Accueil » Homme en lutte » Les relations hommes/femmes : antiféminisme VS MGTOW
Antiféminisme Aimeles

Les relations hommes/femmes : antiféminisme VS MGTOW

Publié le 14 février 2017 par Léonidas Durandal à 15 h 29 min

L’acronyme Men Go Their Own Way, désigne ces mâles déçus par les relations hommes/femmes dans notre société moderne, et qui ont décidé de réagir en :

  • Prenant les femmes pour ce qu’ils imaginent être.
  • Ayant une attitude franchement indépendante de ces dernières.

Ce mouvement nous vient des Etats-Unis où il s’est développé de manière empirique sur internet face à l’échec cuisant des relations hommes/femmes modernes basées sur la rencontre des désirs individuels. Il est difficile de comprendre le mouvement MGTOW sans cela. Des garçons éduqués par un système féminisé -mères toutes puissantes, enseignantes incompétentes et/ou détraquées, médias complaisants- leur a vendu le mariage d’amour comme la panacée universelle, et le féminisme comme une libération. Arrivés à l’adolescence, beaucoup se sont aperçus qu’il leur était demandé beaucoup d’efforts, alors qu’en échange, des femmes vénales profitaient de l’éducation qu’ils avaient reçue.

Le MGTOW vient donc en réaction à ce que beaucoup d’hommes considèrent comme une duperie. Engagés par amour, ils sont majoritairement quittés, ne semblant satisfaire aucune de ces dames. Mariés, ils divorcent, perdant de vue leurs enfants mais devant continuer à financer une famille qui n’existe plus pour eux, dans un monde où il leur avait pourtant été certifié que les femmes étaient indépendantes. Divorcés, cherchant à briser la solitude, ils doivent assumer l’éducation et les besoins matériels des enfants d’une nouvelle compagne, sans pour autant être reconnus de ceux-là. Quittés de nouveau, il ne leur reste plus rien.

Si un jeune homme des années 70 pouvait se nourrir d’illusions quant au chemin qu’il allait suivre, il est de plus en plus difficile de tromper un jeune homme d’aujourd’hui. La société féminisée, l’a ramené lui et la femme, à l’état de bête, dans une meute où des femelles se reproduisent sur le dos de la partie masculine de la société (par la fiscalité, les lois sur le divorce et leur prévalence dans les relations inter-personnelles sur les hommes). A côté, il y a la baise, de plus en plus séparée d’un engagement vrai. 

Le constat est clair. Il est celui d’une faillite complète de notre civilisation qui n’arrive même plus à se reproduire sans faire appel en majorité, à des éléments qui lui sont étrangers.

Si j’approuve l’analyse, je pense que la réaction Mgtow participe plus au problème, qu’elle ne le combat.

 

La vision du couple

Dans les temps anciens, une part plus grande était faite au choix des parents. Ces derniers donnaient leur avis avant l’union de leurs enfants, voire les incitaient clairement à faire tel ou tel choix. Après avoir ridiculisé ce genre d’union, désormais, notre société pourrait en comprendre la nécessité. Si une famille veut survivre, tant physiquement que spirituellement, elle a besoin du regard expérimenté de ses aînés. Des enfants de 15, 20, et aujourd’hui de 25-30 ans ont rarement le recul nécessaire pour savoir à quoi ils s’engagent et avec qui, pour toute une vie. Devant les difficultés, nos âmes trompées accusent l’autre sexe de tous les maux. Du côté des féministes, l’échec s’explique par un refus des hommes de renoncer à leurs privilèges dans un monde où nous n’avons plus vu l’ombre d’un père depuis des décennies… Du côté des MGTOW, les femmes sont accusées de réagir selon leurs intérêts en singeant une forme de romantisme. Les uns comme les autres idéalisent la femme, ou l’ont idéalisée. Trompés par leurs fantasmes, les féministes refusent de se remettre en question. Pour leur répondre, les MGTOW veulent en revenir à des considérations strictement matérielles et objectives.

Or que ce soit pour les féministes ou les Mgtow, ou pour tout autre personne, la réalité s’impose. Si le fantasme égalitaire des féministes relève du délire, le culte de la raison MGTOW n’en est pas moins qu’une vérité partielle. La réalité n’est pas une utopie que nous pourrions réduire à nos désirs individuels, même tangibles.

Dans cette société de la consommation matérialiste, il est bien difficile d’aller au-delà du mensonge, et de s’en sortir par le haut sans y participer. Ainsi, dans un monde où les hommes sont les dindons de la farce féministe, les Mgtow entendent consommer les femmes, ou bien ne plus du tout les fréquenter. Ils prennent la partie de leur matérialisme comme un tout, l’accepte et le font leur, sans considérer que la vie doit être envisagée comme matérielle, en partie. Le puritanisme féministe de l’indépendance des femmes, fait ici écho à celui d’hommes qui les accusent de promouvoir un monde où seuls les plus forts survivent. Mais c’est toujours cette même caricature. Cette aspiration à la pureté “>

Lire la suite

85 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “MGTOW : la critique de Léo”, Hommes d’influence du 19/10/2017.

    “MGTOW -J’analyse la critique de Léo (Hommes d’influence)”, L’Observateur du 29/10/2017.

    Autant, il y a des ponts possibles entre antiféminisme et entraînement des hommes à la séduction , antiféminisme et mgtow. Autant l’opposition idéologique est frontale entre Mgtow et séducteurs.  Les uns assument leur attirance pour les femmes, les autres la combattent. Ces mouvements sont foncièrement et à jamais irréconciliables.

    • Ping de Alban:

      Etant dans un groupe MGTOW, ce qui me permet d’observer et d’échanger avec les différents intervenants et leurs publications, j’en ai conclu qu’il y a peu de règles, la première étant de se protéger des femmes en général, la seconde d’éviter les sujets qui fâchent, la troisième d’être courtois. Si certains combattent bien leur attirance pour les femmes, il me semble que la grande majorité assument leur attirance pour les femmes. Cela peut sembler étonnant, mais les deux types cohabitent dans le groupe car chacun suit son propre chemin (MGTOW). Après, il est possible que la communauté MGTOW anglophone soit différente, je ne la connais pas assez pour me prononcer.

      Certains MGTOW sont contre les coachs en séductions parce qu’ils font payer leurs clients pour leurs services et considèrent que c’est une arnaque puisque cela ne remplace pas le statut social ou la beauté par exemple, alors qu’une autre minorité pratique la séduction tandis que la majorité s’en moque.

      J’ignore si les intervenants avec qui j’échange et que j’observe dans ce groupe sont représentatifs mais comme c’est un mouvement né sur internet peu centralisé, les intervenants que je ne connais pas ne sont pas forcément représentatifs non plus.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        J’ai écrit un article théorique. Après, heureusement que les gens dans ce genre de mouvement ne sont pas aussi caricaturaux que les idées qui les guident.

        • Ping de Alban:

          ça doit venir de nos zones d’influence respectives: selon Pierre-Yves Rougeyron dans son dernier entretien sur la virilité, les Etats-Unis ont à la base un féminisme dur alors que la France avait un féminisme plus doux dans ses manières, ce qui a probablement créé chez les Américains le mouvement Red Pill en général et la philosophie MGTOW en particulier. A mon avis, Comme le féminisme américain influence le féminisme français, qu’il le transforme, certains français vont s’intéresser à ces mouvements. Voici la vidéo en question:

           

          Sinon, que pensez-vous de cette vidéo? Ce vidéaste prétend que la domination des femmes est inéluctable.

    • Ping de Mindstyle:

      Je n’aurais pas pu écrire mieux… Effectivement, il y  a bel et bien une incompréhensible obsession des voyages chez la femme occidentale.

      Cette uniformisation par le bas s’inscrit dans une arrière-plan dépressif où plus rien ne devient possible. Il est impossible pour moi de construire quoi que ce soit avec une femme de  30 ans, dont on ne sait pas ce qu’elle a fait de ses 10 dernières années.

      Mais même à 25 ans, certaines affichent des comportements de princesses irrationnels (comme par exemple partir en voyage plusieurs mois en pensant que tout sera pareil au retour et que la relation avec l’homme resté au bercail y survivra…)

      Ce n’est qu’en s’approchant de la trentaine qu’elles prennent conscience de leur caractère périssable mais malheureusement à ce stade, il est déjà trop tard et c’est là qu’elles deviennent les plus dangereuses car capables de faire un enfant dans le dos avec le premier naïf qui se laissera piéger, avec toutes les conséquences financière qui en découlent…

  2. Ping de Laurent:

    Pour continuer, si vous le permettez, voici un lien d’un article anglais qui à mon goût , explicite mieux le phénomène MGTOW dans les 2 premiers tiers de l’article.

    Je vous soumets aussi une réponse (parmi d’autres) d’un MGTOW qui explique les raisons de son choix à l’auteur de cet article, et d’ailleurs vous retrouverez énormément d’arguments anti-féministes que vous ne connaissez que trop bien :

     

     

    “Pour chaque vice féminin il y a une vertu, et pour chaque vertu masculine il y a un vice”.

    NON. Il y a beaucoup plus de vertus masculines. Les femmes n’ont pas besoin d’avoir de vertus, parce qu’elles sont les seules à avoir un utérus. Ils sont le goulot d’étranglement de la reproduction. Ils contrôlent la sélection sexuelle. Ils obtiennent ce qu’ils souhaitent, en tant que tels, ils n’ont pas besoin d’être vertueux. Le rapport entre les femmes et les ancêtres masculins est de 2: 1, selon certaines estimations, il y a 4: 1 et 8000 ans, le taux de réussite reproductive était de 17: 1.

    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S002251931200313X

    https://3c1703fe8d.site.internapcdn.net/newman/gfx/news/hires/2015/wealthandpow.jpg

    “Et il y a peu de compréhension dans le mouvement MGTOW que les vertus et vices masculins et féminins contradictoires puissent contribuer à rendre la vie possible”

    Etes-vous fou? Les femmes rendent la vie IMPOSSIBLE. Les milliards de dollars de l’État-providence sont presque exclusivement consommés par des mères célibataires, qui contribuent à l’épidémie de violence, de drogue et d’incarcération. Les mères célibataires ayant une pension alimentaire pour les enfants et une pension alimentaire pour elle-même GAGNENT PLUS QUE LE REVENU MEDIAN en ne faisant rien. Les femmes contrôlent 85% de toutes les dépenses. Les femmes initient 70 à 80% des divorces, ont la garde 90% du temps, reçoivent une pension alimentaire pour enfants et une pension alimentaire pour elle-même 96% du temps, et dans certains États comme la Californie du Sud, 13% de tous les hommes en prison sont responsables de la pension alimentaire pour enfants. Les hommes se suicident à des taux croissants en raison de l’aliénation parentale causée par des femmes qui tournent leurs enfants contre eux. Les hommes reçoivent une peine 63% plus longue que les femmes pour les mêmes crimes et sont deux fois plus susceptibles d’être condamnés pour les mêmes crimes. Des enseignantes violent des garçons et des mères tuent des enfants sans punition. Les femmes commettent 70% des violences familiales non réciproques sans punition, l’homme est arrêté pour s’être défendu à la place. Les femmes accusent faussement les hommes de viol sans punition.

    “Le mouvement MGTOW a une attitude d’enfant gâté face à la vie”

    Bien, parce qu’ils se protègent de l’esclavage, ils sont des «enfants», n’est-ce pas ? Qui se plaignait de la «cyber violence»? Qui se plaignait de «manspreading» et de «mansplaining»? Qui exige un «congé de maternité» payé et un «congé d’études»? Qui accuse à tort les hommes de viol pour le sexe consensuel qu’elles regrettent plus tard? Qui se plaint des «normes physiques sexistes» dans les forces armées, la police et les pompiers? Sérieusement, QUI EST L’ENFANT GÂTE ICI?

    “Le mouvement MGTOW est complètement moderne en soi car il ne veut en rien avoir affaire avec la tragédie”.

    Dis moi que c’est une blague. Ces hommes sont entourés d’une tragédie TOUT AUTOUR D’EUX. Ils ont vu leur père être détruit. Ils sont témoins d’hommes étant accusés à tort, violés, tués, mutilés par voie génitale sans que justice leur soit rendue. Ils sont témoins des hommes qui se suicident. Ils sont témoins que les hommes sont détestés et discriminés dans tous les aspects de la vie, qu’il s’agisse de l’éducation, du travail, des médias ou du divertissement. Voici les “tragédies” qu’un homme doive gérer avant qu’il ne se tue, ne tue les autres ou que ceci se révèle exact.

    D’où vous vient cette ABSOLUE INSENSIBILITE  de l’auteur envers les hommes ayant extrêmement souffert? Sérieusement? Est-ce que tu considères même les hommes comme des êtres humains, mec? Pourquoi ne proposes-tu pas que les femmes aient leur compte de tragédies dans la vie, pour changer?

    “Le résultat est un mouvement qui, tout en se préoccupant uniquement des hommes, est étrangement NON MASCULIN”.

    Bien, parce que “masculin” signifie se sacrifier stupidement et mourir, n’est-ce pas? POURQUOI NE VOUS FAIS-TU PAS SEUL ? Encore un autre chevalier blanc qui nous dit ce qui est masculin et ce qui ne l’est pas. Pour quelqu’un qui vient d’écrire un article sur les chevaliers blancs, vous avez une conscience de vous-même extrêmement faible. Qualifier d’autres hommes comme “non matures” est le signe bien connu du “chevalier blanc”.

    “Prétendent que la solution à ce problème est de s’abstenir de relations avec les femmes”

    La MGTOW ne prétend pas offrir des solutions. Ce sont les MRA. Vous confondez.

    “Sûrement, si un homme est vraiment” MGTOW”, il ne perdrait pas de temps à parler aux femmes?”

    Non, abruti, les MGTOW essaient de réveiller et d’aider d’autres hommes, afin de les sauver du suicide potentiel auquel ils font face. Ils essayent d’éclairer d’autres hommes pour que ces hommes puissent se protéger. C’est la camaraderie masculine, c’est la fraternité. Le phénomène MGTOW sauve littéralement la vie d’hommes. Mais bien sûr, ça ne vous importe pas. Vous pensez que la masculinité est “d’embrasser le tragique”. Allez l’embrasser vous-même. Ne venez pas pleurer lorsque vous serez divorcé et que vous ne verrez plus vos enfants et que vous envisagez alors le suicide.

    “Le mouvement MGTOW pense généralement au monde uniquement en termes de pouvoir, seulement en termes qui fait quoi à qui et qui a quel avantage sur un autre”

    Parce que c’est ce que les femmes font aux hommes. Les femmes utilisent les hommes pour l’argent et le pouvoir. Donc, un MGTOW est forcé de penser de cette façon. Devrais-je me répéter? Les femmes initient 70 à 80% des divorces, obtiennent votre argent et votre maison, dans 90% des cas, ont une pension alimentaire pour les enfants et une pension alimentaire pour elle-même dans 96% des cas … Combien de fois devrais-je répéter? Même les éudes scientifiques (scolarité) favorisent les femmes à 2:1.

    Votre article est une preuve parfaite que la société ne s’intéresse ni n’est capable de comprendre la souffrance masculine, et encore moins de faire qq chose à ce sujet. Tout ce que vous faites est de ridiculiser, insulter et mettre la honte.

    • Ping de kasimar:

      Hé là! je suis d’accord avec vous à 95 % mais les insultes n’ont pas leur place ici. Calmez-vous, car en nous divisant bêtement les uns les autres pour une simple appellation, tandis que nous sommes d’accord à 90 % on fait le lit de nos ennemis qui eux malgré leur divergence sont loin de se diviser, au contraire, quand il s’agit de casser du mâle, de l’hétéro ou du “facho” ils sont comme c.. et chemise. Donc par pitié cessons les insultes, Léonidas n’est pas copain avec le mouvement MGTOW c’est son opinion même si moi-même je ne la partage pas entièrement, mais s’insulter alors qu’on est d’accord sur pleins de points concernant la décadence et le féminisme mère de cette dernière, c’est juste donner des armes à l’ennemi.

      Nous ne sommes pas une secte contrairement aux féministes, tout le monde a le droit d’avoir sa propre opinion sans insulter ceux qui ne pensent pas exactement comme nous, ça c’est le propre des trolls même si je sais que vous êtes très loin d’en être un troll mais je vous prie de ne pas vous rabaisser aux insultes surtout si on a un ennemi en commun.

      Regardez justement parcourez le blog et vous verrez justement que Leonidas s’intéresse à la souffrance des hommes, peut-être relativise t il sa sensibilité, je fais pareil également, car la sensibilité non modérée est ce qui amené ces extrémisme moderne : féminisme, LGBT, vegan…

      • Ping de Laurent:

        Il y a méprise.

        Les “insultes” font partie de la réponse (pas la mienne et que j’ai traduite) d’un article (cf. lien plus haut) et son adressées à l’auteur de l’article… pas à Léonidas que j’admire d’une certaine façon… soyez en sûr !

        Il aura compris; du moins je l’espère.

        Enfin, voici un autre lien (en anglais désolé), expliquant les dangers du contrat de mariage et surtout les obligations qui en découlent.

        Même si le mariage français n’est pas issu de la Common Law mais du Code Napolénien, il y a de fortes similitudes, soyez en certains !

        A Court Clerk Explains Why NOT to Get a Marriage Licence

         

  3. Ping de Laurent:

    Ce que disent les MGTOWs (dont les relations envers les femmes peuvent varier grandement), c’est :

    1°) qu’il est extrêmement dangereux de se marier (ou même d’avoir une relation avec une femme pour les extrêmes assez nombreux, surtout dans certains pays anglophones) considérant les nombreux risques (légaux, financiers, psychologiques, etc.) qui pourraient en résulter. C’est jouer à la roulette russe avec un revolver rempli au moins au 2/3 de cartouches.

    Sans compter que vous ne serez même pas celui qui décide d’appuyer sur la détente en temps voulu.

    2°) Que les mouvements anti-féministes ont déjà fait la preuve de leur échec (ex: MRAs au USA). Le système ne peut être changé de l’intérieur. Le déséquilibre des forces est bien trop grand.

    3°) Qu’il est donc normal de se protéger comme l’on peut et bien évidemment de cesser d’alimenter la Bête (ie la machine économique). De quel droit pouvez-vous leur faire la leçon ? Ne croyez-vous pas qu’ils en sont venus là après avoir été traumatisés à de nombreuses reprises. Personne ne fait un tel choix sans avoir du vécu ni amplement réfléchi à cette question. Votre avis vaut bien le leur.

    Au risque de passer pour un défaitiste, le point de non retour a été dépassé depuis bien longtemps et espérer un retour en arrière par un combat politique ou autre relève de l’utopie. Mais vous êtes libres d’utiliser votre temps comme vous le souhaitez comme les MGTOWs sont libres de le faire.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Il y a plus de 13 000 commentaires sur ce blog, pensez un peu aux autres quand vous écrivez car vous n’avez pas utilisé la fonction “répondre” et je ne vois pas du tout auquel commentaire vous faites références. Je supprime donc vos mentions d’un commentaire auquel vous n’avez pas répondu, pour que le discours reste cohérent sur ce blog.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Sur le point 1, je suis d’accord.
      Sur le point 2, j’ai déjà assez montré combien les mouvements d’hommes n’étaient pas antiféministes jusqu’ici, mais au contraire, avaient la prétention de se calquer sur le féminisme. Il n’y a jamais eu de mouvement antiféministe, sauf ici.
      Quant au point 3, je le dis et je le répète, je ne légitimerai jamais un suicide.

      • Ping de Laurent:

        Avez-vous si peur que cette civilisation moribonde s’écroule ?

        Est-ce bien “masculin” d’avoir peur que son petit monde disparaisse et de faire la leçon à d’autres mâles de se sacrifier pour votre rêve se réalise ?

        Employer des shaming tactics est typiquement féminin. Les MGTOWs ne sont pas sensibles à ces tactiques.

        Enfin, je vois que nous sommes tous deux de grands admirateurs de Léonidas: des cités-état émergeront du chaos et nous serons repartis pour un cyle.

        Il y a donc bien lieu de se réjouir de l’éffondrement à venir car j’en suis absolument certain, nous avons atteint le point de non retour et ce monde me révolte par sa laideur et son manque de sens.

        L’HONNEUR en est absent.

        Cordialement.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          “Mon petit monde”, c’est le monde. Nous sommes tous liés, et quand la Grèce antique a fini par s’effondrer doucement, jamais rien ne l’a remplacée. Il n’y a qu’à voir ce que la Grèce actuelle est devenue…

          • Ping de Laurent:

            Oui, cela prendra du temps.

            Mais avant la Grèce, il y avait d’autres civilisations, bien plus avancées qu’on ne le croit, la plupart étant encore inconnues ou plutôt ignorées par notre establishement, un peu dans l’esprit de la planète des singes.

            La Grèce n’est pas non plus sortie de nulle part après tout. Ni Sumer, ni l’Egypte qui n’est d’ailleurs pas non plus peuplée d’Egyptions d’origine si je puis dire, comme la Grèce d’ailleurs qui n’a plus de Grecs “ethniques” !

            Toute chose a une fin. C’est une grande leçon d’humilité qui attend ceux qui nous suivront et ils oublieront au bout de x générations… pour au final rechuter.

            Le Génie est dans nos gènes et il resurgira quand les cadenas sociétaux n’auront pas d’autre choix que de sauter.

          • Ping de Laurent:

            Je vous conseille “The Way of Men” de Jack Donovan et même “Becoming a barbarian”

            C’est amha la seule solution viable pour la reconstruction à venir : constituer des clans qui seront les noyaux des futures cités-état.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Je ne me résoudrai jamais au retour du tribalisme. Un être civilisé défend la civilisation, il n’attend pas son effondrement pour construire une hypothétique future civilisation. Toute époque produit son mal. Il y a des hommes qui le surpassent, d’autres qui y participent, et enfin d’autres qui le fuient. L’antiféminisme, c’est surpasser le mal. Mgtow c’est le fuir. Le féminisme, c’est le mal. Les souffrances ont un sens dans la grâce de Dieu. Le mal ne gagne jamais chez un croyant. O mal, o mort, où es ta victoire ? Le féminisme a gagné pour vous dans la société. Pas pour moi.

          • Ping de Laurent:

            C’est tout à fait louable de votre part d’y croire et de faire ce que vous faites.

            Mais il y a plusieurs problèmes majeurs qui font que c’est parfaitement irréaliste.

            La société a profondément changé.

            Il n’y a plus d’hommes en France, ni dans la plupart des pays occidentaux. Quasiment que des pillules bleues pro-féministes. Seuls les immigrés renverseront à terme cet état de fait mais il n’y aura alors plus de place pour le “Christianisme”, ce dernier étant d’ailleurs responsable des dérives des deux derniers siècles en ne sachant pas s’affirmer. La tolérance “récente” du Christianisme est sa faiblesse mais cette tendance ne pouvait que se développer.

            Les pouvoirs (mondialistes) actuels en place sont bien trop forts et trop répandus. Il faudrait un arrêt complet des medias, des communications. Flinguer en même temps et partout dans le monde toutes les élites responsables du “projet” qui se développe.

            Une dictature devrait remplacer tout cela car les masses sont trop conditionnées pour accepter un retour en arrière. Changer l’école notamment … et donc l’économie, le projet social, les institutions, etc…

            Etc…

            Autant dire changer de civilisation et il est plus facile de detruire / reconstruire que de modifier.

            Nous ne pouvons détruire mais attendre que le temps fasse son oeuvre inéluctable … en toutes choses.

          • Ping de Laurent:

            Et puis Jésus n’aurait jamais accepté qu’un croyant digne de ce nom accepte un “mariage” aussi infâmant et en désaccord avec les préceptes divins.

            Rappelons qu’il ne faut pas confondre mariage religieux et mariage civil, ce dernier n’étant qu’un contrat de nature juridique (le pb étant qu’il est obligatoire si mariage religieux) visant à faire de vous la future victime d’une pécheresse en puissance.

            C’est contre toutes les lois divines que d’accepter une telle duperie.

            Quel saint ou prophète aurait accepté cela sans trahir ce en quoi il croit ????

            Confondre le sacrifice de NSJ et des martyres avec le mariage actuel… pour au final faire des enfants qui seront pires que les générations précédentes, bien aidés par leur mère qui fera de vous le mal incarné… une fois qu’elle vous aura foutu dehors… pour les générations qui viennent, très peu de mariages résisteront au delà de 10 ans. Nous en sommes déjà à 6% à cette date au USA. La France suivra sous peu.

            Personnellement je suis toujours marié donc le choix n’est plus à faire, et même ma “licorne” m’en a fait des belles.

            J’attends que les oiseaux s’envolent pour reprendre ma liberté et retrouver mon équilibre.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Le problème est effectivement que le mariage religieux seul est interdit tandis que les lois civiles sont devenues un véritable cloaque. Nous sommes coincés en quelque sorte.Mais nous n’en sortirons pas sans une revendication forte sur ce point précis, non en laissant tout et n’importe quoi se faire. L’homme peut s’habituer à vivre comme une amibe si telle est son ambition.

          • Ping de Laurent:

            Enfin devenir MGTOW, ce n’est pas être lâche en fuyant le Mal, mais c’est de refuser de l’alimenter.

            Car tant que des victimes iront se jeter dans la gueule du loup en nombre suffisant, il n’y a aucune chance que le système décide de changer de lui-même.

            Il n’y a aucun intérêt.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Non, le système changera quand les victimes donneront de la voix. Car sinon, pour le système, tout ira bien. Car en se désimpliquant, les hommes laisseront toujours aux femmes d’autres solutions pour faire le mal, car elles ont tout pouvoir en matière procréative par exemple. La seule manière de faire, c’est assumer une opposition.

          • Ping de chen:

            Leonidas je vous rejoins sur beaucoup de choses, mais je crois qu\’il y\’a quelque chose que vous n\’avez pas compris sur le mouvement mgtow.

            L\’argument financier est un de leurs arguments et vous en faites la pièce centrale pour récuser leur stratégie, et même pire  : vous croyez qu\’il n\’en ont pas (de stratégie).

            les réponses a l\’interview sont claires : ils dénoncent clairement la situation de l\’homme dans la société, par les inégalités dans les punitions, inégalité dans les traitements, l’éducation, inégalité même dans le respect qui leur est du et elles donnent des éléments de réponse dont l\’un est le suivant : « Etes-vous fou? Les femmes rendent la vie IMPOSSIBLE \”.

            On est réellement dans un travers psychologique. La femme est une éternelle inconstante, ambivalente et indécise. Ce n\’est pas dit exactement comme ça, mais quiconque a connu beaucoup de femmes finit par le comprendre. Quand elle a quelque chose elle veut aussitôt son contraire.

            Il y\’a donc analyse de la situation est cette analyse est globale. Elle ne va pas assez loin pour que l\’ensemble de la société comprenne leur démarche : elle n\’explique pas que ce sont les hommes eux même, ou une partie d\’entre eux qui ont trahit leurs \”frères\”.

            Les lois féministes ont été votées par des hommes, elles sont protégées par des hommes (police, armée, services de renseignement, justice) et ça peu d\’hommes s\’en sont rendus compte et aucune féministe ne le reconnaîtra. Il y\’a des contrées ou la femme a beau parler elle n\’obtiendra rien. Car la puissance physique au service de la violence en ultime recours est du cote des hommes. Si les hommes ici en occident démocratique était restes fermes sur leur convictions je peux vous assurer qu\’on n\’en serait pas la. S\’ils avaient voulu être injustes, bornés, durs et froids comme des waffen ss ils auraient pu faire manger aux femmes de la paille et elles n\’auraient pu rien y faire. Regardez du côté des talibans : que peut faire une femme la bas ? RIEN. Mais heureusement dans sa globalité l\’homme est juste. Et en fait il a plus d\’empathie que les femmes au fond.

            le mouvement mgtow s\’adresse aussi bien aux hommes qu\’aux femmes : aux premiers il leur dit rejoignez nous, agissez comme nous. S\’il faut bloquer la société bloquons la.

            aux secondes il dit ceci : ouvrez vos yeux :

            1) nous ne sommes pas des femmes donc ne nous demandez pas d\’aimer comme des femmes

            2) nous ne sommes pas des femmes donc ne nous demandez pas d\’agir en société comme des femmes

            3) apprenez ce concept simple qu\’est la justice.

             

            ces deux aspects auront deux issues :

            1) l\’aspect global : la vision d\’une solidarité masculine (qui n\’existe en fait que dans la lutte) va littéralement terroriser les feminazies et faire réfléchir  les femmes. C\’est méchant mais c\’est ainsi. Car elles savent que si l\’homme a décidé de bloquer tout fonctionnement il y arrivera (a la condition qu\’il soit solidaire de ses \”frères\”). Et elle se souviendra que la violence est l\’ultime recours dont l\’homme est capable. On aura au moins pas besoin d\’en arriver la. Les feminazies éructeront a longueur de journée, useront de la violence (en fait l\”hystérie) mais elles seront de plus en plus seules car l\’ensemble des femmes se dira \”peut être sommes nous allées trop loin\”.

            2) l\’aspect personnel : les femmes sont très attachées a avoir une vie privée épanouie. Cet attachement passe par la présence d\’un compagnon et je trouve cela fort touchant pour ne pas dire joli. Un boycott généralisé de toute relation fondée sur l\’injustice, l’inégalité, le harcèlement psychologique, la compréhension qu\’on aime comme un homme quand on est un homme et comme une femme quand on est une femme. Or une femme sans compagnon ça devient aigrie, triste. C\’est comme une plante qui n\’a pas été nourrie. La on en est encore a leur sempiternelle question : ou sont les hommes les \”vrayyyyyyys\” ? quelle bande de \”laaaaaaaaaches\”. Elles font ça juste parce qu’elles ont le sentiment pour le moment qu\’elles sont tombées sur le \”mauvais\”. Si le mouvement est massif, la vous verrez Léonidas : au lieu d’éructer comme elles savent si bien faire, elle commenceront a nous questionner nous les hommes au lieu de se contenter de se droguer a base de revues féminines qui ne sont la que pour les conforter… ce sera le début je l\’espère de la solution.

             

            Il ne faut pas avoir peur non plus de la mise a bas d\’une civilisation : la Grèce a disparu mais a donné une pensée et des écrits qui encore guident notre pensée. Et puis la n\’est pas la question, personne ne veut retourner aux cavernes : toute révolution n\’est pas violente.

             

            ps : le probleme des hommes c\’est qu\’ils ne parlent pas entre eux, ce qui n\’est pas le cas des femmes, mais comme elles se parlent entre elles même, elle ne font que se conforter car elles réfléchissent en femmes sans l\’ombre d\’un atome de compréhension des hommes.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Si vous comptez duper une femme concernant la stratégie dans les relations personnelles, vous pouvez vous levez tôt à mon avis.
            Non, il ne faut pas jouer à ces jeux de dupes que nous ne sommes pas prêts à assumer ou qui seraient terriblement mortifères si nous les assumions.
            Nous devons élever et les femmes, et le débat, et nous-mêmes.
            Nous en avons presqu’oublié d’espérer à cause des féministes. C’est cela aussi qu’il faut combattre.

          • Ping de chen:

            Ce serait alors des milliers d’année de civilisation qui sont coupables…

             

            je me demande si donc le culte marial en occident, du moins en occident, le romantisme, tous ses écrits ses attitudes ses poèmes, cette propension a toujours glorifier “l’éternel féminin”, l’esprit chevaleresque n’y sont pas pour quelque chose…

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Continuer à aimer les femmes sans en être dupes, voilà notre combat.
            Dans les prochaines années, j’ai prévu d’écrire un article sur l’histoire des mouvements de féminisation dans l’histoire de France. Esprit chevaleresque et romantisme devraient être remis à leur juste place.

        • Ping de Lou:

          Chen, j’allais éviter d’engager la conversation avec vous car vous semblez être très en colère contre les femmeset peut être n’avez-vous pas envie de vous adresser à l’une d’entre elles ici. Néanmoinsil y a une question qui me titille : Vous parlez souvent « d’aimer comme un homme » qu’entendez vous par là ?

          • Ping de chen:

            Bonjour Lou,

             

            Tout d’abord, il faudrait que je retrouve l’article, mais cette expression “les femmes voudraient que leurs hommes les aiment comme des femmes” ne vient pas de moi, mais d’une sexologue ou psychologue.

            Je l’ai trouvée géniale car c’est quelque chose que je pressentais depuis longtemps.

            Pour le reste vous m’obligez un peu a parler de moi.

            Oui il y’a une certaine colère mais elle est paradoxale : j’ai connu beaucoup de femmes, vraiment et je dis cela sans prétention et sans vouloir vous vexer une seule était vraiment “bien” (je ne sais quel mot utiliser) à mes yeux. D’autre part  : je n’ai quasiment que des amies et non des amis ou plutôt des connaissances féminines avec lesquelles je sors volontiers le soir, la journée ou même en vacances en tout cas avec qui je partage des choses et des activités des discussions.

            J’apprécie leur compagnie et elles apprécient la mienne je crois sinon je ne les verrais plus.

            Maintenant va falloir qu’on m’explique un truc : comment au final il est plus agréable d’avoir une amie qu’une chérie ? Comment est ce possible que vous soyez plus chiantes avec votre chéri qu’avec votre pote ? C’est quand même dingue ! Des qu’une relation amoureuses même avec une simple ex amie s’installe c’est le début des embrouilles. Le pire c’est que vous êtes infoutues d’expliquer pourquoi. Vous avez sans cesse besoin de preuves d’amour, de réassurance, qu’on vous considère, vous passez votre temps à tester, à questionner. Sans parler du fait que c’est toujours trop ou pas assez, que c’est ci ou bah zut plutôt ca. Vous êtes engluées dans une sorte de narcissisme qui fait que vous ne voyez pas que vous avez en face un homme qui n’a pas les même reactions que vous. C’est l’une des raisons d’ailleurs qui me fait dire que vous n’êtes pas plus empathiques que les hommes.

            J’avais demande une fois à une chérie “demande tu 5 fois par semaine a ta meilleure amie si elle t’aimait ?”. Elle n’a évidemment jamais répondu.

            Vous ne savez pas aimer simplement (et la encore cette expression ne vient pas de moi mais d’une psychologue). On a l’impression que l’unique but de votre vie est d’avoir un chéri. Les hommes aiment avec enthousiasme, simplement, sans prise de tête. Ils ne conçoivent pas la relation amoureuse comme un projet mais comme (ce qui devrait être en fait) une belle aventure de la vie. La femme voit son couple comme l’ultime but : en fait son homme EST le monde.

            Pas pour moi désolé.

            Vous êtes d’éternelles romantiques en mode ado, d’éternelles ados donc et au final ce sont les femmes qui sont immatures et non les hommes.

            L’homme cloisonne de plus, il sépare plus nettement vie privée et vie professionnelle. Un exemple très simple mais a mon sens significatif : rentré du boulot il passe a autre chose. Mais faut que vous racontiez sans cesse votre journée et qu’on vous écoute. Si on n’écoute pas he ben c’est qu’on ne vous estime pas assez. C’est un exemple parmis tant d’autres.

            L’homme n’est pas un communiquant, là encore ce n’est pas qu’il ne sait pas  (allez demander à Shakespeare, Balzac, Hugo, Hemingway etc etc s’ils ne savent pas communiquer hein) c’est juste qu’il n’en ressent pas le besoin. Tout simplement. La communication pour lui a un rôle utilitaire.

            A partir de cela vous instaurez une véritable dictature sentimentale.

            Vous voudriez qu’on décloisonne, qu’on voit l’amour comme un projet, qu’on communique pour ne rien dire, qu’on soit ultra romantique (mais pas trop hein ca fait pas viril), qu’on soit sans cesse à vos petits soins : donc vous voudriez qu’on vous aime comme si nous étions des femmes. Par contre il y’a un aspect que vous n’accepteriez jamais de nous : le manque d’assurance, les questionnements perpétuels, les “dit moi je t’aime” toutes les 10 minutes car comme le dit une femme dans un article croisé sur ce site : vous n’accepteriez de votre chéri pas même 10% de ce que vous lui faites subir.

            Tout cela ne serait pas bien grave au final si ce n’est… que votre intransigeance vous mène dans 80% des cas a quitter mari ou chéri. Car comme l’a dit un sociologue : la femme se sentant la détentrice du savoir amoureux a établi des règles auxquelles tout le monde doit se réfracter. Il faut réellement se poser la question de ces 80% de départs à l’initiative exclusive des femmes. Il est évident que 80% des hommes ne sont pas juste des gros co…rds…

            Maintenant cette dictature sentimentale s’étend en une dictature politique sociétale ou rien d’empathique ne transparaît : quotas pro femmes, mariage très au désavantage des hommes, dénigrement permanent des vertus masculines ou viriles (ce qui ne vous empêche pas de tomber dans les bras du premier bad boy rencontré en soirée), concept de “sororité” ou effet ruche qui contrairement à ce que croient beaucoup de femmes n’existe pas chez l’homme, avec tous les dégâts que cela implique.

             

            voili voilu

            ps 1.) ne me dites pas que vous n’êtes pas ainsi, je vous croirais volontiers mais votre cas ne constituera pas une généralité. Je le sais car j’en ai connue une.

            ps2.) je parle de plus en plus ouvertement de cela a mes amies : assez curieusement elles admettent que je n’ai pas complètement tord. Le probleme c’est que çà n’arrange même pas leur situation.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            C’est ce qu’on appelle en avoir gros sur la patate.

          • Ping de Lou:

            Merci pour votre réponse. Pour répondre à vos questions je dirais que vos critiques sont justifiées et d’autres il s’agit d’état de faits propres à la femme que vous ne changerez pas. A mon avis, voir l’amour (enfin le couple) comme une belle aventure c’est une vision plus adolescente au moins du point de vue féminin. Il faut savoir aue la plupart des femmes ont envie d’etre mère c’est le sens biologique de notre existence. Pur cela, il en faut passer par le couple. Sachez donc que passée 25 ans, toute les femmes même les féministes libérées, pensent au moins en arrière plan à construire un couple stable et une famille. Nous avons pas toute la vie voyez-vous , à 35 ans ça devient compliqué,à 45 ans plus ou moins impossible. C’est donc peut être plus important pour une femme que pour l’homme d’être en couple. Celui-ci entre donc dans  un projet parce que on n’a pas un enfant comme ça et nous avons un temps limité pour en avoir. Et ça, vous pouvez vous plaindre comme vous voulez ça ne changera pas à moins de vous prendre une minette de 18 ans et de changer de copine plus ou moins tous les dix ans. Des « belles aventures » on nous en propose depuis nos 13 ans et ça ne nous dit plus rien car elle finissent toujours par se terminer en nous laissant la désagréable impressiond’avoir perdu nptre temps et d’avoir été usées. Et donc les femmes ont besoin de sécurité car c’est ce que l’on attend d’un futur père de famille. La grossesse rend vulnérable financièrement, moralement et physiquement. Nous avons besoin de l’assurance qie l’on a un engagement.Et je pense que c’est pour cela que vos conquêtes sont tout le temps en quête de preuves d’amour, vous ne semblez pas vouloir de projet, elles se sentent donc en insécurité, sentiment que les femmes ont en horreur. Vous avez raison de dire qu’elles sont immaturesceci dit, elles devraient être honnêtes avec elles-mêmes ce qui leur permettrait d’êtr honnête avec vous  et vous faire savoir qu’elles n’ont aucune envie de batifoler, que si vous voulez ne rien construire vous être en train de leur faire gaspiller leur prime jeunesse. Et le dire dès le début.

            Pour ce qui est du besoin de communication de vouloir raconter toute sa journée, c’est propre aux femmes vous ne changerez pas cela non plus. Je ne doute pas que l’on a manqué d’empathie à votre égard mais sans vouloir vous offenser vous paraissez en manquer aussi. Vous avez constaté ces différences mais quand on vous lit on a l’impression que les femmes doivent s’en accomoder sans se plaindre. Que diriez-vous par exemple si une femme estimait qu’elle n’a pas besoin de faire l’amour avec vous car elle l’a dait au début de la relation et qu’elle a autre chose à faire ? Qu’elle trouve cela secondaire ?L’empathiec’est se mettre à la place de l’autre: nous savons que l’homme n’aime pas  cette manie de vouloir communiquer, nous leur demandons de faire un effort. Aujourd’hui ça ne va plus, car beaucoup d’entre nous demandent cet effort sans se dire que l’on devrait renvoyer l’ascenseur. Du genre « je le laisse faire son homme des cavernes pendant une heure après son arrivée du boulot puis il discutera avec moi plus tard le soir et nous ferons l’amour ». Les femmes ne conçoiventpeut être pas l’altérité mais de ce que je tire de votre écrit c’est que vous l’avez identifiée sans pour autant l’accepter cette altérité. Enfin, de ce que je peux voir mais je m’avance un peu, vous voudriez qu’une femme s’accomode de la manière masculine d’aimer et vous cherchez donc une femme qui pense comme un homme. Ça existe, mais en général elles sont lesbiennes. Chacun des deux sexes doit répondre au besoin de l’aitre je comprends que cela vous agace qu’aujourd’hui les hommes soient les seuls a faire cet effort mais vous ne pouvez reprocher aux femmes leurs besoins de femmes. D’ailleurs, c’est un problème récurrent, beaucoup d’hommes veulent des femmes féminines mais méprise dans l’absolu le féminin. M. Léonidas en a parlé dans son article sur les hommes qui élèvent des féministes. Mais ce n’est pas que les pères, dans l’ensemble, toute la société homme comme femme méprise le féminin et les qualités féminines.

            Pour ce qui est de l’aspect sociétal et des lois injustes, j’abonde en votre sens. Du grand n’importe quoi. Tout ce que je peux dire c’est que les femmes ces temps ci sont angoissées et que cela leur fait faire n’importe quoi.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Cette peur des femmes est folle et irrationnelle. Au mieux c’est un mensonge qu’elles se font. Au pire un jeu. Cela n’a jamais empêché en tout cas, les femmes les plus pauvres de se reproduire, beaucoup plus que les riches, alors qu’objectivement, cette situation d’insécurité devrait les en empêcher.

            Si vous avez raison dans la plupart de vos développements, ce n’est pas le cas ici. Dans l’intimité, si les hommes doivent apprendre à être attentionnés, les femmes doivent renoncer à leur toute puissance. Ce faux sentiment d’insécurité légitime les actes les plus odieux de la part des femmes. Cela se voit notamment lors d’une séparation devant le juge : Mme a peur, du coup, il faut lui laisser les enfants. En vérité, elle joue avec son propre sentiment de peur pour le communiquer à son entourage et obtenir ce qu’elle veut. Le sentiment d’insécurité justifie les pires exactions dans notre société, et délégitime les attentes réelles de sécurité d’ailleurs.

            Comme l’a précisé ailleurs Chen, si le sentiment d’insécurité était en jeu en cas de séparation, les femmes ne quitteraient pas leur mari dans 80% des cas. Elles auraient peur de se retrouver à la rue, ou de perdre en niveau de vie. Faut-il le rappeler, les séparations sont une catastrophe économique pour les deux membres du couple. Mais en vérité, dans ce genre de cas, la plupart de ces femmes sont des irresponsables qui veulent le rester. Quitter l’homme, surtout après s’être faite engrosser, c’est le meilleur moyen d’échapper à l’altérité. Une femme doit vénérer le père de ses enfants, avec ses défauts. Et quand elle ne le fait pas, c’est qu’elle veut rester dans l’enfance. Après, un époux qui manque d’attention à une perle, se délégitime lui-même, notamment aux yeux de ses enfants. il ne transmettra rien parce que le seul modèle viable du couple, sera la femme.

            https://www.aimeles.net/joeldeprezunbonfrancaisavecsescornescommetantdautres/

          • Ping de Manuela:

            Lou,

            Je suis d’accord avec vous, et c’est vrai de nombreuses femmes sont angoissées.

            Je crois que les hommes fonctionnent beaucoup au “donnant donnant”.

            Je me demande même si ils n’ont pas plus besoin que nous d’être rassuré. Ils aiment l’efficacité et l’honnêteté.

            Avant de reprocher des choses à mon mari j’essaie toujours de me reprocher quelque chose, même une chose insignifiante, ça facilite le vivre ensemble tout le monde fait des efforts de son côté.

             

      • Ping de Laurent:

        J’ajouterais effectivement que les MGTOWs n’ont, contrairement aux mouvement féministes et anti-féministes, aucune demande envers la société de changer ceci ou cela pour leur bien ou même celui de la société.

        Ils ne sont pas actifs, mais passifs. Ils ne demandent rien et n’attendent rien, si ce n’est d’eux-mêmes.

        Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont inactifs (certains sont très orientés pognon ou bien “minimalistes”), mais seul leur développement personel (intellectuel, financier, spirituel) les intéresse.

        Ils estiment ne rien “devoir” à quiconque, surtout en l’état actuel des choses, à un système qui ne récompense plus depuis longtemps ceux qui sont “moteur” mais en plus les punit !

         

        • Ping de chen:

          Bonjour

           

          Bon je ne sais ou repondre mais ce post s\’adresse entre autre à lou :

           

          1) vous reconnaissez donc que vous êtes d\’une exigence sans limite

          2) vous reconnaissez donc qu\’une grande partie de vos actes est régie par la peur : ne faudrait il pas agir autrement, ? être enthousiaste, se poser un peu moins de questions, accepter l\’autre, même s\’il est vrai qu\’il doit faire un effort (mais en fait c\’est le début de la dictature sentimentale dès qu\’il agit ainsi, car le vouloir  d\’une femme est comme le tonneau des danaides)

          3) vous remettez sur le dos des hommes les échecs amoureux : (de toute façon c\’est toujours a eux les tords) or les points 1 et 2 démontent quasiment cette \”accusation\”. A force de vous prendre sans cesse la tète, de ne jamais être \”sure\” du bon, d\’avoir la frousse toute votre vie, de chercher à  dégoter ce que vous nommez la \”perle rare\” (bonjour l\’ego : quasi cosmique) : vous vous retrouvez a 40 ans en panique à trouver le 1er géniteur possible et dans les pires conditions. Si désormais de plus en plus d\’hommes ne cherchent plus rien que l\’aventure posez vous donc les vraies questions : était ce le cas ne serait qu\’au début du siècle dernier ? Vous croyiez un instant que l\’homme se permettait d’être volage ?

          Il va falloir quand même un jour vous  poser aussi la question suivante: 80%-85% des divorces et séparations sont le fait des femmes. Primairement  : avons nous donc 80% de salauds, de goujats, de violents, d’égoïstes ou je ne sais quoi encore  ?

          La réponse vous l\’avez mais il faut juste avoir le courage de la verbaliser.

          En terme d’égoïsme d\’ailleurs vous tenez une belle couche : que les enfants souffrent du divorce n\’est pas votre probleme. C\’est d\’abord et avant tout votre petit ego qui doit être respecte. Maman estime que son mari ne la regarde plus assez ? Bah elle va imposer à ses enfants son divorce, son mecontentement et sa galère d\’eternelle ado immature. Leur sort en fait passe en second. Quelle empathie…

           

          4) et enfin vous décrétez que la société n\’aime pas les valeurs féminines ou la féminité : ce genre d\’affirmation sans preuve… demande des preuves.

          Moi je vois le contraire : ce sont les valeurs masculines, viriles qui sont systématiquement mises sous le boisseau, critiquées et insultées. Au prétexte qu\’il y\’a eu 2 grosses boucheries au début du siècle précédent on jette le bébé avec l\’eau du bain.

          Ce qui est une absurdité car l\’homme a un cerveau : il n\’avait de toute façon vraiment plus envie de remettre le couvert et il l\’a compris sans les féministes. La réalité désormais possible de l\’annihilation de la race humaine(bombes A sur Nagazaki et Hiroshima)  l\’a calmé direct.

          Un jour faites un petit effort  : regardez la télé et notamment la publicité et réfléchissez. Des cohortes d\’hommes un peu bébêtes, un peu primaires, pas très réfute et des femmes si intelligentes, si belles et si fines.

           

          Une femme politique ? son mode de resolution des problemes (???) est tellement mieux, une femme patron ? Son mode de pensée consensuel et empathique vs la brutalité des hommes est tellement supérieur. Y\’a plein d\’exemples comme ca.

          J\’ai un petit désaccord avec Léonidas : ce n\’est pas la propagande des féministes qui a rendu les femmes si intenables, c\’est juste la société actuelle (sous l\’impulsion entre autre du féminisme) qui a en fait révélé leur véritable nature. Une nature que la civilisation avait mis un peu sous le boisseau.

           

          La on parle de sentiments mais il en est de même de la société : vos revendications n\’ont plus aucune limites, aucunes. Quant à la justice c\’est pas votre fort. Sinon vous vous préoccuperiez des hommes battus, de leur plus forte mortalité sous les coups de la violence mais aussi parce qu’ils sont moins bien soignes que les femmes \’le cancer de la prostate fait autant de morts que celui des seins, mais ni les campagnes de prévention/information, ni les budgets ne sont comparables et ce n\’est qu\’un exemple), de la révoltante situation des hommes a qui on enlève les enfants grâce a des lois iniques, de l’échec quasi massif désormais des garçons dans le système scolaire (qui nous le savons tous est l\’antre du démon patriarcal), du quasi monopole de certains métiers (instits, professeurs des écoles des collèges et des lycées; justice, médecine etc etc) et là évidemment la parité vous oubliez, du monopole quant a la reproduction (vous SEULES avez le droit ou non de garder un enfant, par contre l\’homme est tenu de le reconnaître, quelques soient les conditions).

          • Ping de Lou:

            1) Oui, certaines femmes ont des exigences trop élevées. Mais vouloir un projet construit dans le couple, je ne pense pas que c’est une exigence démesurée.

            2) J’admets que les femmes sont régie par une peur non justifiée. Mais votre comportement « sans engagement « » ne calmera pas la panique générale.

            3) Je ne pense pas avoir retourner le blâme sur les hommes. Je pense que dans ces échecs, hommes et femmes sont en torts.

            Moins d’engagement pour beaucoup de raisons. Le comportement des femmes est l’un deux. Mais honnêtzment, rares sont les hommes français qui sont épousables, il faut le dire. En gros, je n’essaie pas d’absoudreles femmes mais vous semblez laisser entendre que tout est de leirs fautes, hors, les perles rares que je connais ont eu beaucoup de mal à trouver des jeunes hommes adéquat.

            4) Je vous invite tout simplement à appliquer votre conseil et à regarder les pubs et les films. La femme est mise en avant mais pas la féminité. Ce ne sont pas de douces mamans que l’on met en avant, non : avocates agressives, ingénieures un peu garçons manqués, guerrières à la force surhumaine, boxeuses footballeuses. Alors oui des fois on met en avant des qualités féminines mais c’est de la propagande parce que ces métiers d’hommes n’attirent pas les femmes en hénéral ( sauf avocates).Une femme coquête, qui aime le rose,les enfants et a envie de devenir naturopathe ou infirmière, on va lui dire qu’elle a internalisé la misogynie ou la prendre pour une cruche.Regardez bien, la femme féminies est autant moquée que les hommes.

          • Ping de chen:

            Une fois de plus je ne sais où repondre mais ceci est destiné à lou :

             

            on est entre dans le sophisme et la discussion sans fin ni but :

             

            Vous dites “1) Oui, certaines femmes ont des exigences trop élevées. Mais vouloir un projet construit dans le couple, je ne pense pas que c’est une exigence démesurée.”

            sincèrement je ne vois pas en quoi vous répondez : je n’ai jamais dit que le désir de couple est excessif, j’ai dit que les femmes ont des exigences excessives en matière de couple.

             

            Vous dites : “2) J’admets que les femmes sont régie par une peur non justifiée. Mais votre comportement « sans engagement « » ne calmera pas la panique générale.”

            Nous ne sommes pas la cause de cette panique générale (et ceci dit moi je ne suis absolument pas en panique : au contraire je suis désormais d’une sérénité sans égale, d’autant plus que des femmes disponibles même pour un  court moment ça ne manque pas) : ce sont les féministes les coupables. Et les femmes qui les suivent, accessoirement. Il est désormais légitime pour tout mâle de peser le pour et le contre, à mon sens, d’un engagement marital ou du désir d’enfant. A 80% ce sont les femmes qui décident de partir et à 85% elles ont la garde des enfants. La situation du père ne change rien : il sera sommé de payer le bougre, chômeur, modeste ou pas il devra cracher, même si la femme s’est trouvée à se remarier avec un richard. Dans tous les cas le père biologique devra obtempérer par des lois pourtant votées par des hommes, ces salauds qui occupent la majeure partie des assemblées et autres sénats. Ce dernier point m’a toujours étonné mais je dois à Léonidas une début de compréhension.

            De plus la panique, j’en suis convaincu est plutôt du cote des femmes. Les hommes se désengageant de plus en plus elles se retrouvent le bec dans l’eau a 45 ans. Ce fait a été constate d’ailleurs par une féministe critique, faudrait que je retrouve le texte. Votre question d’ailleurs semble dénoter en elle même une sorte de panique.

             

            vous dites “3) Je ne pense pas avoir retourner le blâme sur les hommes. Je pense que dans ces échecs, hommes et femmes sont en torts.”

            Non, les échecs sont dûs essentiellement aux femmes, j’en suis désolé. Le fait que 80% d’entre elles rompent le couple dans une espèce d’égoïsmes sans égal (je rejoins zemmour sur ce sujet, car elles entraînent leur progéniture dans leur délire malsain et narcissique, les faisant souffrir inconsidérément tout en traitant pourtant les hommes de lâches ou je ne sais quoi, c’est d’un comique).

            Une question : 80% des hommes sont donc de gros imbeciles ? des laches ? des egoistes ? des nuls ?

             

            vous dites  : 4) Je vous invite tout simplement à appliquer votre conseil et à regarder les pubs et les films. La femme est mise en avant mais pas la féminité. Ce ne sont pas de douces mamans que l’on met en avant, non : avocates agressives, ingénieures un peu garçons manqués, guerrières à la force surhumaine, boxeuses footballeuses. Alors oui des fois on met en avant des qualités féminines mais c’est de la propagande parce que ces métiers d’hommes n’attirent pas les femmes en hénéral ( sauf avocates).Une femme coquête, qui aime le rose,les enfants et a envie de devenir naturopathe ou infirmière, on va lui dire qu’elle a internalisé la misogynie ou la prendre pour une cruche.Regardez bien, la femme féminies est autant moquée que les hommes.

             

            Donnez ce conseil le a vos amies, aux féministes, pas a moi.

             

            et enfin pour la nieme fois : pourquoi les séparations sont initiées à 80% par les femmes ? Vous n’avez toujours pas repondu…

             

            bonne journée à vous

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Il y a un quiproquo entre hommes et femmes sur l’engagement dans le couple.
            Durant des décennies, les hommes se sont reposés sur les femmes pour gérer le couple. Dès lors, ils ne comprennent plus qu’aujourd’hui les demandes des femmes aient changé.
            Or les femmes, bien que toutes puissantes, je dirais même surtout parce qu’elles sont devenues toutes puissantes, voudraient que l’homme prenne en charge ce couple auquel ils ne connaissent rien.
            Cette équation ne peut se résoudre que par le retour d’une force légitime (masculine donc) qui n’hésitera pas à abattre toute forme d’hystérie féminine. Ce que j’appelle l’antiféminisme. Les hommes ne peuvent pas laisser aux femmes, même la gestion du couple. Même ici, les femmes demandent à ce qu’ils se mettent en avant. Une femme ne se libère que dans l’accueil. A partir du moment où les hommes refusent d’ériger leur diktat, elles perdent en autonomie. C’est paradoxal, mais il en est ainsi. Pour une femme, les hommes ne sont respectables que dans la force. Elles attendent ce dont nous ne sommes pas encore capables, si nous ne l’avons jamais été : les dominer. Leur manière de quitter les couples en masse, nous montre surtout la faiblesse sociale actuelle des hommes. Nous ne remplissons plus notre rôle d’hommes. Elles nous méprisent, ce qui est un appel à un retour de la force masculine. Comme je l’ai montré dans certains de mes articles, elles préfèrent le viol à la faiblesse. C’est cela l’éternel féminin. En tant qu’hommes nous sommes coupables d’avoir idéalisé les femmes et de ne pas les avoir prises pour ce qu’elles seront toujours : des femmes. Nous en payons donc le prix aujourd’hui. Il est d’ailleurs marrant de voir combien les hommes féministes alimentent un problème qu’ils croient résoudre en jouant aux caniches.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.