Accueil » Confusion des sexes » Le diktat de la théorie du genre à l’école, tous coupables.
Antiféminisme Aimeles

Le diktat de la théorie du genre à l’école, tous coupables.

Publié le 1 mars 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Notre histoire.

Nous avons laissé faire. Tant que nous n’aurons pas pris conscience de cette évidence morale, il nous sera impossible d’avancer. La morale existe. Elle est aussi expérience du passé. Nous ne sommes pas différents de nos aînés qui se sont bouchés le nez quand on leur présenta les propositions féministes sur l’avortement et la généralisation du divorce. Nous nous sommes tous dit que c’était un moindre mal, que cela ne valait pas une opposition forcenée de notre part. Nous avons été laxistes. Elles nous parlaient de libération, d’indépendance, elles occupaient le cirque médiatique devant une majorité sceptique, elles imposèrent leurs vues. Aujourd‘hui, la liberté ne leur convient plus, elles viennent chialer devant le phénomène de la pauvreté de filles-mères pourtant largement subventionnées. Elles sont traitées avec égards sur le marché du travail, mais c’est la grande dépression car elles ne se sentent pas à leur place. Oh, je ne parle pas de ces grandes malades qui veulent toujours plus de pouvoir pour assouvir leurs vices, je parle bien des ouvrières, des employées du privé qui absorbent des cachets à plein tube pour fuir leur vie. Qu‘ont-elles gagné à notre monde celles-là ? Rien, et nous avons laissé faire. Telle fut notre manque de virilité.

 

Nous laissons faire le féminisme parce qu‘en fait, nous n’aimons pas assez nos femmes. Nous considérons que les aimer c’est céder à tous leurs désirs, comme des enfants. Les femmes auraient besoin d’hommes, mais que font ces hommes ? Ils attendent que le système s’effondre. Croient-ils que cela réglera tous nos problèmes ?

 

Aujourd‘hui cette folie féminine s’attaque à nos enfants grâce à la théorie du genre. Nous avons laissé nos femmes devenir des objets déifiés. Laisserons-nous nos enfants crever à leur humanité ?

 

 

Rééducation castratrice.

 

Ces femmes folles agissent à l’identique aussi bien dans leur famille qu‘aux plus hauts sommets de l’état : elles veulent rééduquer les comportements sociaux des enfants comme elles ont rééduqué les membres de leur famille pour le résultat qui nous est connu. Mais les enfants résistent, plus que les hommes. L’appel de la nature est plus exigeant que ne l’a été notre volonté de culture. Les hommes français après un long apprentissage sont devenus ouverts à tout. Ils écartent les cuisses à la demande. Contrairement à nous, nos enfants veulent encore grandir, ils veulent devenir hommes et femmes. Et ils sentent de manière plus ou moins consciente, que cela suppose des rôles différents dans la société, d’où leurs choix d’orientation. Laisserons-nous tuer en eux toute volonté de grandir ? Les laisserons-nous dans l’état d’éternels enfants, soumis au système, indifférenciés ? Soumis à des mères maquerelles ? Prisonniers ? Dans leur famille, ils ne deviennent plus jamais matures, à cause de l’idéologie féministe. Pour compléter cette domination, il faudra aussi qu

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

116 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Grande-Bretagne : la théorie du genre sur le banc des accusés », MPi du 18/09/2018.

    Peut-être que la mobilisation des Français contre la théorie du genre aura au moins évité de voir cette horreur chez nous.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Parcoursup : « Les filles risquent de s’autocensurer dans leur choix d’orientation » », L’Obs du 03/03/2018.

    Choisir sa filière selon les critères de réussite attendus, induirait une forme d’autocensure. La vraie phrase sans novlangue : au nom de l’égalité, les filles n’ont pas le droit d’investir des filières de leur choix et dans lesquelles elles s’épanouiront.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription