Accueil » Paternité » Le racket fiscal sur les pères divorcés
Antiféminisme Aimeles

Le racket fiscal sur les pères divorcés

Publié le 5 mai 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

A toutes les ignominies féministes, dislocation familiale, iniquité judiciaire, fausses-accusations, détournements de fonds publics, et j’en passe et des meilleures, il faudra en rajouter une autre.

Durant la séparation, bien gentil, le père a généralement accepté ou a été obligé d’accepter une résidence alternée pour voir ses enfants une semaine sur deux durant le week-end et la moitié des vacances. Ayant négocié au mieux le passage devant le tribunal, croyant la tempête derrière lui, le pigeon pense qu’il a fini d’y laisser des plumes. Mais au mois de mai, le printemps n’apportant pas que le beau temps, il reçoit sa feuille de déclaration fiscale. La première année, il ne comprend pas bien. Il la remplit, paye, puis fait ses comptes. Il y a quelque chose qui le trouble, mais il ne sait pas quoi. Il sait bien que le divorce, la pension alimentaire et le racket juridique l’ont plumé. Pourtant il croyait pouvoir s’en sortir un peu mieux. Mais ça ne colle pas.

 

pigeon-équipe-dessin-animé

 

Il replonge dans ses comptes et il finit par comprendre : il a les mêmes charges fixes que sa femme mais il n’a pas les mêmes avantages fiscaux. Pire, à cause du déménagement de madame, il est obligé de faire des kilomètres pour aller chercher ses enfants, tandis que madame peut les faire garder par sa famille dont elle s’est rapprochée. Il lui faut pourtant un lit et une chambre pour ses enfants comme chez madame, des vêtements si madame ne veut pas prêter « les siens » ou ceux de ses enfants, excusez-moi, et chauffer cette grande maison (plus certainement un appartement loué cher dans le privé tandis que madame aura eu droit à son HLM). Revenant à sa feuille d’impôt simplifiée (il fait partie des prolos qui s’ignorent), il voit que les années sont passées et que progressivement, on a bien spécifié à travers les cases L, E, N de sa déclaration qu’il ne peut prétendre avoir des enfants à charge comme spécifié dans la rubrique « C » de cette même déclaration. Et s’il comprend mal, l’administration fiscale sera chargée de lui faire intégrer, malgré toutes ses explications, qu’il n’a pas d’enfant à charge. Il doit les nourrir, leur payer une pension alimentaire, les loger, les chauffer, les habiller, mais ils ne sont pas « à charge ». Seules les mères l’ont « à charge » puisqu’elles sont des mères.

 

avisfisca

 

 

Il n’aura donc pas droit à une demi-part supplémentaire.

 

Sa femme, par contre, elle, pourra vampiriser tout le système social, avec son chantage à la maternité, on lui permettra de toucher des subventions et d’être non-imposable grâce à cette demi-part supplémentaire ou à cette part entière si elle se déclare toujours seule, la pauvre.

 

S’il a une intelligence moyenne, le père en question comprendra très vite qu’il n’a aucun intérêt à travailler, ou très peu intérêt, tout son surplus étant directement dirigé vers la subvention de filles mères. Vous pourriez croire que ce père serait libre de cesser de travailler. Et bien non. S’il le faisait, il serait accusé d’avoir « organisé son insolvabilité » et il irait en prison pour « abandon de famille ». Il n’a donc pas le choix. En plus d’être sous la tutelle d’un système esclavagiste, il n’a pas le droit de se révolter et de faire comme toutes ces femmes si intelligentes de notre beau pays. Même licencié pour faute grave, au hasard d’une vie professionnelle mouvementée, il pourra être condamné. L’erreur ne lui est donc pas permise. S’il échoue, il risque gros, tandis que son ex, quoiqu’elle décide de faire, sera excusée.

 

Si tous les pères opprimés cessaient de travailler, ensemble, effectivement, on ne pourrait pas les mettre en prison. Et cela porterait un véritable coup aux entrées fiscales de notre glorieux système occidental. Mais les pères se la jouent « individuel », et ils continuent à travailler en espérant qu’un jour, ils reverront leurs enfants dans des conditions normales. Ce jour là n’arrive presque jamais. Quant au peu de pères qui se rebellent, après avoir été passés à la moulinette des affaires familiales, ils passent à la moulinette des affaires pénales. L’un de ceux-là m’a dit un jour : « jamais je ne paierai », il n’a pas payé, il a été en prison, plusieurs fois, et il m’a dit que c’était le prix à payer pour être libre. Il voulait certainement faire comprendre à ses enfants ce qu’était un homme. Ceux-là, éduqués par leur mère, n’ont jamais bien compris son comportement.

 

Avis aux amateurs…

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

21 Commentaires

  1. Commentaire de gastirad39:

    Léonidas:  Depuis 40 ans que les chiffres du divorce galopent, on s’aperçoit enfin que le « partage égalitaire » des biens communs au divorce, se fait dans 90% des cas au détriment de l’homme. Cet étonnement est fallacieux. Il est certain que la spoliation des biens du mari au profit de la femme a été voulu par ceux qui ont fait les lois ! Dès le départ, et cela depuis très longtemps, puisqu’au divorce du général Hugo, sa femme Sophie Trébuchet est largement gagnante, alors même que son cas n’est pas clair (Victor Hugo ne serait pas le fils du général). Nous sommes pourtant sous le règne de celui qui promulgua le fameux Code Napoléon si défavorable aux femmes !

    Soyons clair: nos hommes politiques ont voté des lois qui ne pouvaient que favoriser financièrement les femmes dans les divorces. L’indépendance des femmes octroyée par les politiques est payée presque en totalité par les maris. Et les lois ne permettent pas aux hommes d’y échapper. Demandons nous par exemple, si le partage des biens égalitaire est justifié alors que dans la plupart des couples l’homme apporte les 2/3 des revenus ? Dès le mariage, le ver est dans le fruit et la spoliation du mari inéluctable, DE PART LA LOI.

    • Commentaire de observateur:

      Rien de nouveau sous le soleil. Les politicien ont recours au clientélisme pour se faire élire.

      Et faire des cadeaux aux femmes c’est rentable: ça ne vous coûte rien puisque c’est le mari qui paye mais que c’est vous qu’elles remercient.

      Il faudrait expliquer aux hommes que le pouvoir social des femmes est un pouvoir obtenu par les politique alors que le pouvoir social des hommes est un pouvoir obtenu par l’entreprise (qui bizarrement est sanctionnée par un marché de plus en plus cartélisé)

      Les seul pouvoir que les hommes peuvent avoir sur les politicien c’est en créant des entreprise et en faisant du chantage à l’emploi sur tous ces politiciens corrompus, ou en utilisant l’argent gagné pour financer des politiciens qui marchent du côté des hommes (est-ce possible?)

       

      • Commentaire de gastirad39:

        Observateur: J’ai bien peur qu’un/une politicien/ne ne soit qu’une personne qui a décidé de gagner grassement sa vie en vendant très cher des illusions aux autres. Ces personnes ne savent faire que cela. Elles nous ont vendu/imposé le féminisme tant que cela leur a rapporté et sont prêtes à passer au service d’autres idéologies (écologie, islam …) dès que le féminisme ne sera plus vendeur. Leur pouvoir de propagande dépend de leur pouvoir de nuisance. Les « acheter », c’est placer son argent entre les mains d’escrocs. Le mieux c’est d’essayer de s’en débarrasser.  Est-ce possible ? Je pense que oui. Mieux c’est indispensable ! Nous ferions mieux de réfléchir sérieusement à cette issue, car dès que nous aurons résolu les problèmes issus du féminisme, ils/elles en créeront d’autres… Je suis persuadé qu’ils en ont déjà plusieurs en préparation

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Sans compter que le politicien doit sa vie à la réélection de la part de ses concitoyens. L’argent n’y changera rien.

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        J’ai plutôt l’impression que dans l’histoire, l’Etat prend systématiquement le dessus sur les entités financières quitte à ruiner tout le monde : et les financiers et les peuples.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Après une séparation, les enfants coûtent plus cher aux parents qui n’en ont pas la garde », Figaro du 18/06/2015, Marie Bartnik.

     

    Mais que se passe-t-il au Figaro ? Deux articles intéressants coup sur coup qui décrivent la réalité et qui n’ont pas pour base « l’affreuse domination patriarcale » ! Celui-ci confirme le vécu de nombreux pères et mon article d’il y a 3 ans : les hommes sont punis financièrement lors des séparations.

    • Commentaire de observateur:

      3 explications possibles:

      Une guerre entre les homosexuels du figaro normal et les lesbiennes du figaro madame pour les convaincres de diminuer leur résistance sur la GPA
      Une recherche globale de crédibilité du figaro qui cherche à augmenter son nombre d’abonnés avant de passer au modèle majoritairement payant
      Les hommes du sommet qui rigolaient bien tant que le féminisme faisait des dégâts à la base commencent à eux aussi en subir durement les effets.

      • Commentaire de kasimar:

        Les hommes du sommet qui rigolaient bien tant que le féminisme faisait des dégâts à la base commencent à eux aussi en subir durement les effets.

        Sauf qu’ils ne font toujours rien pour au moins essayer de panser l’hémorragie. Si ils ont eu tant d’influence négative sur les femmes, c’est pas pour autant qu’ils en auront une positive envers ces dernières.

        Bref, soit ils sont immunisés face au poison qu’ils ont créé et voulu, soit ils sont encore plus suicidaires que je ne le soupçonnais.

        • Commentaire de observateur:

          Ce types sont des sérial-baiseurs et ils semblerait que trop baiser et sans effort (grace à/à cause de) leur statut social éteigne le cerveau.

          L’affaire DSK me laisse penser que ces type se croient beaucoup plus immunisés qu’ils ne le sont réellement mais ils n’ont pas encore compris que la folie gynocentriste est une machine qui n’a pas de limite et une énorme inertie.

          Après je suppose que c’est comme d’habitude, quand ça ira mal ils vont se cacher et laisser d’autre régler la merde à leur place.

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Suicidaires comme les autres innocents. Regardez François Hollande et son harem.

        • Commentaire de kasimar:

          Eh oui l’hypocrisie des socialos ne fait plus l’ombre d’un doute. Vous avez vu le type élu PS qui battait sa femme ?

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Pour les revenus 2012, les pères séparés mais n’ayant pas la résidence majoritaire de leur enfant et qui avaient bénéficié d’une demi-part supplémentaire durant les année 2008 à 2011 à cause des charges fixes égales aux mères, conservent pour la dernière année cette demi-part supplémentaire. L’abattement maximum dont ils peuvent bénéficier passe de 400 euros à 120 euros.

    Que de bonnes nouvelles !

    En résidence alternée (tous les enfants ou presque alternent leur résidence chez leurs parents), la demi-part est partagée. La notice 2041GV précide depuis peu d’années ce que l’administration entend exactement par résidence alternée. Il était temps, même si cet éclaircissement ne nous avantage, évidemment, pas.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    La subvention à la rupture des couples par la CAF :

     

    Face book

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Des subventions pour un journal féministe qui n’est plus publié/ Mme Fourest mise en cause :

     

    NDF 12/02/2013

  6. Commentaire de gastirad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Créer des droits spécifiques ouvrirait la porte à des revendications sans fin (droits des homos, des juifs ou des musulmans, des enfants, des unijambistes …)

    Par contre on peut exiger une représentation électorale paritaire des 2 sexes. Il suffit de simples calculs  de proportions, sans rien changer au système électoral. Mais il reste à faire prendre conscience aux hommes de l’énorme importance du déséquilibre électoral des sexes sur les lois qui régissent notre vie quotidienne (enseignement, divorce, chômage  … et même économie entière)

  7. Commentaire de gastirad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Je pense qu’il ne faut pas séparer les droits des pères et les droits des hommes. Je ne suis pas sûr que des droits « spécifiques » pour tel ou tel sexe ou catégorie serait la solution

    Par contre, il faut établir une forme de PARITE électorale des sexes.

    En effet, on ne peut rien, dans l’immédiat, contre la différence de durée de vie des 2 sexes qui a pour conséquence de donner la majorité absolue au sexe féminin. Par contre, on peut imaginer un mécanisme qui supprime cet avantage en  ramenant les 54% de votantes à 50% et les 46% de votants à 50%.

    Il suffirait de faire jouer des calculs de proportion 

    Ainsi la tentation de favoriser les femmes des candidats n’existerait plus 

    Et le féminisme disparaitrait !

  8. Commentaire de Centre d'appel:

    394af64e6c3dce4a0f23d73e2455cf7a

    je pense que cette loi à caractère discriminatoire, il faut l’avouer, est comme une sorte de protection des femmes (donc féministe si vous voulez) contre les pères déserteurs. Quoi qu’il en soit, un père de famille reste un père de famille et ne devrait pas être considéré comme une personne sans charges.

    Manon

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription