Accueil » Retour sur nous » Mariage « pour tous » : un satisfecit pour Mme Frigide Barjot, et un énième bonnet d’âne pour les groupes d’hommes.
Antiféminisme Aimeles

Mariage « pour tous » : un satisfecit pour Mme Frigide Barjot, et un énième bonnet d’âne pour les groupes d’hommes.

Publié le 11 février 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

« Il passa la nuit à prier Dieu. »

Luc 6 12

 

Mme Barjot représente tout ce que je déteste chez une femme. Cette capacité à déformer la réalité, à présenter une idée pour qu’on ne la reconnaisse plus, à faire jouer des solidarités entre minorités pour constituer une majorité et à écraser tout devant elle, toute contestation en ayant l’air d’une nunuche (fêtarde). Mme Barjot fait partie du cirque médiatique, et les gens s’y sont laissés prendre, et pour éviter de se révéler pour ce qu’il est, le cirque médiatique a dû lui donner la parole. En cela, elle a réalisé un travail incroyable. Elle a largement surpassé Mme Boutin, qui pourtant, lors du combat contre le Pacs, n’avait pas démérité en jetant toutes ses forces dans une lutte déséquilibrée. Elle l’a surpassée car elle a réussi à faire trembler le golem et elle l’a raidi, révélant sa nature impitoyable derrière des dehors libérés (elle et le golem). Elle a permis de structurer une opposition qui renaîtra plus forte car aguerrie, dans une génération, quand ceux qui ont manifesté dans les rues avec leurs parents, auront grandi. Et elle l’a fait en utilisant un noyau très fort de catholiques qu’on disait morts. Le mariage pour tous a servi de catalyseur à nos communautés endormies qui avaient laissé passer trop de lois ces quatre dernières décennies, et il faut lui rendre grâce, Mme Barjot en a été une des principales médiatrices.

 

Il faut faire partie de la doxa ou être un contestataire invétéré comme moi pour saisir toute l’intelligence que Mme Barjot a su déployer tactiquement. Le quidam n’y a vu que du feu. Il n’a pas compris quel était sa place exacte, comment cette femme pouvait défendre un mouvement aussi sérieux, ils l’ont trouvé bizarre parfois, mais en dernier ressort, de tous bords, ils ont fini par la suivre. Car dans cette affaire, il ne suffisait pas d’avoir des qualités médiatiques, il fallait structurer des groupes hétéroclites et leur donner une apparence unie pour affronter un réseau institutionnel écrasant et anti-démocratique.

 

 

Du côté des hommes : beaucoup d’énergie dépensée.

 

Enfin quand je dis « ils ont fini par la suivre », pas tous. Civitas qui avait pourtant initié le mouvement, s’est laissé marginaliser. Ces derniers, dans leur combat honorable de faire passer Jésus en premier, n’ont pas su être aussi souple que Mme Barjot. Comme la tortue, ils sont partis les premiers, mais avec les certitudes du lièvre. Résultat, non seulement ils ont été bien ostracisés par le cirque médiatique, mais en plus Mme Barjot a dû participer à l’hallali et je pense que la brouille est définitive.

 

Alain Escada (Civitas) est un homme, Mme Barjot une femme, et cela n’est pas anecdotique. Le groupe médiatique visible de Mme Barjot, s’est retrouvé composé de nombreuses femmes et d’homosexuels. L’homme hétérosexuel… le président d’Alliance Vita, presque invisible. Sos Papa, Fils de France… visibilité médiatique très faible. Comme si nous étions incapables de porter des mouvements de masse, comme si la concurrence avec les femmes, nous excluait de facto des premiers rôles. Pourtant quelqu’un comme M Escada est un contradicteur extraordinaire, Camel Bechikh et Tugdual Derville (fils de France, Alliance Vita) sont loin d’être des idiots. Mais rien n’y a fait, comme si nous n’avions plus les moyens de mener nos troupes.

 

C’est vrai, c’est plus facile pour une femme. Cela ne date pas d’hier mais pour réussir désormais, il semble qu’il faille être une femme. Au front national, à la CGT, au médef, à science po ou ailleurs, les candidates sont si avantagées qu’il est quasi impossible pour un homme d’arriver à la tête d’une institution représentative, et que, pour se donner une image moderne, il faille trouver une femme dans ses rangs, Quelle que soit la compétence de celle-là. Quand on voit les femmes de notre gouvernement, on ne peut que constater à quel point le niveau de réflexion et de prise en compte d’une problématique d’un point de vue général chez celle-là, est faible. Le monstre médiatique demande des qualités féminines. Il faut avoir l’air d’avoir des idées sans avoir l’air d’être violent. Il faut plutôt être belle et jeune. Et éviter le moindre faux pas, car alors l’étiquetage est immédiat : fasciste, intégriste, extrême droite, macho, et c’est plus facile pour une femme considérée naturellement comme mesurée. Le jugement moral des journaux devrait être toujours étudié de plus près comme une forme de religion idiote, ici celle des faux-semblants et du verbiage qui avantageraient aujourd’hui les femmes, ou plutôt, que les femmes se seraient appropriés.

 

Mais « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

5 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    AHAHAH seule une femme peut faire ça ! Les folles ont essayé de la priver de parole, mais elle a su leur répondre et elles ont fermé leur clapet, au moins 20 secondes !

     

    NDF du 16/04/2013

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Cyril Brun demande à Mme Barjot de prendre ses responsabilités après la réussite sans conteste de la manif du 24 mars :

     

    NDF du 27/03/2013

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:


    Jean-Pierre Winter : « Légaliser l’homoparentalité, c’est tuer le père et la mère »

     

    Psychologies.com

  4. Commentaire de gastrad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Durandal

    Je partage ta révolte contre les injustices faites aux hommes depuis 40 ans. Je pense aussi que les Assoces de Pères sont dépassées. Elles devraient comprendre que les problèmes des hommes ne se limitent pas au divorce et sont avant tout politiques. Les anglos-saxons l’ont déjà compris. Les femmes aussi commencent à voir que le féminisme ne leur a rien apporté de valable et nombreuses sont les femmes anti féministes.

    C’est pourquoi, nos Politiqu’en tocs cherchent raccrocher d’autres groupes sociaux minoritaires (Gais et Lesbiennes)  pour conserver le pouvoir et s’enrichir sans vergogne.

    Pour moi, la situation n’est pas désespérée, car l’homme possède toujours une arme de destruction massive imparable: l’Apathie !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription