Accueil » Questions idéologiques » Le socialisme c’est la guerre (la répétition morbide de nos erreurs depuis 1789)
Antiféminisme Aimeles

Le socialisme c’est la guerre (la répétition morbide de nos erreurs depuis 1789)

Publié le 9 octobre 2019 par Léonidas Durandal à 10 h 37 min

Combien j’ai ri quand mon grand-oncle Henri, il y a bien des années de cela, m’a dit que la guerre suivait la venue des socialistes au pouvoir. A vrai dire, sortant de l’école de la république, je ne comprenais même pas son discours. Pour moi, le front populaire, c’était la première semaine de congé payé. Voilà tout. La guerre de 39-45 était complètement déconnectée de cet événement. Et puis, ça remontait à si loin…

Aujourd’hui que j’ai revu les détails de notre histoire, je suis de son avis. Le socialisme, c’est la guerre, surtout en France depuis 1789.

Je ne définirai pas le socialisme tel que le ferait un philosophe. Pour moi, le socialisme ne peut pas être corrélé à un corpus idéologique. Car qu’y-a-t-il de commun entre un défenseur de la laïcité et un défenseur de l’Islam athée ? Pas un raisonnement. Le socialisme est plutôt une mécanique de création de majorité en démocratie. Voilà la clé qui permet de comprendre ce mouvement. Il n’est pas spécialement bourgeois, ni populaire, ni libéral ni communiste. Il trouve les moyens d’arriver au pouvoir en parasitant les autres idéologies pour s’imposer durant les élections. Il vole les libéraux pour alimenter la jalousie communiste tout en profitant des mannes du capitalisme.

Démocratie et socialisme se confondent

Le socialisme est le vrai ferment de la démocratie en ce qu’il se situe au centre de l’échiquier politique, et qu’il doit déguiser son apathie, son vol, sa médiocrité, derrière de grandes utopies. Le socialisme a besoin de la richesse créée par le système capitaliste. Il le ponctionne jusqu’à la limite du supportable et redistribue l’argent à ceux qui vont permettre sa réélection. C’est un système mafieux d’argent contre de la protection. En même temps, il veille à la survie du système capitaliste, en même temps, tel un parasite, il le vide de son sang. Au besoin, il se sert des extrêmes pour asseoir sa position. Sous la pression communiste, il redistribue de l’argent à la plèbe. Sous la pression de l’oligarchie capitaliste, il protège les entreprises. Il répond à tous selon les rapports de force en présence, jamais selon ce qui doit être fait.

Ce jeu dangereux se solde souvent par des guerres, qu’elles soient civiles ou internationales, avec la complicité d’une majorité du peuple concerné. En effet, contrairement à ce qu’affirment quelques complotistes aveugles, les électeurs savent exactement pour qui ils votent, pour une ploutocratie qui leur promet la paix en écrasant au besoin, tout mouvement dit extrémiste. Voilà le grand jeu des élections en gauchimie : promettre de satisfaire une majorité grâce à l’ordre, et contre « les autres ». Le citoyen confiant, avide d’ordre, exige des réformateurs capables de gérer les conflits d’intérêt, afin que les tensions sociales restent mineures. Tel est son objectif. Il ne cherche pas la vérité, mais d’avoir raison, et par là, il obtient et le mensonge, et la guerre. Car évidemment, il perd de vue le long terme, les individus minoritaires, la recherche de spiritualité, sans lesquels la vie en société n’a plus de sens.

Le socialisme est si protéiforme que dernièrement, il s’est mis en tête de défendre les « minorités ». Vous voyez ici l’écart abyssal entre le discours et la pratique : car par « minorités », le socialiste entend surtout majorité et bonne conscience. Majorité, car si vous alignez la majorité de femmes que vous définissez comme une minorité, à laquelle vous ajoutez la minorité d’origine immigrée qui ne cesse de grossir sous les encouragements socialistes (de centre droit et de centre gauche), à laquelle vous rajoutez toutes les personnes à pratique sexuelle déviante, vous obtenez une très large majorité de la population capable d’entraîner une frange encore plus large de la population durant les élections.

Mais ce n’est qu’un des subterfuges des socialistes. L’idée qu’il faut retenir ici, c’est la fabrique à bonne conscience. Le socialiste ne va pas vous affirmer qu’il dépèce une minorité d’entrepreneurs hommes, qu’il dépèce une minorité de pères déjà fragiles dans leur famille, qu’il presse comme un citron le petit blanc. Non, il va faire de ceux-là une majorité imaginaire pour mieux les spolier grâce au jeu des élections.

En d’autres temps, au gré des forces de chacun, il inventera d’autres concepts prompts à satisfaire une majorité d’électeurs, à faire grossir son pouvoir indéfiniment (c’est à dire l’état), « >

Lire la suite

18 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Extinction Rébellion justifie le sabotage de trottinettes en libre-service, objets roulants « briseurs de grèves »" Le Monde du 06/12/2019.

    C'est sûr qu'en détruisant des objets qu'il va falloir remplacer à coup d'émissions de CO2, ils ont rempli leur objectif écolo (gaucho). Leur objectif aurait été complètement atteint si un nouvel impôt avait pu en découler. Tiens pourquoi pas un impôt anti briseur de grèves gauchistes ?

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Des familles de policiers visées par des menaces, les syndicats inquiets" AFP du 06/12/2019.

    Heureusement que ce sont des gauchistes protégés par l'état socialistes qui ont envoyé ça, et pas des islamistes…

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "L'exhumation de Franco a commencé, annonce le gouvernement espagnol" La Provence du 24/10/2019.

    Francisco Franco a laissé au roi d'Espagne un pays en paix. Le roi d'Espagne a cédé le pouvoir aux socialistes qui en quelques décennies l'ont mis à feu et à sang. Chômage des hommes (beaucoup moins des femmes…), fuite de la jeunesse, régionalisation du pays, bétonnement des côtes, unions d'invertis etc… Et la seule manière que trouvent ces éternels perdants socialistes pour se venger, c'est de raviver les divisions au sein du pays avec cette exhumation, juste pour se faire plaisir. Je crois que le socialisme, c'est la guerre en France, mais aussi en Espagne. D'ailleurs le mouvement d'indépendance de la Catalogne poussé par l'extrême gauche est là pour le confirmer, même si à titre personnel je ne suis pas défavorable à une forme de régionalisme identitaire :

    "Violences en Catalogne : près de 300 policiers blessés selon Madrid" AFP du 25/10/2019. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "Pour le gendarme du nucléaire, la filière française est « dans une situation très préoccupante »" Les Echos du 24/10/2019.

     

    Ils vont bien réussir à faire exploser un réacteur en accusant le libéralisme d'inefficience (discours écologique socialiste qui tend à minorer les responsabilités du socialisme dans un quelconque marasme)

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.