Accueil » Retour sur nous » Mariage « pour tous » : un satisfecit pour Mme Frigide Barjot, et un énième bonnet d’âne pour les groupes d’hommes.
AIMELES Antiféminisme

Mariage « pour tous » : un satisfecit pour Mme Frigide Barjot, et un énième bonnet d’âne pour les groupes d’hommes.

Publié le 11 février 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

c’est pas toujours que la faute aux journaux.

 

 

Notre incapacité à nous focaliser sur la lutte. Des vues décalées du monde.

 

Si on cherche à prêcher, inutile de lutter à plusieurs, les prêches se contrediront. La rue n’est pas un lieu de prêche surtout quand on est une minorité à l’intérieur d’un mouvement plus large, et qu’on a besoin de ce mouvement plus large pour faire avancer son combat. Il y a de fortes chances pour que l’éveil prenne du temps. La récupération de la religion par l’Etat a failli tuer l’Eglise catholique en France, et si cet état républicain veut définitivement se saborder, ne cherchons pas, à tout prix, et immédiatement, à faire monter tous les citoyens de force dans la barque de secours. Parfois une petite baignade préalable au milieu des requins, assouplis les esprits les plus rétifs et fait mieux comprendre à la communauté la nécessité de ramer en groupe que n’importe quel discours ou tentative d’abordage. Aujourd’hui, la lutte ne peut se concevoir qu’en terme d’alliances, dans la rue ou ailleurs, de renforcement intérieur et de luttes extérieures par alliances. L’enjeu des principales années à venir est de savoir si les hommes réussiront à coopérer entre eux de manière désintéressée. Des fruits de cette lutte, Dieu reconnaissant les siens, l’évangélisation ou la reconnaissance des pères se feront naturellement si nous savons combler les vides d’une société paumée, parler pour exposer nos idées et notre point de vue, au lieu d’essayer de vouloir imposer arbitrairement une théocratie ou une justice équitable de fait, en puristes, incapables de comprendre la faiblesse de ce monde.

 

 

Notre incapacité à créer des alliances fortes et crédibles.

 

Ces alliances, nous sommes incapables de les gérer en tant qu’hommes sans que nos ennemis n’aient même besoin de nous déstabiliser. Dernièrement dans le milieu de la pensée dissidente, nous avons dû subir un bien triste spectacle entre M Livernette et M Abed. Finalement ce genre d’incident me fait dire que notre pensée souffre de faiblesses morales bien grandes. Si nous sommes incapables de supporter des gens qui agissent de manière différente, si nous sommes incapables de distinguer pensée, peuples et personnes, comment pourrons-nous jamais avancer, ou avoir une quelconque crédibilité ?

Pour éviter cette confusion, en nous focalisant sur des luttes communes, nous éviterons bien des écueils et s’il doit y avoir des attitudes inexcusables et si nous devons les juger comme tel, cela devra toujours être face à des personnes qui ne respectent pas leurs propres idées, non les nôtres.

 

Les quiproquos n’ont pas besoin d’être entretenus par des services de renseignement étrangers et nationaux. Si nous ne savons pas nous faire un peu confiance, et si nous ne savons pas éclaircir nos quiproquos, la mésentente viendra immanquablement, tout comme elle viendra si nous ne savons pas nous ménager en retenant notre langue de temps en temps par des jugements qui sont des obstacles à la cause commune plutôt que de saines introspections. Pour cela, il faudra savoir nous parler, en mettant de côté nos égos surdimentionnés qui empêchent tout dialogue. Que ce soit bien clair, en parlant ainsi, je ne veux juger aucun d’entre vous. Lors de mes propres conversations sur face book combien d’erreurs j’ai commises, désirant convaincre là où il valait mieux se taire, prenant des problèmes techniques pour des volontés de nuire. Une fois, j’ai été éjecté d’un groupe de manière volontaire et sans autre forme d’explication. J’ai demandé calmement des explications qui m’ont été fournies et qui m’ont convenues. J’ai compris progressivement que s’il n’était pas toujours possible de travailler entre nous, nous n’avions rien à gagner au scandale.

Les divergences apparaissent naturellement, et les impossibilités à travailler en commun sont bien trop grandes pour ne pas se faire jour rapidement dans un dialogue suivi. J’ai également perdu quelques contacts après des articles trop provocants pour ceux qui les lisaient, ou des dialogues houleux. Combien je les comprends, et combien j’ai apprécié la discrétion de leur départ ou le constat de l’impossibilité que nous avions de discuter ensemble. C’est la vie ? Inutile de perdre du temps dans des luttes personnelles quand ces luttes restent dans un cadre privé.

 

Autre source de faiblesse : notre volonté de juger les autres au lieu de juger leurs idées. Si nous sommes dans une forme de pensée émergente et alternative, que penser de cette attitude médiocre qui consiste à discuter des personnes et non des idées ? Dans ce cadre, la pensée alternative restera une pensée médiocre qui n’émergera jamais.

 

 

Les groupes d’hommes ont encore manqué le coche.

 

 

Discutant autour de moi, faisant personnellement « >

Lire la suite

5 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    AHAHAH seule une femme peut faire ça ! Les folles ont essayé de la priver de parole, mais elle a su leur répondre et elles ont fermé leur clapet, au moins 20 secondes !

     

    NDF du 16/04/2013

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Cyril Brun demande à Mme Barjot de prendre ses responsabilités après la réussite sans conteste de la manif du 24 mars :

     

    NDF du 27/03/2013

  3. Ping de Léonidas Durandal:


    Jean-Pierre Winter : « Légaliser l’homoparentalité, c’est tuer le père et la mère »

     

    Psychologies.com

  4. Ping de gastrad:

    19b4388c1c77184616ee92adcbaeb11d

    Durandal

    Je partage ta révolte contre les injustices faites aux hommes depuis 40 ans. Je pense aussi que les Assoces de Pères sont dépassées. Elles devraient comprendre que les problèmes des hommes ne se limitent pas au divorce et sont avant tout politiques. Les anglos-saxons l’ont déjà compris. Les femmes aussi commencent à voir que le féminisme ne leur a rien apporté de valable et nombreuses sont les femmes anti féministes.

    C’est pourquoi, nos Politiqu’en tocs cherchent raccrocher d’autres groupes sociaux minoritaires (Gais et Lesbiennes)  pour conserver le pouvoir et s’enrichir sans vergogne.

    Pour moi, la situation n’est pas désespérée, car l’homme possède toujours une arme de destruction massive imparable: l’Apathie !