Accueil » Confusion des sexes » « L’homophobie en vérité », Philippe Arino : le masque et le cœur.
Antiféminisme Aimeles

« L’homophobie en vérité », Philippe Arino : le masque et le cœur.

Publié le 28 février 2014 par Léonidas Durandal à 10 h 59 min

Le masque est au centre de la pulsion homosexuelle. Blessée par des sentiments contradictoires, la personne à pulsions homosexuelles tente de cacher ses mouvements intérieurs tumultueux derrière une façade de bon aloi. Mais ce subterfuge l’écorche au plus haut point. En retour, elle accuse la société d’être la cause de cette obligation. Elle hésitera tout le temps entre assumer ouvertement ses sentiments, être claire avec elle-même et les autres, ou bien jouer un rôle. De nos jours, les jeunes imbéciles s’identifiant à la souffrance de cette double identité homosexuelle, voudraient que la société accède à tous les désirs de ceux qui ont refoulé totalement leur souffrance en direction de la société (lobby LGBT). Ces jeunes perçoivent la blessure de ces militants, et c’est tout à leur honneur, mais ils ne sont jamais allés au-delà du masque. Ce faisant, ils ont une image idéalisée de l’homosexualité, et ce quiproquo, loin d’aider la personne à pulsions homosexuelles, la pousse d’autant plus à jouer ce double jeu, et à souffrir en retour. Cette personne homosexuelle qui n’a pas su accepter sa blessure intérieure va donc se mettre à haïr tout aussi bien la personne qui la méprise que celle qui l’idéalise et en cela, elle n’échappe pas au commun. Le mépris et l’idéalisation sont l’envers d’une même pièce qui enferme les personnalités.

Je me souviendrai toujours de ce couple de lesbiennes dont l’une avait un enfant et que nous avions rencontrées avec un copain au hasard de la vie. Dans un cadre festif, nous avions dû nous écarter du groupe pour aller chercher quelque nourriture à l’arrière de leur fourgon. Mon ami, encore plus progressiste que je ne pouvais l’être à l’époque, s’était mis à leur parler comme à un couple d’homme et de femme. Jouant les grands princes, il ajoutait du normal à ce qui ne l’était pas. L’une des filles, la bisexuelle du couple le remit vertement à sa place. Et je crois qu’il est passé sur l’incident sans jamais comprendre ce qui lui était arrivé. Pour ce professeur, une lesbienne en couple et avec une enfant était forcément quelqu’un qui n’avait pas d’histoire particulière dans la vie, et même qui devait être particulièrement épanouie. Or son attitude désinvolte la renvoyait au père démissionnaire, à l’homme qui accepte tout, qui fuit, l’homme inutile et évanescent. Ce comportement était proprement insupportable pour cette fille qui avait manqué de père et dont la blessure transpirait de partout.

Cette petite histoire pour dire que le naïf progressiste qui ne voit que le masque chez une personne homosexuelle est encore plus blessant et plus loin de la vérité que ne peut l’être une autre particulièrement homophobe.

Et Philippe Arino dans tout cela ?

Lui-même ayant ces pulsions homosexuelles, fréquentant toujours ce milieu, ayant vécu en couple, Philippe Arino cherche à expliquer ce qui se trouve au-delà du masque. Il tente le pari d’expliquer au monde la réalité du sentiment homosexuel et la culture attachée à ce milieu, au-delà des apparences. Il mise sur notre intelligence à nous tous. En écrivant ses livres, il s’adresse aux personne du lobby LGBT en leur demandant d’assumer leurs sentiments intérieurs pour ce qu’ils sont. Il s’adresse aussi à tous ceux qui méprisent les personnes à pulsions homosexuelles, qu’ils soient progressistes ou autre, pour leur faire accepter la réalité de ce sentiment dans ce qu’il a de contradictoire pour l’être. Il ouvre des perspectives de vie pour nous tous, pour le vivre ensemble. Jetant le masque des hypocrites, il le foule aux pieds pour que nous puissions tous nous adresser les uns aux autres de cœur à coeur, en humanité.

 

 

 

(Ne pas prêter attention aux quelques premières pages du livre et au style haché oral auquel on s’habitue vite et qui s’améliore bien quand on avance dans le livre)

 

Extraits

 

p16 :
Le journaliste : « Vous voulez dire que les personnes qui se comportent le plus mal avec les personnes homosexuelles sont les pro-homosexualité ??? »
Philipe Arino : « Constat infaillible mais qui pourtant surprendra : les personnes homosexuelles ne s’attaquent qu’elles-mêmes et qu’entre elles. Des personnes non homosexuelles homophobes, je n’en connais pas ! « Y’a pas plus folles que les folles qui détestent les folles » avoue avec une lucidité cynique Jacques Nolot dans son film La Chatte à deux têtes (2002). En vérité, seules les personnes mal dans leur sexualité, bisexuelles, homosexuelles refoulées mais aussi homosexuelles « assumées » et pratiquantes, s’en prennent aux personnes homosexuelles. Par expérience on découvre à maintes reprises que ceux qui “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

12 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Aux Etats-Unis, la “gay panic” permet toujours d’éviter la prison pour le meurtre d’un homosexuel”, L’Obs du 01/05/2018.

    Effectivement, vous avez des circonstances atténuantes si une personne cherche à bouleverser vos repères identitaires.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Canada : 6 corps retrouvés dans un jardin, un “serial killer” d’homosexuels inculpé”, L’Obs du 09/02/2018.

    Oulala, encore un tueur de pédé qui est pédé. Quelle surprise.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “États-Unis: démission d’un élu anti-LGBT, surpris avec un homme dans son bureau”, L’Express du 19/11/2017.

    Comme si une personne à pulsions homosexuelles devait nécessairement être de gauche. Comme si de nombreuses personnes à pulsions homosexuelles n’étaient pas justement d’ardente défenderesses de la famille traditionnelle eu égard à leur vécu. En matière d’homophobie, la gauche aura toujours une longueur d’avance.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Un médecin explique sur Facebook un diagnostic difficile sur un patient homosexuel et se retrouve devant le Conseil de l’ordre pour homophobie !”, RITV du 04/01/2017.

    Caractéristique des homophobes qui ne veulent pas accepter l’image de l’homosexualité telle qu’elle est. La pénétration annale d’un homme les révulse et ils ne veulent surtout pas qu’il soit fait mention de l’homosexualité, en vérité. Voilà pourquoi ils condamnent ce médecin.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Le mariage gay serait-il homophobe ?”, LBP du 01/07/2015.

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Georgio Armani pense que les homosexuels doivent être dignes”, NDF du 22/04/2015.

    Quand l’époque est au sérieux économique, les gays font la fête. Quand le monde devient vain, les gays deviennent sérieux.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Philippe Arino explique aux dirigeants LMPT comment leur stratégie de la collaboration idéologique nous a mené à un tel échec politique :

    “Philippe Arino tance la manif pour tous.” NDF du 27/08/2014

  8. Commentaire de Sani Dessinateur:

    J’avais découvert le site de cet auteur, l’Araignée du Désert, dont je recommande la lecture.Je pense que l’homosexualité a pour origine le manque d’affection de personnes de son propre sexe. D’abord, il y a le manque d’affection ou l’absence du père pour les hommes et de la mère pour les femmes. Par suite, il peut y avoir une désidentification avec son propre sexe pour fuir cette relation douloureuse, le transsexualisme étant un cas de désidentification extrême. Et enfin, le manque de relation amicales avec des personnes de son propre sexe, qui peut être la conséquence d’un comportement sexué mal défini.L’individu mal aimé, plus ou moins désidentifié de son propre sexe n’arrive pas à accéder à la maturité affective et à la complémentarité, et ses pulsions homosexuelles sont des tentatives pour réparer ces blessures profondes, remontant à l’enfance. Mais comme la seule sexualité ne peut remplacer l’amour d’un parent ou d’un(e) ami(e), de nombreux homosexuels n’arrivent pas à soigner ces blessures et à atteindre l’hétérosexualité. D’une certaine façon, les homosexuels sont des personnes qui n’arrivent pas à grandir.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      Vos commentaires m’arrivent bien, mais je ne sais pas pourquoi je dois les approuver pour vous alors que lorsque j’en ai approuvé un, normalement, tous les autres doivent l’être aussi. Je ne comprends pas. Toujours est-il que je reçois vos messages, et qu’il n’est pas utile de les publier plusieurs fois.

      • Commentaire de Sani Dessinateur:

        Veuillez m’excusez, j’ai posté plusieurs fois mon commentaire pour des problèmes de mise en forme, j’ai maintenant compris comment fonctionnent les balises, bien que je n’arrive pas à créer plusieurs paragraphes.

        • Commentaire de observateur:

          La seule méthode que j’ai pu trouver pour faire des paragraphe c’est de désactiver sélectivement le javascript a l’aide de l’extension noscript.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle