Accueil » Eglise/Religion » Dès aujourd’hui, Aimeles se met sous le patronage de Saint Germain de Paris (496-576) fêté le 28 mai.
AIMELES Antiféminisme

Dès aujourd’hui, Aimeles se met sous le patronage de Saint Germain de Paris (496-576) fêté le 28 mai.

Publié le 4 juillet 2014 par Léonidas Durandal à 13 h 30 min

Sa toute jeunesse : la tyrannie des femmes de son entourage.

Saint Germain de Paris réchappa aux désirs infanticides de sa mère. Il survécut non seulement à l’avortement que celle-ci attenta à son encontre, mais aussi à la tentative d’empoisonnement de sa grand-mère qui lui préférait un de ses cousins, Stratide. Pour la petite histoire, la bonne qui devait lui servir la potion intervertit les bouteilles et c’est l’enfant chéri de la grand-mère qui fut victime de sa volonté homicide. Ce dernier en réchappa mais resta handicapé jusqu’à la fin de sa vie. A cette occasion Dieu permit que la vie de Germain fut sauvée en même temps qu’il autorisât la rédemption de ces femmes pécheresses. En effet, si celles-ci ne purent assouvir leur avidité matérielle en tuant l’enfant pour des questions d’héritage et de confort, elles conservèrent encore longtemps toutes leurs chances d’accéder au Paradis par les remords, la confession et la demande de pardon. Pourtant, elles ne saisirent pas leur chance et continuèrent à maltraiter l’enfant. Au 6ème siècle, le pouvoir réel des hommes dans leur famille était limité et son père ne put jamais les empêcher.

 

Son adolescence : il prend exemple sur un Saint oncle.

Mais Germain, épris de Vérité sur son chemin de Vie, ne pouvait rester ad vitam aeternam dans ce cadre maternel malsain. A l’âge de 13 ans, il décida donc de s’enfuir auprès de son oncle Scopilion, qui était ermite près de Lusy. Durant 15 ans, il grandit auprès de lui et reçut de grandes leçons de piété de sa part. A cette occasion, il apprit notamment à faire passer ses devoirs avant ses plaisirs. Et les petites vertus qu’il déciderait de cultiver, allaient devenir d’immenses arbres qui donneraient beaucoup de fruits. D’ailleurs dès qu’Agripin, l’Evêque d’Autun, entendit parler de ce jeune homme, il comprit quel était son amour pour Dieu, combien il s’identifiait à Jésus, et à quel point l’Esprit Saint l’accompagnait donc. Dès lors, il entreprit de lui donner une place prépondérante dans l’Eglise. Il le fit diacre, puis prêtre trois ans après, et enfin le plaça à la tête de l’abbaye de Saint Symphorien.

Grandeur et difficultés à l’âge adulte.

Or les moines de l’Abbaye étaient des hommes de peu de foi. Il fallut que le Seigneur leur envoie des signes pour qu’ils s’amendent et que Germain gagne en autorité auprès d’eux. Par exemple quand ils contestèrent les privations de pain qui permirent pourtant de nourrir de nombreux pauvres, Germain pria de tout son cœur pour que les moines fussent remplis de confiance en Dieu. Or, suite à sa prière, il advint qu’une femme vint les livrer gratuitement et en abondance en blé. Quand le feu prit dans le grenier, le courage et la foi extraordinaire de Germain les surprit et les inspira tous. Entre-temps ils demandèrent tout de même son arrestation à l’Evêque diocésain qui agréa à leurs suppliques. Il en sortit miraculeusement et les explications qui s’en suivirent permirent d’éclairer plus justement l’apôtre de Dieu sur la nature du Saint homme.

Il donna aussi l’argent nécessaire à la libération d’une famille d’esclaves maltraités. Le maître prit de folie devant l’acquiescement de Germain à sa demande démesurée, ne fut délivré de sa possession qu’après les prières de ce dernier sur le tombeau de Saint Symphorien. Il rendit l’argent et l’allongea d’un quart de la somme d’origine, après s’être subitement converti au catholicisme. Suivant son exemple, ses enfants devinrent des serviteurs zélés de la très sainte religion.

Appelé auprès de Childéric, le deuxième roi de France, il conserva sa mesure au milieu des richesses, des honneurs et des bassesses des femmes et des hommes de son temps. Il empressa d’ailleurs la reine Brunehaut de mettre fin à la guerre qui l’opposait à la reine Frédégonde. Mais celle-ci en pleine gloire et ivre de son orgueil, refusa. Elle perdit bientôt tout pouvoir en France. Il n’hésita pas à excommunier le roi Caribert qui avait répudié son épouse pour vivre avec une servante. Il combattit les Francs qui voulaient déposséder l’Eglise pour s’approprier ses biens et vivre dans le luxe. Il dénonça les mariages incestueux de ceux qui voulaient conserver leur patrimoine sur plusieurs générations. Il essaya d’anoblir une Eglise prise dans les tourments de son époque et qui suivit bien trop souvent l’exemple déplorable du monde avide qui l’entourait. Partout où il passait, il guérissait les maux des gens et de la société. Il n’hésita pas à délivrer des pauvres qui avaient été emprisonnés en raison de leur impossibilité à payer l’impôt. Il rusa pour orienter la piété des grands hommes vers le service des plus petits. Il fut constructeur de monument religieux (Abbaye de Saint Vincent, devenue Saint Germain), mais privilégia plus que tout un enseignement de qualité en direction des enfants.

Supplique.

Saint Germain de Paris délivrant les gens de leur prison intellectuelle, Saint Germain de Paris éducateur exigeant d’une génération perdue, Saint Germain de Paris exemple pour les puissants de ce monde, Saint Germain de Paris sauveur des récoltes, Saint Germain de Paris doté d’une parole juste quand bien même elle serait irrévérencieuse, Saint Germain de Paris combattant l’impiété et l’ignorance, Saint Germain de Paris résistant face aux désirs mortifères des femmes pécheresses, Saint Germain de Paris le tempérant, Saint Germain de Paris survivant de l’infanticide par avortement, inspire notre combat antiféministe, et agit dans le Sein de Dieu pour qu’Il nous donne la victoire finale face au démon.

 

9 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Êtes-vous atteint du Syndrome de Paris : "Les Français ne reconnaissent plus leur pays, leur continent, leur civilisation!" François Bousquet – YouTube ?

    Cordialement,

    Cyrus

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour M Cyrus,

      Ca me faisait rire quand ils en parlaient sur Démocratie participative. En même temps, quelle fragilité de la part des babtous. Oui, je ne reconnais plus mon pays. Il est temps que les barbares lui tapent sur la gueule très fort, surtout sur celle de mes amis bon citoyens qui portent leur masque dégueulasse à la moindre injonction du papa gouvernement.

      La nature a horreur du vide.

      M.D

      • Ping de Cyrus de sexe male:

        Bonsoir M. Durandal,

        Vous étonnerais-je en vous disant que je ne l'ai presque jamais porté pendant la période obligatoire ? Je ne sais si je vous avais soumis cette vidéo, mais elle fait réfléchir sur l'état de la France : Diversité et séparatisme : « Les civilisations n’aiment pas la colocation ! » – Zoom – Driss Ghali – YouTube

        Driss Ghali a raison. 

        Cela étant, la Reine Élizabeth II vient de mourir. Son fils aîné, Charles, désormais Charles III, lui succède. Je ne vous ai jamais posé la question, mais qu'évoque pour vous la reine Élizabeth II et surtout, son règne ? Qu'a-t-elle incarné à vos yeux ? Le fait qu'elle parlait français vous émouvait-il ?

        Voici un billet de 20.00 $ canadien : Billet de 20 dollars canadien série Frontières — Wikipédia

         

         

        Une version plus ancienne : 

         

        20 Dollars - Canada – Numista

         

        Une autre version ayant prévalu entre 2005 et 2010 à peu près :

         

        $20 Canadian Dollar Currancy Currency - from Sort It Apps

         

        Désormais, tout ces billets devront changer à l'effigie de Charles III.

        Comme vous le savez, en étant un citoyen canadien, je suis simultanément sujet de la reine d'Angleterre et désormais, du roi d'Angleterre.

        La Reine est morte ! Vive le Roi !

        Cordialement,

        Cyrus

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Bonjour M Cyrus,

          Tous les grands de ce monde parlait français quand notre pays se tenait un peu sur ses pieds, qu’il était catholique. Puis la déchéance complète est venue. Oui, cela m’émeut toujours d’entendre un étranger parler français (un bon français j’entends), et bizarrement, ça m’émeut plus quand j’entends un puissant le faire. Pourquoi ? Parce qu’il se fait doublement proche de moi, au-delà du statu social et de l’appartenance ethnique. J’ai eu aussi cette impression pour Daria Douguine ou son père. Il faut comprendre que pour des Français comme moi, la France, ça veut dire le massacre des pauvres, le massacre de notre culture régionale. Cependant, si je songe à une institution qui fait de moi un Français, et qui fasse que je le sente et l’accepte, alors je ne peux m’empêcher de penser à la langue, en premier. Etre bilingue permet de parler un meilleur français d’ailleurs. Tous les grands stylistes ont appris le latin en général. Beaucoup de jolis prosateurs sont issus de familles où ils ont d’abord appris leur langue régionale. Il a fallu la république pour uniformiser tout cela et le rendre sec. Mais je m’égare. Oui, cette langue est belle et défendable. Oui, elle est le fruit d’une immense succession d’individus anonymes et émus qui l’ont faite progresser sur plusieurs centaines d’années. Elle forme la pensée joliment. Elle donne du plaisir à ceux qui la maîtrisent. Elle permet d’exprimer des idées complexes. Elle est une cathédrale. Pour en revenir précisément à notre sujet, l’Angleterre est tout de même un pays original. Il ne semble pouvoir être gouverné que par des femmes qui s’appliquent à être aussi brutales que les bas sujets de ce pays. La reine Elisabeth II a incarné une plus grande délicatesse par rapport à cette tradition. Et je ne peux m’empêcher de penser à combien elle était belle dans sa jeunesse. Une digne héritière d’Hélène de Troie telle que je me l’imagine.

          M.D

          • Ping de Cyrus de sexe male:

            Vous êtes trop chou. 

            J'ai envie de vous faire un gros câlin et de vous faire plein de bisous.

            Cordialement,

            Cyrus

          • Ping de Cyrus de sexe male:

            Bonsoir M. Durandal,

            Je souscris à votre analyse sur la langue française. C'est mon vécu et mon ressenti que vous décrivez. En tant qu'Iranien, la part de culture française qui m'a édifié est une bénédiction.

            Bénis soit la France d'exister !

            J'imagine donc que la maîtrise du français par notre ancien roi Mohammad Reza Pahlavi vous a ému.

            Au sujet des reines brutales du Royaume-Uni, faites-vous référence à Élizabeth 1ère et à la reine Victoria ? 

            Votre référence sur les bas sujets de ce pays fait-elle référence à tout les sujets britanniques comme étant bas ou bien ceux des basses classes dont le mode d'être au monde donne le la au reste de la société britannique ?

            Et il est vrai que plus jeune, elle était d'une beauté phénoménale.

             

            À quoi ressemble Hélène de Troye ?

            Peut-être à elle ?

            Troie: Qu'est-il arrivé à Helen après le film - Beacinema

            Cordialement,

            Cyrus

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Bonjour M Cyrus,

            Effectivement, son français était respectable et cela m’émeut à chaque fois si bien que je ne me souviens pas du propos, mais je me souviens du ton qu’il a employé et de la tenue qu’il avait (Mohammad Reza Pahlavi).

            Pour les reines d’Angleterre, je pensais très exactement à elles. Et on pourrait rajouter quelques phénomènes qui ont accompagné Henri VIII non dénuées de caractère sanglant (même du côté catholique). Quant aux bases classes d’Angleterre, effectivement, elles ne donnent pas le la, mais un « la », prononcé, qui traverse ce pays.

            Enfin, Hélène de Troie… oserais-je dire que dans ma paroisse, il y a une femme mariée qui ressemble traits pour traits à l’idée exacte que je me fais d’Hélène de Troie, c’est à dire la reine d’Angleterre, mais avec des cheveux raides. Ces yeux bleus qui viennent des Angles. Le bleu de la reine était peut-être un peu prononcé pour Hélène de Troie. Chez nous, cette femme doit plutôt venir des Francs. Mais avec un air qui est différent de celui des Francs.

            M. D

            PS : c’est marrant, l’image d’Hélène de Troie, est presque exactement l’idée que je m’en fais. Mais celle là est trop présente. Elle s’impose. J’imagine plutôt une Hélène de Troie capable d’être investie de tous les fantasmes. Voilà ce qui ferait tourner la tête à un homme.

          • Ping de Cyrus de sexe male:

            M. Durandal,

            Est-ce que la mort de la reine Élizabeth II nous vaudra un brillant texte méditant la solitude du pouvoir, l'ambiguïté des femmes comme reine, avec la possibilité d'une nuance provenant et de la culture anglaise et du système de monarchie constitutionnelle, l'incarnation aristocratique du pouvoir, le décalage avec l'époque, le besoin paradoxal de cette même incarnation exprimé parfois clairement, souvent confusément par le peuple, le déchirement de la modernité et l'adaptation – forcée ? – à l'évolution des moeurs… ou pas. 

            J'ai l'impression que vous allez vous en donner à coeur joie et que vous pourriez même faire la comparaison avec la France, vieux pays monarchique où règne l'esprit de cour.

            Qu'en dîtes-vous ?

            Cordialement,

            Cyrus

          • Ping de Léonidas Durandal:

            M Cyrus,

            Je connais mes limites. Je connais mal ces familles là en vérité.

            M.D

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.