Accueil » Femme moderne misérable » Dedieu est morte : bien fait et tant mieux.
AIMELES Antiféminisme

Dedieu est morte : bien fait et tant mieux.

Publié le 20 octobre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

J’espère que le diable lui a préparé une rôtissoire à feu lent. Il doit tant lui en vouloir…

 

Le diable, se souvenant de tous les anges qui lui ont échappé par sa faute, de tous les enfants qu’elle a tué en signant le manifeste des 343 salopes et en fondant le MLF, de toutes ces petites âmes qui sont parties directement au paradis et qui lui ont échappé, lui aura certainement préparé un accueil des plus chaleureux.

Que sa mémoire soit honnie à jamais, que cette colonialiste de gauche, ce maquereau de pauvres nègres nous rappelle à jamais toute l’horreur du féminisme, qu’il en soit son image. Comme beaucoup, elle sera morte comme elle a vécu. Il y a 15 ans, elle avait décidé de quitter la France, ce pays qu’elle avait mis à feu et à sang, laissant derrière elle une traînée de poudre qu’elle avait allumée en étant de tous les combats féministes.

 

Elle était partie jouer les Nababs en Afrique. Il ne lui avait pas suffi d’imposer une tyrannie en France, elle avait voulu échapper aux conséquences de son crime. Mais l’histoire l’a rattrapée. On ne devient colonialiste du jour au lendemain, profitant de la pauvreté ambiante, prostituant les hommes noirs locaux, achetant l’amitié des populations locales sans attirer la haine et la jalousie. Nos ministres parlent de barbares qui l’auraient tuée. Je parle quant à moi, de sainte justice. Juste avant de mourir, elle a eu un avant goût de ce qui l’attendait en bas. Ces pauvres noirs dont elle avait profité durant des années, se sont rebellés. Ils ont voulu lui faire cracher l’argent dont elle s’était servie pour leur imposer une relation sociale non consentie. Ces bons nègres, l’ont kidnappée sans son fauteuil roulant dernier cri, sans ses médicaments d’occidentale, ne comprenant même pas, que sa survie même en ce pays étranger, était assurée par la France, elle qui avait décidé de quitter le bateau avant qu’il ne sombre. Elle pourrissait sur roues et ils voulaient lui tirer ses derniers subsides avant qu’elle ne meure. Ils n’ont fait qu’accélérer son inévitable déchéance.

 

dedieu

 

Elle vivait dans une maison traditionnelle, entretenant des relations traditionnelles avec un homme, vivant au milieu d’une société traditionnelle, cette même société traditionnelle qu’elle avait détruite en France. Comme toutes les féministes il y avait un grand écart entre sa vie et l’idéologie qu’elle avait imposée aux autres. Elle cherchait un environnement préservé, baisant grâce à son argent avec un jeune homme qu’elle aurait humilié s’il avait été blanc, prostituant, elle qui vilipendait les consommateurs hommes, achetant ses amitiés, elle qui devait se sentir anti-colonialiste, mais qui de fait, vivait en expatriée de ses revenus français pour profiter de ce tiers-monde.

 

Quand j’entends les réactions sur sa mort, j’ai envie de vomir. Ils me font vomir tous ces hypocrites qui font du sentiment à bon compte, croyant faire l’unanimité. Il n’y a pas unanimité. Ce genre de femme a déchiré la France en millions de morceaux individualistes. Elle a parasité tout un système jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus rien en tirer, puis est partie vivre en parasite ailleurs, ne faisant le mal qu’à hauteur de la maigre condition qu’elle avait atteinte. Elle a rendu un culte à Mammon en France, en envoyant les femmes alimenter et parasiter le système capitaliste et ceci par cupidité, écrasant les hommes au passage. Mais on ne peut à la fois servir Dieu et Mammon, on ne peut rendre un culte à deux dieux.

Quand je pense que les ravisseurs demandent de l’argent au consulat pour faire rapatrier son corps… mais putain, gardez-le. N’avons-nous pas assez payé à cause de ce genre de femme ? Ne sommes-nous pas assez en crise à cause de ce genre de femme ?

 

Oui, ils ont de la compassion tous ces hypocrites qui saignent eux-aussi la France, et qui devant l’horreur de sa fin, y voient ce qui les attend. Oui, hypocrites, vous connaîtrez la même fin qu’elle, peut-être même pire, à hauteur de l’aveuglement que vous nous avez imposé, à hauteur des crimes qui auront construit votre vie. Ne vous inquiétez pas, rien n’est perdu pour Dieu. La mort de Marie Dedieu n’en qu’un signe pour vous.

17 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Quand Pétronin nous met dans le pétrin" H16 du 05/11/2021.

    Elle est mieux là-bas à jouer les reines de la brousse. Vu la situation au pays, ça se comprend.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.