.

Pour réussir en tant qu’homme, un mariage d’amour, l’union la plus exigeante qui n’ait jamais été inventée dans une société humaine, il vous faudra donc garder une ligne directrice difficile à tenir en ces temps de décadence, surtout dans le cas où vous n’auriez pas eu la chance d’accéder à un mariage arrangé, dispositif qui se raréfie aussi tandis que l’effondrement civilisationnel se propage. Il vous faudra engager votre amour en direction d’une personne valable tout en sachant que vous n‘aurez pas tellement le choix au cours de votre vie.

En effet, cette alchimie amoureuse est capricieuse, demandant à réunir en une même personne, attirance bestiale, psychologique, spirituelle. Même avec un coeur d’artichaut, cet alignement des astres ne se produit pas si souvent que ça. Il est violent, immédiat, instinctif, mystérieux. Chacune de ces rencontres spéciales aura une signification particulière dans votre vie. Peut-être surtout les amours d’enfance. Parce que la sexualité ne vous aura pas encore tourné le coeur.

J’aurais donc envie de vous dire en premier lieu, comme d’une règle sanitaire, de garder contact avec vos amours d’enfance. Ils vous révéleront bien après ce qu’ils signifiaient, ils vous apprendront beaucoup sur vous. Je ne vous dis pas d’entretenir une relation suivie avec chacune des filles que vous aurez aimé, ni de fantasmer quant à une relation impossible, mais de conserver qui d’un contact sur un réseau social, qui d’une adresse, qui de nouvelles par des amis communs, autant que possible. Car qui sait…

En deuxième lieu, je vous conseillerais de regarder votre désir avec objectivité. Avez-vous envie de lâcher la purée dans l’utérus de celle qui vous attire, ou bien avez-vous un sentiment plus élevé à son égard. Il faudra absolument vous concentrer sur les secondes et chasser de votre sguègue la tentation des premières. En général, c’est assez simple à discerner lorsqu’on se pose la question. Car il ne faut pas se perdre dans des relations improductives qui vous écarteront du droit chemin.

Troisièmement, vous devriez prendre en compte votre désir sur toute une vie. Jusque sur votre lit de mort, vous banderez, et vous aurez envie de répondre aux attentes d’une femme. Mais vous n’aimerez pas tout au long de votre existence à l’identique. Au début, vous désirerez trop souvent, puis trop peu. Peut-être à l’inverse d’une femme. Pour un homme, le désir amoureux n’est pas du même ordre que le désir sexuel. Il se délite, il devient distant, froid, résigné, tandis que, comme je l’ai déjà précisé, le désir sexuel vous tiendra en haleine jusqu’au bout.

Quatrièmement, le plus difficile sera de distinguer un désir viable sur le long terme d’une passade. Le désir viable sur le long terme est fort. Mais il rend d’autant plus aveugle. Ici, vous serez certainement le jouet de votre éducation et de la capacité que vous avez eu de prendre du recul sur elle. Car la réussite de votre engagement dépendra pour bonne partie de votre lègue familial en matière sentimentale et de votre volonté à le faire prospérer. Si vous êtes capable de vous autoriser à aimer quelqu’un de bien, c’est merveilleux. Si la passion l’emporte, priez pour que votre héritage affectif et le sien, soient suffisant pour vous conduire à bon port. 

Dans quelle mesure, notre société autorise l’amour ?

Vous imaginiez ce temps révolu, d’une société qui interdirait ou autoriserait les unions au gré de son bon vouloir, privant les individus de l’exercice de leur liberté de conscience. Rien de moins sûr. Dans notre pays, et dans bien des pays occidentaux, la loi castre les hommes qui se séparent d’une femme. Autant dire que vous êtes sous la menace constante d’une intervention étatique qui détruira tout ce que vous avez voulu construire.

Je vous conseille donc premièrement de ne jamais vous marier civilement. Le mariage laïc républicain est conçu, non seulement pour vous asservir, mais aussi pour inciter votre compagne à vous quitter. Si vous vous mariez religieusement en cachette, sachez que l’état peut vous faire condamner, mais aussi valider ce mariage légalement, s’il vient à en être averti (dès que votre femme vous quittera). Eviter le mariage civil, ne vous évitera donc pas de nombreux ennuis, surtout ceux liés à la pression qu’exerceront des mères redevenues célibataires et qui utiliseront vos enfants, mais ça limitera les difficultés en cas de séparation. Dans tous les cas, si vous avez des biens, le passage devant notaire avant vie commune, vous préservera de pas mal de déconvenues. N’y voyez surtout pas un manque de romantisme, point de vue éminemment féminin et intéressé, mais une manière de construire votre maison sur du roc. Certes, vous devrez apprendre la confiance envers votre partenaire, mais jamais ne la tenter. 

Deuxièmement, je vous conseillerais d’être plus pauvre que votre femme, toujours et toute votre vie, même si vous vous séparez d’elle. Car tant que vous aurez des enfants en âge d’être pensionnés, vous serez constamment sous la menace d’un racket en cas de séparation, femmes sans l’ombre d’un remord puisqu’elles n’auront plus de sentiment pour vous, ou qui désireront se venger, et qui se serviront alors de l’état pour vous mettre en slip. Votre pauvreté relative calmera leurs ardeurs vénales, mais surtout, calmera un peu les velléités du système. N’écoutez pas ceux qui vous disent que vous ne trouverez pas une femme si vous êtes plus pauvre que celle que vous convoitez. Bien entendu, une femme s’ouvrira plus facilement à un riche, mais il est aisé de compenser ce handicap par un désir fort pour l’une de celles-là, et de réveiller très facilement l’utopie romantique qui dort en chacune d’entre elles.

L’insécurité juridique est telle qu’il faut vraiment vous poser la question d’avoir des enfants ou non. Aucun idéalisme ne pouvant survivre à la machine de répression étatique actuelle. A cause de cette dernière, vous pourrez perdre votre progéniture, votre famille, vos revenus, votre maison, votre assise sociale. Et à la fin, je peux vous dire que vous serez guéri de toutes vos anciennes illusions, quelle qu’ait été la force du sentiment que vous pu ressentir au cours d’une rencontre.

Je ne vous ai pas parlé du désir des femmes à bon escient. Les femmes n’aiment pas. Elles aiment être aimées. Et la force de votre désir, votre détermination, convaincra la très grande majorité d’entre elles. Encore faut-il que vous soyez animé par ce désir, ou bien que vous ayez acquis une stature sociale prompte à vous mettre, de facto, sur un piédestal à leurs yeux.

En guise de conclusion

L’attirance passionnelle pour une femme est un bien rare et précieux, que vous devez apprendre à ménager. Malgré ce sentiment, peut-être n’êtes vous pas faits pour vivre avec elle. Peut-être votre passé et/ou le sien, votre manque d’éducation/le sien, vous entravent à ce point que la vie commune soit impossible. Qu’importe. Ce constat signifie que vous allez souffrir et que vous souffrirez d’autant moins que vous mettrez un terme rapide à cette relation. Une vie à deux viable, se passe bien. C’est idiot de le dire ainsi, mais il faut le répéter : les couples qui réussissent ensemble sur la longueur s’accordent. Quand vous entendez l’un de ceux-là vous affirmer qu’il n’y a pas de relations sans conflit, il est surtout en train de vous expliquer qu’il a réussi à les dépasser. Rester dans la dispute n’est pas viable et il y a bien des femmes pleines de qualités avec qui vous pourrez construire sur du roc, si vous ne vous êtes pas brûlé les ailes avant. Car si votre désir a été réduit à néant suite à de trop grandes difficultés durant une relation chaotique, aucune femme ne pourra plus vous émoustiller, excepté pour le sexe, ce qui vous conduira à une abstinence forcée pour espérer vivre de manière équilibrée et décente. Je vous souhaite plutôt de préserver en vous, cette flamme qui vous vient de votre maman, et de la déclarer à une gazelle qui ne l’éteindra pas, parce qu’elle en vaudra le coup.

Voilà les paroles que je n’ai pas reçues, qui m’auraient bien profité et qui je l’espère, serviront à l’un de mes lecteurs ou à un de ses enfants. 

17 Commentaires

  1. Ping de Christophe de sexe male:

    Bonjour,

    Je suis un peu perdu. J'ai rencontré une femme récemment. Nous nous fréquentons depuis deux mois. Je pense qu'elle pourrait me convenir, elle est cultivée, très jolie, de parents aisés. Elle est féministe comme toutes les femmes en France mais ouverte à la discussion. Elle ne blâme pas tout sur les hommes. Sa logique n'est pas dans le 50/50 mais "qu'est ce qui nous est le plus bénéfique à tous les deux". Elle a eu peu de partenaires sexuels car elle est restée dans une relation suivie de ses 19 à 24 ans (elle en a 25 aujourd'hui et moi 29). Bref, c'est une personne saine et nos personnalités s'accordent bien.

    J'ai grandi avec un père absent et je suis un ancien queutard. Ma dernière relation était difficile. J'étais très amoureux d'elle. La nouvelle le sent et m'a fait comprendre qu'elle n'appréciait pas beaucoup de recevoir des "miettes sentimentales" lorsque l'autre a eu droit au gateau entier. Je sais que si cela continue ainsi, elle me quittera et je perdrai une potentielle partenaire de vie.

    Que faire pour retrouver cette passion, ce désir ?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour Christophe,

      Vous ne retrouverez jamais ce désir. Comme vous avez eu un père absent, vous vous êtes attaché à la mauvaise personne, et vous ne pouviez que vous attacher à la mauvaise personne. Heureusement, c’est terminé, et vous avez l’immense chance d’avoir trouvé quelqu’un de « bien ». Ce n’est pas donné à tout le monde. Ce que vous demande votre nouvelle compagne, vous ne pouvez pas lui offrir. Mais vous pouvez lui proposer un autre chemin, fait de patience et d’engagement progressif. Demandez-lui si elle aura la patience de vous attendre un peu sur ce chemin. Demandez lui si elle est prête à prendre ce risque pour vous. Car avec le temps, et l’engagement et le sérieux, un autre type de relation naîtra, beaucoup plus solide que la passion qu’elle veut susciter. Maintenant, si elle ne veut pas, si elle veut quelque chose d’impossible, alors vous devrez agir en homme et mettre un terme à la relation. Vous devrez le faire si vous voulez une vie sérieuse et une relation durable. Vous devez donc surtout vous poser la question de savoir si vous voulez construire quelque chose de sérieux et vous en donner les moyens. Et vous devez vérifier qu’elle ne vit plus dans le monde des licornes. Discutez de manière directe et même dure, avec cette femme, vous montrerez que vous êtes quelqu’un qui assume la discussion. Si elle veut un gamin à ses côtés, vous le verrez tout de suite. Elle doit faire le deuil de sa toute puissance sur vous. Et vous, vous devez faire le deuil de votre ancienne relation. Voilà le chemin que vous avez à parcourir. Bonne chance.

      M.D

      • Ping de Christophe de sexe male:

        Pourquoi donc ? La dernière relation n'était pas mon premier amour.

        Oui, je veux une relation sérieuse. J'en ai toujours voulu une, je pensais que cela passait par coucher avec toutes les prétendantes. Nous avons déjà eu cette discussion plus ou moins. Lorsque je lui ai dit le nombre de partenaires que j'ai eu, cela l'a un peu rebutée. Elle m'a dit qu'elle était prête à passer outre à la condition que je travaille à me remettre de mon ex et développer des sentiments plus…romantiques envers elle. C'est pour cela que nous ne nous fréquentons que depuis deux mois alors que j'avais manifesté un intéret bien avant. J'essaierai de lui exposer ce que vous venez de dire mais je pense sincèrement qu'elle refusera. Elle est très sollicitée. Et quand je dis qu'elle est très jolie, ce n'est pas juste sa plastique. Elle a su garder son innocence ce qui est rare de nos jours. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire ? Les gens qui ont su préserver leur coeur et leur corps ont une certaine aura ? Bref cela ajouté, à sa personnalité et son intelligence fait qu'elle a beaucoup de prétendants, dont parmi eux des gens encore capables de tomber amoureux. Aussi, je pense qu'elle dira non. Cela me déprime un peu. Il est dur pour moi de trouver des gens qui me conviennent. Je suis autiste et c'est l'une des rares personnes, surtout parmi les femmes, qui ne me surstimule pas et avec qui je n'ai jamais ressenti le besoin de "prendre le masque neurotypique". Il est triste de voir à quel point mes chances étaient foutues dès ma naissance à cause de ma composition familiale. J'aimerais tellement me poser et avoir des enfants avec une femme saine…

      • Ping de Christophe de sexe male:

        Vous aviez à la fois tort et raison. Je n'ai pas pu décider de tomber amoureux d'elle. Elle a donc mis un terme à nos fréquentations en me disant que quitte à être raisonnable, autant l'être jusqu'au bout et construire une relation solide avec quelqu'un qui a moins de bagage émotionnel que moi…Et elle s'est fiancé avec son ex, que ses parents adoraient. Elle refuse jusqu'à aujourd'hui d'être amicale avec moi. Elle est polie mais distante, prend soin de ne pas parler de sa vie privée et ne rien demander sur la mienne. Elle a décidé de me traiter comme une vague connaissance. Je trouve ça très violent comme comportement. Les femmes sont sensées être des êtres sentimentaux mais quelle froideur, quelle objectivité dans les sentiments. Quel calcul ! Je suis tombé amoureux d'une jeune femme peu après. Elle était elle aussi malsaine, je n'ai rien tenté. Je peux toujours tomber amoureux mais pas d'une future mère de famille…

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Bonjour Christophe,

          Les femmes sont des êtres de calcul justement parce qu’elles sont sentimentales. Celui qui connaît les sentiments, les maîtrise et peut les orienter. Ceux qui, comme beaucoup d’hommes, cherchent à ignorer le monde des sentiments, ne sont que des pantins manipulables à souhait. Ils ne sont ni des êtres sentimentaux ni des êtres de calcul.

          Elle a fait ce qu’elle devait faire pour vous deux. Elle a fait au mieux. Heureusement, les femmes sont hypergames. Vous avez eu votre chance avec elle, et elle a pris la décision que vous n’aviez pas le courage de prendre. Comme souvent dans les couples, la femme a été la personnalité forte qui a assumé pleinement la situation. Elle en a conclut qu’elle voulait quelque chose que vous ne pouviez pas lui donner. Elle en a tiré les conséquences. Vos deux désirs ne se sont pas rencontrés comme cela arrive si souvent entre un homme et une femme de nos jours. Elle avait l’ambition d’aimer et d’être aimée. Elle ne sera jamais qu’aimée, mais aimée comme toute femme doit l’être. A vous de faire vos deuils. Elle vous a donné l’occasion d’avancer. Vous lui devez beaucoup.

          M.D

          • Ping de Christophe de sexe male:

            Merci pour vos conseils. Elle m'a en effet beaucoup appris. Je l'appréciais beaucoup justement parce qu'elle comprenait bien la nature humaine. Une personne très authentique qui savait ce qu'elle voulait. C'est pour ça que j'aurais aimé au moins être son ami mais elle m'a répondu qu'elle ne croyait pas à ce type d'amitié. Je crois que c'est trop tard pour moi. Les jeunes femmes pour la plupart veulent des mariages d'amour. Je suis incapable d'être amoureux d'une femme stable. J'espère que cela servira de leçon à tout homme qui me lit. Enchainer les relations ne mène nul part. Il y a une chose que je comprends pas. C'est cette phrase : "Elle ne sera jamais qu’aimée, mais aimée comme toute femme doit l’être. " Vous voulez dire qu'elle n'aime pas son compagnon ? 

          • Ping de Léonidas Durandal:

            M Christophe,

            Pas comme elle l’aurait voulu. Mais elle y sera attachée comme une femme le doit. Ne la torturez pas en essayant de rester ami avec elle. Faites ça au moins pour elle.

            M.D

          • Ping de Christophe de sexe male:

            Bonjour Monsieur,

            Vous semblez penser qu'elle m'aimait moi d'un amour romantique et lui, d'un amour moins passionné et que c 'est pour cela qu'elle ne souhaite pas rester amis. Je ne vais pas m'étaler mais je sais qu'elle était très amoureuse de cet ex et qu'elle l'a quittée justement parce qu'elle trouvait que cette passion était parfois toxique. Elle m'avait dit vouloir une raltion plus "mâture". Je pense que ça ne la dérangeait pas de m'aimer de manière amicale uniquement  mais elle avait besoin d'un compagnon qui de son côté l'aimerait de manière passionnelle. Je pense que qu'elle va aimer et être aimée en retour. Mais que la relation sera moins "safe" qu'elle l'aurait aimé. Peu importe la raison, j'ai décidé de la laisser tranquille. Voilà 6 mois que je ne lui parle plus et j'ai appris ses fiançailles via des connaissances communes. Je continue de trouver ça violent, il n'y a eu aucune transition. L'apparente indifférence est pire que si elle m'en voulait franchement.  

          • Ping de Lou de sexe femelle:

            Bonsoir M. Christophe,

            Son "indifférence" vous blesse mais si elle avait accepté d'être votre amie, cela aurait été mauvais signe. Son indifférence est aujourd'hui feinte alors que là, elle aurait été avérée. Et on peut être amoureuse de deux personnes en même temps vous savez.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Chère Lou,

            Pensez-vous que votre commentaire va les aider à faire le deuil de leur relation ?

            M.D

          • Ping de LOU de sexe femelle:

            Cher Léonidas,

            J'ai hésité avant d'envoyer mon précédent commentaire mais je pense que sur le long terme oui. Vous soulignez souvent que les femmes sont supérieures affectivement. Et, je pense que si sur le long terme, elles se remettent plus complètement des ruptures c'est parce qu'elles connaissent complètement les tenant et les aboutissants, les dynamiques cachées de leurs précédentes relations.Elles en tirent alors des leçons et abordent leurs prochaines rencontres avec espoir, voir arrivent sincèrement à changer le type d'homme par lequel elles sont attirées. M.Christophe me semblait avancer un peu lentement et je pensais que savoir cela l'aiderait (moi ça m'aiderait).

             

            J'hésite encore à écrire ces lignes et n'hésitez pas à censurer mon commentaire si vous estimez qu'il dépasse les limites. Mais, le profil d'homme queutard qui tombe en permanence "amoureux" de femmes problématiques en général, ne savent pas faire la différence entre être amoureux et les liens traumatiques. Les femmes toxiques sont douées pour donner l'excitation des débuts. Elles ont un comportement mimétique (elles projettent ce que vous voulez voir d'elles), elles boivent vos paroles, vous écoutent comme si vous étiez fasciant, elles vous font sentir spécial, comme si vous étiez le centre de leur monde.Ces forts sentiments que vous ressentez à leur égard, (qui ne sont pas de l'amour mais plus une grosse validation narcissique qu'elle vous offre), elle les amplifient par la sexualité. Puis, elles se comportent mal, plus mal que ce qui est tolérable mais vous pensez à l'intensité des sentiments que vous avez ressenti et ressentez parfois encore quand elle  cherche à être séduisante. Et puis, si votre maman était toxique, elle piquera encore plus votre attention, car on remarque en premier lieu ce qui nous est familier même si on ne l'aime pas. (Cf Johnny Depp qui a quitté Vanessa Paradis qu'il admet avoir aimé pour cette folle d'Amber Heard). Et vous tombez dans un cycle ou soit vous êtes en train d'essayer de la contenter pour obtenir l'admiration des débuts soit vous etes en train d'apprécier cette admiration. Un peu comme un drogué qui alterne montée et descente. Cela ressemble au sentiment amoureux mais ça ne l'est pas. C'est un lien traumatique, une communion de névrosés. 

             Etre amoureux, c'est avoir une admiration et une attirance physique et mentale pour la personne dans son ensemble. Ce que vous sembliez ressentir avec cette femme qui vous a quitté. Je pense que c'est pour cela que vous avez du mal à vous en remettre. Pour une raison ou une autre, vous vous êtes auto saboté. Mais, il y a un point positif. Vous avez croisé une nouvelle femme toxique, mais maintenant que vous avez connu l'amour véritable, cet ersatz de sentiment amoureux ne vous a pas séduit et vous n'avez rien tenté. 

            J'extrapole peut-être mais c'est ce que je constate de tous ces hommes (et ces femmes d'ailleurs) qui sont "amoureux" de personnes toxiques. Lorsqu'on les fait se rendre compte de cela assez tôt, elles réussisent enfin à aimer des gens sains. Je suis plus optimiste que M.Léonidas. Je pense que si l'on a la volonté et une foi en Dieu, on peut se remettre d'un dépucelage raté ou d'une première relation amoureuse malheureuse. Mais pour cela, il faut un temps d'abstienence long, un travail sur soi même et se remttre dans les mains de Dieu. J'ai vu des revirements spectaculaires. 

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Lou,

            Et avez-vous vu de ces revirements chez des hommes ?
            (Pour le reste, l’amour, ce n’est pas la rencontre de deux manques alors ?)

            M.D

          • Ping de Lou de sexe femelle:

            Je savais que vous me poseriez la question  et j'y réfléchis depuis un moment ! J'ai un couple précis en tête. Un ancien coureur de jupons marié à (excusez ma vulgarité mais je ne trouve pas autre chose) une ancienne salope. Je pense qu'il y a bel et bien eu ce revirement pour lui. J'ai l'impression que le fait qu'elle assume son passé sulfureux l'a départi un peu de son cynisme. Ils sont très mignons à voir en tout cas. Il est au petit soin pour elle et la couve d'attention, elle l'écoute beaucoup et parle fièrement de lui partout. Et puis il y a tout le language non verbal…En  tout cas, s'il joue la comédie il est vraiment doué. Je crois que le vrai problème en viellissant, c'est que l'on devient plus sélectif. Il ne suffit pas de grand chose pour tomber amoureux lorsqu'on est jeune. Mais en vieillisant, je pense que notre inconscient met des verrous sur certains profiles…Ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. 

            Qui saura au fond donner une définition exacte de l'amour ? Et puis, je pense qu'il existe sous différente forme. Je dirais qu'il faut se méfier des coups de foudre qui ont plus le potentiel de créer des relations toxiques. Mais je connais des couples heureux qui ont eu un coup de foudre à 15/16 ans et sont encore ensembles. Je crois que quelque part oui, c'est la rencontre de deux manques, mais ces deux manques peuvent se combler de façon négative ou positive. Ma relation, contre toute attente est née  d'un coup de foudre. Psychiquement, je ressemble à sa mère. Il ressemble beaucoup à mon père. Lorsque je réfléchis, les hommes que j'ai fréquenté avant, ressemblaient aussi à mon père dans leur caractère. Mais dans une version qui ne me plaisait pas. 

  2. Ping de Zirkon de sexe male:

    Oh Durendal. Tu touches mon coeur. Tu donnes du sens au chemin que je mène. Merci à toi.

  3. Ping de Aquila de sexe male:

    C'est l'esprit romain qui a fait la France. Elle n'existait pas avant Rome; c'était juste un amalgame de peuples refusant toute union. C'est les Francs qui ont rassemblé les éléments épars de Rome pour en faire un pays, dont le facteur unifiant était la chrétienté. Rome a été chrétienne, mais pas seulement. Le projet Français c’est Rome, la chrétienté est une modalité; certes essentielle historiquement, mais l’esprit français peut survivre à l’effondrement du christianisme, s’il se reconnecte avec Rome, dans toute ses contradictions, y compris avec son paganisme, paganisme qui était rempli de raison grecque, loin du barbarisme primaire. Francs qui ont rassemblé ces gallo-romains et qui se sont convertis à la religion chrétienne. Une nation, c'est une intention. Refuser cette intention primordiale qui a causée sa formation, c'est détruire ce qui peut faire tenir ensemble le peuple français (et je parle ici des blancs autochtones!). La France, c'est l'éternelle continuatrice de l'empire romain. Si la France disparaît, c'est parce que les français autochtones refusent de comprendre que ce qui les lie, c'est la volonté de "refaire l'empire romain". 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Cela fait quand même beaucoup d’espérances dans votre raisonnement. Elminer le catholicisme qui est le sous-bassement intellectuel de tout Français même à son corps défendant, même devenu fou. Se recentrer sur un paganisme qui est une régression spirituelle par rapport au catholicisme (il n’y a qu’à songer à la nécessité du sacrifice dans le paganisme, de la violence mimétique etc…). Retrouver une Rome qui s’était elle-même perdue depuis for longtemps à Rome et qui vivait depuis des centaines d’années sur ses acquis avant de s’effondrer (alors que la Gaulle commençait à se romaniser, Rome commençait sa longue descente en enfer). Accepter ce liant barbare franc (comment ce faire d’ailleurs sans le christianisme qui a fait le lien entre Rome et les barbares), qui est une régression pour notre époque (si elle n’a jamais été un progrès pour nous).

      Si je songe à un élément fort, une mythologie originelle assez puissante pour faire naître du vivant à partir du mort, je ne vois que Jésus pour réaliser un tel exploit. Sinon, ce sera la régression socialiste, à la sauce confucianiste/bouddhiste. C’est le seul paganisme qui a un tout petit peu de tenue intellectuelle face au catholicisme, ou le socialisme islamique.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.