Accueil » Domination féminine » L’élimination professionnelle des hommes par étapes
Antiféminisme Aimeles

L’élimination professionnelle des hommes par étapes

Publié le 30 octobre 2017 par Léonidas Durandal à 9 h 13 min

Etape 1 : des secteurs masculinisés et performants vivent bien, très bien, et de mieux en mieux (Silicon Valley). Ils sont contents d’accueillir en leur sein quelques femmes compétentes même si celles-ci doivent se plier à la culture masculine : autodérision, rapport de force, l’efficacité d’abord.

 

Etape 2 : l’activité est renommée socialement (argent, respectabilité…) . Des femmes s’intéressent à ce secteur professionnel qui peut satisfaire leur ego, leur permettre d’élever leur famille, rencontrer de potentiels bons maris, augmenter leur niveau de vie… A l’inverse de l’étape précédente, ces femmes n’agissent plus de manière individuelle, mais en ruche. La société participe à ce mouvement parce qu’elle perçoit la mixité de manière positive (augmentation du PIB, supériorité mythologique des mères…).

Ce mouvement crée un appel d’air contre lequel les derniers « machos » doivent plier. S’il y a encore des contestations, les protestataires sont renvoyés à leur image archaïque de la femme (alors qu’en fait, ils sont plus évolués psychiquement parlant). Jamais les compétences réelles de ces femmes ne sont questionnées. Leur dévouement de petites filles sages rassure. Dans la masse, leurs résultats donnent le change. Les femmes étant minoritaires, elles ne sont plus un nombre anecdotique. La culture masculine est encore majoritaire. Mais les femmes considèrent de plus en plus qu’elles subissent cette culture et commencent à s’y opposer de manière indirecte. Elles retiennent contre elles toutes les blagues grasses, pestent contre les exigences dont elles croient faire seules l’objet, gagnent en respectabilité et donc en force.

 

Etape 3 : Mieux organisées, bénéficiant d’a-priori positifs, capables de faire gagner leurs points de vue personnels contre la bonne marche du groupe, plébiscitées par des hommes perméables au beau sexe, mieux instruites grâce à un système scolaire entièrement féminisé, elles deviennent majoritaires et commencent à imposer leurs valeurs de manière directe. Non plus culture de l’efficacité, mais de l’efficience. Les personnes ne sont plus dévouées à leur travail, mais le travail doit être dévolu aux personnes. La personne avant le résultat, en général. D’où la dénonciation, voire la criminalisation, plus ou moins virulente de n’importe quel comportement à strictement parlé masculin dans le cadre professionnel : les blagues pour décompresser sont perçues comme du harcèlement (il n’y a plus rien à décompresser dans un métier tel que le conçoit une femme), la volonté d’efficacité comme de l’abus de pouvoir, la liberté d’entreprendre comme un risque, l’efficacité d’une personne est jugée à l’aune de sa valeur humaine tandis qu’il faut le dire, la performance et l’implication peuvent se conjuguer avec un handicap affectif prononcé.

Dans ces conditions, il est facile pour un individu femme de mettre la pression à n’importe quel individu homme en mettant en jeu ses compétences professionnelles qui n’ont plus rien à voir avec ce que sa hiérarchie attendait de lui par le passé. Le travail devient proprement invivable pour les hommes, bête, risqué socialement. Il a perdu son sens.

Vous me direz, dans un secteur privé, la sanction économique tombe rapidement. C’est vrai. Voilà pourquoi les femmes fonctionnarisent les métiers qu’elles investissent. De plus, elles sont prêtes à travailler pour moins cher pour pallier leurs manques affectifs et leur peur de ne pas y arriver.

Ainsi, les questions d’efficacité ne se posent plus, ou moins, et elles peuvent aussi faire pression en groupe sur le résultat des élections pour augmenter la taille d’un Etat devenu toujours plus incompétent mais qui les sert. De même, elles investissent les grosses entreprises ou d’abord les postes qui ne demandent aucune initiative, avant de faire venir leurs sœurs dans les postes clefs.

A ce stade, la hiérarchie est encore souvent majoritairement masculine. Cela rassure toute le monde, femmes y compris qui n’ont surtout pas envie de se retrouver face à elles-mêmes. Et puis la présence minoritaire d’hommes cautionne la féminisation totalitaire de secteurs professionnels entiers. Chacun peut se dire que l’élimination des hommes n’est pas une méthode sexiste, et si tel est le cas, la féministe s’en dédouanera en avançant encore un autre argument, celui de l’oppression mythologique des femmes.

Si la présence d’une majorité d’hommes à une minorité de postes d’encadrement ne suffit pas à assurer la féminisation totalitaire, la culpabilisation par la mythologie justifiera les pires exactions (quand bien même aucun mouvement masculin dans l’histoire n’aura jamais spolié des femmes de leurs prérogatives, l’inverse n’étant pas vrai). Cet apparat préserve quant à lui, les femmes d’une violence sociale de la part d’hommes qui pourraient se sentir floués s’ils envisageaient leur situation de manière objective. Elle permet aussi à la ruche de continuer à récriminer contre les hommes qui décidément, ne « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

61 Commentaires

  1. Commentaire de Pauvreconsentimental:

    Cher Léonidas,

    Pour illustrer vos analyses sur la prise de pouvoir féministe à la direction d’entreprise, j’ai découvert un photographe génial. Allez sur le site Erik Almas, cliquez sur « still picture overview », allez à la treizième photo. Une splendide photo saisissante, à voir absolument. On y voit une femme triomphante debout sur la table d’un conseil d’administration dont tous les participants hommes, en chemise et cravate, sont décapités !

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Violences sexuelles dans l’athlétisme : « Le statut de victime est antinomique à celui de sportif » », L’Obs du 04/04/2018.

     » La victime ne sait pas si le geste est maladroit ou s’il y a agression. »

    Pour en arriver à la même conclusion par des chemins opposés : NE JAMAIS ENTRAINER UNE SPORTIVE FEMININE.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Harcèlement des jeunes filles à Saint-Cyr : Florence Parly veut des sanctions », L’Obs du 23/03/2018.

    La ministre vient à la rescousse de ses soeurs. Corrompus de haut en bas.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Cette étude sur le HARCÈLEMENT AU TRAVAIL va vous faire tomber à la renverse », Hommes d’influence du 05/03/2018.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « EXCLUSIF. Une deuxième plainte contre Gérald Darmanin », Le Point du 14/02/2018.

    Là, ça va devenir compliqué. Vu le nombre de femmes qui cherchent un beau logement sans avoir à le payer, la pression va être forte. Moi, je veux bien que l’homme soit condamné pour abus de bien social. Mais il faut que la femme soit condamnée pour prostitution. Sinon, c’est l’impunité la plus complète en plus de la multiplication des fausses accusations.

    PS : ce n’est pas un homme SDF qui aurait eu ce logement tandis que cette femme était déjà logée.

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « AKK vs Nahles: le duel politique féminin qui pourrait animer l’Allemagne », L’Express du 09/02/2018.

    « Dans la course à la parité (sic), l’Allemagne a, une fois encore, une longueur d’avance sur la France.  » 

    L’Allemagne forte par son industrie d’hommes, connaît, en pleine période de richesse, une des plus graves crises politiques de son histoire provoquée… par une femme. A part cela tout va bien.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Nicolas Hulot dans la tourmente : ce que l’on sait des accusations et des rumeurs », L’Obs du 08/02/2018.

    Presque aucun homme ne peut survivre à une telle inquisition.

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Valérie Pécresse veut que le congé paternité devienne obligatoire », L’Obs du 22/01/2018.

    Malheureusement, je ne crois pas que nos femmes nous laisserons aller à la pêche.

    Je me demande si Rachida Dati serait condamnée avec ce genre de loi, pour avoir repris son travail de femme politique, 3 jours après son accouchement ?

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Accusé de harcèlement sexuel, Michael Douglas nie », L’Obs du 20/01/2018.

    Heureusement, bientôt, les images numériques pourront certainement remplacer les rôles masculins.

    • Commentaire de Pauvreconsentimental:

      Pauvre chérie, elle est très effrayée de voir une b…, elle n’en avait jamais vue avant ! Et nous pauvres hommes sommes très effrayés de voir des centaines de seins nus sur la plage !!!

  10. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Top of the Lake, saison 2 : hommes sensibles, s’abstenir », Le Point du 16/01/2018.

    Voilà ce que réalise une des seules femmes qui a été primée ces dernières décennies à Cannes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription