Accueil » Confusion des sexes » Le bilan terrifiant du mariage gay aux Pays-Bas.
AIMELES Antiféminisme

Le bilan terrifiant du mariage gay aux Pays-Bas.

Publié le 22 janvier 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Suite aux manifestations en France, un professeur à pulsions homosexuelles néerlandais a publié un article pro-mariage homo dans « rue89 » pour nous faire la leçon, à nous les « intégristes » français, qui nous opposons à cette loi.

Le professeur en question commence par nous décrire une scène de classe dans son pays au lendemain de la grande manifestation en France.

 

Devant la surprise de ses élèves, il se charge de les éveiller à la culture, à la tolérance et à la réflexion en essayant de leur expliquer la position des Français qui ont manifesté contre la loi.

 

Il a, bien entendu, du mal à leur répondre. Avec toute sa bonne foi, il leur explique que c’est la faute à l’UMP en pleine division qui veut se réunir, que c’est à cause de l’Eglise, que ce sont surtout des questions politiques. Il ne leur explique rien sur le fond. Les enfants ne comprennent pas. Pour s’en sortir, les enfants en reviennent à la notion de liberté individuelle, la seule qu’ils semblent capables de comprendre.

 

La réaction des enfants et du professeur sont sidérantes : pas un seul argument des opposants n’est étudié ou défendu, ou même avancé.

 

Formatés, ils semblent trouver incompréhensible qu’on puisse s’opposer à une telle union pour quelque raison que ce soit. Tous les enfants, des enfants de collège… pas un seul pour avancer un argument, opposer une petite contestation, essayer la moindre explication… au contraire, leur professeur les décrit comme complètement interloqués par « l’attitude de ces Français». Et lui-même semble dans l’incapacité la plus complète de relayer un seul des arguments des anti-mariages homosexuel.

 

 

 

Pour avoir raison, supprimer l’opposition et/ou s’étonner qu’elle puisse encore exister.

 

Le professeur ne s’aperçoit même pas qu’il nous décrit un formatage incroyable et réussi auprès de toute une génération. Eux qui ont peut-être un père et une mère, ne comprendraient même plus l’intérêt d’en avoir un ou une à la maison, et la discrimination que subiraient les enfants qui en seraient privés… pas un seul de ceux là n’aurait posé la moindre question en rapport à leur situation ? (dans l’article, l’auteur affirme même qu’ils l’auraient encouragé à adopter des enfants !) A l’âge où ils entrent dans la puberté, aucun d’entre eux n’aurait défendu l’altérité sexuelle dans le couple ?

 

Si cette retranscription de scène de classe est bien vraie, elle nous donnerait à voir une situation complètement édifiante. Cela voudrait dire que le bourrage de crâne a été poussé si loin sur ces questions aux Pays-Bas, que non seulement on aurait rendu les petits néerlandais incapables de s’interroger sur ces sujets, mais de surcroît, sur un sujet qui toucherait à leur propre filiation.

 

 

Pour en arriver là, il a fallu leur poser des interdictions tacites fortes.

 

L’hypothèse la plus probable est que ces enfants ont intégré un interdit pour survivre au milieu d’une société qui les exclurait froidement s’ils osaient affirmer une quelconque différence sur le sujet.

 

 

La preuve.

 

Vous vous imaginez peut-être que la contestation a été soumise à grands coups d’arguments aux Pays-Bas ?

 

L’analyse historique de ce professeur :

 

Ce professeur n’a pas donné de réponses intéressante à ses élèves car les arguments des anti-mariage gay n’existent pas pour lui. En quelques années, cela s’est fait naturellement. C’est le progrès ! Et comme les anti-mariage gay n’ont AUCUN argument valable, on peut donc continuer à se débarrasser de leur parole à bon compte. Leurs arguments n’ont jamais été bien réels. Et les enfants ont forcément raison quand ils ne comprennent pas les Français, en rien, parce que tout le monde pense la même chose aux Pays-Bas. En vérité pour ces enfants ou pour ce professeur, il n’y a pas de questions à se poser. Les quelques minorités qui pensent encore différemment sont jugées fanatiques et progressivement osctracisées du reste de la société.

 

 

 

La mise en place d’un système tyrannique basé sur l’absence d’altérité.

 

Les homosexuels ont un problème, ils ont un gros problème. Ils ne conçoivent pas l’amour de la différence pour l’autre sexe. Cette absence d’amour pour l’altérité peut avoir des conséquences quant à leur appréhension du monde. Aux Pays-Bas, un réseau LGBT puissant et une idéologie infiltrée à tous les niveaux a permis la construction d’une nouvelle forme de tyrannie par absence totale de questionnement quant à l’éducation identitaire et sexuelle des enfants.

 

 

Un professeur incapable de juger de son propre aveuglement et de celui des enfants dans un pays où il n’y a pas eu de vrai débat.

 

Après son dialogue hallucinant avec les élèves, ce professeur nous fait, lui-même, la description d’un système qu’il juge à la pointe de la tolérance tandis que ce système est incapable de concevoir la notion même de différence. Il est si aveugle sur son propre comportement qu’il le fait en toute bonne conscience !

 

Celui-là se trouve fier d’énumérer les moyens qui ont été mis en œuvre pour supprimer toute contestation aux Pays-Bas !

 

 

  • Licenciement sans indemnité.

 

  • La clause de conscience des fonctionnaires pour refuser de marier les homos a été progressivement supprimée. Je cite :

 

après dix ans, ça suffisait les bêtises… les fonctionnaires allaient devoir accepter de marier tous les couples, sinon le CWI (le Pôle emploi local) serait l’endroit idéal où aller raconter leurs malheurs de chrétiens opprimés. Et sans indemnités.

 

 

  • Elimination des comportements gênants parce qu’appartenant à une minorité.

 

L’utilisation de l’objection de conscience n’a été utilisée que par une minorité de chrétiens dans des campagnes reculées, bien entendu. Je cite :

 

Il s’agit en fait de quelques cas de chrétiens fondamentalistes dans quelques petites communes de province.

 

Une si petite minorité qu’il a fallu quand même faire passer une loi contre eux pour pouvoir les licencier, et même si les homos arrivaient à se marier malgré ça. Je cite :

 

…Ces cas … n’ont jamais débouché sur l’impossibilité de se marier pour des couples de même sexe. En gros, personne n’en a encore vraiment souffert en vrai.

 

 

  • Mise à l’index de tous les partis politiques et les religions qui ne seraient pas d’accords

 

Je cite :

Les protestants ultra-fondamentalistes (2%), quant à eux, s’enfoncent dans la talibanisation. Leurs dérives sectaires sont l’objet des moqueries dans la presse et sur Internet

 

ou encore :

 

les Néerlandais ne les trouvent plus mignons ou folkloriques, mais effrayants (quand est-ce que le côté effrayant justifiera toutes les mesures de rétorsion à leur égard, en plus des licenciements abusifs ?).

 

 

  • Dévoyer et récupérer les idéologies opposées au mariage homosexuel.

 

Je cite :

 

Pas mal d’Eglises protestantes ont beaucoup bougé sur la question. Les plus progressistes condamnent toute discrimination comme étant contraire à l’esprit du message de Jésus.

 

Ou encore :

 

Les autres (Eglises) ont beaucoup de mal à justifier le traitement différent entre les couples de même sexe et les autres, de la même façon qu’elles ont du mal à justifier la position inférieure des femmes dans la société, la famille et la communauté.

 

L’extrême droite enfoncée dans ses contradictions, comme l’est déjà Marine Le Pen et comme va bientôt l’être Jean-François Copé :

 

l’extrême droite néerlandaise a largement instrumentalisé l’égalité hommes-femmes et homos-hétéros pour mieux ostraciser les musulmans.

 

La propagation de l’homosexualité dans les milieux populaires blancs d’extrême droite y est clairement raillée :

 

Son public-cible ne comprendrait pas pourquoi on discriminerait son voisin, son enfant, son frère, sa sœur ou soi-même.

 

Quant aux autres :

 

Les partis politiques chrétiens-démocrates ont nommé des ministres ouvertement gays et lesbiennes(peut-être devrait-il dire qu’ils ont dû nommé des ministres ouvertement gays et lesbiennes)

 

 

 

  • Mise en place d’une forme de discrimination judiciaire.

 

Je cite :

 

La police est entraînée à s’enquérir de l’origine homophobe..des violences, … les violences motivées par l’homophobie donnent lieu à des condamnations deux fois plus sévères. Sans exception.

 

 

 

  • Obligation de mixité imposée dans tous les mouvements religieux.

 

Je cite :

 

…la mixité homme-femme leur (aux protestants) a été imposée par les tribunaux

 

 

 

  • Expulsion des Imams jugés homophobes.

 

Je cite :

 

Des imams homophobes ont été désavoués par leurs ouailles et pour certains renvoyés dans leur pays d’origine.(mais oui mais oui, ils ont certainement été expulsés par leurs frères aussi.)

 

 

  • Rééducation des vieux Mohamétans jugés rétrogrades culturellement.

 

Je cite :

 

les mosquées organisent des cercles de discussion pour aider les vieux qui ne parlent pas bien néerlandais à dépasser leur homophobie culturelle. Et même, pour certains, à renouer le contact avec leurs enfants homos. Eh, la famille avant tout.

 

 

  • Contrôle des mosquées et des Imams.

 

Je cite :

 

les musulmans bien en vue rappellent que faire preuve d’intolérance est inacceptable (qui peut douter que le terme « bien en vue » s’applique à ceux qu’on a accepté qu’ils soient mis bien en vue)

 

 

 

  • Dénigrement et amalgames quant au discours de l’Eglise catholique.

 

Je cite :

 

Beaucoup de catholiques, pour la plupart hétérosexuels, ont quitté l’Eglise à cause de son attitude intransigeante et de sa haine des homos. Les gays et les lesbiennes ne sont pas nombreux, mais entre leurs parents, leurs frères et sœurs, leurs amis et leurs collègues, ça commence à faire du monde.

 

Sans parler du ton condescendant, enfantin, et rassurant, comme si un Néerlandais avait matière à donner des leçons à des Français en terme de pensée sociale. Ce monsieur dont je ne veux pas retenir le nom finit même par des insultes et des menaces envers nos compatriotes qui ont manifesté. Je cite :

 

Donc oui, les intégristes de tout poil qui se sont rassemblés par centaines de milliers à Paris ont des soucis à se faire.

 

 

 

Et ça, c’est seulement ce qu’il pouvait dire… je vous laisse imaginer le reste.

 

 

 

Parler de son orientation sexuelle à des enfants ?

 

L’intégrisme de cet homme et de toute la rédaction française de Rue89 n’est pas le fruit du hasard. Ces gens ne réfléchissent pas, quand bien même ils sont professeurs. Ils n’analysent pas leur propre situation, mais inventent de nouveaux tabous à leur propre profit. Puis ils mettent en place des lois liberticides pour imposer ce qu’ils nomment « égalité » aux autres. Celui-là trouve normal de parler de son orientation sexuelle aux élèves qu’il enseigne. Je cite :

 

En tant que prof dans l’enseignement public, je n’ai jamais caché que j’étais marié avec un homme. Les seules questions qui torturent mes élèves sont pourquoi je n’ai pas encore adopté d’enfants (« Vos enfants auraient vraiment des bonnes notes en français ! » auraient dit les enfants) et de savoir si mon mari est beau.

 

 

« Monsieur Le Juge, les enfants étaient d’accord ! »

 

Par retour, les élèves acceptent qu’on leur en ai parlé des pratiques sexuelles de leur professeur. Dans cette dernière phrase des élèves, l’auteur semble ignorer qu’un enfant puisse trouver normal une situation pourtant traumatisante. Il ignore que les enfants battus trouvent normal qu’on les batte. Ce genre d’adulte compte sur les enfants pour savoir quel est le traumatisme. Si l’enfant ne semble pas réagir, il se donne le droit d’empiéter allègrement sur sa psyché. En somme, comme les enfants acceptent ses évidences d’adulte, il ne peut pas y avoir traumatisme. D’ailleurs tous les parents à pulsions homosexuels à qui on a confié des enfants ont le même discours : « nous n’observons rien de particulier » (comme si on pouvait être juge et parti de l’éducation qu’on donnerait à ses enfants! comme si on pouvait juger sur pièce !) et comme pour les enfants battus, ces enfants là, quand on les interroge, s’empressent de cautionner leurs parents. En filigrane et d’un point de vue expert, on constate bien le choc subi par l’enfant, mais que dire quand la société laisse faire ? Bien plus tard, l’enfant qui a grandi comprend l’ampleur des traumatismes qu’il a subi et il lui arrive même de témoigner ( Figaro du 09/01/2013témoignage de Marionétude de Mark Regnerus).

 

Il faut l’affirmer, le redire haut et fort puisque cette société se permet tout sur ses enfants : la responsabilité des adultes s’étend sur ce que ne perçoivent pas encore leur progéniture, et pour cause, ils ne sont que des enfants ! La plupart des pervers utilisent d’ailleurs ce genre de mécanisme en interne ou devant la justice pour se justifier : « les enfants étaient d’accords… » Loin de se soustraire à leur responsabilité, ils l’accroissent. Ici, toute une société semble être devenue déviante et donner des modèles à des enfants, modèles maritaux et sexuels qui ne devraient pas concerner des enfants de cet âge, en pleine construction identitaire.

 

 

Le tableau d’une tyrannie.

 

Malgré lui, cet homme nous a dressé le tableau d’un effondrement démocratique aux Pays-Bas qui a suivi le vote sur l’autorisation du mariage homosexuel :

 

  • Privation de l’objection de conscience.
  • Sanctions judiciaires discriminatoires.
  • Restriction de la liberté religieuse.
  • Formatage des esprits, notamment des plus jeunes.
  • Intolérance aux idées différentes.
  • Absence d’argumentation d’un système qui se justifie par tous les moyens.
  • Exclusions, voire expulsion, de ceux qui ne penseraient pas pareil.
  • Amalgames entre homophobie et lutte contre le mariage homosexuel.
  • Dictature du politiquement correct.

 

Et tous ceux là voudraient donner des leçons aux « intégristes français » ? Ils ont plutôt un long chemin à faire pour arriver jusqu’à nous.

 

Le déni des différences a amené une nouvelle forme d’intolérance. Les Pays-Bas illustrent bien ce phénomène. Je ne tire pas mon analyse d’un fanatisme, d’un intégrisme quelconque, mais des propres arguments qu’un défenseur du mariage homosexuel a bien voulu me donner. La société de la tolérance homosexuelle n’existe pas. Elle est la société de la tyrannie de l’identique, malgré elle. Pire à appliquer ce mécanisme de la pensée, la perversion s’installe progressivement dans le pays qui l’adopte jusqu’à devenir incontestable. Ainsi, en ce moment même, les Pays-Bas s’interrogent sur le fait de diffuser des images pédopornographiques pour « canaliser les pulsions sexuelles de certains pédophiles » (article Emarrakech du 17/11/2012). Au Brésil, la polygammie est en passe d’être tolérée (article RTL 31/08/2012) après que le mariage homosexuel eut été voté.  Nous Français, avons réussi à soulever le lièvre du mal, encore une fois, et nous devrons nous battre pour redonner à la France éternelle son éclat, loin des fanatiques, des utopiste, loin des pervers à bonne conscience, loin des penseurs de bas étage qu’ils soient néerlandais ou de chez nous.

 

 

drapeau-neerlandais-France

 

29 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Un prof de droit dérape en amphi, la vidéo enflamme les réseaux" Le Point du 06/10/2020.

    Et voilà, nous y sommes en France. Un professeur de droit ne peut démonter le raisonnement juridique qui a présidé au vote de la loi sur les unions de duos. Le parquet a été saisi avec l'assentiment du ministre, et le référent égalité de l'université (!). En somme, les chiens de garde de la propagande maçonnique répondent présent contre la moindre intervention critique de leur idéologie, quand bien même la critique serait logique. Il est interdit de réfléchir ou d'exprimer des opinions alternes. Tout cela au nom du combat pour la différence. Par contre, ils ne s'occuperont pas de tous ces cours universitaires en sociologie qui ne racontent rien, qui sont vides, de professeurs qui vivent sur le dos de la bête. Il vous est donc conseillé d'être incompétent en tant que notable. Voilà sur quoi les unions de duos ont débouché. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Le mariage pour tous a cinq ans. Et l’apocalypse n’a pas eu lieu », L’Obs du 23/04/2018.

    Nous en sommes seulement à nous demander si nous n’allons pas esclavager les femmes pour qu’ils aient des enfants (GPA). Nous en sommes à nous demander si un père a vraiment une utilité dans une famille (PMA). Nous en sommes à choisir la couleur des yeux de nos enfants et à acheter de la semence sur catalogues (procréation par insémination). Nous en sommes à Conchita Wurst. Nous en sommes à la pénalisation de toute parole publique sur une homosexualité qui serait définie comme une déviance. Nous en sommes à discuter du transexualisme comme d’une normalité.

    A part cela, l’apocalypse n’a pas eu lieu…

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.