Accueil » Rire » « Osez le féminisme! », « Osez le clitoris ! »
Antiféminisme Aimeles

« Osez le féminisme! », « Osez le clitoris ! »

Publié le 21 juin 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Je sais ! Parfois j’utilise des titres chocs, mais depuis quelques temps, ce sont les féministes qui les trouve pour moi. En tant qu’antiféministe, je peux comprendre qu’on puisse relever la bêtise du féminisme, mais que le féminisme, lui-même se ridiculise à ce point, je n’en reviens pas! Et le pire c’est que cette nouvelle campagne de publicité « Osez le clitoris !» fabriquée par « Osez le féminisme !», va marcher. osezleclito

 

Des milliers de pétasses vont se connecter sur le site pour applaudir des deux lèvres le courage de ces pornographes qui ne s’assument pas. Alors oui, je suis un peu jaloux! Qu’on parle aussi mal, comme si on découvrait un tel sujet et qu’on fasse un tel branle-bas pour si peu et si mal fait, d’un thème aussi banal, me laisse pantois…

 

Cependant je me console très vite en pensant qu’à de nombreuses époques la médiocrité a été le lot de la multitude, règle que notre société ne me confirme que trop, et avec quelque orgueil, je peux penser que vous et moi, êtes du bon côté parce que nous, nous lisons, nous nous informons de manière différente, et aussi parce que malheureusement, nous resterons une minorité, sorte d’élite intellectuelle rejetée par les « intégrés ».

 

Mais trêve de flagorneries et rentrons dans le vif du sujet avec délectation : le plaisir féminin. Il faut absolument informer les féministes, il faut leur révéler un grand secret : dès l’âge de 14 ans, au plus tard, parfois avant, jusqu’à ce que son expérience soit conséquente, chaque jeune garçon pense à la manière dont il peut faire jouir sa compagne. Il est très préoccupé de ce sujet, même lorsqu’il n’ose pas en parler, que ce soit pour s’engager sérieusement ou pour avoir des relations d’un soir.

 

En premier lieu, c’est par curiosité qu’il va regarder son premier film érotique ou pornographique, très intrigué par les moindres recoins de la plastique féminine. Il comprend très vite que le clitoris est un endroit un peu stratégique et s’il ne l’atteint pas tout de suite de ses doigts, il y pense avec une ferveur nerveuse qui lui fait perdre beaucoup de son énergie pour des futilités. Je dirais donc que cet aspect de la question est un non sujet. A-t-il fallu attendre « Osez le féminisme » pour que des oeuvres comme celles « l’origine du monde » de M Gustave Courbet, ou « Le blason » de M Georges Brassens nous prodiguent quelques idées artistiques et d’autorité sur le sujet ?

 

Encore une fois les féministes ont deux guerres de retard.Les féministes sont les nouvelles mémés de notre époque, mettant en exergue des sujets qui n’ont plus aucun intérêt, ou qui n’en n’ont jamais eu, comme Don Quichotte, croyant percevoir quelque géant tandis que ce n’était que moulins à vent. Tous ces hommes qui les suivent, ces Sancho Panza, ne sont-ils pas aussi touchants avec leur avidité un peu bête, leur rudesse intellectuelle intéressée, leur incapacité émotionnelle et leurs certitudes ? Sancho Panza et Don Quichotte alliaient le ridicule et la bêtise. Les féministes hommes et femmes quant à eux forment le couple de la niaiserie et du puéril. Nos féministes s’inventent des quêtes fantasmagoriques pour lustrer des âmes d’une fragilité confondante. Elles sont presque attendrissantes quand elles sont si connes. Au moins lorsqu’elles n’abordent pas des sujets sérieux, tout en leur donnant l’importance dont elles croient devoir les investir, elles ne font de mal à personne, à part, bien entendu, et il faut les compter pour rien à leurs yeux, à ces quelques millions de contribuables qui devront financer par un argent si chèrement acquis, des subventions qu’elles dilapideront avec une légèreté décomplexée de petites bourgeoises en perpétuelle voie de guérison. Mais si le contribuable est lésé, que le citoyen se rassure, quand elles s’occupent à ça, elles ne massacrent pas les derniers restes de la famille traditionnelle en France, et c’est déjà beaucoup. Quelque malin petit génie, s’étant dit qu’elles devaient absolument avoir l’esprit occupé, leur aura suggéré de s’attaquer à ce genre de futilités… puisse cela durer des années!

 

Cependant l’heure est grave mes compagnons et il faut se méfier. Le problème féministe n’a peut-être pas fini de nous surprendre même par une telle campagne débilitante. Dans leur esprit retord, elles sont capables de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et de nous passer un autre de ces messages subliminaux qui attaquera nos consciences de manière insidieuse et dont les dégâts ne se révéleront que quelques années plus tard :

 

_ Peut-être désirent-elles « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

116 Commentaires

  1. Commentaire de Daphné:

    Que l’on soit claire : cette publicité n’a aucun intérêt mais quel est votre soucis avec le clitoris ? Je lisais votre article « ceci est une déprogrammation » ou vous dites « le clitoris c’est fini » j’ai tiqué mais n’ai pas commenté parce que ce n’était pas le sujet principal de l’article. Puis je tombe sur celui-ci. De manière générale, votre manière d’aborder la sexualité me laisse perplexe.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Poitiers : une « clitoris party » organisée dans un bar du centre-ville », France 3 du 25/11/2016.

    Même une phallus party, j’aurais trouvé cela glauque.

  3. Commentaire de Pauvreconsentimental:

    Les féministes ne recherchent pas l’égalité avec ĺ’homme, mais la destruction de l’homme

     

     

     

     

     

     

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Emma Watson veut démystifier l’orgasme féminin », Figaro madame du 01/04/2016.

    La première des 50 vidéos à 25 euros pièce, c’est de l’ordre de l’orgasme financier. Ou comment se payer sur la bête (frigide). Une version féminine de la prostitution.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Dernières nouvelles de la révolution clitoridienne… », Figaro santé du 08/01/2016.

  6. Commentaire de kasimar:

    39e489562388fa5240c7c0826cc43f50

    ne pouvaient hériter (ou passaient après garçons)

    Auriez-vous une source là-dessus, car j’ai quelques doutes …

    un individu qui ne peut pas voter, posseder des biens, ni hériter de celui de ces parents n’est-il pas un citoyen de seconde zone?

    Au contraire, je trouve que les individus qui ne pensent qu’à obtenir ces droits sont de seconde zone, car ils passent à côté des choses essentiels à la vie. Rester avec ses proches, faire des activités de plein air, vivre plus sereinement que de penser à quel part je vais posséder de richesses qui ne m’est au fond pas vitale, ou le souci de l’héritage alors que le meilleur héritage est la vie passée avec ses parents. Quand au vote, je n’en parle même pas, nous ne sommes que des pions pour les politiciens ils ont déjà gagné à cause de notre soif et égocentrisme des défauts qui causent la perte d’une société. Nous devons réapprendre à vivre à la première personne du pluriel et non en « moi je …  »

    1804 Le code napoléonien consacre l’incapacité juridique de la femme mariée.

    Oui mais savez-vous combien de fois la société était féminisée dans l’histoire ?il y a eu l’existence d’un matriarcat à l’Antiquité chez les Celtes, il y a eu de la féminisation avant la période napoléonienne, depuis les Lumières, ce qui a conduit probablement au code Napoléon, Elisabeth Badinter en parle très bien dans son oeuvre XY de l’identité mâle. De plus il y a certaines régions où règne le matriarcat en Asie et en Inde. Je n’invente rien voyez plutôt.

    bien qu’il y’eu des reines reignantes dans l’histoire qui nous montrent qu’elles n’étaient pas pire qu’un homme

    Pourtant toutes les femmes qui y a eu au pouvoir (et encore elles n’étaient pas bien nombreuses) s’avéraient être autant cruelles que les hommes.

    N’oublions pas non plus que le manque d’amour maternel et l’épaulement d’une folle contribue à la cruauté masculine. Et encore je ne parle même pas de nos amies « émancipées » et de la cruauté dont elles sont capables.

    Voici le portrait d’une femme comtesse plutôt glaciale Elisabeth Bathory

    Une collaboratrice des nazis. Puis une autre

    Frédégonde la sanguinaire vers le Moyen-Age.

    Catherine II de Russie, malgré ce qu’elle a fait de bien pour son peuple, elle n’a pu éviter une guerre

    Marie 1ére reine d’Angleterre alias Bloody Mary je vous laisse entrevoir ses exploits dans les guerres de religion.

    Lucrèce Borgia

    Margaret Tchatcher qui n’a pas fait le bonheur de tout le monde apparemment

    Gloda meir, Catherine de Médicis et son massacre de la St Barthélémy le 24 août 1572

    Comme vous pouvez le conster persephone, certaines femmes plus ou moins proches du pouvoir ont eu un rôle à jouer dans les horreurs du temps passé, et pour la politique c’est la même chose, seulement lorsque l’on est au pouvoir ou détient des richesses : homme ou femme deviennent irrécupérable, ce n’est même plus question de féminisme.

    La Chine et l’Indes! Ces deux pays gardent un certain mode vie traditionnel qui continuent à privilégier les hommes

    Faux, c’est justement ces pays où il y a un mode de vie matrilénaire, c’est exactement l’inverse du patriarcat, Monsieur devient Madame et vice versa. En tout cas dans certaines régions.

    D’ailleurs je parle de la France mais le monde regorge de perles de mépris pour le sexe féminin.

    Non c’est vous qui vous faites des films.

    Ce mode de vie repose principalement sur l’idée que la femme et les enfants sont le patrimoine de l’homme

    N’importe quoi! la femme et l’homme sont complémentaire, la femme a un rôle naturel maternelle et l’homme doit jusqu’à se sacrifier pour sa famille, mais en aucun cas la femme lui appartient. C’est le shéma de tout espèce qui existe et a existé

    vous pouvez arguer que c’est faux mais alors pourquoi la femme prend-t-elle traditionnellement le nom de son mari?

    Les femmes ont toujours porté le nom de leur époux, pourquoi se réveille t on seulement maintenant ? Encore un mythe de la domination du vilain homme macho, bouffeur d’enfants. Puis bon, osef un peu du nom, si la femme ne veut pas porter mon nom je vais pas la forcer, en revanche, pour les gosses, ce débat risque de tourner en rond jusqu’à la fin du monde. En tout cas personnellement je refuse de donner le nom de ma femme à mes gosses, encore moins de prendre son nom, pour le reste je suis preneur.

  7. Commentaire de Persephone:

    Kasimar comme vous y aller, l’adultère criminel! Bon un peu de calme, beaucoup de couple y sont confronté et ça ne signifie pas la mort d’un couple, heureusement! Ne trouvez-vous pas ça plus beau de vivre dans une société où les gens sont responsables eux-mêmes et pas juste obligé par des sanctions pénales? Avez-vous si peu confiance en l’humanité, sur sa capacité à gérer la vie au point que vous voulez que l’état s’en charge. Enfin bon y’aurait quand même un intérêt ça renflourait les caisses de l’état! :p

    En principe la pension est pour les enfants, pas la conjointe. Et puis souvent la femme sacrifie sa crrière pour les enfants, donc souvent elle arrive au divorce plus faible économiquement que l’homme, et puis les pensions sont calculer en fonction des revenus.

    Vous dites que les femmes souffraient moins que leur maris, je ne me risquerais pas à la quantification de la souffrance entre les deux situations, le mari quand il rentre ça s’arrete et il a quelqu’un qui s’occupe de lui, pas la femme.

    Après je vous trouve très malhônnete intellectuellement de dire que ce dont les femmes étaient privées n’étaient pas essentiel, ça n’est pas à vous de juger ce qui est essentiel pour chacun, de plus renoncer est un choix, ne pas y avoir droit c’est autre chose. Bref l’argument « le droit de vote pour les femmes? ca leur sert à rien! » c’est un vieil argument mysogyne. D’ailleurs je ne me risquerais pas à dire qu’avant les gens vivaient mieux, ça ressemble à une nostalgie déplacée de gens n’ayant même pas connu cette époque. 

     

    (Je respect les hommes M.Durandal, moi je ne leur demande pas d’être ce qu’ils ne sont pas)

    C’est malhônnete également l’emploi de ce que j’appellerais des « paravents histoires » (une bonne vieille technique de M.Durandal), oui je sais Kasimar qu’il y’a eu ou y’a des matriarcat sur terre. Après c’est un peu le ficus qui cache la forêt de séquoia, parce que je connais effectivement cette ethnie donc vous parlez en Chine. Après nous parlons d’ethnie donc quelques centaines d’individus, noyé dans le milliard de chinois. Après évidement toute les époques de tout les pays n’ont pas été terrible pour les femmes on est d’accord, la condition de la femme change au grès des époques; s’améloire, s’empire… Le postulat est juste que dans l’ensemble, les femmes ont été globalement oppressée par les hommes. A une avancée comme la révolution française succède une régression etc.

     

    (Le manque d’amour parental nuie à un individu en général). Et sur les reines votre discours est encore assez malhônnete. Elisabeth Bathory c’est déplacé dans note débat, on a pas grand chose à lui reprocher politiquement le problème c’est plus le fait qu’elle était une tueuse en série particulièrement prolixe. Un peu comme si Francis Heaulme devenait roi… Puis vous citation de la collaboratrice nazi est aussi risible, combien d’homme ont collaborés? (Ou alors êtes vous toujours dans la pensée que la femme ne peut accèder à des privilèges qu’en étant meilleure de l’homme?). Catherine II est plutôt considérée comme un bon monarque du reste, compte-t-on que des gens satisfait du règne masculin? Et puis c’est toujours très la même chose si Hitler était une femme vous auriez dit que cela prouve que les femmes sont pas aptes à gouverner seulement voila Hitler était un homme, mussolini, staline, franco et plus encore, et cela ne remet pas en cause le fait que les hommes puissent gouverner. 

    Je constate que vous non plus vous ne tiquez pas sur les 20% de déficite féminin de Chine, intérêssant. 

    Je ne nie pas que la femme est l’homme soient traditionnellement complémentaire, cela n’exclu pas que l’un soit inférieur à l’autre. Et je ne m’avancerais pas trop non plus sur le schèma des espèce dans la nature il existe une grande variété de situations.

    Kasimar il y a des choses qui ne vont pas dans notre société, l’égalité est une chose complexe, sans doute que les feministes se la jouent plus royaliste que le roi. L’échec scolaire des garçons c’est un vrai problème, l’anecdote des cabines d’essayage m’a édifié également. Mais vous ne gagnerez rien à reviser l’histoire ainsi, ni a réclamer un retour en arrière, il faut être unis homme et femme, on ne va passer le prochain milénaire à ce battre pour la domination du monde.

  8. Commentaire de Persephone:

    Durandal, je suis la fille de l’homme qui m’a élèvé.

    En ce qui concerne les séparations, j’ai déjà exprimer qu’en effet ça n’est pas vraiment égalitaire la répartition des enfants entre les parents. Après doive-je vous faire remarquer que cette répartition est sans doute à cause de gens comme vous? Ah oui on peut pas affirmer que le rôle de la femme c’est la popote et les éléver les gosses et après pleurnicher par ce que les femmes récupèrent les enfants. Après c’est normal de participer financière via la pension.

    Vous pouvez dire que c’est faux mais je me base juste sur des lois, tiens une comme ça pour le plaisir : 1688 loi Adrian Beier, les femmes ne peuvent exercer une activité artisanale. Donc si vous le désirez nous pouvons nous introduire dans les caves des plus grandes bibliothèque de France voir si ces lois ont été inventés par les feministes ou si on en trouve traces dans d’antiques codes de lois…

    Quand à votre connaissance, Ô combien grande de la psychologie de la femme battue il est vrai que moi, bassement, je me base sur la loi à savoir battre quelqu’un qui n’a pas montré d’agressivité c’est mal. Alors après vous pouvez déployer vos théories psychologisantes perverses pour justifier ça.

    On ne referra pas l’histoire mais je suis entièrement d’accord avec votre argument sur la loi salique, on est d’accord c’était plus simple. En même temps c’est toujours plus simple pour les hommes d’évincer les femmes.

    Vous semblez bien connaitre la Chine, oui la Chine, ces féministes… Quelle mauvaise fois M.Durandal! Vous ne vous exprimez pas sur ces 20% de déficite féminin? Normal c’est tellement casse gueule pour quelqu’un qui affirme avec tellement d’aplomb que non traditionnellement on ne préfère pas les garçons, que nenni.

     

     

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      dad0bb8416af8cea57475981ff142636

      Ah oui on peut pas affirmer que le rôle de la femme c’est la popote et les éléver les gosses

      Si le rôle de la femme est de s’occuper des enfants, je n’ai pas dit que celui de l’homme n’était pas de s’en occuper. Tous les deux doivent s’en occuper, même si c’est différemment.  

       

      1688 loi Adrian Beier, les femmes ne peuvent exercer une activité artisanale.

      Déjà, vous parlez ici des corporations, un monde très restreint. En dehors, il est bien évident que la majorité des femmes étaient artisan(e)s à cette époque. Elles étaient couturières, cuisinières, épicières, effectuaient de la confection et revendaient leurs surplus. Dès les débuts de l’industrialisation, on s’est servi de leurs petites mains à domicile pour effectuer des travaux.

      A cette époque, c’était parfaitement normal de mettre un frein aux revendications féministes, elles auraient tout détruit, automatiquement en perturbant une société qui ne pouvait se passer d’elles à la maison (aujourd’hui, elles détruisent tout, mais indirectement)

       

      à savoir battre quelqu’un qui n’a pas montré d’agressivité c’est mal

      C’est bien là où vous vous trompez, vous idéalisez les femmes battues. Ce serait de petites saintes à protéger et qui ne s’énerveraient pas. Pourtant dans 80% le premier coup est déclenché par la femme….

       

      En même temps c’est toujours plus simple pour les hommes d’évincer les femmes.

      Mais vous nous emmerdez, je fais un blog et un site avec de nombreuses informations montrant que ce sont les femmes qui imposent leur domination. Les féministes n’ont pas encore démontré le quart de ce que j’ai prouvé… et vos lois fumeuses sorties de leur contexte n’y changeront rien.

       

      Vous semblez bien connaitre la Chine, oui la Chine, ces féministes… Quelle mauvaise fois M.Durandal! Vous ne vous exprimez pas sur ces 20% de déficite féminin? Normal c’est tellement casse gueule pour quelqu’un qui affirme avec tellement d’aplomb que non traditionnellement on ne préfère pas les garçons, que nenni.

      Comme dit M Kasimar, ce sont beaucoup de sociétés plus proche du matriarcat… les femmes doivent être traitées en être supérieurs (comme chez nous) alors quand c’est une question de survie, on ne va pas se gêner avec de petites filles qui deviendront des emmerdeuses comme vous.

  9. Commentaire de kasimar:

    0f279b1fc44415a06afecdd21b2a1e24

    Mais vous devez comprendre que ce mode de vie aliène les femmes, peut-être était-ce mieux d’une certaine façon mais vous ne pouvez pas reprocher aux femmes de refuser que le bonheur de « tous » se fasse sur leur sacrifice.

    Parce que le système actuel n’aliène pas les femmes peut-être, en lui volant sa vie personnelle, pour ensuite la prosituer pour le système via des boulots crevants, et détruire son amour propre et ainsi ternir son image, la rendre méprisable, là où autrefois ses ancêtres furent respectées et aimées.

    Au contraire, les femmes ne se sont jamais autant sacrifié qu’à notre époque, elles pensent être libres parceque chéri n’est pas là pour l’étouffer et l’empêcher d’être une victime assumée de la société de cons sommation.

    La liberté n’est qu’une illusion, un avatar antidémocratique

  10. Commentaire de kasimar:

    d7a7159fe4f19368e3dd656429c4a34e

    mais ne plus avoir le droit d’avoir des rapports hors conjoint c’est tout de même sacrément liberticide.

    mais avoir des relations sexuelles en dehors de son conjoint ou sa conjointe est injuste, criminel et surtout très irrespectueux de la part de la personne qui s’y adonne. Soit on est en couple, sérieusement avec la personne dans la norme dudit couple, soit on fait sa vie de petit papillon. Pour moi respecter son contrat et sa parole ne va pas à l’encontre de la liberté d’un individu, si vous pensez que c’est le cas, alors on a un problème quand à la compréhension de la démocratie. Démocratie et couple ne font comme je le disais pas bon ménage.

    D’ailleurs les hommes ne payent pas parce qu’ils sont hommes mais pour les enfants s’il n’est pas le parent qui a la garde.

    ¨Pourquoi devrait il payer alors que nous vivons à une époque où la femme est soi-disant indépendante ? Pourquoi c’est quand on touche à l’argent, la pension, la garde, que les femmes reprennent leur statut de « faible » femme ?

    Enfin si les gens qui pensent comme vous étaient légion peut-être faudrait-il réformer le mariage pour en faire ce quasi sacerdose auquel vous tenez Vous et Durandal Un mariage sans possibilité de divorce, avec pénalisation de l’adultère… 

    Justement je pense celà car je suis altruiste, je ne fais pas partie de cette caste égocentrique qui sont un cancer pour la vie d’ une société normale

    Je dirais plutôt un mariage avec pénalisation de l’adultère et autorisation du divorce lorsque l’un des deux conjoints commencent à adopter des comportements injustes et déplacés, voire violents que ce soit l’homme ou la femme. Voilà

    Il me semble bien que M.Durandal tienne le propos que quelque part les femmes battues y consentent voire y aspirent.

    C’est pour celà que j’ai étayé mon propos plus loin. J’ai bien distingué les cas de figure, le problème est que à force de parler de femmes battus ici et là, les gens ont tendance à croire que la femme est une faible opprimée et l’homme un gros bourreau brute épaisse. Or ce cas de figure devient de plus en plus rare. J’ai presque envie de dire « O mores o tempores ».

    D’un autre côté, toute la propagande quasi militaire, jusqu’à en parler aux gosses je trouve celà criminel, le mieux est de leur apprendre à ne pas être violents des ratés comme certains : garçons comme filles, plutôt que du brassage de vent systématique.

    Je pense qu’il y’a d’autres motifs que l’adultère et la violence pour rompre un mariage.

    Oui, mais pour moi ce sont les plus évidents et les plus justifiés. J’ai omis d’ajouter l’injustice et l’autoritarisme d’un sexe sur l’autre. Entre autre

    les femmes ne pouvaient ouvrir un compte en banque, ne pouvaient hériter (ou passaient après garçons), qu’elles ne pouvaient pas diposer de leur salaire, qu’elles ne pouvaient pas travailler sans l’accord de leur maris et il n’y a pas si longtemps ne pouvaient pas voter.

    C’est vrai, mais les hommes qui travaillaient avaient le devoir voire l’obligation de donner la moitié de leur salaire à leurs épouses, et on parle d’une époque où les métiers tertiaires et d’ingénieurs n’étaient pas courant ce qui veut dire que ce n’était pas forcément une partie de plaisir de travailler. D’ailleurs, le femme au foyer, souffrait moins que son mari qui se gelait les c….es à ramener de quoi faire vivre son toit.

    Honnêtement avoir un compte dans une banque géré par des escrocs et mafieux bancaire, ça rapporte quoi ? De même voter pour des débiles qui ne sont pas à la hauteur de la situation ? Ouvrez les yeux, tout celà est de la poudre d’escampette, une illusion démocratique qui vous a perdu dans ce système marécageux. Les gens vivaient mieux avant toute cette merde

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      dad0bb8416af8cea57475981ff142636

      Elle n’a pas l’habitude de respecter un homme, elle ne comprend pas la notion de respect et de fidélité. Lui expliquer la notion de mariage et d’engagement relève de la gageure.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription