Accueil » Ambiance au travail » France Télécom : encore un crime sexiste.
Antiféminisme Aimeles

France Télécom : encore un crime sexiste.

Publié le 30 avril 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Il s’est immolé par le feu.

A l’exemple de ce petit marchand tunisien qui a provoqué la révolution dans son pays, Rémy a voulu poser un acte de contestation total. Son geste désespéré devrait nous amener à réfléchir. Non en fait, nous devrions être fatigués depuis longtemps de réfléchir! En tant qu’hommes, il y a longtemps que nous aurions dû passer à l’action. Et si nous n’avons plus de couilles, saurons-nous au moins l’écouter, ou continuerons-nous encore à nous laisser écraser par l’information éducationnelle de cette société ultra-féminisée où les hommes n’ont plus aucune place ?

Oui, le dernier suicide chez France Télécom vient nous le rappeler : ce sont les hommes les premières victimes du suicide et de loin !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide

266% en plus que les femmes. Ah si c’étaient les femmes qui étaient concernées par ce chiffre, devant un tel fait divers, on crierait immédiatement à la discrimination, on chercherait le pourquoi du comment, on inventerait des théories… mais pour les hommes, c’est terrible de vous l’écrire, il n\’y aura que moi pour tenter d’avancer une argumentation posée. Car oui, au-delà du constat statistique, des explications psychologiques ou sociologiques, il faut bien en arriver à des considérations politiques : un tel chiffre ne peut pas s’expliquer seulement par une carence masculine. Il y a une réelle oppression de tout un système qui nie notre souffrance, en particulier au travail, et qui nous pousse à l’exclusion (prison, SDF, chômage des jeunes, métiers dévalorisants…).

 

Dans leur milieu professionnel, ces hommes qui avaient l’amour du travail bien fait, étaient reconnus comme des pourvoyeurs de richesse et d’équilibre. Que sont-ils devenus aujourd’hui ? Lisez la lettre de Rémy et vous comprendrez : la société de la peur, dévirilisée… Affligeant de voir qu’on ne doit plus faire « de vagues » en France, que même les collègues de travail empêchent toute révolte, tout conflit. Extraits : « Si toutefois un se lève, il est immédiatement rappelé à l’ordre par ses supérieurs ou tout simplement massacré par ses égaux« . Comment des cadres supérieurs en sont arrivés à « avoir peur des actions à engager et des responsabilités à prendre ».

 

Oui, les femmes devaient nous guérir de nos tendances violentes, elles devaient nous rendre doux comme des agneaux, aussi sages qu’elles, surtout après avoir été promues par tout le système scolaire. Elles sont arrivées sur un marché de l’emploi qui les a accueilli les bras ouverts avec leurs valeurs complètement décalées par rapport au monde salarié. Eh bien, elles ont réalisé ce pour quoi on les avait acheté : elles ont assagi tout un peuple… poussé au suicide devant tant d’incohérence. Cela n’empêchera pas certaines d’aller se plaindre et de faire « comme si » elles étaient au centre de la question, à l’image de cette autre employée de France Télécom qui vient de tenter de se suicider pour se faire médiatiser, signe d’une réelle souffrance, mais souffrance qui n’a rien à voir avec le monde du travail (et qui montre plutôt une inadaptation complète à celui-ci) :

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Une-salariee-de-France-Telecom-se-taillade-les-veines-du-poignet-6383.html

 

Nous manquons d’hommes dans notre société. Et ce ne sont pas quelques pédales de petits chefs éduquées par des femmes ou qui les suivent à l’odeur, qui y changeront quoi que ce soit. Ce ne sont pas, non plus, les représentants syndicaux, souvent hommes, qui arrêteront de défendre des femmes qui les élisent. Ce ne sont pas les hommes poussés au suicide ou à la démission qui auront le pouvoir de changer le monde. Ni les hommes politiques pro-féministes. Quant aux financiers qui s’en mettent plein les fouilles, n’en parlons même pas. Alors que nous reste-t-il ? Tirer la couverture à soi, sauver sa petite situation personnelle et se taire ? Ou bien se révolter ?

 

Vous n’avez qu’une vie.

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription