Accueil » Hommes et femmes alliés » Les USA s’organisent enfin contre les briseuses de couple.
Antiféminisme Aimeles

Les USA s’organisent enfin contre les briseuses de couple.

Publié le 8 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 21 h 10 min

Loin des clichés féministes qui voudraient voir dans les hommes et les femmes des êtres au comportement indifférencié, la femme américaine sait très bien combien un homme peut être fragile face à une autre femme. Imaginez combien il faut d’abnégation pour construire un couple qui dure, surtout dans notre monde moderne. Quand elles ne sont pas devenues ces working pintades dégénérées à la sauce New Yorkaise, ces femmes là y croient et elles veulent défendre leur idéal. Elles savent combien un homme peut être culturellement et naturellement tenté par de nouvelles conquêtes, plus jeunes, d’autres femmes que sa femme, combien le désir de multiplier les conquêtes est ancré dans la psyché masculine. 131108adultere3

 

 

Est-ce un « cliché phallocrate » que de défendre une telle idée ?

 

 

Il me semble que c’est même l’inverse, une forme de reconnaissance du pouvoir et des désirs féminins. Mais le pouvoir des femmes en ce domaine, ne sert pas les intérêts féministes, alors… il faut le taire. Pire, il faut y voir une caricature réactionnaire. Dès lors, personne n’a le droit de dire sans passer pour un rétrograde, combien de nombreuses femmes peuvent aisément manipuler la plupart des hommes, en jouant sur certains ressorts qui ont trait au sexe, à l’apparence de la fragilité, à l’indépendance d’esprit sans morale. Un pouvoir tout à l’opposé de celui des hommes, mais qui n’en est pas moins fort.

 

 

Quant aux hommes.

 

 

La quasi totalité des espèces animales fonctionnent avec un mâle qui a la fâcheuse tendance à multiplier les partenaires, il y a peut-être une raison. Dans ce cadre « animal », l’homme semblait avoir atteint un stade supérieur au sein de l’évolution. Il était devenu monogame. Mais la tentation régressive n’était jamais loin.

 

 

Une époque d’animaux.

 

 

Depuis quelques temps, cette tentation s’est démultipliée. Le laisser-aller sexuel de mai 68 et le divorce de masse a augmenté la violence sociale. Désormais, les femmes se partagent les bons partis de manière acharnée, laissant les autres sur le bord du chemin, gardant jalousement leur petit lopin de mec tout en lorgnant sur celui des autres. Enfin je parle des femmes qui sont encore assez stables pour désirer fonder une famille. Les autres, ben il leur faudra beaucoup d’amour avant de faire quelque chose de positif dans leur vie.

 

Au nom du tout libertaire, les femmes honnêtes ont donc été mise en défaut par un système encourageant à la tromperie. Les femmes malhonnêtes ont pu se comporter comme les petits animaux qu’elles étaient redevenues, en allant nicher dans un nid qui n’était pas le leur, satisfaisant parfois des pulsions à la limite de l’inceste (« je prends le père de famille d’une autre, je transfère mes problèmes de jalousie avec ma mère sur une autre femme »). Et ne parlons pas des dégâts sur les enfants.

 

La femme américaine se défend du modèle français.

 

Devant le marasme, les femmes américaines honnêtes ont décidé de s’organiser. Quand nous devons faire face à Gleeden en France, site internet de rencontre monté par des Français aux USA et qui encourage aujourd’hui au nom respect de la loi française en favorisant les rencontres adultérines, les femmes américaines honnêtes ont décidé de se défendre en dénonçant les putains qui leur ont piqué leur mari. 131108adultereEt comme Américains et Américaines ne lésinent pas quand il s’agit d’agir, ces dernières publient sur le site shesahomewrecker.com, les photos de la coupable avec moult textes et descriptions qui révèlent le vrai visage de la femme concupiscente. Elles traquent la coupable dans son Etat de résidence ce qui permet de prévenir les autres victimes potentielles, efficacité américaine oblige.

 

 

L’homme peut être une victime.

 

 

C’est vrai, les hommes qui quittent leur femme pour aller fonder un foyer ailleurs, ne valent pas beaucoup plus que ces briseuses de couple, mais comme j’aime à le répéter, il est facile d’appuyer sur le point faible des hommes puis de mettre dos à dos hommes et femmes en parlant d’égalité là où elle n’existera jamais.

 

 

Lire la suite

4 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “L’amour n’a pas d’âge? C’est non!”, L’Express du 31/05/2018.

    ” la tyrannie de la jeunesse ampute le cerveau des hommes et les ramène à l’adolescence… Ce qui n’est pas du tout, mais alors du tout, 2018. Mettez-vous à la page les gars. “

    Vincent Cassel aurait peut-être dû se mettre avec une fille 30 ans plus âgé que lui… mais 81 ans, le fruit aurait été mûr.

    Enfin. Une gauchiste qui se prononce contre le divorce, ça fait quand même plaisir.

    • Commentaire de femmede@pourvoir.bt:

      Monsieur Léonidas,

      Cher Léo,

      L’amour est un “piège chimique” tendue par dame nature pour que nous nous accouplons. L’amour c’est un bain hormonal délicieux qui revient effectivement a amputé le cerveau ou du moins a altéré les fonctions cognitives.

      La suite est connue :

      Une progéniture.
      On éjecte le mâle (1 chance sur 2).
      La femelle récupère le nid.
      Une partie des biens.
      Et pour 20 ans, entre 10 et 30% des revenus du mâle.

      C’est patriarcat et oppression des femmes se me semble.

      Heureusement les femmes ne sont pas hypergames, la famille se porte bien, les taux de natalité sont au beau fixe.

      Non l’amour n’a pas d’âge.

       

       

       

       

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “”J’AI TOUT QUITTÉ POUR UNE AUTRE FEMME””, Marie-Claire du 06/2011.

    C’est vrai que c’est un peu pitoyable, tous ces hommes qui se laissent aller et cassent tout autour d’eux. En même temps, nous sommes dans une telle société de la destruction sexuelle qui encourage ces comportements, d’une telle faiblesse, qu’il faut aussi comprendre cette médiocrité.

  3. Commentaire de kasimar:

    et s’il y a bien un combat que devrait reprendre nos féministes si
    elles n’avaient jamais défendu les femmes, ce serait celui-là. En
    attendant une réaction…Ne vous y trompez pas, les féministes ont toujours valorisé les vices des hommes sous couvert d’égalité. En tout cas la tournure qu’a pris le féminisme est celui-ci. Violence, adultère, fumer et boire excessivement. Ne comptez surtout pas sur ces gens-là pour décourager les hommes à la tromperie.En plus elles dénoncent réellement le cocufiage, en revanche elles encouragent plutôt les femmes par le saint “droit de disposer de son corps” à coucher à droite à gauche, et pourquoi pas à tromper son homme.D’autre part, l’adultère a toujours existé de part et d’autre depuis que le monde est monde, bobonne à la maison en 1940 avait son propre amant et n’hésitait pas à s’envoyer en l’air en l’absence de son homme. Le problème est que nous sous estimons totalement la capacité à tromper son homme de la femme, ce qui est une erreur relative.Finalement le mythe de la mère ou de la putain résume bien le cas des Américaines encore pour certaines de bonnes épouses et la putain briseuse de couple en France, même si il y a des deux de part et d’autre de l’Atlantique.

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.