(Audio) La relation entre drogue et féminisation des familles

Article écrit par

le

dans la catégorie

Reportage France culture :

 

 

J’ai déjà traité de ce phénomène étonnant de manière plus littéraire ici. Il faut dire que les exemples regorgent si on sait y prêter attention, que ce soit dans nos familles, ou dans nos journaux  Pour compléter le tout, il manquait un témoignage audio. C’est désormais fait avec ce reportage diffusé en 2006 sur France culture. Hugo parle devant le micro dans le cabinet de la psy, en présence de ses parents, des gens « biens ».

La réalité des familles riches, unies, mais féminisées où l’homme ne remplit pas son rôle, où la mère l’en empêche et qui aboutit à un échec complet.

7 réponses à “(Audio) La relation entre drogue et féminisation des familles”


  1. Avatar de Cyrus
    Cyrus

    M. Durandal,

    Voici une excellente nouvelle qui aidera, je l'espère, à ne pas asseoir la politique de légalisation de la production et de la consommation de cannabis, sur une base scientifique : Le cannabis pas plus efficace que le placebo | Le Devoir

    Cordialement,

    Cyrus


  2. Avatar de observateur
    observateur

    Quand on lit entre les lignes on comprend que pour que ce système de merde cesse il faut que les hommes arrêtent d’idolâtrer les femmes et commencer à les prendre pour ce qu’elles sont.

     


    1. Avatar de observateur
      observateur

      Pour ceux qui comprennent l’anglais, je vous conseille de commencer à réfléchir sur le concept de la présomption de maternité qui est la la base du problème.

      https://www.youtube.com/watch?v=El85tFbeA44


    2. Avatar de Léonidas Durandal
      Léonidas Durandal

      Nous sommes comme envoûtés en France.


  3. Avatar de Mindstyle
    Mindstyle

    Effectivement, je commence à être persuadé, hélas, que la maladie mentale est l’état normal de bon nombre de mes concitoyens; malheureusement, quand l’homme essaye d’imposer des règles, de « secouer sa femme », celle-ci se sépare de lui en le traitant de psycho-rigide, d’homme « contrôlant ».

    Mais là où je suis choqué, j’ai déjà été affublé de l’étiquette de « psycho-rigide » par ma petite amie, qui elle a vécu selon la pédagogie du laisser-faire, de la bonne classe moyenne; dois-je préciser que son cher papa était ce bon gros citoyen payeur d’impôt, toujours dans le consensus avec sa femme, se reposant sur ce confort de façade ?

    Autre détail : Cette fille s’adresse à lui en employant des termes que l’on pourrait qualifier d’incestueux…

    Le tableau est complet et cela est édifiant quand je fais des recoupements avec ce que je lis ici ou ailleurs.

     


    1. Avatar de Léonidas Durandal
      Léonidas Durandal

      L’horrible classe moyenne. Je crois qu’il n’y a rien de plus pitoyable que celle-là, à toutes époques, même s’il est vrai que de nos jours, elle bat des records de dégénérescence grâce à la richesse produite par nos aïeux, une richesse qui ne lui appartient pas mais dont elle entend profiter jusqu’au bout, jusqu’à éliminer les plus fragiles de notre société. Le vrai puisant, le vrai tyran de nos jours, c’est la classe moyenne, représenté emblématiquement par celui qui vote PS envers et contre tout, même si son alter ego des Républicains a un côté parfois encore plus pitoyable par son suivisme de la gauche à bonne conscience. Beurk !


      1. Avatar de Cyrus
        Cyrus

        Bonsoir M. Durandal,

        J'ai toujours eu pour instinct de détester viscéralement les membres de la classe moyenne, au Québec comme ailleurs. J'imagine donc que je ne me suis jamais trompé et que mes instincts sont bons. 

        C'est une émanation de la classe ouvrière, une classe ouvrière améliorée, comme le diraient les anarchistes. Matériellement, cela est vrai. En termes d'instruction, c'est surtout vrai durant les années 1950 et 1960 et une partie des années 1970. Ce n'est plus vrai depuis, car le niveau baisse. 

        En termes physiques, cela dépend de leur propension à faire du sport, car leur travail est avant tout intellectuel et administratif et non manuel. Les couches moyennes prospèrent surtout dans les services. 

        Enfin, sur le plan moral, donc religieux, c'est la ruine absolue. 

        Cordialement,

        Cyrus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre sexe SVP :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler le site

© 2022 AIMELES Antiféminisme | Haut