Accueil » Homme en lutte » La dernière leçon politique (incomprise) de Jean-Marie Le Pen
Antiféminisme Aimeles

La dernière leçon politique (incomprise) de Jean-Marie Le Pen

Publié le 10 avril 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 23 min

faut pas croire qu’en agissant ainsi, il n’ait pas très bien su ce qu’il faisait. Il n’a pas que mérité la défection des siens comme le soutient Eric Martin dans Nouvelles de France, il les a mis face à leurs responsabilités. Tout d’abord, il nous a rappelé qu’on n’enchaîne pas un homme à de fausses idées. Ca, c’était pour le monde. Mais il a aussi donné une dernière leçon de politique à tous ses colistiers : le pouvoir ça ne se donne pas, ça se prend. En vérité, je ne crois pas que Jean-Marie Le Pen ait jamais voulu empêcher Marine d’agir. Il a seulement voulu transmettre autre chose à sa fille, une idée bien masculine en fait, bien dangereuse à vouloir faire passer de père à fille : celle d’être libre tout étant l’héritière d’un idéal. Au-delà de cette notion d’héritage bien éloignée de celle que cultive une femme, la transmission s’accompagne. Or on n’apprend pas la rébellion. Au mieux peut-on inculquer à ses enfants le sentiment de justice tout en espérant qu’ils auront le courage de la défendre. A travers leurs réactions, ses héritières sont en train de lui signifier qu’il a échoué en ce sens. Elles voient le boulevard qu’il leur a ouvert, elles veulent maintenant cueillir les fruits de son acharnement. En dehors d’une telle stratégie, elles ne trouveraient plus sens à leur lutte. Amère et insipide sera pourtant la victoire qui en découlera, si elle survient.

Comme beaucoup d’autres, j’ai peur de Jean-Marie Le Pen. Durant des années, le système médiatique me l’a présenté en faisant rimer son nom avec “haine”. Mais ouvert à l’altérité, j’ai pourtant appris à l’écouter et à me faire une opinion en dehors des terreurs qu’on essayait de me léguer. Et il m’apparaît avec les années que toute une caste s’en est servi comme d’un repoussoir, défiant le père qu’elle cherchait désespérément dans son regard. Je n’ai plus l’âge de jouer à ces jeux là. Si haine il y a, elle n’est pas à chercher principalement chez cet homme d’Etat. En provocant la réflexion, Jean-Marie Le Pen n’a pas voulu oublier que les idées portaient la politique, opposé en cela à cette prison médiatique emplie de croyances factices dans laquelle on essayait de cloisonner sa pensée. Il a défendu son projet suivant sa logique, en homme d’honneur. Et quand bien même nous pourrions contredire de temps en temps le penseur, l’homme de combat mérite notre admiration à tous pour son ardeur. Même au sein de son camp idéologique, l’unité nationale semble devoir devenir une utopie. Puisse la France ne pas trop regretter de n’avoir pas su la protéger dans l’idée que Jean-Marie Le Pen s’en faisait.

2 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “1er mai avec les Le Pen”, Bernard Antony du 03/05/2016.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Condamné ? Jamais ! seulement trahi…”, Christian Vanneste du 17/05/2015.

    Du côté de l’UMP même constat : manque de probité, honneur en berne, attitudes déloyales…

    L’ancienne garde est remplacée par des nouveaux venus pour que rien ne change. Les jeunes construisent un monde où les générations continuent d’être séparées. Au Front national Bruno Gollnisch préfère baisser les bras plutôt que cliver son propre parti. Une des manières des méchants est d’obtenir la victoire en exerçant un chantage inadmissible pour que la personne honnête cède. Ici, Bruno Gollnisch n’avait que le choix entre détruire l’ouvrage de sa vie et se retirer. Il s’est retiré. Qui pourra lui en vouloir ? Il y a vraiment un mécanisme de cassé dans notre société en ce qui concerne la transmission. L’avènement d’une nouvelle génération où la mixité est de mise rajoute aux difficultés :

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.