Accueil » Archives pour la catégorie 'Erreur idéologique'
Antiféminisme Aimeles

Erreur idéologique

Nos décideurs n’ont qu’un objectif : réduire les inégalités hommes femmes sur le marché du travail. Ils ne s’intéressent pas à la prospérité de notre pays car ce sont des idéologues. S’ils affirment vouloir développer notre pays, c’est faux. Car si tel était le cas, ils s’interrogeraient sur les critères de réussite selon le sexe. Or, ils ne le veulent pas. Ils considèrent que l’entrée des femmes sur le marché du travail est forcément positive. Dans certains cas, il leur arrive même de fantasmer des femmes supérieures aux hommes, tant ils sont restés perméables à leur mère. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

8 commentaires. Participez à la conversation

Savoir exclure les femmes

Publié le 9 avril 2018 par Léonidas Durandal

Tout part de l’idée que les femmes sont fragiles et les hommes sont forts. A une nuance prêt. Les femmes sont fragiles dans leur humanité. Les hommes sont plus forts, là où il leur est laissé l’occasion de l’être. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

10 commentaires. Participez à la conversation

L‘association Make.org a organisé une consultation citoyenne sur les moyens de remédier aux violences faites aux femmes. Celle-ci aurait mobilisé plus de 400 000 contributeurs. Au-delà du caractère consensuel de la question qui voudrait que les violences faites aux femmes soient un sujet primordial dans une société où ce sont les hommes qui sont les principales victimes de violences, comme dans toutes les sociétés du monde entier depuis l’aube de l’humanité, les 17 propositions adoubées sont significatives d’un état d’esprit féministe qui mène notre société à la catastrophe. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

21 commentaires. Participez à la conversation

Le féminisme est raciste

Publié le 21 novembre 2017 par Léonidas Durandal

Le féminisme est le pire des racismes et la féministe est celle qui le nourrit. Non seulement, elle ne supporte pas sa race, ou au choix celle des autres, mais à l’intérieur des races mêmes, elle aime la ségrégation. C’est toujours normal pour une féministe quand une femme est supérieure à un homme. Mais si un homme est supérieure à une femme, elle appelle cela domination patriarcale. Elle va jusqu’à favoriser les conflits inter-raciaux là où il n’y en avait pas. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

45 commentaires. Participez à la conversation

(Vidéo) Intelligence féminine et décadence sociale

Publié le 18 novembre 2017 par Léonidas Durandal

Cette vidéo a pour support un extrait de l’émission “C Politique” du 12/11/2017 où un académicien s’est affronté à un professeur de lettre signataire avec 300 de ses collègues d’un manifeste pour que “le masculin ne l’emporte plus sur le féminin” dans l’enseignement du français. Ce débat est à replacé dans un cadre plus large de revendication concernant l’écriture inclusive (qui tend à féminiser tous les neutres qui se confondent aujourd’hui avec le masculin. Par exemple interlocuteur doit être écrit interlocuteur.rice si le nom est employé comme fonction). Pour de plus amples explications voir les articles “La régression grammaticale féministe” et “Rapport du HCE : la grammaire politique des féministes” écrit en 2015. Lire la suite de cet article »

Pages : 1

7 commentaires. Participez à la conversation

Le féminisme c’est pas ça

Publié le 14 octobre 2017 par Léonidas Durandal

« Fontaines rouges : ceci est notre sang. La révolution menstruelle a commencé », L’Obs du 12/10/2017.

Le féminisme ce n’est pas des femmes obsédées par leurs ragnagnas et qui veulent en faire le centre du débat public.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

17 commentaires. Participez à la conversation

Il serait facile de prendre l’exemple d’une féministe incohérente ou/et caricaturale pour juger du négatif de l’idéologie qu’elle défend. Mais cela ne prouverait rien. Pour bien montrer qu’il n’y a pas de bonnes et de mauvaises féministes, mais qu’elle sont toutes mauvaises, il faudra se pencher sur le cas d’une femme sceptique face au mouvement féministe, intelligente, cultivée, ancrée dans sa modernité, pourquoi pas jeune et jolie. Si cette femme là ne réussit pas à sauver le féminisme, alors qui le pourra ? Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

3 commentaires. Participez à la conversation

Antiféministe concept

Publié le 3 mai 2017 par Léonidas Durandal

Comme Platon a montré que les systèmes politiques changeaient dans un mouvement cyclique au gré de leur corruption, je pense que les rapports humains entre hommes et femmes subissent des altérations qui organisent les systèmes de filiation, de compétence et de pouvoir entre l’intérieur du foyer et la société. Au fur et à mesure de ce parcours, nous répétons des schémas d’organisation, en les croyant souvent inédits tant notre mémoire n’a pas pu en garder que des traces partielles. En parallèle à ce cercle de changement d’habitus, une progression linéaire permet à ces mêmes rapports d’évoluer ou de régresser en complexité, l’humanité semblant toutefois connaître une progression générale.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9

17 commentaires. Participez à la conversation

(Découverte scientifique) L’amour passion, cette pulsion animale

Publié le 4 avril 2017 par Léonidas Durandal

La révolution sexuelle a entériné le règne de « l’amour ». Non pas celui de l’Église catholique qui consistait à aider son prochain, mais celui qui exigeait l’assouvissement des pulsions sexuelles. Pour le progressiste, le sexuel devait forcément entraîner l’amour. Le libre épanouissement des désirs individuels amèneraient l’avènement d’une société juste et bienheureuse. Il fallait partir de soi. Or tandis que dans les débuts, cette idéologie avait la prétention d’agir sur des bases scientifiques seules pour nous amener à la vérité, elle est devenue de plus en plus a-scientifique jusqu’à inventer une théorie comme celle du « genre » pour réussir à se perpétuer. Le « tout-scientifique » a eu pour corollaire la superstition, une de ces religions du mensonge. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

11 commentaires. Participez à la conversation

Les femmes les plus puissantes du monde ont une mère au foyer

Publié le 24 février 2017 par Léonidas Durandal

Lire la suite de cet article »

Pages : 1

18 commentaires. Participez à la conversation

Otto Weininger, le christianisme cathare gay

Publié le 28 juin 2016 par Léonidas Durandal

Quand le programme familial d’Adolf Hitler est appliqué à la lettre en France, avortements, sélection eugénique, crèches familiales, les gauchistes font mine de se récrier. Hitler n’était pas gentil, et ils le censurent. Moi, j’ai plutôt l’impression qu’ils nous empêchent de le lire parce qu’il est un rejeton socialiste du matérialisme, et plus précisément du darwinisme social qui s’est opposé à l’Église. Le nazisme a fait d’autant moins de morts par rapport au communisme qu’il en était plus religieux. Cette idée est insupportable pour tout gauchiste qui se respecte persuadé de détenir la vérité.

Pour les mêmes raisons, ils censurent Otto Weininger, car celui-ci leur ressemble trop. Vous ne trouverez qu’une partie de son texte en Français sur l’internet, avec mention à la fin que « Aujourd’hui, seuls des Néo-Nazis rééditent “Sexe et Caractère” ». En matière de traduction complète, ce sera en Anglais/Allemand. Ainsi, impossible d’avoir accès entièrement à ses idées pour les dépasser, sauf à changer de langue, et donc s’acculturer et régresser. Nous en sommes dans ce pays à lutter pour avoir accès à la culture, tandis que d’autres consacrent leur énergie à grandir en intelligence. Si la civilisation américaine est critiquable, elle l’est toujours moins que la nôtre qui s’est enfermée depuis plus longtemps dans la fausse religion des droits de l’homme et ses mensonges. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

6 commentaires. Participez à la conversation

Les intouchables ou l’hystérie en guise de séduction

Publié le 11 mai 2016 par Léonidas Durandal

Comme elles n’ont plus rien de valeureux à donner, les femmes de notre pays sont de plus en plus tentées de développer des méthodes de séduction déviantes. L’une de celle-là consiste à paraître le plus intouchable possible, le plus éloigné des hommes pour aiguiser leur avidité. Ce qui est rare est cher. L’homme qui voit une femme habillée pour plaire aux hommes mais qui ne peut la conquérir est entretenu dans sa frustration. Une envie monte en lui jusqu’à le soumettre à la première femme venue qui acceptera d’être un peu plus avenante. Ce phénomène est bien connu. Il permet de contrôler les hommes. Les femmes habillées de manière salace pourront vous répondre qu’elles ne le font pas pour séduire les hommes. Mais cette même affirmation jouera aussi un rôle dans l’excitation de l’homme. Elle lui fera envisager celle-là comme d’autant plus intouchable, et donc d’autant plus désirable.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

36 commentaires. Participez à la conversation

La 3ème vague féministe : où en est-on ?

Publié le 11 avril 2016 par Léonidas Durandal

La première vague de féminisme a permis aux femmes de diriger nos démocraties (droit de vote majoritaire des femmes). La deuxième vague a permis aux femmes d’obtenir un droit de vie et de mort sur leurs enfants (infanticides par avortement). La troisième vague de féminisme milite pour favoriser légalement les femmes et imposer « l’égalité réelle ».

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5

18 commentaires. Participez à la conversation

Le RSA accompagne la destruction de la famille; et le Revenu Universel ?

Publié le 8 février 2016 par Léonidas Durandal

Le manque de clarté dans le débat public à propos du Revenu Minimum dénote d’un manque de culture économique de base dans la société française.

Le Revenu Minimum est une invention néo-libérale, non pas de gauche, et pour cause, il avait d’abord pour but d’individualiser les rapports économiques. En effet, nos lointains ancêtres des années 80 vivant encore de solidarités familiales, et celles-ci entrant en concurrence avec le système économique, il fallait que le libéralisme les casse.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

11 commentaires. Participez à la conversation

Le Japon pour mieux comprendre la fuite en avant occidentale

Publié le 29 janvier 2016 par Léonidas Durandal

La volonté du Japonais d’adopter les mœurs occidentales, n’entame en rien sa culture. Voilà qui peut nous paraître surprenant en Occident, pourtant tel se vit le Japon. Il peut adopter l’école, l’économie, les habits, les routes de nos pays, il le fait d’une telle manière qu’il ne peut se départir de ce qu’il est. Le Japonais ne singe pas l’Occidental, il cherche à récupérer ce qu’il a de meilleur. Ainsi, s’il se trouvait que la force fût africaine, le Japonais adopterait les mœurs africaines, mais il n’en resterait pas moins japonais de par cette volonté de vaincre. Pour gagner le Japon est capable d’imaginer d’aller jusqu’au suicide, comme nous le montre l’existence de kamikazes à la fin de la seconde guerre mondiale. Le kami kaze est d’abord une divinité qui s’incarne dans l’individu et qui le pousse au sacrifice pour en préserver d’autres. En ce sens, nous avons peine à imaginer combien les deux bombes nucléaires qui ont explosé sur leur territoire en 1945 ont perturbé l’imaginaire collectif. Le sacrifice humain n’ayant pas réussi à empêcher la victoire technologique, l’ensemble de la société japonaise s’est alors convaincue qu’elle devait se sacrifier au progrès. Comme à son habitude, le Japon va jusqu’au bout, suscitant l’intervention divine pour se sauver de lui-même. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

16 commentaires. Participez à la conversation