Accueil » Questions idéologiques » Le socialisme c’est la guerre (la répétition morbide de nos erreurs depuis 1789)
AIMELES Antiféminisme

Le socialisme c’est la guerre (la répétition morbide de nos erreurs depuis 1789)

Publié le 9 octobre 2019 par Léonidas Durandal à 10 h 37 min

pour finir sa formation, il n’en restera pas moins à jamais plus compétent dans son industrie que tous ceux qui n’auront pas son diplôme. Si les intérêts de chacun sont à prendre en compte dans une société, ils ne peuvent être le guide d’une civilisation. L’argent est bon serviteur mais mauvais maître.

La démocratie qui fonctionne le mieux en Occident est la démocratie américaine. La raison en est simple. Le pouvoir des démocrates est relativisé par un parti dit « républicain » et qui agit comme un succédanée de monarchie (voir les analyses de Régis Debray sur le sujet). La forte présence chrétienne contient aussi les prétentions holistes socialistes. L’équilibre créé semble fragile mais a fonctionné jusqu’ici. Il offre une alternance réelle à un pays en quête d’amélioration, si ce n’est que les périodes de socialisme sont inévitablement des périodes de régression mais qui ont le pouvoir de renforcer la dialectique républicaine.

La prochaine guerre

Cette prochaine guerre est d’une triste évidence, comme toutes les autres générées par les socialistes d’ailleurs. Quand la justice, les écoles, la police, l’hôpital, vous disent qu’ils vont mal, mais qu’en même temps tous ces assimilés fonctionnaires votent à gauche et préconisent un renforcement du rôle de l’état, voire un laisser aller en matière d’immigration, vous vous dîtes que la névrose est profondément ancrée, et qu’elle va nous mener à la catastrophe, encore une fois.

Maintenant qu’il a fait échouer le concept de nation, le socialiste cherche à l’effacer des esprits et des lois, imaginant que la violence vient de la souveraineté des peuples. En cela il a tort et raison à la fois. Il a raison en ce que les peuples laissés à eux-mêmes, au socialisme, sans religion, divaguent. Il a tort en ce qu’un peuple n’a pas à poursuivre prioritairement, l’idéal démocratique sanglant et qu’il peut recevoir la souveraineté de plus haut, de Dieu, et s’en trouver plus capable d’affronter son sort.

Pour le socialiste, la nation a provoqué la guerre. Il faut supprimer la nation. Le divorce n’a pas renforcé la famille. Il faut supprimer la famille. L’école échoue à instruire les masses. Il faut donc rééduquer les enfants et restreindre les droits parentaux. Le milieu de l’entreprise génère des inégalités malgré un carcan légal sans égal dans le monde entier. Il faut donc renforcer le carcan légal. Jamais le socialiste ne se dit qu’il est LE problème. Ainsi le monde et la réalité doivent-ils plier à son désir d’enfant tout puissant qui ne se rappelle pas que la nation l’a précédé, que la famille a prospéré sans lui, tout comme les entreprises. Il fabrique les guerres, le malheur, mais c’est toujours la faute aux autres. Rien ne résiste pourtant à ses croyances, rien n’y survit, tant il cherche à supprimer la question plutôt que de résoudre les vrais problèmes qui se posent à nous.

Nous avons un problème de lâcheté face à l’immigration car la masculinité a été dévoyée par les socialistes. Nous avons des problèmes familiaux sans nombre, car l’état travaille à séparer les couples, en infériorisant les pères de famille, en donnant toute latitude à des femmes encouragées dans leur irresponsabilité. Nous avons des problèmes dans le milieu du travail, car l’état est incapable et sera à jamais incapable de gérer une quelconque masse salariale, et qu’en même temps, il vampirise les secteurs productifs masculins. L’état n’assure même plus le rôle qui lui est dévolu de défense des citoyens dont il a la charge contre les étrangers, notamment contre les entreprises étrangères, car ici se situe la nouvelle guerre qui est économique. Il n’a plus aucune ambition en matière de justice, mais il est devenu très fort en qui concerne le contrôle social et la censure. Il est nul et ne vit qu’en parasitant les derniers restes d’une civilisation catholique mal en point. Il ne vit qu’en bénéficiant de l’intelligence de citoyens qui réussissent encore à échapper à sa volonté sacrificatrice. Autant dire une part du pays qui se réduit chaque jour, tant le nombre de victimes ne cesse de croître sous son action politique.

Le mimétisme sacrificateur socialiste est si puissant qu’il invente les victimes pour mieux en sacrifier d’autres. Chaque souffrance personnelle de femme est par exemple érigée en abus de pouvoir de la part d’une société dite « patriarcale » qui n’existe plus dans notre société qu’à travers la haine envers les hommes. « >

Lire la suite

47 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "« J'ai peur que le passe sanitaire devienne bientôt un passe écologique », affirme Philippe Herlin" Apoch time france du 04/11/2021.

    Que ça fait du bien d'entendre quelqu'un qui sait de quoi il parle. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "En prison avec des djihadistes, Cesare Battisti démarre une grève de la faim" l'obs du 01/02/2021.

    Typique d'un acharnement pour rien, juste pour avoir remis en question, il y a for longtemps, la prééminence de l'état. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.