Accueil » Etat de droit et politique » Chronique habituelle du féminisme dans nos médias.
Antiféminisme Aimeles

Chronique habituelle du féminisme dans nos médias.

Publié le 15 février 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Toutes les semaines nous sommes bombardés d’informations qui visent à légitimer le féminisme. Au final, nous ne prenons jamais le temps d’analyser ces informations. Elles nous paraissent normales. Elles ne nous concernent pas, bien souvent nous les sous-estimons. Mais bombardés, nos esprits perdent tout esprit critique, nous ne comprenons plus où ce monde veut nous emmener et par quels moyens. Nous sommes alors, portés par des évidences. Mais il y a des évidences qui mériteraient d’être remises en question. J’ai choisi quelques faits qui me sont tombés sous la main cette semaine, un peu par hasard. Je n’ai pas eu besoin d’aller les chercher tant le bombardement est démesuré pour un esprit attentif. Pour illustrer le travail de fond qui est fait sur nos consciences, je vais reprendre ces quelques informations et tenter de leur redonner un sens réel :

_ Japon : un mouvement de femmes attaque l’utilisation du patronyme après le mariage. Elles veulent pouvoir garder leur nom de jeune fille. Pour les féministes l’égalité est si importante qu’il faut qu’elle règne partout. Or, un homme a-t-il le droit naturel d’accoucher ? Certes non. L’utilisation du patronyme était faîte en « compensation » des droits naturels de la mère. Le père, incertain quant à la fécondation transmettait la vie à travers son nom. On comprend mieux pourquoi les féministes, dans tous les pays occidentalisés, se sont attaqués au patronyme. A travers ce moyen, elles ont rendu le lien entre la mère et l’enfant, exclusif, chassant le père embarrassant de cette relation (incestueuse), puis s’étonnant de la démission des pères… comme au Japon. Et oui, plus qu’ailleurs, le Japon est soumis à l’idéologie féministe quoi qu’on puisse en dire nos chroniqueurs sans culture. Les femmes y ont été travailler, et elles ont sabordé la famille et toute une civilisation au nom de leurs intérêts individuels (si nous n’avions pas d’immigration et de subventions à l’enfant en France, tel serait également notre cas).

 

_ Italie : les féministes manifestent contre Berlusconi. Eh oui, ce brave Berlusconi donnerait une image catastrophique des femmes (en particulier des femmes italiennes) lors de ses orgies… Mais ces femmes, d’où viennent-elles sinon de sociétés qui ont fait la promotion (féministe) de la liberté sexuelle ? Les féministes seraient-elles prêtes à lutter contre la prostitution, enfin. Ah non, tout est de la faute à Berlusconi, car s’il n’y avait pas de Berlusconis, il n’y aurait pas de prostitués, il faut lutter encore et toujours contre les hommes, ces affreux clients ! Ce n’est jamais la vénalité de ces femmes qui est attaquée, les femmes ayant toujours raison. Quant à Berlusconi, il dénigrerait l’image « des femmes ». Il m’est avis qu’il dénigre plutôt l’image des hommes. Mais les féministes refusent d’adopter cet angle d’attaque et pour cause : il ne faut surtout pas le montrer sous un jour qui en ferait un faible au lieu d’un oppresseur. Non, il faut qu’il soit pleinement omnipotent et non moralement déviant s’il doit servir d’épouvantail patriarcal. Reconnu déviant, Berlusconi ne serait que le résultat immoral de 60 ans de féminisme. En pleine possession de ses actes, Berlusconi peut être assimilé à un représentant du patriarcat. Or Berlusconi n’est qu’un être déviant issu d’une société entière qui a dégénéré suite au féminisme (voir les changements intervenus en Italie ces dernières années, d’ailleurs depuis 1994, les femmes sont très majoritaires à voter Berlusconi en Italie...). Il n’est que le représentant déviant de nos sociétés féministes dégénérées où un seul coq peut servir à engrosser toute la tribu, mais où la majorité des hommes est rejetée.  Vous comprenez maintenant pourquoi les féministes ne peuvent attaquer Berlusconi sous l’angle de la morale, alors que cela semblerait être l’attaque la plus évidente à faire. Il faudrait avouer que la libération sexuelle n’a rien apporté à nos sociétés, qu’une régression des mœurs s’en est suivie, et que le monde patriarcal fonctionnait beaucoup mieux que ce matriarcat dégénéré. Oui, un retour à la morale, restreindrait les droits des hommes (ça, elles seraient d’accord) mais ce qui leur est insupportable, il restreindrait aussi celui des femmes (à se prostituer par exemple). Les féministes ne supportent pas la moindre contrainte, elles voient tout à travers des rapports de force et d’une lutte des sexes.

 

_ 5 mars : journée de la femme, colloque organisé en France autour de la question : « comment améliorer la vie quotidienne des femmes ? »

J’ai déjà mes petites réponses personnelles : en leur faisant cesser le travail salarié et en les protégeant à l’intérieur des mariages ? en cédant un peu de responsabilités aux pères quant à l’éducation des enfants ? en favorisant les “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

6 Commentaires

  1. Commentaire de rondoudou:

    mais de quoi tu parles ??? on parlait du Japon et d’avant le XIX ème siècle –”””

    et pour la retraite, elles gagnent quand même BEAUCOUP moins que les hommes.

  2. Commentaire de rondoudou:

    Le pouvoir de quoi ? De choisir entre le fouet ou le baton pour se faire latter la tronche ??

    Là encore vous dites que l’homme est supérieur à la femme (à part en lâcheté et en muscle j’vois pas trop en quoi).

    Oui, elles ont un grain, mais les humains sont tous fêlés de tout de façon…

    Mais je fais comme toi mon chère ; je fais culpabiliser tout les hommes car tu fais de même avec les femmes (sauf que moi, je ne le pense pas)

  3. Commentaire de rondoudou:

    “Certes non. L’utilisation du patronyme était faîte en « compensation » des droits naturels de la mère. ” MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR !!!! LA PLUS GROSSE CONNERIE QUE J’AI JAMAIS VUE !!! Dis donc t’aurai pas pu trouver mieux ??? Mais pourquoi dans notre société actuelle, les femmes ne sont pas payés pour avoir leur règles ? Pour compensation des droits naturels ? :’)))) De plus, avant la fin du XIX ème siècle (il me semble), le Japon était MATRILINÉAIRE !! donc, le nom de famille se transmettait par les femmes ! Et j’peux te dire, qu’elles s’en mangeaient des coup de baton dans la tronche à cette époque, et le féminisme c’était 0 !! Donc arrête tes aneries !! « comment améliorer la vie des hommes pour améliorer la vie des femmes ?????? » non, tu n’amélioreras pas ma vie comme ça. C’est pas en améliorant la vie des tulipes, que tu vas améliorée celle des roses, au contraire !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle