Accueil » Non classé » Doit-on se marier ?
Antiféminisme Aimeles

Doit-on se marier ?

Publié le 3 juin 2016 par Léonidas Durandal à 11 h 00 min

Désolé de débuter par des considérations froidement matérielles, mais le mariage procure d’abord de nombreux avantages fiscaux. Pension de retraite de reversion pour le conjoint survivant, exonérations sur les successions, protection du partenaire qui prendra en charge les enfants en cas de séparation, ou du partenaire le plus pauvre en cas de disparité de revenus.

Ca, c’est la théorie. Car pour en bénéficier, il faut déjà être resté ensemble assez longtemps. Or, en ces temps d’incertitude, où le doute plane sur chaque relation, il paraît aléatoire de miser sur ce genre de considérations. De plus, en tant qu’homme, si vous calculez bien : travaillant ou pas, vous n’aurez pas besoin de la pension de retraite de votre femme pour vous seul car notre société vous assurera dans tous les cas un minimum vieillesse. Si vous avez un travail, vous pourrez vous constituer votre propre patrimoine et vous assurer des revenus à la retraite. Enfin dans 99 % des situations, en cas de séparation, vous n’aurez jamais droit à une pension de reversion pour compenser une perte de revenus dû au divorce, car votre femme vous aura certainement choisi pour votre « stabilité sociale » et que vous aurez une intégration en conséquence qui vous assurera un niveau de revenus au moins égal au sien. D’ailleurs une maternité l’entravera forcément dans sa carrière et comme le but de la famille est la reproduction, vous vous retrouverez très probablement dans cette situation de devoir payer plutôt que d’être payé.

Pour répondre à des considérations plus humaines, si vous avez des enfants et que vous divorcez, la société choisira de les confier à la mère en cas de conflit. Vous perdrez donc votre partenaire, mais aussi vous ne serez plus qu’un portefeuille sur pattes pour votre descendance. A noter que cette menace pèse déjà sur votre couple avant la séparation. En effet, chacun sait qui tient dans ses mains les cordons et les bourses de l’homme, bien avant le divorce, et qui pourra les lui couper devant madame le Juge. Comme j’aime à le répéter, la survie actuelle de l’idée de père dans nos familles n’est dû qu’à la bonne volonté de quelques saintes femmes.

En étudiant la situation des hommes dans notre société, la question se déplace donc vite du « Doit-on se marier ? » à « Existe-t-il une seule raison pour quitter le célibat et avoir des enfants ? ». Et là, il faut bien aller du côté du religieux car en vérité, les hommes de nos sociétés n’ont plus aucune raison logique de se marier devant le maire. Ils n’en tirent aucune protection financière, leur descendance n’est pas la leur, et les femmes ont tout le droit de les bafouer tout en restant dans des rapports immatures/incestueux avec leurs enfants.

Déjà, à l’époque de Jésus, les disciples Lui faisaient remarquer : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme (ndt : la fidélité à vie), mieux vaut ne pas se marier. » (Mat 19-10). Et Ses disciples ne connaissaient rien au fonctionnement de la justice occidentale moderne ! Jésus ne demande donc pas aux gens de se marier, sauf ceux capables d’une fidélité à vie. Le mariage est très exigeant, et ceux qui s’y lancent, doivent en avoir conscience. Il est un moyen de quitter son père et sa mère pour s’attacher à sa moitié. Or dans notre monde qui permet, voire encourage l’infidélité, il ne semble plus rester grand-chose de ce cadre catholique, ni fidélité, ni maturation en dehors de la famille de naissance.

La dernière exhortation apostolique de notre Pape François nous invite sommairement à nous engager dans le mariage en tant qu’homme. S’en suivent de longues préconisations toutes plus utiles les unes que les autres, une glorification de la femme en tant que mère et évangélisatrice, et même une dénonciation de ces affreux machos du passé. Cependant, une question reste en suspens : pourquoi s’engager désormais en tant qu’homme, et même en tant qu’homme catholique ? Un célibat chaste nous serait bien plus profitable.

Pour tout vous dire, je n’ai pas de réponse à la question que j’ai posée en début d’article. Je constate simplement, que nous n’avons plus aujourd’hui aucune raison objective de nous marier et fonder famille en tant qu’homme occidental de culture catholique, et que par contre nous avons plein d’arguments pour ne pas le faire. Je constate également que nos guides spirituels ne nous apportent pas de réponse, sauf individuelles. Je pense aussi que cela explique une partie de la stérilité de notre civilisation. Toute la société s’évertue à créer le désir chez les femmes et à “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

37 Commentaires

  1. Commentaire de Cyrus:

    Bonjour à tous,

    Voici une nouvelle qui devrait vous faire TEEEEEEEELLLLLLLLLLLLLLLEEEEEEEEEEEEEMEMT plaisir :

    http://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/ta%C3%AFwan-dit-un-%C2%ABoui%C2%BB-historique-au-mariage-homosexuel/ar-BBBtROH?li=AAggv0l&ocid=mailsignout

    En Asie, en plus…

    Au fait, Taïwan est dirigée par une femme. Comme par hasard.

    Ce sont souvent lorsque des femmes dirigent un pays que ce genre de saloperie passe.

    Voilà la liste des dirigeants de Taïwan depuis le début : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Presidents_of_the_Republic_of_China

    L’actuelle dirigeante, Tsai Ing-wen, est tout en bas de la page.

     

    À VOMIR.

     

     

    Cordialement,

    Cyrus

  2. Commentaire de Marthe:

    Il n’y a plus beaucoup d’hommes. plus beaucoup de femmes.

    Ce monde est constitué d’adolescents attardés. Le don de soi est dévoyé par le donnant-donnant et “tu me dois ci et ça et patati-patata” (le sexe rentre facilement en compte)

    Récemment j’ai été témoin (malgré moi) d’une rupture d'”un couple” au sein de ma colocation. Une vraie misère… les feux de l’amour en puissance…

    Et comme par hasard c’est la femme(“-enfant) qui a foutu le boxon et a humilié son homme(-fidèle) après que celui-ci lui ait tout donné. C’est ce dernier qui a rompu finalement et bien sur elle a du mal à digérer une telle humiliation (elles deviennent hystériques quand elles se font “voler” les rennes de la rupture).

    Franchement beaucoup de gens mériterait de vivre l’éternel célibat au lieu de briser des coeurs et des vies.

    Des gamins stupides et égoistes …

  3. Commentaire de Ju:

    Arrêtez-moi si je me trompe mais dans un sociétal érigé en décor de théâtre toute réalité qui y baigne et ce dans quelconques conjugaisons est soumise aux impératifs de la survivance du sociétal  lui-même, non? Se marier devant l’argent que l’on souhaite plus vivant et fécond que nos identités individuelles et stériles conduit à une résignation associative pour repousser les limites arides de nos métaphysiques respectives paradoxalement isolantes. La femme voit en la société le pouvoir, le phallus dont elle est dépourvue. L’homme lui est contraint à un rapport homosexuel avec ce macrocosme dont il dépend puisqu’il devra se soumettre aux invectives compensatoires de ses propres carences. Le sociétal, en son ubiquité, est le maitre auquel toute entité organique humaine( ceci mériterait un long développement) doit se soumettre pour subsistance. Dans ce champs de coton, la relation humaine est directement assujettie à l’accaparement d’une denrée qui n’est pas fruit mais objet/crédit; un mode d’aliénation institué par la nouvelle entité dominante absolue, toile de l’araignée mercantile.

    Regardez: Il est aisé de constater que la femme est simplement en recherche d’acquisition du phallus au sens psychologique. Le fait que beaucoup de femmes dans l’histoire de l’humanité ont été celles de trafiquants, d’assassins, d’homme à la morale en berne etc…témoigne que la femme dans son isolement intestin et psychologique confine et convient à toutes les élasticités -pseudo-salutaires- si le mode d’acquisition (meta) lui permet de se soumettre à la puissance phallique et à son pseudo-ordre (proto) quel qu’il soit en se l’appropriant à défaut en subséquent.

    Se laisse prendre dans une mécanique toute personne qui pense “pouvoir” jouir de son fonctionnement. La survivance ainsi dégagée des flux aléatoires de nos conditions cosmologiques désignées obsolètes par la nouvelle entité mécaniste globalisante qui s’en est affranchie, conduit à une émancipation du rouage individuel en un devenir purement fonctionnel uniquement basé sur la soumission: L’homme doit devenir esclave pour accéder au statue du libre; l’esclave libre.

    D’un coté l’ordre divin au sens holistique du réel cosmologique et de ses mystères ( réseau trophique du sacral) et, de l’autre, l’ordre humain qui n’a de mystère que l’erreur en quête, qu’il tentera de dévoyer jusqu’à profit bénéfique en résultante du désir d’accaparement de la quête phallique subséquente à sa soumission inconditionnelle jugée en valeur de close indispensable à la pérennité de l’entreprise humaine globale et omnisciente en vigueur.

    Evidemment dès lors que toute tentative d’émancipation devient une illusion basée sur le paradoxe!

    Un objet soumis à la gravité devra emmagasiner une énergie supérieure à celle dont il est objet (cf:horizon des évènements; trou noir…pour l’intérêt qui réside dans l’impossibilité mécanique de se soustraire de ce système dichotomique lorsqu’il est envisagé comme un moyen, un mode d’accaparement…). Pour s’en émanciper dès lors, il lui faut devenir l’essence substantielle à son paroxysme et donc  devenir lui-même le processus holistique et alors, ce n’est pas lui qui s’émancipe, c’est le système dichotomique qui s’émancipe d’un élément incontrôlable… Suivez mon regard.

    Dans ce jeu de rôle à échelle planétaire, la dualité essence/substance ou vrai/rôle, il est inévitable que la quête du vrai ne devienne que l’illusoire de la quête dans l’inertie du faux: La personne doit devenir persona grata dans le prisme sociétal omniscient et ainsi être capable d’assujettir son  Moi au dithyrambe sociétal manipulateur puisque incontestablement dominant dans le champs usuel de la pseudo-émancipation identitaire par la subsistance d’accaparement de l’objet/crédit.

    Quel crédit conférer au mariage devant le mai-t-re???

    Le mariage sacré, inévitablement consubstantiel à la société qui l’héberge, devient accointance suppurante et mère féconde, elle, d’un flux constitué d’autant d’eaux que de boues, dont le lit de cette union est vouée à crues destructrices lorsque qu’il y a aura paradoxe et rixe par un usage trop poussif de l’un sur l’autre: la morale attachée, liée (voire ligaturée par le mode…) au mode d’accaparement institué par le sociétal omniscient et dominant.

    Doit-on se marier?

    Qu’est-ce que l’on marie en fait?

    La question est là.

    Poussez encore un peu: Que les prêtres puissent se marier?..

    De quel mariage parle-t-on?

    Dans le théâtre il  y en a deux.

    Dans la réalité, pour moi, il y en a trois et qu’un de valide Réellement.

    Tout devient plus simple dehors où rien n’a besoin d’être expliqué lorsque les rôles et leurs déguisements sont posés au sol.

    Un jour m’a dit: “…Alors Si Tu Pries, Pries En Secret”.

     

    Note: j’aimerais faire plus simple dans mes opinions, être plus clair, mais je ne peux aujourd’hui présentement le faire. Dans ce théâtre le vrai ne l’est plus alors l’isoler devient un travail de laboratoire.

    Cordialement. Si je puis dire.

     

     

     

     

  4. Commentaire de alexandre:

    Cela fait plaisir de vous retrouver avec ce billet amer sur une question essentielle de notre société. J’irais même plus loin dans la question pour ce qui est des couples qui ont des enfants hors mariage. Dans la mesure, en effet, ou les femmes ont le contrôle absolu des naissances est-il raisonnable pour un homme de reconnaître un enfant? Pour se le faire enlever par la mère dès le moindre pic d’hysterie, ne devenir que le payeur quand la mère partage déjà sa couche avec un autre homme et que votre marmot appelle ce dernier “Papou” ou ” Dadou”?

    Si vous voulez transmettre quelque chose à un gosse, chopez une femme qui en a déjà; vous passerez pour le mec bien qui accepte de prendre femme avec “bagage”. Elle vous en saura reconnaissant, vous traitera ainsi correctement car elle aura trop peur de vous voir la quitter. Elle peut même vous entretenir…

    La nature aillant horreur du vide le pendant naturel des hordes de pères pigeons c’est l’émergence d’une classe de joli-cœur/gigolo/baby-sitter.

    Le pigeon aujourd’hui c’est bien celui qui balance la purée le premier (désolé pour la formulation).

     

    • Commentaire de Mindstyle:

      Moi ce que je remarque de plus en plus, c’est que les femmes se mettent en couple avec des hommes qu’elles peuvent dominer.

      Soit elles se mettent en couple avec un parfait pigeon, soit avec un abruti violent qu’elles domineront en attisant sa violence afin d’avoir la noble et haute position de femme battue.

      Elles font exprès d’ignorer les hommes dégageant une certaine intensité intellectuelle parce qu’elles savent qu’elles ne peuvent pas les manipuler aussi facilement que les autres.

      La femme occidentale moderne veut avoir l’ascendant dans le couple, et comme elle est lâche, elle choisit l’homme selon sa capacité à être dominé, non en fonction de son intelligence et sa compréhension du monde.

      De toutes manières, il faut vraiment être fou pour vivre avec une femme qui a bouffé du féminisme durant toute son existence; il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que les hommes qui tiennent la poussette quand on se promène dans la rue n’ont pas été choisis pour leur force de caractère, bien au contraire.

      Cette destitution de l’homme, c’est pire que la mort; même un cadavre est plus digne que ces papas qui jouent à la maman, qui ont abandonné toute lutte pour se ranger aux caprices de ces femmes hystériques qui ne jurent que par l’égalité parfaite.

      • Commentaire de Quelqu'un qui passait:

        D’accord avec Mindstyle. Pour Alexandre,  j’ai trouvé cet article drôle mais très réaliste sur les mères célibataires: http://leroidelajungle.fr/mere-celibataire-fuir/

        la seule chance pour l’homme de se faire respecter en couple, c’est d’être hyper charismatique en comblant le désir hypergame de madame, que ce ce soit la richesse, le statut social, la beauté, nos talents sexuels  etc.

        Mais pour combien de temps ? Les femmes sont par nature opportunistes. En plus, elles sont la plupart totalement déconnectées spirituellement. Leur parler d’intériorité ou prendre leurs responsabilités, n’y pensez même pas !

        Elles sont si complexées que je me demande comment des hommes tombent dans le panneau. Une personne qui ne s’aime pas elle-même ne pourra jamais aimer  quelqu’un d’autre d’égal à égal. Le rapport est déjà biaisé d’avance.

        Résultat: la fille arrogante et bêcheuse pour compenser sa misère intérieure , ou la fille baignant dans le mythe du grand amour en pensant trouver Superman au départ et qui s’avère n’être qu’un humain.  Vous connaissez la fin !

        Un ancien qui vivait près de chez moi me confiait que beaucoup de femmes ont ce désir vague, au fond d’elle-même, de vouloir être des hommes, avec notre puissance phallique, physique, mentale et notre légèreté.

        Personnellement, non au mariage ! Oui à l’amour ! Non au piège de l’attachement !  http://reikifudomyo.canalblog.com/archives/2013/04/26/27016846.html

         

         

      • Commentaire de kasimar:

        Bien sur ! l’égalité parfaite ce mot et cet adjectif me feront toujours rire

        Il faudrait donc que l’homme fasse 50 % des tâches ménagères et la cuisine et 50 % des tâches puéricultrices

        Effectivement, l’homme moderne qui se croit supérieur au “macho” – vous savez celui qui sait envoyer gentiment bouler ces engeances féministes, et autres bêcheuses qui veulent “vivre avec leur temps” et qui sera toujours voué aux gémonies par la connerie sociale qui se dit progressiste ? – me fera toujours sourire.

        Ces gens-là savent ils ce que signifie le mot dignité ?

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Pas mieux.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Disons que le concept de joli coeur/gigolo/baby sitter ne me convient pas plus que celui de cocu systématique.
      Je n’ai pas trop voulu être amer. J’aurais voulu laisser un peu la question ouverte. Se marier c’est accéder à un plus grand niveau de responsabilité individuelle. Cependant, cela nous est refusé par les circonstances. C’est un peu dommage de devoir rester à un rapport intermédiaire de vie.

      • Commentaire de alexandre:

        Pas un stade intermédiaire de vie mais simplement déplacer son champ d’action pour utiliser de manière efficace son énergie. La société, elle est à un stade intermédiaire, le mouvement est en effet engagé et ne saurait s’interrompre sur la base du bon sens. Il faudra par conséquent une crise profonde qui remettra les choses à leur place. Le gigolo cynique dont je parle maîtrise son destin, prend son plaisir et disparaît quand la femme mère se prend à vouloir faire de lui son nouveau caniche.

        Ce n’est pas une posture de repli, c’est une manière de combattre détournée.

        If you can’t beat them join them.

         

  5. Commentaire de kasimar:

    Tout d’abord bon retour parmi nous cher Leonidas.

    Votre post tombe à pic car j’entreprends actuellement ma reconstruction psychique face à la douleur que j’ai subi à cause du divorce. Et hélàs mon divorce n’est pas ma principale préoccupation loin s’en faut  ! Mais ça c’est un autre sujet ! Je vais donc vous donner mon avis qui n’engage que moi.

    Je me dis parfois en désespoir de cause que je n’arriverais jamais, je ne trouverais jamais la bonne personne et de l’autre je me dis que l’on a (moi en particulier) besoin d’affection dans ce monde on ne peut plus brutal et qu’inévitablement il me faudrait ma moitié. Maintenant il faudrait surtout patiemment chercher la personne adéquate, mais patiemment, sans se mettre la pression et recommencer un autre divorce.

    Le problème comme vous me l’aviez dit une fois, je ne prends pas en compte l’aspect émotionnel et affectif d’une relation surtout dans une relation conjugale. Je pourrais être l’individu le plus rationnel possible, mais l’affection est bien trop important dans une telle situation, et il faut faire un effort pour être à la hauteur.

    Même si je suis plutôt du genre rationnel, la société est beaucoup trop émotive à mon sens et c’est bien dommage, car si la société avait un peu plus de rationalité, les gens qui nous gouvernent ne nous tyranniseraient pas .

  6. Commentaire de Gopé:

    Pas la peine de déprimer ou de se laisser aller: il y a une solution.

    Il suffit juste de démolir une par une toutes les entreprises qui financent le féminisme ou pratiquent de la discrimination positive envers les femmes et les choses iront beaucoup mieux.

    Arrêtez d’acheter chez elles, Arrêtez de travailler pour elles et mettez leur des concurrents dans les pattes.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Vous avez tout à fait raison. Maintenant, dîtes moi que comme moi, vous ne consommez jamais ou le moins possible l’ensemble de ces marques : https://www.aimeles.net/les-marques-infames/

      Savez-vous en l’occurrence que le boycott est interdit en France et que ce que vous proposez est donc impossible à mettre en oeuvre à un niveau plus général ?

      Enfin, est-ce l’arrêt de la consommation qui va régler vos problèmes de couple quand le juge tranchera en votre défaveur au moindre problème avec votre compagne ?

      Le monde est compliqué.

      • Commentaire de Gopé:

        J’ai moi même une liste d’entreprises chez qui il ne faut pas travailler ou acheter, elle contient toutes les grandes banques + toutes les grosses entreprises cotées en bourse, mais le boycott n’est pas suffisant, il faut les remplacer.

        le boycott est interdit en France et que ce que vous proposez est donc impossible

        Pas besoin d’appeler au boycott, il suffit de présenter une liste des entreprises et fondations qui ont le plus financé le féminisme et quand les gens finiront par comprendre à quel point le cadre de pensée féministe est un poison, il boycotteront d’eux même ces entreprises.

        Je ne me fais pas d’illusion. Les féministes et les femmes en général ne se permettent de faire les malignes que tant qu’il y a quelqu’un pour assurer leur sécurité matérielle. Le jour où cette sécurité tombera, elles redeviendront sages mais cela prendra du temps, beaucoup de temps.

        • Commentaire de kasimar:

          Si toutefois nos chers bureaucrates nous pondent pas une de leur lois dont ils ont le secret pour ne pas faire de “propagande” antiféministe car celà nuirait à l’image de la société. C’est qu’avec tout ce que je constate depuis un moment, ils en sont largement capables.

    • Commentaire de kasimar:

      Le mieux encore les gars, c’est de ne surtout pas associer son patrimoine financier à celui de sa dulcinée et ne jamais lui montrer son compte en banque, lui laisser son code de carte bancaire et tout un tas de choses qui se retourneraient immanquablement envers nous tôt ou tard.

      Eh oui, les amis, la confiance se paie au prix le plus fort !

      • Commentaire de Manuela:

        oh non je ne peux pas vous laissez dire ça même si je sais au fond de moi que vous avez raison, mais nous ne sommes pas toutes comme vous le décrivez, toutes les femmes ne sont pas matérialistes ou vénales et puis celles qui le sont, sont calculatrices et trop malheureuses (certaines vont même chercher les prix des cadeaux qu’on leur offre) je pense qu’un homme ne doit pas trop flamber si il ne veut pas attirer les sangsues. Chaque femme a sa propre idée du mariage et certaines sont “capable de sacrifier les sentiments les plus respectables à une situation mondaine et à des avantages matériels”  Jane Austen.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Tout à fait d’accord. L’amertume d’être tombé sur une mauvaise femme est grande, mais il y a des hommes pour qui ce n’est pas le cas. Disons que le pire c’est d’entendre ce discours sur la perfection de toute femme, ce qui est une invitation au divorce.

    • Commentaire de Manuela:

      12 ans d’âge mental, insatisfaction chronique, “je n’était pas prête pour avoir un enfant” (personne pour ainsi dire n’est vraiment prêt, et si on prend tout en compte, personne ne ferait d’enfant) petites princesses qui se croient dans un “conte de fée” ou bien elles sont frappées par le syndrome “Emma Bovary”.

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Non, je ne crois pas que ce soit ça. Elles se sont mariées avec un fantasme et très vite, elles se sont aperçues qu’elles avaient besoin d’un autre “type” d’homme pour “monter” une famille. Elles ont donc jeté le premier pour en prendre un second apte à s’occuper de leurs gamins. C’est le problème d’énormément de féministes. Elles fantasment le monde, et puis vient la réalité. A ce moment là, elles changent de comportement, en particulier quand elles doivent devenir mères. Entre temps, elles peuvent provoquer beaucoup de dégâts dans leur entourage et même socialement parlant en propageant des idées complètement déconnectées de la réalité. C’est cet article qui m’a donné envie d’écrire le mien. Car en relief, il y a des hommes qui sont traités comme des objets. Elles les prennent, elles les jettent, et en prennent d’autres jusqu’à combler des peurs qu’elles ne combleront jamais.

        • Commentaire de kasimar:

          Mais voyons Leonidas, la réalité c’est le “patriarcat”

        • Commentaire de Manuela:

          “Elles fantasment le monde, et puis vient la réalité” c’est ce que je voulais dire, certaines personnes, hommes comme femmes fuient cette réalité et un jour celle-ci les rattrapent… Ces filles me font penser à d’autres personnes que je fréquente et dont le couple bat de l’aile, quand on les écoutent c’est super génial leur maris ou femmes sont extraordinaires et la semaine d’après ils vous parlent de leurs problèmes sexuels et ça recommence ainsi de suite, il y’a des personnes qui se marient parce qu’ils vivent dans le paraître, c’est aussi un moyen d’enchaîner un homme un peu “cœur d’artichaut”. Certaines jeunes femmes s’imaginent qu’un homme une fois marié changera, il deviendra sage, elles se prennent pour leur mère je pense. Et il y’a la pression familiale aussi, certaines personnes se marient pour faire plaisir à maman.

          • Commentaire de kasimar:

            Oui, Manuela, certains et certaines se marient uniquement pour le paraître. C’est bien dommage, car il est des gens tout comme moi qui en se mariant ont leur raison.

            La plupart du temps, les gens que vous décrivez font des cérémonies qu’ils veulent inoubliables : robe de mariée, bijoux, limousine … alors qu’il suffit simplement de faire une petite soirée pas trop onéreuse. C’était le cas de mon ancienne belle-famille. N’ayant plus aucun contact avec ces gens, j’ose imaginer que ce divorce et le fait que mon ex-femme est au ban de ma vie et de ma propre famille, et se retrouve livrée à elle-même.

             

          • Commentaire de Manuela:

            oui d’ailleurs la plupart ne se marient pas pour des raisons religieuses tout ceux dont je parle n’ont pas fait de préparation au mariage (catholique) certainement par peur de devoir se justifier. J’ai remarqué que les femmes accro aux engagements en tout genre (mariage, compte commun, enfant…) sont attirées par des hommes volages. un couple dans mon entourage divorce, pourtant c’était un peu nos “Kate et William ” mariage inoubliable comme vous dites, sur leur faire-part c’était carrément écrit mariage du siècle…C’est maintenant le divorce du siècle. Sinon il n’ y ‘a pas de mal à vouloir un mariage de princesse Kasimar non mais, on a le droit de rêver, pour une fois qu’on peut porter une belle robe comme Sissi toutes les femmes ne peuvent pas devenir miss France, alors s’il vous plait essayez de vous mettre un peu à notre place!!! 😉

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Le Pape François vient justement de nous conseiller d’avoir des mariages sobres… 🙂

          • Commentaire de Manuela:

            là c’est votre côté masculin qui parle M. Durandal… 🙂

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Le porte monnaie, est-il masculin ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle