Démocratie féminisée : Ne pas faire campagne pour gagner les élections

Article écrit par

le

dans la catégorie

Hier je suis tombé sur mon vieux mémoire de maîtrise. J’y ai jeté un coup d’oeil distant, un peu effrayé de me rappeler toutes les bêtises que j’avais pu écrire à un âge si jeune. Et puis ô surprise, ô malheur, l’écrit était non seulement convaincant, mais je ne serais plus en capacité de le réécrire à ce jour. J’ai déchu, comme je vois bien que mon corps déchoit avec l’âge, comme il déchoit pour tout le monde, comme l’esprit déchoit aussi. Je l’ai constaté avec mes articles ici-même sur ce blog. Certes, j’ai gagné en expérience et en technicité. Je suis plus précis. Mais les éclairs de génie se font plus rares. L’énergie, cette belle énergie qui me caractérise et dont la jeunesse regorge, s’en va, aussi lentement et sûrement que mes cheveux blancs apparaissent.

Ne vous fourvoyez pas, je suis heureux de l’homme que je suis devenu. Mais en observant la photo de mon CV de l’époque je m’étonne d’une chose tout de même : si je devais échouer dans mes choix familiaux, comment se fait-il que ma réussite sociale n’ait pas été totale. J’étais jeune, beau, vigoureux, intelligent, plein d’énergie, de bon sens et je dirais même, sans aucune modestie, de génie. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas eu une seule institution pour me tendre la main, ou plutôt une autorité dans cette institution, pour saisir une telle chance ?

La réponse est pourtant assez simple. Déjà à l’époque, la France pourrissait sur pattes. Désormais, avec le recul, en me remémorant toutes les rencontres qui auraient pu être décisives, je me rappelle ce professeur d’université orgueilleux, empli de sa relative renommée, dont la vieillesse inquiète devenait suspicieuse des idées nouvelles. Je revois ce recruteur gras et bedonnant, explosé dans son costume, jaloux de toutes ses illusions perdues que je magnifiais. Et puis ces fonctionnaires dont le seul pouvoir consistait à reproduire une forme de médiocrité. Très rarement, j’ai rencontré la compétence, c’est à dire le désir de faire mieux pour l’organisation que l’on sert, avec les humains qui la composent. Et quand je l’ai rencontrée, elle était opprimée par les institutions en place.

En France la compétence en est arrivée à se cacher, à s’exporter, à être recluse dans des métiers d’indépendant, certes très intéressants et productifs, mais avec peu d’influence sociale. Les dernières élections l’ont montré à plein : pas de place pour le génie, ni même pour le débat. Au contraire.

A part l’abstention, à un tel niveau que nos lois n’existent même plus, le fait le plus marquant a été pour moi l’absence de campagne électorale, aussi bien pour les présidentielles que pour les législatives. Au sortir de son bon score en forme d’échec, Marine Le Pen est vite partie en vacances. Les législatives qui suivirent allaient lui donner raison. Emmanuel Macron a organisé un seul meeting. Et le débat de l’entre deux tours a consisté pour les deux candidats, à avaler le plus rapidement possible la pilule de ce mauvais moment auquel la tradition républicaine les obligeait à se soumettre. Les gagnants ont fui la confrontation. Voilà comment nos plus illustres représentants ont été élus en France.

Car cette stratégie douteuse, qui ferait peur à n’importe quel humain encore vivant, s’est pourtant révélée payante. Ne pas faire campagne pour gagner la campagne. Il fallait y penser. La France moderne l’a fait.

En France, de nos jours, il est devenu dangereux de débattre et d’exposer des idées. Ou même je dirais, d’en avoir. Vous comprenez, ça pourrait faire réfléchir les gens, et les obliger à se positionner face à la complexité du monde, à reconnaître une autre autorité que celle qui les rassure. Les Français de nos jours refusent que le monde soit complexe, tels des enfants. Ils attendent que papa leur mette une bonne fessée, voire peut-être le Papa éternel, qui sait ? En attendant, ils favorisent une médiocrité abyssale, la même qui leur a permis de survivre jusque là.

Car ne vous trompez pas, cette médiocrité n’est pas une anecdote, elle est un système de pensée basé sur la jalousie, sur l’exclusion, sur le sacrifice du génie par le groupe, génie pourtant si répandu dans notre contrée. Privé de l’idée catholique, notre pays n’arrive plus à avancer. Il préfère la régression du QI, par l’immigration incontrôlée ou par la dégénérescence autochtone. Il attend la débandade, espérant qu’un autre, ses enfants, en souffriront à sa place.

Quand je pense que dans ma jeunesse, les parents avaient encore l’idée d’élever leurs enfants, même dans la basse couche sociale à laquelle j’appartenais. Désormais, ils veulent les voir « réussir ». Eux-mêmes, ces enfants, ne conçoivent leur avenir que de cette manière. Si ce n’est pas de la médiocrité ça… La pire des phrases qu’il m’ait été donné d’entendre sur le sujet est celle d’un intégré effrayé par la possible frustration d’une génération de personnes instruites qui ne trouverait pas d’emploi à son niveau, déclassée. Comme si, où que nous réussissions à nous insérer dans la société, l’instruction pouvait nuire. Il est plus facile d’apparaître compétent en éliminant toute forme de concurrence…  A ce propos, les épreuves de sélection n’en sont même plus. Chacun, le plus imbécile des gauchistes inclus, a fini par reconnaître que le bac était donné. Pour ce faire, à cause de la baisse évidente du niveau, il a fallu abaisser tous les critères de réussite. L’institution va jusqu’à se venger sur ceux qui pourraient lui échapper. Des adultes de 18 ans ont été relégués à l’état d’enfants, qui comme dans l’école des fans, obtiennent 10 sur 10 à toutes les épreuves. Quant aux enfants réellement instruits, ils sont rabaissés pour qu’aucune tête ne dépasse, surtout les garçons un peu turbulents.

Double mouvement des mères et des électrices, l’enfant doit être « protégé », les idées ne doivent pas « choquer ». Il ne faut surtout pas bousculer mémère sous peine de se voir rejeté du système, battu aux élections, au chômage pour avoir traumatisé notre pauvre jeunesse en la déconsidérant, ou exclu de l’école pour ne pas avoir su comprendre ces règles implicites. Les 10% d’échec persistants au bac ne peuvent s’expliquer autrement. Les mémères et autres affiliés émasculés, ne veulent pas de vagues, mais elles veulent quand même garder le contrôle. Ce mouvement de l’intime est irrépressible. Tant que ce pays ne sera pas dans la situation la plus crasse possible, les femmes ne réagiront pas. Et comme elles ont le pouvoir, peut-être malgré elles…

 

Face à cette avancée surprise du Front national aux élections, les droitards se sont malgré tout réjouis. Eric Zemmour, leur premier choix, restait en marge, mais la représentation nationale gardait toutes ses chances grâce à ce résultat. Ils n’ont pas compris. Marine Le Pen a gagné parce qu’elle a souscrit à un système corrompu. Il faut être bien naïf pour espérer d’un tel résultat. Cette opposition n’en est pas une et se révélera incapable de gouverner différemment tant elle a changé son ADN pour le faire correspondre à celui de notre médiocrité. Oui, le Front National a gagné en représentation parce qu’il a volontairement affiché sa médiocrité, une médiocrité qui a rassuré les gens et le système oligarchique. Mais cette médiocrité ne débouchera sur rien du tout. Avec l’expérience, j’ai appris combien le mensonge ne débouchait que sur plus de mensonge. La forme doit être en accord avec la Vérité, et non l’inverse. Espérons donc que ce parti soit rempli de traîtres pour faire le travail quand l’occasion s’en présentera. C’est une des seules chances que nous avons de nous en sortir par le haut. 

 

10 réponses à “Démocratie féminisée : Ne pas faire campagne pour gagner les élections”


  1. Avatar de Cyrus
    Cyrus

    M. Durandal,

    Qu'il est bon de les revoir. Ces messieurs avaient une vraie tête pour chacun d'eux et une présence forte et si charismatique. Ce sont des Français qui vous font aimer la France.

    Philippe Séguin – Documentaire intégral – YouTube

    Ce documentaire fut tourné entre 1993 et 1997, lorsque Séguin était Président de l'Assemblée nationale. 

    Serge Moati était un ami de longue date de M. Séguin.

    Ça, c'était épique : Assemblée nationale Philippe Séguin 5 mai 1992 Traité de Maastricht – YouTube 

    Le discours de Philippe Séguin intitulé '' Discours pour la France '' est considéré comme le dernier grand discours parlementaire de la Ve République. C'est dire. 5 mai 1992-5 mai 2022 : 30 ans que ce discours fut prononcé, 30 ans qu'aucun discours n'ayant une telle hauteur et un tel style n'a été prononcé. Que l'Assemblée nationale a perdu en éloquence et en profondeur de vues !

    Ce qui s'est passé là a changé votre vie, M. Durandal : Maastricht, 30 ans après – YouTube

    D'une certaine manière, on ne fait plus campagne, car ça ne sert à rien. Et, ça ne sert à rien, car on n'est pas souverain.

    Le Frexit d'abord et le reste suivra.

    Et puis, le légendaire Pasqua : Charles Pasqua : De Jean Moulin à Don Corleone chez Thierry Ardisson | INA Arditube – YouTube

    Je ne sais si vous êtes d'accord avec moi, mais c'est l'une des meilleures entrevues que j'ai vu de ma vie. M. Pasqua y brille, on assiste à du grand Ardisson, la musique jazz est parfaite, le public est excellent et impressionné, l'ambiance est très française, c'est-à-dire sérieuse ET très drôle.

    On y apprend des choses.

    Chère France, merci pour ce moment.

    Cordialement,

    Cyrus, votre roi d'Iran préféré


  2. Avatar de Cyrus
    Cyrus

    Bonsoir M. Durandal,

    Cette excellente analyse de M. Asselineau vaut le détour : Le séisme des élections législatives 2022 – François Asselineau – YouTube

    Je ne vous ai jamais posé la question, mais de leur vivant, qu'avez-vous pensé de la vie et de l'oeuvre des RPR Philippe Séguin et Charles Pasqua ? Avez-vous voté pour Séguin lors des municipales de Paris en 2001 ? Qu'avez-vous pensé de son engagement de premier plan lors du référendum sur le traité de Maastricht en 1992 ?

    Cordialement,

    Cyrus


    1. Avatar de Léonidas Durandal

      Bonjour M Cyrus,

      Nous avons déjà eu une discussion autour de ces personnes. Mais pas aussi précise. Charles Pasqua m’a toujours fait l’effet d’un mafieux. Je ne sais pas si ç’en était un mais, j’ai toujours éprouvé une sorte de répulsion à son égard. Peut-être au contraire de Philippe Seguin. C’était un drôle d’appareillage. Comme si Charles Pasqua défendait son pré-carré corrompu français car il voyait venir ces putains d’oligarques européens, Un panier de crabes en quelque sorte avec à côté Ph Seguin jouant le rôle du gentil écrasé par le poids de sa position, au propre comme au figuré d’ailleurs. Mais à l’époque, j’avais seulement des ressentis flous sur le sujet, rien de précis. Ma pensée n’était pas aboutie. Je n’y voyais pas clair comme maintenant.

      M.D


      1. Avatar de Cyrus
        Cyrus

        Bonjour M. Durandal,

        Merci de votre réponse. Vous avez de la mémoire. Je ne me souvenais vous avoir posé la question.

        Cordialement,

        Cyrus


        1. Avatar de Léonidas Durandal

          M Cyrus,

          Il semble que l’image de ces personnages vous travaillent, comme d’autres figures politiques d’ailleurs.

          M.D


          1. Avatar de Cyrus
            Cyrus

            Bonjour M. Durandal,

            Oui, vous avez raison. Ces figures hantent mon imaginaire et mes réflexions. J'aimais et j'admirais Charles Pasqua. J'aimais encore plus et admirais davantage encore Philippe Séguin.

            À mes yeux, Philippe Séguin est passé à côté de son destin en ne devenant pas Président de la République. Les Français ont perdu un grand homme et un grand homme politique à son décès, le 7 janvier 2010.

            Il a fait des miracles à Épinal, ville dont il était le député-maire de 1983 à 1997. 

            Cependant, je me désole qu'il n'ait pas eu plus de temps pour se rendre utile lorsqu'il était Ministre des Affaires sociales et de l'Emploi, de 1986 à 1988. Cinq années d'une législature parlementaire lui auraient davantage donner de temps afin de mener à bien des réformes au bénéfice des Français.

            Lorsqu'il était Président de l'Assemblée nationale de 1993 à 1997, il avait lancé une grande réforme de l'Assemblée qui a fait beaucoup de bien, mais que son successeur Laurent Fabius n'a pas mené à bien. Un parfum d'inachevé. Au '' Perchoir '', il eut besoin de 10 ans afin de mener à bien ses réformes et pouvoir redynamiser l'Assemblée. Cependant, je n'ai pas connaissance si ces réformes ont été poursuivies durant une plus longue période, diluées ou carrément arrêtées.

            Comme Premier président de la Cour des Comptes (de 2004 à 2010), j'eusse préféré qu'il reste vivant quelques années de plus afin là encore de poursuivre et terminer ses réformes de la Cour et de léguer une institution revivifiée à son successeur. 

            Il était à la fois fait pour être Maire de Paris et ne pas l'être. Il avait tous les atouts physiques, intellectuels et moraux pour l'être. Sauf un. Un électorat digne de ce nom. Même en 2001. Ce que l'on appelle historiquement avec fierté '' le peuple de Paris '' n'est plus. On ne peut le voir que de trois manières. Premièrement, dans les livres d'histoire. Deuxièmement, dans les films, téléfilms et téléséries. Troisièmement, dans les archives vidéos de l'INA, disponibles pour visionnement sur YouTube.

            Bref, pour Paris, je demeure dubitatif.

            Je pense qu'il aurait fait un excellent et sain Premier ministre, préférablement pendant 10 ans afin de vraiment mener à bien ses réformes, tenir la dragée haute aux gauchistes du PCF et du PS et faire du bien à la France et aux Français.

            Enfin, évidemment, Président de la République française. Deux septennats, préférablement, à l'instar de M. Mitterrand, mais allant dans une direction patriotique, contre la CEE devenue plus tard l'UE, et plus gaulliste que centriste. 

            Quant à Charles Pasqua, son domaine d'action par excellence était le Ministère de l'Intérieur, aussi appelé '' Place Beauvau ''. Je pense que 10 années à la tête de ce ministère avec Philippe Séguin comme Premier ministre aurait suffi à régler le problème de l'immigration légale, le problème de l'immigration illégale, le problème des réfugiés et aussi les problèmes reliés au terrorisme, à l'insécurité physique et psychologique des Français et les problèmes de laxisme judiciaire. 

            Auréolé d'une gloire méritée après dix années à la tête du Ministère de l'Intérieur, Charles Pasqua aurait pu devenir le Premier ministre d'un Philippe Séguin Président de la République ou son Président de l'Assemblée nationale. 

            Deux rendez-vous manqués avec l'Histoire. Et un peuple, le peuple français, qui manqua son rendez-vous avec la grandeur.

            Cordialement,

            Cyrus


          2. Avatar de Léonidas Durandal

            M Cyrus,

            Ch Pasqua : il faut parfois un voyou pour régler des problèmes de voyous.

            M.D


          3. Avatar de Cyrus
            Cyrus

            Le meilleur exemple, Vidocq : L'EMPEREUR DE PARIS Bande Annonce (2018) Vincent Cassel, Olga Kurylenko – YouTube

            La France épique, comme je l'aime.

            Cordialement,

            Cyrus


          4. Avatar de Léonidas Durandal

            Bonsoir M Cyrus,

            Vous voulez de l’épique, alors attendez seulement quelques mois. Nous y sommes de retour dans l’épique.

            M.D


          5. Avatar de Cyrus
            Cyrus

            Bonsoir M. Durandal,

            Oui, absolument. Je le sais. Je le sens. À des milliers de kilomètres de chez vous. Macron n'aura pas le choix de vous faire très mal. Il se trouvera assez de traîtres à l'Assemblée nationale pour l'aider à faire passer ses ignobles projets de lois. Vous n'aurez pas le choix de réagir très violemment.

            Et ce sera épique.

            Je lui donne au maximum jusqu'à mars 2024 à l'Élysée, qu'il devra quitter dans la précipitation ou tiré dehors par un peuple qui n'en peut plus. Cependant, tout pourrait se passer très vite dans les prochains mois.

            Quant aux Français, qu'ils s'enlèvent l'expression '' Oh, encore un autre mandat de 5 ans de Macron '' de la bouche. Quel peuple pourrait supporter un sale type comme lui pendant 5 années supplémentaires.

            Cordialement,

            Cyrus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre sexe SVP :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler le site

© 2022 AIMELES Antiféminisme | Haut