Accueil » Domination féminine » (Vidéo) Meurtres de femmes : les empoisonneuses
Antiféminisme Aimeles

(Vidéo) Meurtres de femmes : les empoisonneuses

Publié le 28 octobre 2014 par Léonidas Durandal à 8 h 21 min

En photo Marie-Besnard. Les Américains auront été plus justes et efficaces que les Français à la même époque…
 

 

 

Si la vidéo a été désactivée, essayez sur youtube, partie 1 :

et la deuxième partie :

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

7 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “La “veuve noire” de la Côte d’Azur condamnée à 22 ans de prison”, AFP du 18/01/2018.

    Avec les remises de peine, ils devraient laisser ressortir une psychopathe dans quelques années, parce qu’elle est une femme.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Procès de l’aide-soignante empoisonneuse à Chambéry: les proches des victimes témoignent”, Nice matin du 19/05/2017.

    Elle a fait ce que la société féminisée veut s’autoriser : tuer pour éviter d’avoir à prendre en charge spirituellement.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Hélène Jégado, la plus grande serial killeuse du XIXe siècle”, Figaro du 17/01/2017.

    Bien entendu, dans le film qui lui est consacré, la réalisatrice a voulu montrer “sa solitude car en toute femme, il y a la petite fille qui crie en elle“… invention grossière en l’occurrence.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “En Suède, les femmes ne tuent pas comme les hommes”, Figaro madame du 27/06/2016.

    Les meurtres pour nous avoir saoulé ne comptent pas.

  5. Commentaire de gastirad39:

    Durandal:  Cet article me fait penser à Erzebeth Bathory, la comtesse sanglante hongroise de la Renaissance. Une sorte de Gilles de Rais féminin qui aurait torturé et tué des centaines de victimes. Je vous signale également ce site

    http://www.ranker.com/list/famous-female-serial-killers/reference

    A noter que les femmes tueuses en série sont plus difficiles à arrêter que les hommes.  Parce que la police ne soupçonne une femme qu’en dernier ressort, ce qui laisse le temps aux tueuses d’effacer leurs traces !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle