Accueil » La pieuvre féministe » Les syndicats enseignants défendent une théorie du genre qui selon eux n’existe pas.
Antiféminisme Aimeles

Les syndicats enseignants défendent une théorie du genre qui selon eux n’existe pas.

Publié le 3 février 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 42 min

Les syndicats enseignants passent leur temps à protester contre chaque mesure gouvernementale jugée totalitaire ou inadaptée pour l’école, et à envoyer pour ce faire, des messages aux écoles. Avec la théorie du genre, plus question de contestation. Les masques sont tombés, encore une fois. Le syndicat majoritaire relaie le totalitarisme gouvernemental et on apprend même qu’il avait fourni aux enseignants, avant l’élection de François Hollande, un dossier pédagogique complet pour accompagner les dispositifs ministériels en termes de lutte contre les inégalités entre hommes et femmes :

Document général (signé par presque tous les syndicats) :

http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/Ecole_primaire_et_LGBT.pdf

Document de base (fabriqué par le syndicat enseignant majoritaire):

http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/document_telechargeable-2013-30-05.pdf

Je ne vous raconte pas combien l’élaboration de tels dossiers (presque 200 pages pour le plus volumineux) a dû coûter. L’Etat et les syndicats enseignants vivent en symbiose entre eux, et en parasite sur le dos du reste de la société.
Sur cette affaire particulière, les messages envoyés aux écoles par les syndicats ont été d’une toute autre nature que ceux dont ils ont l’habitude. Fini la contestation pour la défense d’intérêts corporatistes et matériels. Affolés par la dénonciation publique de Farida Belghoul sur la théorie du genre dans les écoles (JRE2014) qui les concernait effectivement, les syndicats se sont défendus en masquant leur rôle idéologique réel et en accusant les « zextrémistes proches de la droite » à droite tentant de rallier ainsi, idéologiquement, le corps enseignants. Fini aussi les questions d’augmentation de salaire, de décharges de direction, de réduction du temps scolaire et autres résultats de mouvements négociés, nos chers professeurs ont eu droit à la « préservation de notre noble école et de ses valeurs républicaines ». On rigole et de nombreux enseignants encore lucides, ont dû bien rigoler aussi, même si cette franche tranche de bonheur a dû être compensée par la peur de voir les parents jeter un œil sur leurs enseignements.

 

Syndicats par syndicats.

Du côté du SNUIPP, le syndicat majoritaire, même stratégie que le gouvernement au sujet de la « théorie du genre » : le déni. Dans ce billet du SNUIPP du 30/01/2014 à l’attention des enseignants, cette « théorie » ne semble être qu’une « rumeur scandaleuse » :

message syndical

 

Et dans la lettre aux parents qui accompagne ce billet, il n’est même plus fait mention du terme « homosexualité » :http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/30_01_14_mot_destine_aux_parents.pdf

Le syndicat SNUIPP n’ose plus employer ce terme, ni celui de « lutte contre l’homophobie » qui n’aurait plus qu’un lointain rapport avec « la lutte pour l’égalité hommes-femmes ». Et pour cause. En rappelant que dans l’idéologie du genre, ces concepts sont liés entre eux, il aurait fallu expliquer en parallèle aux enseignants que la réalisation de ces objectifs passaient nécessairement par un nivellement des comportements entre filles et garçons. Et là, on aurait pu en conclure logiquement que cette lutte pour l’égalité nous menait vers la pente dangereuse de l’indifférenciation entre filles et garçons dénoncée si justement par Farida Belghoul. Il aurait fallu affronter des parents sourcilleux qui sont une « chance pour la France » quand ils votent PS, et deviennent subitement « des parents gênants voire irresponsables », comme j’ai pu le lire dans certains commentaires de journaux de gauche, quand ils rappellent aux enseignants qu’il n’est pas du rôle de l’école de faire l’éducation genrée de leurs enfants, ni même leur éducation sexuelle. Disparue donc la lutte contre l’homophobie dans les documents à l’adresse des parents et des enseignants, et bonjour la lutte ABCD pour l’égalité ! (pourtant basée, elle-aussi, sur le concept de genre)

Idem du côté de la SE UNSA dans son courrier aux écoles du 30 janvier 2014

« La théorie des genres n’existe pas. »

La CGT éducation, elle, se la joue super stratégique : pas de référence à la théorie du genre dans le courrier pour les parents, pas de référence au document SNUIPP (syndicat adverse), et surtout ne prévenir les parents que dans les écoles où la journée de retrait a été suivie, pour éviter la contagion bien entendu ! La lettre de la CGT renvoie directement au dispositif ABCD égalité,

lettre aux enseignants

et cette lettre n’assume même pas les termes des documents qu’elle a pourtant signés en tant que syndicat :

signature unitaire

 

 

La « théorie du genre est une campagne d’intox… pour que les inégalités perdurent » dixit un mail de la CGT aux enseignants datant du 02/02/2014.

Rien que ça. On les dirait aux abois les pauvres. Ils reculent, ils se cachent, ils accusent les autres, les autres, « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

15 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Au parc « genré » de Puteaux : « Ah, la petite est chez les garçons ! » », L’Obs du 11/05/2018.

    La représentation de châteaux forts et de carrosse est officiellement interdite par la gauche.

    Hier la gauche laissait choir les enfants en tout. Revers de la médaille, elle essaie aujourd’hui de les formater. A part ça, le genre n’est pas une théorie.

    (Personnellement, le gaspillage des deniers publics pour l’achat de sacs scolaires pour les enfants, me choque beaucoup plus. A mon avis, c’est une forme d’abus de pouvoir)

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « APEL : retrait des maristes de Lyon », Famille chrétienne du 15/09/2015.

     

    Les syndicats de l’enseignement libre sont vérolés eux-aussi. Ils travaillent à des réformes débiles et surajoutent l’incompétence au manque de valeurs, tout comme leur « copains » du public.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Crise à la FCPE : ce que veulent les parents », Le Point du 28/05/2015.

     

    Où on apprend comment les syndicats de parents sont sous le contrôle du PS et pourquoi ils votent donc toutes les mesures gouvernementales depuis 3 ans.

  4. Commentaire de kasimar:

    Danielle Bousquet non contente de voir que le gouvernement veut se « débarasser » de l’ABCD de l’égalité écrit un courrier au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre de l’Education Nationale, et à la Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/hcefh/actualites-128/article/le-hcefh-appelle-au-renforcementOu comment la pleurnicherie renforce le mouvement féministe

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Très bonne vidéo de Civitas sur l’introduction de la théorie du genre dans le système éducatif et les nombreux mensonges de Mme Vallaud :

    https://www.youtube.com/watch?v=Iyr5YF1t2pA

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Lettre type de l’inspection académique pour faire pression sur les parents qui auraient décidé de participer aux Journées de Retrait de l’école 2014 :

    Madame, Monsieur,

    En réponse à votre courrier du …, je vous rappelle que les élèves ont une obligation d’assiduité scolaire dès lors qu’ils sont inscrits dans un établissement d’enseignement scolaire.

    Je dois attirer votre attention sur l’importance de respecter cette obligation : seule une participation assidue à la classe permet à l’enfant de s’intégrer et de tirer profit des apprentissages.

    En outre, le non-respect de l’obligation scolaire fait encourir aux personnes responsables de l’élève le risque de sanctions pénales que je dois vous rappeler.

    Conformément à l’article L. 131-8 du code de l’éducation, lorsqu’un enfant manque momentanément la classe, les personnes responsables doivent, sans délai, faire connaître au directeur d’école les motifs de cette absence. Il est important que les absences d’un élève fassent l’objet d’un dialogue entre la famille et l’institution scolaire.

    Certains motifs d’absence sont légitimes au regard de la loi. Ils sont énoncés limitativement par l’article L. 131-8 : maladie de l’enfant, maladie transmissible ou contagieuse d’un membre de la famille, réunion solennelle de famille, empêchement résultant de la difficulté accidentelle des communications, absence temporaire des personnes responsables lorsque les enfants les suivent.

    Les raisons exposées dans votre courrier ne relevant pas des motifs
    légitimes rappelés ci-dessus, je pourrais être amené à saisir le directeur académique des services de l’éducation nationale.

    En cas de manquements à l’assiduité scolaire sans motif légitime ni excuses valables, les personnes responsables de l’enfant s’exposent à un avertissement du directeur académique des services de l’éducation nationale avec convocation à un entretien et rappel des sanctions pénales applicables conformément aux articles L. 131-8 et R. 131-7 du code l’éducation.

    De plus, conformément à l’article L.131-9 du code de l’éducation, le directeur académique des services de l’éducation nationale peut saisir le procureur de la République des faits constitutifs de l’infraction prévue à l’article R. 624-7 du code pénal : le fait de ne pas respecter l’obligation d’assiduité scolaire sans faire connaître de motif légitime ou d’excuse valable ou en donnant des motifs d’absence inexacts est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4ème classe

    Il serait regrettable, pour la bonne scolarité de votre enfant, qu’il soit nécessaire d’engager ce type de procédures. C’est pourquoi je me tiens à votre disposition pour entendre vos préoccupations et témoigner de la volonté de l’institution scolaire d’assurer à votre enfant les meilleures conditions de scolarisation.

    Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de ma considération distinguée.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le groupe de pensée Terra Nova, s’attaque au principal syndicat
    enseignant qu’il juge vouloir défendre ses intérêts au détriment des
    élèves (suite à la loi sur l’étalement du temps scolaire et aux
    difficultés à réformer en ce sens) ainsi que d’une collusion trop forte avec l’Etat:
    Figaro du 06/03/2014

    Pour
    une fois que la gauche s’attaque à son électorat pour faire quelque
    chose de bien… Allez, encore un peu de courage, ce n’est qu’un début.

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Les Académies sont en train de se soucier des absents « inhabituels » dans les écoles. Elles organisent en fait la délation des Journées de retrait de l’école de Farida Belghoul sans le dire directement. Les délateurs doivent comprendre les messages d’eux-mêmes et signaler toutes les absences « non justifiées ». Certains instits qui ne comprennent pas le message sont en train de répondre en masse. En effet, même si légalement ils doivent le faire, cet usage est tombé en désuétude tant le travail serait conséquent. Dans la pratique, les instits signalent uniquement les cas qui posent un grave problème social. Aujourd’hui, les familles qui veulent protéger leurs enfants des enseignements de genre, sont considérées comme un grave problème social. Et les inspections académiques réactivent ce dispositif pour les briser. Les instits vont-ils collaborer ? Les syndicats, mouillés dans l’affaire, vont certainement les y pousser…

  9. Commentaire de Hadda Bachir:

    la France est foutue. Ce sera pire que Sodome etGomorrhe

  10. Commentaire de kasimar:

    Laissez tomber Leonidas, ça fait belle lurette que la féminisation de l’éducation nationale a fait des dégâts au sein de notre société. C’est généralement les hommes féminisés les pires ennemis de l’homme libre, les pires kapos. Il faudra bien un jour, eux aussi les mettre aux faits de leur responsabilités.

  11. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Un syndicat enseignant SE UNSA, lutte pour l’avortement et l’indifférenciation des jouets pour les enfants :

    SE Unsa blog 30/01/2014

  12. Commentaire de Léonidas Durandal:

    SE UNSA en rajoute une couche en défendant l’ABCD de l’égalité :

    ABCD : pour la généralisation dès 2014, blog UNSA.

    Il faut effectivement abattre cette école.

  13. Commentaire de kasimar:

    @gastiradPas mal la métaphore de la grenouille. Faut croire que le malin est un fin mathématicien, car j’ai remarqué une certaine exponentialité dans l’augmentation de la perversion, de l’injustice… de cette société. On sent qu’ils passent à la vitesse supérieure, la censure n’est pas loin. A moins que le peuple ne reprenne(enfin) son destin en main. Car j’ai remarqué que monsieur ou madame tout le monde commence de plus en plus à se réveiller. Et c’est tant mieux 😀

  14. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le cabinet ministériel tente de s’arranger avec les syndicats pour publier une charte de soutien à l’ABCD de l’égalité et à la théorie du genre :

    Valeurs actuelles du 06/02/2014

  15. Commentaire de gastirad39:

    « La
    théorie du genre ça n’existe pas »

    Tout arnaqueur, pris la main dans le pot de confiture,  défend la « non existence  du délit ».

    « Mais, je suis innocent ! J’ai trouvé ce pot déjà
    ouvert, par un autre ! Le couvercle est là ? …

     Ben,  j’ai pas bougé ! … »

    La théorie du genre n’est pas  qu’une théorie. C’est  à la fois une méthode et un système mis en
    pratique depuis plus d’un siècle. La théorie du genre, c’est le dernier avatar
    d’un féminisme qui nie , contre toute évidence, le partage des rôles sexués
    dans la société.

    Ainsi, le pouvoir peut facilement dresser les femmes contre
    les mecs et diviser le peuple. Pour noyer davantage le poisson, il restait à
    atomiser encore plus la société, en étendant le concept aux homos, toujours au
    nom de l’égalité.Conclusion : les femmes valent les mecs (et en mieux),
    les homos valent les autres (et en mieux). Les catégories n’existent pas. Vive
    les individus.

    L’hétérosexualité pousse les femmes et les hommes à
    s’entendre !

    Et bien combattons les hétéros pour mieux émietter et
    contrôler la société !

    Comme si des centaines de Dr Knock avaient décidé que tout
    bien portant est un malade qui s’ignore ! Donc tout hétéro est un homo,
    bi, trans, polygame … qui s’ignore !

    S’engager résolument sur cette voie serait « un progrès
    décisif », la « solution finale » de nos problèmes de
    société !La théorie du genre, ça n’existe pas , mais on nous forcera
    à l’appliquer par la  méthode  de la
    marmite aux grenouilles !

    Cela consiste à mettre des grenouilles dans une grande
    marmite, qu’on chauffe très progressivement, 1 ou 2 degrés à la fois.

    Au début les grenouilles sont contentes et se prélassent.
    Pas question de se sauver !

    Bientôt, elles deviennent somnolentes. Puis, la température
    montant toujours, elles s’agitent, mal à l’aise. Certaines, sentant le danger
    et encore vigoureuses sautent hors de la marmite. Mais la plupart ont perdu
    trop de forces et ne parviennent pas à réagir et à se sauver, bien qu’elles en
    aient de plus en plus envie !

    Brusquement on monte à ébullition : les grenouilles
    sont cuites !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription