Accueil » Etat de droit et politique » (Audiov) Pollution de l’environnement et féminisation, des questions qu’une société entière refuse de se poser.
Antiféminisme Aimeles

(Audiov) Pollution de l’environnement et féminisation, des questions qu’une société entière refuse de se poser.

Publié le 8 mars 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

Si la version Rutube ne marche pas, aller ici :

Polution de l’environnement et féminisation par… par LeonidasDD

Si la version dailymotion ne marche pas, aller ici :

LE TEXTE EN ENTIER :

Je ne veux pas paraître paranoïaque mais on aurait voulu s’attaquer à la nature biologique masculine, on ne se s’y serait pas pris autrement. J’ose poser des questions qui resteront peut-être sans réponse mais : il me parait bizarre que la féminisation de la société, doublée d’un rejet des hommes au niveau social, se triple d’une éradication du masculin dans la nature. Plusieurs faits scientifiques sont troublants, comme si le féminisme n’avait pas contaminé que les esprits :

 

_ l’utilisation du bisphénol A : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bisph%C3%A9nol_ Ce perturbateur endocrinien est présent dans bon nombre de produits alimentaires dans des proportions très supérieures aux taux acceptables par notre corps http://polecom.blip.tv/file/4854238/ . A cause de lui, le taux de fertilité des hommes baisse, la maturation sexuelle des garçons est compromise, l’homme peut connaître des troubles de l’érection : ce produit utilisé jusqu’il y a peu dans les biberons des enfants vient juste d’être interdit. Cependant il est toujours utilisé dans les bouteilles d’eau et dans d’autres produits alimentaires courants (quand on sait que l’eau des biberons est souvent fabriquée à partir de bouteilles d’eau….)

 

_ L’utilisation des pesticides aurait eu une action directe sur la baisse de fertilité de 50 % des hommes : http://ipv6.shsmu.edu.cn/umvf/campus-immunologie/www.assim.refer.org/sterib1.htm Il faut savoir que ces pesticides sont présents à tous les stades de notre alimentation, en particulier dans les produits non biologiques (un jeune enfant serait au contact de plus de 40 pesticides dans son alimentation tout au long de la journée).

 

_ Les oestrogènes ou hormones femmes, présentes dans les pilules contraceptives et dans bon nombre de médicaments seraient à l’origine de la féminisation biologique que bon nombre de garçons subiraient. Voici un article qui nous ordonne de ne pas nous inquiéter sur la pilule contraceptive qui ne représenterait que « 1% des oestrogènes que nous retrouverions dans notre eau potable », http://www.commentguerir.com/news/pilules-contraception-source-oestrogenes-eau-potable-12112010 cependant on peut légitiment s’inquiéter de la véracité de cet article incohérent. Je pense qu’on a encore à faire à la propagande féministe déguisée pour la bonne raison qu’il énonce que l’urine passe nécessairement par le circuit de traitement de l’eau. On voit bien que c’est un citadin qui écrit puisqu’une grande majorité des gens vivant à la campagne n’ont pas de dispositif de traitement collectif des eaux. Pour tout état de cause, ces dispositifs sont très récents dans nos campagnes et même dans nos villes à l’échelle humaine (combien y avait-il de dispositifs sérieux de traitement des eaux en 1980 dans nos villes ? réponse : presqu’aucun). De plus, il vient d’être démontré il y a peu, que nos centres de traitements laissaient passer tous nos médicaments dans l’eau potable : http://www.ezwaterworld.com/eau-potable.asp . Dès lors comment ne pas s’interroger sur le rôle de ces médicaments et des hormones femmes sur notre santé…

 

_ Des eaux de consommation courante largement polluées par ces herbicides, pesticides, hormones ont été utilisées pour alimenter des foyers « humains ». Ces eaux ont provoqué des changements de sexe chez les poissons habitant cette zone : http://www.vivre-bio.fr/post1278.html. Comment ne pas imaginer que, si les poissons ont été aussi troublés, les être humains qui auraient bu cette eau, ne l’auraient pas été…

 

 

Nous ne pouvons plus croire une seule parole de ces scientifiques quand ils sont à la botte de l’idéologie féministe. Il nous sera certainement impossible de déterminer les responsabilités de chacun. Pourtant, il me semble nécessaire de nous interroger et de nous méfier de toutes ces informations qui tentent de rassurer le bon populo. Le crime a eu lieu. Et s’il n’y a pas complot, il y a bien organisation générale de la pensée pour continuer à discriminer les hommes en refusant de répondre à ce genre de problématique. Les coupables sont toujours prompts à masquer leurs crimes pour faire avaler des couleuvres de plus en plus grosses à leurs victimes. Quant à moi, je reste sur un point d’interrogation : face au laxisme de notre société en matière de féminisation, n’y a-t-il pas une volonté plus ou moins consciente de nous maintenir dans un environnement volontairement pollué pour tenir en laisse les cerveaux masculins et leur propension à réagir de manière agressive… cela n’est pas dans l’ordre de l’impossible. L’école, la justice, l’Etat sont déjà des institutions qui tentent de dompter la nature masculine. Un très bon film de Joss Whedon, Serenity, film qui n’a pas eu le “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

47 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle