Accueil » Enfance détruite » Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie
Antiféminisme Aimeles

Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie

Publié le 12 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

L’argent. Notre cupidité. Notre féminisme. Ces questions obnubilent notre monde. “Elle”, “Marie-Claire”, “Sciences-Po” organisent des tribunes pour les candidats, pour que les intérêts “des femmes” soient défendus. Elles veulent croquer dans la tarte, toujours plus, même en période de crise. L’économie, la famille, le bon fonctionnement de la société ne les intéressent pas.vraiment. Pour que la société fonctionne bien, il suffit de continuer à leur faire des courbettes, à les gaver de subventions, à flatter leur toute-puissance. Elles ont droit à leur égalité. Elles ont droit à leur omnipotence. Elles ont le droit de diriger la famille, la société, les enfants comme elles le veulent, mais surtout, sans en assumer les responsabilités. Elles ont le droit de tout détruire sur leur passage puisque nous sommes égaux et que c’est bon pour tous. Ne sommes-nous pas riches ?croquer.jpg

 

 

Et puis, un jeune garçon arrive. Il prend une arme. Tue, tue, tue, tue, tue, tue, tue. Il se filme en héros en train de commettre ses atrocités. Puis il est tué.

 

 

La comédie féministe ne s’arrête même pas. Cela ne la concerne pas. Cela concerne les hommes politiques, c’est la question du fanatisme religieux, ces religions d’ailleurs, qui oppressent les femmes. Les fanatiques sont croyants, “extrémistes” et finissent par tuer tout le monde à cause de ça. Les féministes, elles, luttent contre le fanatisme !

 

La majorité, satisfaite, se contente de cette explication.

 

Cependant, d’autres, qui ne sont pas féministes, de vilains petits réactionnaires en mon genre, doutent que cette réponse soit suffisante. Ils désirent aller plus loin. De manière un peu provocante, ils osent asséner un :

 

“Comment naissent les fanatiques ?”

 

fanatique1.jpg

 

On leur répond que les fanatiques religieux, c’est bien connu, regardent des vidéos “d’extrémistes” sur internet, fréquentent de vilains imams, et qu’il y en a autant chez les chrétiens que chez les musulmans.

 

 

 

Cette explication politique satisfait tous nos petits athées français féministes. Le monstre, c’est pas eux. Ce sont les fanatiques musulmans et les chrétiens. Eux, ils sont normaux. Ils sont pour l’égalité entre l’homme et la femme.fanatique2.jpg

 

 

 

Toujours plus satisfaits, ils regardent la télévision, des émissions super intéressantes où ils accumulent plein de détails sur les motivations politiques du monstre, des émissions très intelligentes, presque scientifiques, où des gens très cultivés donnent leur avis. On y parle bien, de géopolitique internationale, de banlieues, de mouvements (salafistes), d’Afganisthan, de Pakistan, de renseignements, de mamans, beaucoup de mots en “an”, et le téléspectateur moyen finit par se croire encore plus “intelligent” que la moyenne, tout en demeurant aussi perplexe au début qu’à la fin.

 

Cependant il faut bien qu’il en arrive à une conclusion ? Nos spécialistes ont bien décrit le phénomène. Au citoyen de se donner une explication avec ce qui lui reste de logique. Perdu dans toutes ces descriptions sans modèle, il en arrivera à la conclusion que c’est de la faute à tout le monde sauf… à lui. La morale n’existe plus dans notre société ? Facilement il s’assènera un : c’est la faute à l’Islam ! Ou c’est la faute à “pas de chance” ! C’est la faute d’un fou ! C’est un antisémite. Il a été manipulé ! C’est la faute de tout le monde, ou plutôt, c’est la faute de personne…

 

La réflexion est vaine sans morale. Ce que nous voudrions savoir nous est caché. Ce qui est visible, nous ne voulons pas le voir. Ce qui est caché n’existe pas. Ce qui est caché, nous nous le cachons.

 

Ici, loin des mensonges, osons enfin lever le voile social. Cette burqa occidentale, aucune loi française n’interdit de la porter en public. Au contraire, elle est devenue le seul habit que notre République moderne connaisse. Voyons ce jeune garçon issu de l’immigration, chercher des repères. Voyons-le chercher son père à travers la religion. Voyons les journaux sous-entendre que le père de cet enfant aurait lâchement abandonné sa famille pour retourner en Algérie. Et dénonçons, oui, dénonçons tous les mensonges, ceux-là même qui nous ont conduit à la situation actuelle.

 

Mohamed Merah était le fils de la France et de l’Algérie. Il était l’enfant de l’espoir algérien et de la volonté française. Mohamed Merah aurait pu devenir un homme soumis à Dieu dans l’Islam, respectant sa croyance et la situant bien au-delà des velléités terrestres, et de sa propre volonté. Il aurait pu devenir un musulman honnête et pratiquant. Mohamed Merah aurait pu devenir un adulte, un soldat de l’armée française, il en avait le “>

Lire la suite

57 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.