Accueil » C'était mieux avant » Les adultères qui vivent en parasites
Antiféminisme Aimeles

Les adultères qui vivent en parasites

Publié le 6 mai 2014 par Léonidas Durandal à 15 h 30 min

 

La société de la croyance sexuelle ne cesse de développer des modes de vie maladifs qui n’étaient que l’apanage d’une extrême minorité jusque là. Dernier exemple en date, ces couples qui pratiquent l’adultère de manière assumée pour se raconter leurs petites histoires (1). Un mode de vie maladif présenté de manière positif dans un journal de grande audience, qu’est-ce que cela cache ?

Une société de la régression individuelle.

Ce mode de fonctionnement me fait penser à ces enfants qui veulent tout. Comme ce souhait est impossible à réaliser, il faut alors s’arranger avec la réalité. Ce qui était un désir de beau, devient alors de plus en plus laid. Un peu comme le refus de la mort. Car les personnes soumises à cette illusion vont détruire ce qu’elles avaient de plus profond pour aller chercher leur bonheur toujours plus en superficialité. Dans l’article du Figaro, la journaliste décrit très bien comment une vie de famille, alliée à des exigences de travail importantes, fait que la personne n’a plus le sentiment de vivre pour elle. Cette personne finit pourtant par trouver du temps pour tromper son partenaire !
lampe magique2 En vérité, on peut dire que cette personne n’a pas un problème de manque de temps, mais de manque de sens. Elle fait tout, mais elle fait tout mal, sans profondeur. Elle veut régresser au stade de la petite enfance où elle avait l’impression que tout était possible. Le développement des coloriages pour adultes avalise encore cette hypothèse d’une société de la régression individuelle (2). Ce faisant, on peut retourner symboliquement à l’école féminisée telle qu’elle s’est construite depuis plusieurs décennies, moment de l’enfance qui n’a pas préparé le petit à devenir un adulte, mais qui l’a conforté dans des illusions doucereuses. La boucle est bouclée. Auparavant, les contes traditionnels apprenaient aux enfants que les désirs sans limite étaient voués à l’échec. Mais ces contes sont aujourd’hui jugés sexistes par une société du déni de la différence sexuelle. Nos aïeux n’y connaissaient rien, et on ne veut plus recevoir leurs leçons. Notre société riche peut dès lors s’enfoncer toujours plus dans le non sens, favorisant des modes de vies asexués, et se plaignant de vivre les conséquences de ce genre de choix tout en évacuant consciemment l’étude des causes qui les ont fait aboutir. Et puisque cette irrésolution ne semble pas porter à conséquence sur notre développement économique, bien au contraire, les personnes qui choisissent ce chemin de vie deviennent incapables de distinguer le bien et le mal. Elles récoltent alors les fruits de leur matérialisme : solitude au milieu de tous, manques affectifs qui deviennent mode de fonctionnement, et bestialité. Cependant comme la nature semble agréer à leur vice et autoriser son développement, ils se sentent autorisés à continuer sur ce chemin. Pendant ce temps, la dette grossit en termes de maltraitances, d’abandons de tout ordre, d’impossibilité à se réaliser personnellement.

 

Une société qui abuse des autres.

 

Il y a un envers à la description idyllique que nous brosse l’article du Figaro sur les adultères, une personne dont on ne parle jamais : celle qui se fait abuser réellement, la personne qui croit que la personne adultère l’aime, qu’elle est peut-être seule ou qui s’imagine qu’elle va construire quelque chose de stable avec elle. Il suffit qu’elle soit au courant me direz-vous ? Dans ce cas, elle est responsable. Elle a accepté d’entretenir une relation en sachant qu’elle s’appropriait ce qui ne lui appartenait pas. Pourtant dans la pratique, ce n’est pas si simple. La personne adultère est en position de force pour cacher sa situation affective réelle auprès de la personne qu’elle convoite. Elle peut lui faire croire que son désespoir est réel, que cet adultère peut déboucher sur une relation viable, que c’est transitoire, et pire, la personne qui consent à la relation peut même ignorer la situation matrimoniale réelle de la femme ou de l’homme qu’elle fréquente. En effet, ne vivant plus dans de petits villages, nous ne connaissons souvent rien des personnes que nous croisons, ou seulement ce qu’elles veulent bien nous dire d’elles. Il est alors d’autant plus facile pour ces personnes adultères de trouver d’éventuels amants et de les tromper. Celles-là vivent alors dans leur petit confort de couple, en s’octroyant de petites passades de temps en temps sur le dos de personnes qu’elles « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

22 Commentaires

  1. Commentaire de Cyrus:

    Bonjour Monsieur Durandal,

    Voici un autre article à vous dégoûter du Québec. Le niveau de dégénérescence d’une partie de notre communauté nationale est effarant : http://www.journaldemontreal.com/2017/02/17/lamour-dans-un-club-echangiste

    À VOMIR !

    Cordialement,

    Cyrus

    P.S. Les Québécois, des imbéciles heureux. Un ancien Premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, le père de l’actuel Premier ministre du Canada, disait des Québécois que c’était  » un peuple mangeur de hot-dogs « . Ça veut tout dire.

  2. Commentaire de Cyrus:

    Bonjour M.Durandal,

    J’espère qu’il est toujours dans vos plans de faire un article sur la généralisation du tutoiement. Le livre de la Québécoise Carolle Simard intitulé  » Cette impolitesse qui nous distingue  » sur la situation du Québec en 1994 (mais qui prévaut encore aujourd’hui paraît-il) pourrait vous aider. Aussi, le Dictionnaire nostalgique de la politesse  » de Frédéric Rouvillois pourrait être un guide utile.

    Bien à vous,

    Cyrus

     

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « L’infidélité au féminin », Figaro du 10/01/2017.

    Banaliser l’adultère, c’est le grand jeu de la libération sexuelle…

    • Commentaire de Manuela:

      Les femmes n’ont jamais eu besoin de la libération sexuelle pour ça, ça peut vous donnez bonne conscience en surface c’est tout. Je pense que les femmes sont tout autant infidèles que les hommes.

      Et puis nous parlons toujours de l’infidélité mais jamais de ceux qui convoitent les personnes déjà en couple, c’est tout aussi malsain. En amour tout est possible… merci mai 68.

      • Commentaire de kasimar:

        Désolé Manuela mais ceux qui convoitent la personne ne sont pas toujours censés savoir que la personne est en couple. IL y a juste des personnes qui ont la passe facile surtout

        Et l’adultère a en effet toujours existé, c’était caché par les religieux gauchiste de l’époque pour éviter que la femme subisse un crime d’honneur.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Fidélité : on a enfin trouvé le secret ! », Figaro madame du 29/06/2016.

    Article plutôt marrant et bien fait mais qui mériterait que l’auteur canalise un peu ses idées pour nous les présenter encore de manière plus claire et cohérente. Par exemple, si les personnes en couple valorisent les personnes en couple c’est donc qu’elles désirent ce qu’elles ont déjà, et qu’elles sont donc relativement heureuses contrairement au dicton cité in situ. Enfin entre le cheesecake et le chocolat, quand on n’est pas capable de fidélité, que dire si on a épousé un rutabaga ? La question reste ouverte.

  5. Commentaire de Spartane:

    Hum!

    Il est déconcertant de voir les attaquant de l’infidélités nier n’apporter aucune solution au problème!

    Le catholicisme, l’église, la chrétienté en europe EST la principale source du problème!

    Les féministes n’ont fait que l’aggraver, les pouvoirs infects de l’argent roi qui prime sur tout n’avait plus qu’à se jeter sur le plat en or qui lui était gracieusement tendu et il n’a pas hésité une seule seconde!

    Serait-ce arrivé dans un bon pays avec de vraies bonnes valeurs authentiques? Non!

    Cessez donc ce chercher l’erreur chez l’autre et voyez vos méfaits, vos erreurs!

    Prendre des distances avec ce monde rend clairevoant mais parfois on regrette car le prix à payer et le poids d’une connaissance douloureuse que beaucoup prétendent être de la folie!

    Et qu’auraient-ils dit, que disaient-il, à l’époque, quand les pires régimes étaient au pouvoir? « oh mais non, ça n’arrivera pas, c’est impossible, personne ne permettrait et ne laisserait tuer tous ces gens ces abattoirs… »

    Et bien le principe reste le même!

    Problème, les masse conditionnée baignent dans se jus putride et ne semblent pas pouvoir en sortir!

    Alors ils se rangent dans des compartiments (diviser pour mieux régner, ordonner pour mieux « traiter. »)

    La chrétienté et ses « valeurs » ont toujours combattu la famille, les féministes ont jeté de l’huile sur le feu et l’argent roi a fait et fait encore un festin de ce sacrifice abominable!

    Trop facile de remonter juste à un siècle pour trouver e bouc émissaires parfaits pour dire « c’est pas ma/notre faute! »

    Mais ça ne prend pas avec moi!

    Ce qui s’est passé un siècle plus tôt n’est pas anodin! Parce qu’ils cherchaient autre chose que la religion pour avancer!

    Mais à cette époque encore ils ignoraient énormément de choses, n’avaient pas d’expérience mais leurs erreurs, les connaissances, l’expérience depuis, pourraient permettre d’enfin bâtir quelque chose de vraiment bien!

    Mais les riches, les politiques, les gourous et autres tyrans, ils auraient tout à y perdre alors ils rangent les gens dans des cases! Et ils profitent de la dégénérescence de la société pour continuer leur méfaits!

    Questions qui exigent une des réponses.

    Comment construire une société, une nation viable et solide, une famille authentique avec de vraies bonnes valeurs, si on veut appliquer du virtuel déconnecté de la réalité humaine et l’imposer au réel?

    Voyez ce que ça donne avec la spéculation boursière! Voyez le résultat avec les idéologie religieuses ou non!

    Zéro famille, zéro humanisme: 100% hideux, 100 inhumain, monstrueux, abject!

    Résultat: sociétés à la dérive et en ruines qui s’effondrent sous leur propre poids avec leurs fondations mal fichues bien pourrie, bien encrassées!

    Dans un bon pays avec des bonnes valeurs ils n’auraient pas de féministes (et elles ne seraient pas les bienvenues!) pas de religion, pas d’argent roi et de vraies familles!

    L’infidélité serait extrêmement faible et les couples seraient bien plus légitimes avec une vraie fidélité légitime, bien plus que n’importe où dans le monde! (et cela rendrait beaucoup de gens jaloux surtout des religieux de mauvaise foi!)

    ce qui arrive à la France est la faute au catholicisme mais aussi au féminisme, au capitalisme et au conditionnement des gens!

    Tant que la France n’aura pas de vraies bases, de vraies valeurs, la France pourrira et me fera honte (comme tous les autres!)

    Condamner et juger l’infidélité c’est super facile et les fanatiques religieux haineux, lâches et médiocres le fond sans peine!

    Ils aiment la facilité et règlent toujours tout par la violence et s’imposent toujours par tous les moyens possibles!

    Par contre ils ne règlent jamais aucun problème, n’apportent jamais aucune solution: RIEN!

    Pour faire la répression ils sont doués! Pour réfléchir et chercher une solutions ils sont perdus et ne font rien (trop compliqué pour eux!)

    Qu’ils regardent déjà chez eux avant regarder chez les autres!

    Si l’infidélité est un fléau c’est bien parce qu’ils en sont la cause, la source, avec leurs « principes », leur catholicisme, leur puritanisme et j’en passe!

    On s’étonne de voir des féministes mais en même temps… ils sont là encore responsables!

    On les entend toujours se plaindre mais jamais réfléchir ni raisonner (ce sont des robots, ils ne pensent pas, ils appliquent bêtement un programme!)

    Et que les féministes cessent aussi de pleurnicher! Je n’en serais pas moins intransigeant avec elles et pas moins inflexible!

    Une fois que le verdict est tombé il est tombé, point final, pas de débat possible, dossier classé!

    Elles n’ont pas non plus de solutions à ces problèmes et les ont en plus envenimés!

    Donc je les condamne également et aucun pardon n’est possible, aucune excuse n’est valable!

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Eh bien moi, je suis prêt à pardonner les féministes. Je ne confond pas leurs idées sataniques et le respect que je dois à leur personne. Par contre vous, vous répétez tout ce que le monde satanique nous a appris pour nous détruire : par exemple, sans religion, le monde irait mieux. Or sans religion, ou en voulant se détacher de l’Eglise catholique, le monde n’a jamais autant tué et exterminé. Vous ne connaissez rien à votre histoire. Vous répétez seulement ce que de plus influencés par le diable que vous, vous ont dit de penser. Comme quand vous dénoncez le « tout idéologie ». En fait, vous cultivez la désespérance, c’est tout. Ce n’est pas avec ce genre d’attitude que le monde ira mieux. Vous êtes une vraie puritaine : vous voudriez un mouvement social qui soit parfait. Cela n’existe pas, cela n’existera jamais. Et vous savez pourquoi ? Parce que nous sommes sous le sceau du péché originel, une vérité délivrée par l’Eglise. Soit dit en passant, vous n’avez même pas pris le temps, apparemment, de naviguer un peu sur le blog. Qui vous a dit que je ne participerais pas à l’introspection de mon mouvement ? Qui vous a dit que l’Eglise ne cherchait pas à se remettre en question ? A l’inverse, je dirais que l’Eglise catholique est la SEULE organisation qui en soit vraiment capable, et en profondeur. Et que c’est cela qui trouble les gens, habitués à leur confort intellectuel.

      Mais j’ai bien peur que mes mots soient inutiles à vous convaincre. Je ne suis pas un gourou. Je n’agis pas par magie.

      Par contre, je sais ce qui vous libérera : aimer. Alors au lieu de cracher votre venin, vous allez commencer à prier pour le salut de mon âme. Après, vous commencerez à pouvoir donner des leçons, Mme la donneuse de leçons puritaine.

    • Commentaire de observateur:

      Intéressant. Vous semblez répéter une leçon qu’on vous a appris sans rien y comprendre. Vous êtes donc une cruche pleine de venin.

      Il y a effectivement un problème de gynocentrisme dans la chrétienté mais ce n’est pas chez les catholiques (particulièrement prévatican 2) qu’il est le plus fort mais plutôt chez certains courant du protestantisme. C’est probablement pour cette raison que le féminisme est à son paroxysme dans les pays de culture anglo-saxonne qui imposent ce poison au reste du monde. D’ailleurs le puritanisme que vous associez au catholicisme semble plutôt venir de l’Angleterre anglicane et être largement diffusé par les anglosaxons.

      Seulement le gynocentrisme que vous n’osez pas nommer est inhérent à la nature humaine et semble être une explication un peu plus scientifique à ce que les chrétiens appellent le péché originel.

      Pour combattre le gynocentrisme il faut:

      Le nommer
      Prendre conscience qu’il est présent autant chez vous que chez votre voisin, donc balayer devant sa porte avant de critiquer son voisin
      Garder son calme et décrire précisément le problème à combattre sachant que le moteur gynocentriste nous pousserait plutôt à foncer tête baisser sans réfléchir et à nous entretuer.

      L’infidélité serait extrêmement faible et les couples seraient bien plus légitimes avec une vraie fidélité légitime

      On vous a visiblement servi une soupe de mensonge que vous avez gobé allègrement.

      Dans la vie il faut se méfier des belles promesses. Le gourou qui vous a endoctriné a activé votre peur de vous retrouver seule et sans mari pour obtenir votre adhésion à son idéologie.

      L’infidélité sexuelle fait partie du fonctionnement de l’humanité et ne disparaitra jamais. Tenter de la faire disparaitre demanderait un tel effort qu’on finirait par basculer dans une société fasciste bien plus destructrice que les problèmes posé par l’instabilité des couples. Tout ce qu’on peut faire c’est limiter les dégâts en donnant aux individus des recettes qui permettent de réussir sa vie de couple.

      Dernier point la notion d’infidélité et la notion de légitimité sont deux notions qui n’ont rien avoir ne faites pas de mélange. Vous semblez confondre les mots licite et légitime.

  6. Commentaire de kasimar:

    @AllineAlors voilà pourquoi j’ai mis mon second commentaire qui n’est que ma propre opinion.En réalité je répondais hypothétiquement comment sont créé ou pas les ovoctytes. Car il est évident que bombarder un sujet d’ovoctyte n’a qu’un but expérimental et qu’il faut prendre évidemment en compte les spécificités de chaque individu. C’était juste pour démontrer les bienfaits naturels de l’attachement.

  7. Commentaire de ALLINE:

    Si je comprends bien, dans la droite ligne de la fidélité conjugale, de l’abandon de ce qui était le « devoir conjugal’ (Vous apprécierez le mot « devoir » et la ceinture de chasteté pénienne votée il y a quelques mois, quelques injections d’Ocytocines aux hommes et nous serons dans un monde parfait….Maman l’église et maman l »épouse régulant ses toutous. Un vrai rêve ! Je crois me souvenir que De Gaulle parlait de veaux ! (Vous saviez qu’il avait une maîtresse, je suppose)

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      M Duhamel a avancé qu’il avait une maîtresse mais sans avancer de preuve…
      Nous ne devons pas nous laisser aller en tant qu’hommes.

  8. Commentaire de kasimar:

    Je voulais dire la réponse est relative en fonction des espèces et de la composition chimique du psychisme de chacun. Car le cerveau est divisé en pulsion du ça positive et négative de même que via les nerfs et à travers tout le corps d’après Groddeck. Avec bien entendu le subconscient, le moi, le surmoi si cher à ce Freud, mais les réels agents sont le ça qui correspondent à des entités qui nous animent. Vous devriez le lire ce livre Leonidas, il vous apportera beaucoup plus que vous ne le croyez si vous recherchez à perfectionner la science religieuse.

  9. Commentaire de kasimar:

     » La fidélité, c’est quand l’amour est plus fort que l’instinct  » Paul Carvel. »Science décalée : l’ocytocine, l’hormone qui rend les hommes fidèles ?

    On
    attribue de nombreuses vertus à l’ocytocine, cette hormone produite par
    le cerveau : elle contribuerait à l’attachement des parents pour
    l’enfant, à l’amour ou encore favoriserait les relations sociales. Une
    nouvelle étude montre qu’elle a aussi tendance à rendre les hommes plus
    fidèles.
    Ce n’est pas un philtre d’amour, mais on s’en approche peut-être. L’ocytocine, une hormone
    bien connue pour son rôle dans l’attachement et la socialisation,
    favoriserait la monogamie. On sait déjà que c’est le cas chez le
    campagnol des prairies et une étude allemande émanant de l’université de Bonn montre qu’il en va de même chez l’espèce humaine.« Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/biologie-science-decalee-ocytocine-hormone-rend-hommes-fideles-42758/Autre lien : http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-ocytocine-hormone-amour-mais-aussi-lien-social-48934/Donc l’adultère n’est pas quelque chose de naturel contrairement à ce que l’on pourrait croire. Bien que la réponse soit relative.Par ailleurs, Groddeck dans le livre du ça a démontré que l’adultère est un péché, je ne me souviens plus de sa démarche, mais psychanalytiquement il l’a démontré, il faut donc maîtriser la psychanalyse pour celà.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription