Accueil » C'était mieux avant » « La tête haute », docufiction sur le quart monde français
Antiféminisme Aimeles

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

13 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “En plein cours des lycéens filment leur agression d’un prof handicapé”, L’Express du 23/06/2015.

    Voilà ce qui se passe quand l’autorité du père n’existe plus dans une société : la barbarie resurgit. D’un autre côté, ils s’affrontent à une autre barbarie. Celle des Charlie cons. Car donner à des enfants des professeurs handicapés, c’est leur soumettre en exemple une image de médiocre. De surcroît, le handicap physique renvoie les enfants les plus fragiles à leurs propres peurs d’être incomplets ou privés d’un membre. Le handicap mental les déstabilise psychiquement. Faire cela, c’est risquer l’émeute dans chaque groupe ou au moins quelques enfants vont se sentir indisposés par l’adulte qu’on leur donne en référence. Les professeurs obèses de manière maladive par exemple, sont systématiquement maltraités. Les enfants veulent grandir en force. Ils sont plein de vie. Et leur mettre en pleine tronche un mi-mec c’est les encourager à la révolte.  Celui qui a intérêt à la tolérance, ne peut leur apprendre la tolérance. L’administration est devenue complètement folle avec son utopie crasse, plan ABCD égalité et autres conneries. Les enfants ont besoin d’hommes, et d’hommes forts pour grandir et leur apprendre la tolérance. C’est comme ça, car le monde a tout autant besoin de mi-mecs que de personnes qui présentent une apparence de sociabilité parfaite (même si elle est fausse) et de performance. Chacun sa place !

    • Commentaire de Lou:

      Vous semblez vous opposez à ce qu’un handicapé soit prof. Mais quelle est leur place ? Ca m’attriste ce que vous dites, j’aime penser que ce qui fait le bon édicateur, ce sont les qualités humaines et intellectuelles qu’un handicapé moteur peut aussi avoir

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        C’est comme cela. Les enfants ont besoin de personnes modèles ayant leur intégrité physique pour se construire, une belle image de corps qui va avec l’esprit. Il ne faut pas essayer de plaquer nos désirs d’adultes sur les enfants. Il y a bien d’autres manière de leur faire découvrir l’altérité, le handicap et la fragilité, mais jamais en la leur donnant comme un exemple à suivre. Nous avons des fragilités pour les dépasser, pas pour nous y complaire mollement. Le corps d’un enfant est fait pour vivre pleinement, courir, jouer, grandir et c’est un grand malheur quand ce n’est pas le cas. L’enfant croit en son professeur comme en son propre père. Il faut lui offrir le meilleur, quand on peut.

    • Commentaire de Manuela:

      En fait on ne veut pas expliquer aux enfants la différence, la médiocrité, les adultes ont peur de la réaction très franche des enfants ou adolescents.

      Quand je travaillais j’avais un gamin qui venait d’un milieu misérable, il avait de très gros problème d’élocution personne ne voulait jouer avec lui, alors il devenait un peu violent (pas méchamment), il venait tout le temps se plaindre. Un jour avec une collègue nous avons demandé aux enfants pourquoi ils ne voulaient pas jouer avec lui, ils nous on répondu “on veut pas parce qu’il parle anglais”  🙂

      Dans l’école et le collège ou j’étais il y ‘avait des classes de CLIS et de SEGPA, d’un côté on ostracise les enfants en les mettant entre eux dans la même classe mais dans une école normale sauf que dans la cour ils se retrouvent tous mélangés et voilà chaque instit défend plus ou moins “ses” élèves mais on sent bien qu’on ne peut pas mettre en cause certaines choses. Ils sont “limités” pour diverses raisons donc ils sont toujours victimes.

      Au moment où j’étais encore au collège il y avait un garçon trisomique, qui attrapait les filles par leur sexe il mimait la masturbation, et à chaque fois que les filles allaient se plaindre elles se faisaient remonter les bretelles!!!  J’avais une peur bleue de le croiser dans la cour, heureusement il n’est pas resté longtemps.

      Pour conclure j’ai une petite phrase d’une prof pendant un cour au CDI qui m’est toujours restée dans la tête : “l’intelligence est donnée à tout le monde pareil, c’est la façon dont on s’en sert qui compte…”

       

       

       

       

  2. Commentaire de Manuela:

    les éducateurs sont très souvent plus névrosés que les personnes qu’ils sont censés aider…

     

     

     

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      C’est vrai, mais je vais être un peu cynique : personne d’autre, ou presque, ne voudrait s’occuper de ces enfants…

      • Commentaire de Manuela:

        votre réponse me déchire le cœur, vous pensez qu’une personne équilibrée ne peut pas travailler dans le social c’est ça ? j’ai mal compris peut-être, en même temps ces personnes ne choisissent pas cette voie professionnelle par hasard.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          On veut se guérir en guérissant les autres. Les personnes bien dans leur peau ne se posent pas des questions de ce genre : elles accomplissent leur vocation profonde. Maintenant, s’ils n’y avait pas des être brisés pour en aider d’autres, je me demande où le monde irait…. Il irait peut-être mieux qui sait… ou plus mal… Par contre, je sais que les Saints ont une grande force d’amour pour aider le monde. Ils ne guérissent pas leurs blessures. Ils aiment. A mon avis, il faut une grande force d’amour pour aider les autres, et non un grand creux narcissique. Voilà ça, c’est seulement le fruit de mon expérience. Je ne sais pas tout sur ce sujet là. Mais j’ai tellement vu d’éducateurs qui ne survivaient dans ce milieu que parce qu’ils avaient une vie encore plus brisée dont ils s’échappaient. Je ne crois pas que ce soit la solution. Il faut des Saints qui aiment pour sauver le monde, pas des fonctionnaires qui devraient s’occuper d’eux avant de s’occuper des autres. Vous connaissez Guy Gilbert ? C’est une espèce de bienheureux. Il est éducateur et a réussi dans son métier. Vous devriez lire un de ses livres. S’il y a une solution à ce merdier, c’est de ce côté.

  3. Commentaire de gastirad39:

    Léonidas: Ce film n’est qu’un des multiples aspects du déferlement de propagande féministe que nous subissons depuis plus de 50 ans. Il s’agit de masquer les conséquences catastrophiques inéluctables des lois actuelles. Ainsi, l’état de la fertilité à Singapour illustre bien que sans droits réels au sein de la Femmille, les hommes se refusent, logiquement, à procréer, quels que soient les avantages financiers que les Etats Féministes leur concèdent.  La réussite économique de ces Etats est donc sans avenir.

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/singapour-l-etat-qui-ne-sait-plus-faire-des-bebes/4301817386001/

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Le marasme, le malthusianisme poussé à son bout : on stérilise les populations puis quand on a besoin d’enfants, on croit qu’on va pouvoir obtenir ce qu’on veut des gens avec de la propagande alors que toutes les structures sociales ont été détruites. Cela nous soulagerait un temps que les responsables de cette catastrophe mondiale soient passés à la guillotine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle