Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » Divorce sans juge, les hommes entre le marteau et l’enclume
Antiféminisme Aimeles

Divorce sans juge, les hommes entre le marteau et l’enclume

Publié le 9 mai 2016 par Léonidas Durandal à 11 h 57 min

Les féministes ne sont pas contentes. La simplification de la procédure de divorce attaquerait les prérogatives des femmes. Sans juge, ces dernières ne seraient plus défendues. Disparu le concept de domination hétéro patriarcale. Le pouvoir judiciaire et institutionnel serait plutôt là pour assurer un pouvoir féminin et sa disparition entraînerait une perte de contrôle. Pourtant cette nouvelle loi prévoirait toujours un recours au juge en cas de conflit persistant entre les parties. Alors que cachent ces récriminations incohérentes ?

Les contestations féministes ne peuvent se comprendre que dans un cadre de domination sur la troupe des hommes. Si la femme n’est pas déjà au courant, l’avocat, la juge, les travailleurs sociaux vont se charger de lui indiquer tout l’éventail des possibles, pensions alimentaires, prestations compensatoires, huissiers, pression de la CAF. Le passage devant un juge permet de légitimer institutionnellement ce pouvoir totalitaire. La femme n’a pas de question à se poser. C’est légal, c’est moral. Pas besoin de faire référence à un autre cadre qui pourrait interférer avec ce pouvoir et lui donner des cas de conscience. Le divorce sans juge fera donc sortir certaines femmes du sérail. Elles négocieront peut-être un peu plus avec leur compagnon, alors qu’avant, la juge était là pour appliquer brutalement une loi qui leur était favorable.

Si quelques couples pourront bénéficier de cette mesure, par contre, il ne faut pas être naïf, les conflits persistants entre mariés se transformeront inévitablement en procédure judiciaire, à l’avantage de la femme. Les fausses accusations, les mensonges, les enlèvements, les éloignements géographiques, les manipulations auprès des enfants auront toujours lieu. Cette loi ne prévoit pas de les combattre et ils généreront toujours autant de passages devant les institutions familiales alors même que cette mesure n’a qu’un seul but réel : désengorger les tribunaux. Il est aussi ironique de penser que le peu de pouvoir que les femmes devront céder aux hommes l’aura été à cause de la faillite financière d’un système social inique qui était dédié aux mères. Seule l’incompétence de notre société nous aura amené à plus de justice.

En effet, les conflits familiaux représentent la majorité des dossiers devant les tribunaux et après avoir cherché des sous partout, l’État est désormais obligé d’envisager de s’attaquer au nerf du système, à ses poules pondeuses. Et comme d’habitude dans ce cas, les personnes honnêtes seront les premières victimes de son incompétence. Les quelques femmes sous pression psychologique seront moins protégées tandis qu’un grand nombre de hyènes n’hésiteront pas à abuser des procédures pour faire valoir leurs droits, comme avant. Cependant, il est à penser que parmi le peu de personnes qui échappera à cette justice, violentées ou pas, une majorité d’entre elles en tirera d’énormes avantages. Elles gagneront en entente, en argent, en temps, en paix intérieure, en équité ce qu’elles perdront en désir de justice.

Dans l’ensemble, la condition particulière des hommes n’en sera pas améliorée. Peu en bénéficieront tandis qu’ils seront toujours sous le coup d’une menace de passage devant le tribunal, qu’ils subiront toujours un système social en leur totale défaveur. Ils risquent même de perdre en reconnaissance publique. Comme il y a quelques années, les gens diront que leur situation s’est améliorée pour eux sans que cela ne soit vrai, à cause des récriminations féministes. Cette vox populi pourrait même leur reprocher l’absence d’accord amiable le cas échéant et les culpabiliser en ce sens, comme cela se fait déjà lors de séparations qu’ils n’ont pas choisies.

Et puis, ce genre de décision contractuelle favorisera toujours le mensonge de la rupture des engagements passés. Notre société athée devient de plus en plus fragile. Les séparations encouragent des structures matriarcales bancales dans lesquelles les hommes n’ont plus leur place. Après avoir été inenvisageables, puis tolérées, puis favorisées, les familles où l’homme joue le jeu des chaises musicales, se généralisent. Face à cette mesure de divorces sans juge, les hommes seront donc encore pris entre la nécessité de se sortir personnellement de conflits ingérables ou de favoriser une société de la séparation facile. Dans ce cadre de divorce sans juge, ils seront perdants perdants. S’ils obtiennent que la justice ne les brime pas, ils encourageront les comportements immatures. Et inversement.

Le seul point positif de cette affaire aura été de voir les avocates défendre les juges « pacificateurs de conflits », la belle rigolade. Le mensonge étant devenu une telle seconde nature dans leur métier dégénéré, certaines auront été jusqu’à se ridiculiser publiquement pour défendre leurs intérêts financiers. Pour l’occasion, elles en auront oublié de nous rappeler que la justice était là « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

3 Commentaires

  1. Commentaire de gastirad39:

    Fête des Cons

    Dimanche 19 Juin, n’oubliez pas de fêter les Cons de votre entourage !

    C’est en effet le jour de leur fêêête ! C’est le moment de féliciter tous ces mecs devenus papas, plus ou moins malgré eux dans nos sociétés féministes avancées.

    Le moment de leur rappeler qu’en procréant, ils ont abdiqué tout droit sur leur progéniture, au sein d’une Femmille où ils ne sont plus rien.  L’heureux jour de la naissance de leur rejeton ou de leur rejetonne,  ils se sont engagés à travailler à vie pour leur descendance :

    -à financer sa vie, même au delà de  35 ans s’il poursuit ses études ou s’il- elle est handicapée. Par contre le père n’a aucun droit de correction (la fessée quelle horreur, surtout administrée par un mec). Seuls les reproches polis sont de mise.

    – à soutenir leur mère, sans aucune contrepartie. Ils doivent même oublier  qu’ils n’ont pas le droit de vérifier si cette descendance est bien la leur et qu’en fait seule la parole de la mère compte sur ce sujet.

    – à  garantir l’indépendance de toutes et tous. Et d’abord de leur épouse qui de toute façon ne leur doit rien. Bien entendu, les enfants ont des droits garantis par l’Etat Féministe et leur père n’a que des devoirs.

    -à adorer la Mère de ses enfants  quelque soit son attitude. Elle a le droit de l’humilier par des mensonges mêmes publics, de le jeter en prison par de fausses plaintes (violences conjugales), de le priver de ses enfants tout en percevant son argent …

    J’en passe et j’en oublie…

    Donc Dimanche prochain, n’oublions pas de rappeler aux CONS leurs engagements et aussi de courber l’échine devant l’Etre Supérieur qui a su les maintenir dans la Servitude : LA FEMME !

     

    Et que les CONS n’oublient pas ! Ils doivent paraître Cons Plaisants, Cons Tribuables, Cons Currents et surtout Cons Tents !

    • Commentaire de kasimar:

      qu’ils n’ont pas le droit de vérifier si cette descendance est bien la leur et qu’en fait seule la parole de la mère compte sur ce sujet.

       

      Comme sur bien d’autres sujets d’ailleurs

      Eh ouais triste de voir qu’un PQ a plus de dignité qu’un de ces hommes modernes … J’avoue qu’il y a quelque chose qui m’échappe

  2. Commentaire de François ALLINE:

    L’argument que j’ai le plus entendu sur les radios c’est : « Oui mais sans jugement la conjointe va se faire avoir… »

    Chacun son tour !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription