Accueil » Archives pour la catégorie 'Hommes et femmes alliés'
AIMELES Antiféminisme

Hommes et femmes alliés

Elle traîne son père sur 1200km en vélo

Publié le 25 mai 2020 par Léonidas Durandal

Ô horrible domination patriarcale. Et en Inde, un pays arriéré, vous vous rendez compte, un de ces systèmes archaïques qui profite encore de la situation précaire des femmes pour les exploiter (mais où des hommes sont lynchés suite à des soupçons de viol). Dans ce presque continent, le coronavirus a été l’occasion de nous démontrer encore une fois, combien les hommes sont des monstres, les pères en particulier.

L’un de ces hommes donc, qui vivait misérablement en tirant un pousse pousse, énième martyre d’un universel exode rural, chair à canon de bourgeois à bonne conscience qui commencent à pulluler là-bas aussi, s’est vu privé de toute ressource durant le confinement dû au covid19. Et comble du malheur, blessé, il ne pouvait retourner se réfugier en vélo dans son village natal. Il ne lui restait plus qu’à crever sur place. Jusque là, une banale histoire d’homme exploité par toute la société.

Mais voilà que sa fille de 15 ans sous emprise, a enfourché son vélo et a accepté de le ramener à la terre des origines, sur le porte bagage. Le père doutait qu’un tel voyage de 1200 km fut possible. La fille a insisté. A aucun prix, elle ne le laisserait tomber. Emporté par l’enthousiasme de sa jeunesse, coincé aussi, il lui fit confiance et ils commencèrent tous les deux leur improbable voyage, lui derrière et elle, devant.

Pendant qu’elle multipliait les coups de pédale, il la ménageait en blaguant à l’arrière, tâchant de lui apprendre à mesurer ses efforts, lui faisant profiter de son expérience de forçat de la route, tandis qu’inconsciemment, ses gènes la portait, mais aussi toutes les leçons de courage qu’il lui avait donné au quotidien. Sans le sou, ils ne pouvaient traîner en chemin. Il leur fallait donc accomplir cet exploit en une semaine, pas moins.

Le premier jour, elle fut portée par le souffle de vie. Elle entrevit la lumière et les ombres de son périple. Mais elle tînt bon. Le deuxième jour, le soleil les réconforta, et tous deux remercièrent le ciel de leur avoir permis d’arriver jusque là. Il y eut un soir d’espérance, il y eu un matin de courage. Le troisième jour, les eaux d’en haut se séparèrent du ciel et vinrent en bas. Il eut peur. Elle ne douta pas. Juste avant le coucher du soleil, des passants leur donnèrent des fruits et ils sentirent qu’ils pouvaient continuer. A la nuit tombée, levant les yeux vers le ciel, ils virent un ciel lavé de toute pollution grâce au confinement, et les luminaires que Dieu a créé leur parurent éclatants comme jamais. Ils se rapprochaient d’une nature qu’ils avaient oubliée à New Dehli et ils sentirent que c’était bon. Au matin, même constat, le soleil, le ciel bleu leur parlait parce qu’ils étaient clairs. Le cinquième jour, une nuée d’oiseaux et de volatiles en tout genre leur apparut comme autant de signes d’espérance. Il leur en fallu parce qu’éloignés de tout, ce fut l’étape la plus dure. Mais déjà le soir venait et des gens de leur caste insistèrent pour les accueillir. Le lendemain, comme si ceux-là comprenaient d’instinct leur dénuement, ils leur donnèrent aussi un peu de viande pour refaire leurs forces vives. Décidément, ce voyage devenait de plus en plus étrange. Au fur et à mesure qu’ils avançaient, ils surent comme d’une prémonition qu’il y avait du bon en ce monde. Au septième jour, ils arrivèrent en héros. La nouvelle de leur folie les avait précédés, et tous les journaux du pays les célébrait. Puis celle-ci se répandit aux quatre coins de la terre.

Arrivée dans notre pays, la suite en pâlit. L’histoire fut revisitée de fond en comble par nos journalistes perclus de féminisme. Ils essayèrent d’abord de nous détourner de l’essentiel par la récompense que la petite en recevrait. Celle-ci avait conquis son indépendance en gagnant la possibilité d’être sélectionnée dans l’équipe nationale de cyclisme, en Inde, très réputée comme chacun le sait. Quel avenir ! Il nous fut épargné, tout juste, qu’elle allait pouvoir se libérer de son environnement traditionnel toxique ! Mais comble de la révision historique, la journaliste qualifia cette jeune de « migrante », en son propre pays, juste pour compléter cette esquisse humaine plaquée sur les ratés de nos propres sociétés.

En second lieu, l’article n’évoquait pas du tout les motivations de la petite. S’il faut « >

Lire la suite

Pages : 1 2

Soyez le premier à laisser votre commentaire

La famille avant le travail, c’est plus rentable

Publié le 10 mars 2020 par Léonidas Durandal

Si un jeune tombe par hasard sur cet article, qu’il n’a pas le temps de me lire, ou pas les moyens, alors je lui conseille de ne retenir que cette seule idée : qu’il fasse toujours passer sa famille avant toute considération matérielle. Et par là même, qu’il fasse toujours passer les considérations spirituelles avant les considérations matérielles, s’il veut réussir sa vie.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5

12 commentaires. Participez à la conversation

Seuls les hommes antiféministes aiment les femmes

Publié le 30 décembre 2019 par Léonidas Durandal

Le constat est sans appel. Quand un article concerne les femmes, les relations hommes femmes, il est beaucoup moins relayé que n’importe quel article politique. Je me suis encore fait la remarque en visionnant le dernier numéro « d’interdit d’interdire » de Frédérique Tadéï sur les dénonciations publiques d’hommes organisées par les féministes. Résultat, deux à trois fois moins d’audience que sur les sujets de politique générale. Même si la culture intéresse encore moins les internautes, il faudra tout de même en conclure que les hommes ne se sentent pas spécialement concernés par cette politisation de l’intime. L’immense majorité des hommes est indifférente à son sort, sort dont décide les femmes sur ces mêmes plateaux.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4

Soyez le premier à laisser votre commentaire

Apparemment non. En s’interrogeant sur le parcours d’une fille mère au Smic qui se plaignait à Emmanuel Macron, Julie Graziani a soulevé un lièvre  : une femme peut-elle être considérée comme responsable de ses choix de vie en France ? Devant l’ampleur des critiques qu’elle a essuyées suite à son questionnement, nous pouvons y répondre aisément : non, non et encore non.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

9 commentaires. Participez à la conversation

Entreprendre au féminin

Publié le 13 septembre 2016 par Léonidas Durandal

Oubliez les discours féministes, qui vous invitent à penser qu’en tant que femme, vous pouvez faire aussi bien qu’un homme dans les mêmes secteurs. Sortez de l’enfance. Vous voulez faire de l’argent ? Alors fini le temps où vous vous berciez d’illusions en écoutant vos professeurs marxistes vous expliquer comment vous pouviez réussir dans l’économie libérale. Je vais vous donner quelques vraies clefs qui vous permettront d’avancer.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

24 commentaires. Participez à la conversation

Nolwenn

Publié le 30 juin 2016 par Léonidas Durandal

Dans le monde, tout n’est pas laid. Il y a Nolwenn. Il y a ses longs cheveux qui font femme quand toutes essaient d’échapper à leur sexe, ou de trop en faire. Il y a ses lèvres rouges comme la pudeur, les yeux bleus, d’un peuple qui a tant regardé la mer qu’il en a pris les couleurs. L’héritage lourd de sens la porte plus loin que sa voix, l’humilité des gens extraordinaires qui savent garder les pieds sur terre. Elle passe et sa robe avec elle m’évoque plus que ce qu’elle n’est, une tradition, une tenue, une fierté, un peu du vol des oiseaux jouant au milieu des arbres, mais comme s’ils s’étaient tus pour laisser à l’inconnu que je suis, la certitude qu’il existe. Certaines femmes ne font rien, si ce n’est nous donner le sentiment que nous sommes vivant. Seul Dieu fait mieux. Lire la suite de cet article »

Pages : 1

7 commentaires. Participez à la conversation

Comment les femmes choisissent l’homme de leur vie ?

Publié le 14 juin 2016 par Léonidas Durandal

Les cas sociaux engendrent les cas sociaux et les familles qui réussissent des familles qui réussissent, sauf exception.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3 4 5 6

82 commentaires. Participez à la conversation

(Statistiques) L’engagement et la dépendance rendent heureux

Publié le 28 juillet 2015 par Léonidas Durandal

Une étude scientifique australienne (1) regroupant les réponses de 31 000 personnes des deux sexes nous confirme que le bonheur en couple est surtout une question de clichés de bon sens.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

3 commentaires. Participez à la conversation

GPA : notre pays esclavagiste des enfants

Publié le 4 juillet 2015 par Léonidas Durandal

Frères, l’esclavage est de retour dans notre pays. Frères, les mots me manquent pour décrire l’horreur. Frères, sommes-nous encore frères ? Si nous le sommes, nous ne le sommes plus par la loi puisque la plus haute juridiction de mon pays vient d’autoriser sa transgression. Plus que jamais, il y a les puissants et le reste. Aujourd’hui, emportés par leur sauvagerie, ceux-là viennent de réouvrir le marché des esclaves. Il sera paraît-il éthique ? Il n’y a pas d’esclavage éthique.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1

25 commentaires. Participez à la conversation

Réussir son couple : le Contrat de co-parenté

Publié le 3 décembre 2014 par Léonidas Durandal

Faites lire cela à votre compagne actuelle, en lui disant que vous avez trouvé ça sur un blog et en lui demandant ce qu’elle en pense. Sa réaction devrait être parlante. Si vous êtes deux personnes raisonnables, et si vous désirez vous engager ensemble, après mûre réflexion, elle devrait être d’accord pour le signer.

Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2 3

42 commentaires. Participez à la conversation

(Vidéo) Conseils aux jeunes femmes qui refusent d’être violées

Publié le 2 décembre 2014 par Léonidas Durandal

Les femmes d’aujourd’hui n’ont plus de pères. Elles n’ont que les féministes pour leur donner de mauvais conseils. Elles risquent ainsi le viol à cause de ces dernières. Comment retrouver son bon sens ?

Attention sur Rutube, la vidéo a été interdite au moins de 18 ans. Il faut donc certifie que vous en avez plus de 18 en cliquant sur la phrase à l’écran :

 

Sinon, la vidéo est disponible sur Dailymotion (pour l’instant) :
Lire la suite de cet article »

Pages : 1

16 commentaires. Participez à la conversation

(Vidéo) L’exemple d’un sacrifice par amour

Publié le 1 novembre 2014 par Léonidas Durandal

On se met en couple bien souvent avec les gens que l’on côtoie. Ici, une gardienne de prison s’est engagée avec un détenu. Elle n’a pas hésité à abandonner son métier pour lui. 

Si la vidéo a été désactivée sur Rutube, essayez sur Youtube :

Lire la suite de cet article »

Pages : 1

Soyez le premier à laisser votre commentaire

L’heure est grave, assez grave pour qu’on donne toute latitude à Farida Belghoul qui a seul pouvoir aujourd’hui de faire mordre la poussière à cette bande d’indifférenciateurs. Même si vous n’avez pas d’enfant, je vous invite donc à adhérez à la FAPEC. 20 euros en moins sur votre compte en banque à la fin de ce mois, vous ne serez pas plus pauvre de toutes les manières.  Par contre, si nous sommes assez nombreux, nous pouvons lui donner une vraie marge de manoeuvre. Et à coup sûr, elle saura l’utiliser à bon escient.  En avant !

Lien pour adhérer : http://adhesion.fapec-france.fr/
Si vous n’êtes pas encore convaincu, voici le message initial de la FAPEC.

ADDENDA : suite à la fermeture de la plate-forme de paiement de la Fapec, il faut désormais envoyer l’adhésion par courrier : http://jre2014.fr/wp-content/uploads/2014/08/bulletinAdhesion.pdf

Pages : 1

3 commentaires. Participez à la conversation

Une femme vous explique les femmes : conversations sur Youtube.

Publié le 23 janvier 2014 par Léonidas Durandal

Isabelle suit depuis un bon moment mes vidéos. Du côté Chrétien de la force, elle répond ici à Ophélie S,  jeune étudiante qui développe tous les clichés possibles et imaginables sur la femme moderne (indépendance, travail, viol, oppression…). Voici un point de vue qui a le mérite de la clarté :

A  Ophélie .S
Ah le viol ! T’ en remets une couche ? Le viol est l’obsession typique des sociétés féminisées qui crèvent du manque de puissance masculine. Lire la suite de cet article »

Pages : 1

24 commentaires. Participez à la conversation

Les USA s’organisent enfin contre les briseuses de couple.

Publié le 8 novembre 2013 par Léonidas Durandal

Loin des clichés féministes qui voudraient voir dans les hommes et les femmes des êtres au comportement indifférencié, la femme américaine sait très bien combien un homme peut être fragile face à une autre femme. Lire la suite de cet article »

Pages : 1 2

6 commentaires. Participez à la conversation