Accueil » Archives pour la catégorie 'Etat de droit et politique'
AIMELES Antiféminisme

Etat de droit et politique

Pourquoi le socialiste vous prend pour un enfant

Publié le 24 juin 2020 par Léonidas Durandal

L’infantilisation n’est pas une anecdote en marge du socialisme, que nous aurions redécouverte à l’issu de la crise sanitaire qui vient de se terminer. C’est un mécanisme fondamental du tribalisme appliqué à un niveau étatique. Le système de dons et de contre dons qui permet d’acheter un électorat est basé sur la sujétion des individus. Dans une monarchie, les sujets sont tenus par la force des armes, avec parfois la caution mensongère de Dieu, qui relativise l’oppression du peuple et en atténue son expression. En pays socialiste, la sujétion du groupe est organisée par l’administration. Que l’individu ait lui-même vendu sa liberté contre la protection de la communauté n’y change rien. Cette sujétion est la même. Ou plutôt, elle est pire, l’histoire démontrant qu’aucun roi n’a exigé de son peuple, ce qu’une démocratie socialiste a pu en tirer, en termes d’impôts, en termes de guerres sur le champ de bataille, en termes de mal être. Seul le tyran peut égaler en férocité la démocratie socialiste. Elle est un succédanée de tyrannie avec l’administration/le peuple pour roi, et non pas son antithèse comme la démarche intellectuelle laïciste voudrait nous le faire croire.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

7 commentaires. Participez à la conversation

Les institutions qui ont émasculé les Français

Publié le 4 mars 2020 par Léonidas Durandal

Aller de l’avant, prendre des risques, mettre son corps en danger, savoir se battre physiquement et entrer en lutte selon les circonstances, penser au collectif avant soi, mettre à mort ou retenir son geste, viser le résultat, ne pas être troublé par une prise de parole publique, être toujours en recherche d’amélioration, médiateur en ce monde, connaître son environnement matériel, avoir les bons outils et les utiliser à bon escient, explorer, trancher, choisir… telles sont une partie des qualités que doit cultiver un homme pour pouvoir se considérer comme tel.

Dans l’opulence d’une société prospère ou dans l’inconscience d’un monde tribal, ces qualités s’étiolent ou ne s’épanouissent jamais. Dans le premier cas, le retour en force d’une féminisation totalitaire, qui ne comprend plus l’importance de se battre, émascule les hommes. Dans le second cas, la toute puissance de la mère empêche d’aller voir au-delà du présent.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6

8 commentaires. Participez à la conversation

Pour une définition du socialisme

Publié le 17 décembre 2019 par Léonidas Durandal

Dans ma quête de vérité, je m’y suis forcément pris à l’envers. Contrairement au bien, le mal n’est pas une multitude de petits ruisseaux qui se rejoignent pour arriver à la mer. Il fonctionne plutôt à l’envers. Sa source unique, cachée, se diffuse chez tout le monde et dans la société, et grossit au fur à mesure qu’elle se développe, comme un cancer. Pour le traiter, il faut remonter le temps, revenir en arrière jusqu’au point de départ, ce que nous catholiques appelons le « péché originel ».

D’abord, je suis parti du féminisme et de ses effets. Voilà qui était le plus évident. Par là, je suis remonté jusqu’à sa filiation socialiste. Je me suis donc intéressé aux conséquences du socialisme sur la société et à sa relation au féminisme tout en oubliant un point central dans ma réflexion, celui de définir le socialisme en tant que tel. Je comble ce manque aujourd’hui même. Qu’est-ce que le socialisme ?

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

30 commentaires. Participez à la conversation

(censure) « Sale youpin » : est-ce une insulte à caractère racial  ?

Publié le 26 septembre 2019 par Léonidas Durandal

Nous vivons dans un monde privatif de parole, et de plus en plus. Vous l’avez vu si vous suivez un tant soit peu l’actualité, nos prétendus « défenseurs de la liberté d’expression » s’évertuent à nous empêcher de nous exprimer sur tous les réseaux sociaux, depuis des années, et ce mouvement s’amplifie. Nous en finissons par perdre le sens commun.

Pour revenir à un peu plus de mesure, moi Léonidas Durandal, je me propose de vous donner quelques repères en matière d’insultes à caractère racial, ce qui est légal ou illégal, mais aussi, je ferai cette distinction par prévenance, ce qui est puni tout en étant légal. Car aujourd’hui, la punition s’étend largement au-delà du champ légal, devant les tribunaux et sur internet.

Quant à ce qui devrait être légal, je laisse ce débat for complexe à d’autres, ayant la prétention de savoir me limiter dans mon propos.

Pour faire plus simple, je vais partir d’exemples, et le premier de ceux-là : « bâtard de bougnoule » est-ce une insulte à caractère racial ?

Prenons d’abord le mot de bâtard. Il veut dire « sans père ». Il est vrai qu’avoir un père, c’est très important, et que physiquement, les enfants du passé ne pouvaient pas naître sans père. Du coup, le mot bâtard relevait d’une impossibilité qui générait l’insulte. Aucune personne n’était sans père, et surtout, aucune personne ne devait l’être.

Or aujourd’hui, notre société a laissé des familles se constituer sans père. Légalement, l’état prive des enfants de père par la PMA ou par l’adoption plénière de la part de duos de lesbiennes. Il y a donc tout un tas d’enfants reconnus par la société qui grandissent avec l’idée qu’un père est inutile à leur vie. Grâce à nos bons socialistes.

Au-delà, les manipulations scientifiques permettent de faire naître des individus à partir de deux patrimoines géniques féminins. Et ce qui n’est pas possible aujourd’hui, le sera demain. En somme, les bâtards existent, ils sont fabriqués par la science et notre société. « Bâtard » ne peut donc plus être considéré comme une insulte. C’est un état de fait pour des milliers d’enfants en France, situation organisée par l’état gauchiste, et qui en théorie, ne devrait pas pouvoir être critiquée par la justice gauchiste.

En théorie. Et j’y reviendrai. Donc un bâtard de bougnoule, un bougnoule sans père, n’est pas à exclure, sans que le terme bâtard ne puisse être considéré comme une insulte dans une conversation moderne.

Maintenant est-ce que « bougnoule » constitue lui, une insulte à caractère racial ?

Il faudrait prouver deux choses pour cela : que les races existent, et que « bougnoule » recouvre une race. Or selon nos gauchistes, les races n’existent pas. Ils viennent de supprimer le terme même de notre constitution. Donc déjà, le terme de bougnoule ne peut avoir aucune connotation à caractère racial dans l’esprit et dans nos lois.

Le gauchiste qui voudrait vous sanctionner si vous employez ce terme, doit donc imaginer que le terme « bougnoule » a un caractère racial dans votre tête. Or, voilà qui est impossible à prouver. Car qui peut savoir ce que pense et ressent un individu au moment où il a prononcé un mot, sachant que de surcroît, sous l’emprise de la colère, les mots peuvent dépasser notre pensée ?

Il est donc impossible de savoir si dans l’esprit de la personne qui prononçait un tel mot, le terme « bougnoule » recouvrait un caractère racial ou pas. Et il est inconvenant de dire que les enfants sans père sont moins dignes que les autres. Le terme de « bâtard de bougnoule » ne peut donc, en aucun cas, être caractéristique d’une insulte à caractère racial.

Mais allons plus loin encore dans le raisonnement. Et changeons de race pour ne pas faire de jaloux. D’abord si je remplace « bâtard » par « connard », est-ce que l’infraction peut être déterminée ? Un connard, c’est certain, c’est un vilain. Et puis pour être encore plus précis, si je remplace le vague terme de « bougnoule » qui n’est pas vraiment racial par congoïde ou négroïde, ou négro ou nègre si vous voulez, est-ce que je suis dans l’insulte à caractère racial ?

D’abord quand je dis « connard de négro », loin d’être raciste, vous devriez me considérer comme « >

Lire la suite

Pages : 1 2 3 4 5

4 commentaires. Participez à la conversation

Socialisme, communisme et matriarcat

Publié le 16 février 2019 par Léonidas Durandal

J’ai souvent dénoncé le matriarcat, sa vision tribale du monde, au sein même du capitalisme, et je l’ai souvent lié au communisme ou au socialisme de manière implicite. Seulement, dans nos sociétés riches par accumulation de capital, s’il est facile d’identifier les exactions de financiers habiles, il est difficile d’imaginer ces deux idéologies en forme de régression sociale. Apparemment, elles survivent dans les pays occidentaux, en particulier en Europe, et pour le plus grand bien de tous. C’est à dire pour compenser les outrances d’un système d’argent triomphant. 

Alors, au milieu de l’opulence, et de ce qui nous apparaît parfois comme des injustices financières, comment comprendre que le communisme et le socialisme sont des régressions de type matriarcal, et comment s’attaquent-elles à la civilisation ? Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7

75 commentaires. Participez à la conversation

La grande compétence des femmes du gouvernement Macron

Publié le 19 juin 2018 par Léonidas Durandal

La dernière gouvernance Hollande nous avait donné un petit de reviens-y en matière de parité. Vous ne vous rappelez pas ? Cette image avait circulé sur les réseaux sociaux, le concept avait été repris de nombreuses fois sur Facebook (les réseaux sociaux n’avaient pas encore été totalement phagocytés) :

Lire la suite de cet article »

Pages : 1

9 commentaires. Participez à la conversation

Je te déshérite

Publié le 16 juin 2018 par Léonidas Durandal

Chère enfant,

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

6 commentaires. Participez à la conversation

(Film) « La consolation » ou le « viol » de Flavie Flament

Publié le 4 décembre 2017 par Léonidas Durandal

Ainsi la maltraitance d’une mère sur sa fille va-t-elle servir à punir tous les hommes. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

17 commentaires. Participez à la conversation

Qui décide des élections, hommes femmes, riches ou pauvres

Publié le 22 septembre 2017 par Léonidas Durandal

J’ai déjà prouvé que les femmes décidaient généralement des élections dans un système démocratique indifférencié. J’ai aussi mis en évidence que le droit de vote obtenu par les femmes avait été plus loin que les pires projections des réactionnaires de l’époque. Enfin, j’ai disserté sur la manière des femmes d’envisager le monde à partir de rapports personnels, et sur la manière des hommes de réfléchir à partir de cas généraux. Aujourd’hui, je voudrais donner un cadre théorique pur à ce mouvement qui corrompt toutes les démocraties. Je le ferai à partir d’hypothèses, d’un modèle universitaire, d’une matrice.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

13 commentaires. Participez à la conversation

(Xavier Jugelé): Une union homosexuelle avec un mort

Publié le 3 juin 2017 par Léonidas Durandal

Je croyais que nous avions atteint le comble du sordide quant à cette affaire de fécondation par des morts. C’était sans compter sur l’imagination délirante de notre société qui vient d’unir deux hommes dont l’un est décédé dans un attentat. Jusqu’où les bons sentiments nous mèneront-ils ? Peut-être qu’à la prochaine étape, le « conjoint » survivant demandera d’acheter un ventre de femme pour l’inséminer avec du sperme de son défunt mari et ceci afin de conserver une trace de son passage sur terre. Pour répondre à cette souffrance inadmissible, nous le lui accorderons bien, et plus encore si affinités. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

4 commentaires. Participez à la conversation

Une présidente pédophile à la tête de la France

Publié le 11 mai 2017 par Léonidas Durandal

Je ne voudrais pas parler ainsi de Brigitte Macron. Cependant.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

27 commentaires. Participez à la conversation

(Présidentielles 2017) Une femme ou le candidat des femmes

Publié le 24 avril 2017 par Léonidas Durandal

La putréfaction de notre pays progresse implacablement. L’incohérence d’une gauche inconséquente et divisée aura été sanctionnée par un échec. L’inconséquence d’une droite à papa à côté de la plaque aura abouti à une défaite. Ce deuxième tour des présidentielles 2017 vient de faire souffler un vent de dissidence contre les institutions. Mais pour quel résultat ?

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

50 commentaires. Participez à la conversation

Les féministes n’accepteront jamais que les hommes aient des droits

Publié le 14 janvier 2017 par Léonidas Durandal

Partagez une nation en deux. Inévitablement les droits des uns s’opposeront aux droits des autres. Si vous continuez l’opération de division, vous aurez alors une guerre civile. Telle est l’époque que nous vivons entre hommes et femmes, entre croyants et non croyants, entre Français de souche et Français de papier. Le féminisme a entériné la victoire de celles qui voulaient défendre leurs droits contre ceux des autres. Il a ainsi ouvert la voie à la division. Ce n’est évidemment pas le premier mouvement de sédition à l’intérieur d’une nation, le satan étant étymologiquement le diviseur. Mais c’est celui auquel nous devons faire face de manière aiguë aujourd’hui.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

144 commentaires. Participez à la conversation

Lors des dernières présidentielles de 2012, je m’étais amusé à recenser l’absence totale de proposition pour les hommes dans les programmes des candidats. Ceux qui étaient censés être les dignes représentants de la domination patriarcale, selon les féministes, se pliaient à l’électorat féminin majoritaire. Quelle surprise !

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

22 commentaires. Participez à la conversation

Pourquoi les puissants défendent le féminisme

Publié le 28 novembre 2016 par Léonidas Durandal

J’entends déjà les complotistes répondre qu’ils cherchent à détruire l’humanité parce qu’ils sont méchants, et qu’ils veulent la mort des gens.

Cependant, la vérité est autrement plus simple : le puissant est un crétin qui veut faire le bien de l’humanité. Et si son discours porte autant, c’est qu’il rencontre la bêtise et la faiblesse des populations dominées.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

33 commentaires. Participez à la conversation