Accueil » Homme féministe » Georges Tron, le chevalier maman sans pieds et sans reproche.
Antiféminisme Aimeles

Georges Tron, le chevalier maman sans pieds et sans reproche.

Publié le 2 août 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Vous vous rappelez de cet homme politique poursuivi pour viol et agressions sexuelles parce qu’il avait massé les pieds de deux de ses anciennes employées. Le procureur demande que les charges soient abandonnées contre lui. Cependant, au détour de l’enquête, notre appareil judiciaire a fait des découvertes détonantes sur monsieur le maire Draveil et ces femmes qui l’entouraient.

En fait, les poursuivantes ont bénéficié d’embauches à la mairie avant d’essayer de se débarrasser du maire en portant plainte contre lui. L’une, dépressive, avec une relation particulière à l’alcool, s’est faite licencier de la mairie à la suite de comportements peu appropriés en public. L’autre a carrément détourné des fonds, a été licenciée pour cette faute grave. Elle était déjà connue pour de fausses accusations envers un élu (l’Express du 27/05/2011). Les deux femmes n’ont porté plainte qu’après avoir été licenciées… Du côté de Georges Tron, pas moins de 14 collaboratrices, uniquement des femmes ont reconnu s’être fait masser les pieds et plus si affinité ( Rue89 du 12/08/2011). Sans parler de celles qui ont profité de ses largesses sans qu’on en entende parler (Le Point du 30/07/2013).

 

 

130801tron.JPG

Illustration de Joocoo

 

 

M Tron n’embauchait que des femmes, aucun homme ne trouvant grâce à ses yeux. Le type même du chevalier maman politiquement moderne, mené par le bout de sa queue. Ce comportement si répandu chez tous ces hommes qui se disent féministes et qui ne voient que par les femmes, devrait être normalement poursuivi comme une atteinte sexiste envers les hommes. Et dans un pays équilibré, les femmes qui ont obtenu des postes ainsi devraient être licenciées et poursuivies pour prostitution. Que nenni. Dans notre beau pays, elles peuvent bénéficier du job en se faisant seulement tripoter les pieds puis certaines, quand on ne se plie pas à leurs quatre volontés, peuvent porter plainte pour agressions sexuelles contre celui qui les a embauchées juste après avoir été licenciées pour de justes raisons. On s’habitue vite au n’importe quoi quand on laisse place au discours féministe.

 

 

Des femmes qui veulent pouvoir baiser pleinement celui qu’elles laissent profiter de leurs pieds.

 

Ces pauvres femmes, dont une s’est faite embaucher parce qu’elle “vivait un divorce difficile”, précédemment dépressive, avec un enfant de deux ans sur les bras, la pauvre, comme si le papa n’allait pas passer à la casserole pour essuyer son inconséquence, se sont faites tripoter la voûte plantaire pour décrocher des emplois qu’elles n’auraient même pas pu espérer dans leurs rêves les plus fous étant donné leurs qualifications, et ce sont celles-là qui portent plainte. Le pauvre type bien plus qualifié qu’elles et qui pour l’occasion, est resté sur le carreau à pôle emploi, n’aura pas eu son mot à dire dans cette histoire. Lui, il aurait certainement bien accepté une séance de réflexologie plantaire pour se faire embaucher. Mais à l’heure du mariage pour tous, M Tron, ce réactionnaire, n’aimait que les pieds de ces dames, raison pour laquelle il n’embaucha jamais que des femmes. Notre chômeur homme sera donc resté sur la liste des demandeurs d’emploi pour des questions discriminatoires et sans même le savoir. Combien sont-ils dans son cas ? En particulier dans les mairies qui fourmillent de femmes et où il est de notoriété publique que les maires hommes, se prennent pour les sultans du harem ? (aimeles du 08/01/2013)

 

 

M Tron a trouvé de nombreux profils pour céder à ses avances puis il est tombé sur plus folles que lui.

 

Dans cette histoire, la diversité des profils féminins interroge. Entre les pseudos fragiles, les intéressées, les flattées, elles sont légion, on en vient à se demander si M Tron a rencontré une seule femme honnête en 30 ans de carrière avant que deux d’entre elles ne portent plainte pour des raisons obscures. Car le grand déballage révèle certainement un côté pathétique et immature chez cet homme, voire contrôlant et manipulateur, mais qu’en est-il de toutes ces femmes dont il nous est fait la description ? Celle qui entraîne ses copines à passer sur le grill du patron. D’autres, conquises par le charisme de M Tron, qui se font troncater avant même d’être recrutées à la mairie, sans passer par la case réflexologie de l’entretien d’embauche, c’est plus sûr, dont une hôtesse de l’air généreusement remerciées par un poste à la ville dans l’urbanisme pour lui avoir fait monter ses pieds au ciel. “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

6 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Georges Tron aux assises : le risque du “procès symbole””, L’Obs du 10/12/2017.

    La mascarade gauchiste se poursuit : entre hypocrisie et tyrannie, leur coeur hésite.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “George Tron renvoyé aux Assisses pour viol”, Figaro du 16/12/2014

    Si cela pouvait faire réfléchir tous ces connards qui embauchent plus de femmes à cause de leur cul…

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    AHAHA une journaliste trouve discriminant pour une femme qu’elle ait été défendue tandis qu’un homme insulté par le même sobriquet, c’est normal :

    “Si l’emmerdeuse est dégradant, l’emmerdeur est-il un compliment ?”, Nouvelobs du 02/07/2014 

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Lilian Turam, encore un pro-mariage homo et compagnie féministe, grand donneur de leçons pris la main dans le pot de confiture :

    NDF du 14/09/13

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Un chevalier maman féministe et avide d’abuser de ses femmes, est à l’origine de la création du groupe des fémens…

    Le soir.be du 05/09/2013

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle