Accueil » Paternité » Pères dégoulinant sur internet
Antiféminisme Aimeles

Pères dégoulinant sur internet

Publié le 16 mai 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 07 min

Elle s’appelle Lucile Quillet. Elle est jeune, elle est jolie, elle veut aimer et être aimée mais surtout croire qu’un monde nouveau est possible entre hommes et femmes.Lucile quillet Alors, elle a décidé qu’elle ne serait pas une de ces énièmes journalistes cyniques et qu’elle allait bien faire son métier au Figaro. Je vois son évolution. Elle fait des efforts incommensurables pour y croire. Oui, un féminisme qui ne serait pas destructeur entre hommes et femmes est possible ! Oui, les pères peuvent entrer dans le mouvement initié par les féministes sans devenir des fiottasses !

Plus elle s’affronte à la réalité, moins elle devient féministe, comme toute personne normalement pourvue. Pourtant elle résiste encore. Une partie d’elle lui dit que les femmes, et donc elle, ont besoin d’être soutenues pour fonder famille. Ses aînées lui ont fait comprendre que les papas femmes ce n’était pas si formidable que cela (1). Elle n’a pas renoncé pour autant à trouver un partenaire (et plus si affinité) qui sache la saisir en tant que femme, quelqu’un de proche, mais qui serait quand même un homme. Sur ce chemin fait d’incertitudes et d’interrogations, où elle cherche beaucoup sans jamais trouver, elle est allée à la rencontre de ces nouveaux pères qui, sur internet, étalent leur expérience de bébé. En vérité ces hommes ne sont que le jouet des désirs féminins. Ils tentent de s’adapter tant bien que mal aux humeurs changeantes de ces dames (« souvent femme varie, bien fol qui s’y fie »), tout en se préservant une identité d’hommes. Pourtant Lucile Quillet, animée d’un esprit positif et entreprenant, veut y voir une lueur d’espoir. L’expérience avec les hommes doit continuer. Il doit bien y avoir un moyen de les contrôler sans foutre l’ensemble de notre société en l’air ? En particulier le couple ? Peut-être les encourager à s’exprimer un peu… Ainsi leur ouvre-t-elle largement ses mignonnes petites colonnes dans un article qui fera date « Les meilleurs sites de papas sur le web », où on découvre toute une faune puante de pères paumés qui n’ont rien trouvé de mieux que de répandre leurs humeurs libidineuses sur les bébés et les femmes, et ceci en toute impudeur.

Mais venons-en au principal.

Ils sont Charlie ces cons, bien entendu puisqu’ils sont libidineux et issus de cette société du tout émotionnel féminisé (3, 7). Mais ils sont aussi béats devant leur femme qu’ils envient ouvertement d’avoir tant de courage d’accoucher (4), tandis qu’eux ne font rien. VoilaPapa ne nous parle pas de paternité en l’occurrence, car la maternité et l’image de la femme l’ont subjugué. Il fait d’ailleurs référence à une poétique lunaire, symbolique proche de la mère pré-oedipienne, ceci expliquant cela. Ici, le psychologique immature fait texte. La seconde mère tente de surnager. La vraie mère finira peut-être par le mépriser, qui sait ?

Dans le même genre, mais sans perdre le nord, cet enfoiré de e-bebe.fr a trouvé le bon filon. Il aurait pu choisir une extension .com, au moins le jeu aurait été clair. Car lui, il a décidé de rentabiliser ses névroses. Et avec professionnalisme. Présentation lumineuse. Sponsors adaptés à la thématique du site. Simple et efficace. Il y a même un coin pour les pères qui se seraient fait larguer, un forum d’entraide. Le bateau est équipé d’une bouée de sauvetage, il fallait y penser. Groupes de discussion, coin vente, blog, site franchement professionnel, un modèle économique à lui tout seul. La saillie a de la gueule. Mais la débandade n’est pas loin. Si Ebébé semble moins “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

13 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Facebook : Mark Zuckerberg va-t-il prendre un congé parental et pourquoi c’est important ?” Les Echos du 07/11/2015.

    Les Echos se demandent si Mark Zückerberg va donner l’exemple en prenant un congé parental.

    Je me demande surtout combien de pauvres pourront suivre son exemple.

    ‪#‎Hypocrites‬

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “L’évolution de la figure du père dans les films de 1980 à 2015”, Figaro madame du 19/06/2015.

     

    Un diaporama plutôt réussi (assez rare pour être souligné au Figaro Madame) qui met en avant la figure du père pour le meilleur et pour le pire au cinéma durant cette période. Il faut quand même avouer que les Dark Vadors, super man et autres Corleones ont autrement plus de gueule que certaines des grosses tafioles qu’on nous a parfois vendues, ou qui correspondent tellement à notre société actuelle.

  3. Commentaire de Isabelle:

    Plus l’homme s’éloigne de Dieu , tel un Adam déchu et plus il s’approche de la femme et se laisse subjuguer par elle et ses désirs , disons le sans aucune hésitation , ses désirs sataniques d’usurpation hérités d’Eve , notre mère à toutes.

    Plus l’homme s’éloigne de Dieu le Père et plus son image de père terrestre est faussée par celle qui fait corps avec le diable pour mener l’homme ainsi qu’elle-même à la perte temporelle et éternelle.

    Ces mots prononcés par l’ Eternel lui même tonnent encore à mes oreilles comme si je les avais entendus et pas seulement lus.

    Ils m’ont impressionnée , moi , femme et mère , car ils sont puissants , et inspirent crainte et respect .

    Les voici, ces mots prononcés par le Père Eternel , parfait modèle de paternité pour tout père ici bas :

     

    ” Si je suis père , où est l’honneur qui m’est dû

    Si je suis maitre , où est la crainte que l’on a de moi ? ”      Malachie 1:6

     

    Si les pères parlaient ainsi , ils ne pourraient en aucun cas se laisser subjuguer par la femme et sa “sa toute puissance” utérine.

    Si leurs voix tonnaient , les voix de crécelles idiotes et inutiles se tairaient .

     

    L’homme à genoux devant l’enfantement est déjà un homme fini .

    Ca me fait penser à ce livre écrit par une femme , La Chambre des Dames , où le jeune époux , bientôt cocu (loooool)  , s’en veut presque d’avoir mis enceinte sa pauvre petite femme qui doit subir les douleurs de l’enfantement ! Elle , en revanche , se fout bien de ses préoccupations mielleuses et , se sentant trop sagement aimée de cet époux certainement trop tendre  au lit (lool) ,  le trompe mille fois avec un amant sauvage , qui la prend quasi de force – et Dieu sait si elle aime ça !!!!!

    Ce n’est que grâce au  contexte religieux de l’époque ( l’auteur a situé le livre au Moyen Age) que cette jeune épousée a conscience de son adultère et se sait liée par ce péché. En dehors du contexte religieux , on se retrouve dans notre société sans foi ni loi où les femmes mènent le bal , castrent les hommes , se rebellent contre leurs chiffes de maris qui ont peur de leurs propres désirs sexuels et s’excusent d’ être des hommes ( il n’y a plus tue -l’ amour que ça !) et fantasment sur des amants à la Christian Grey.

     

     

  4. Commentaire de kasimar:

    La Suisse chercher à rendre obligatoire le congé paternité. Déjà qu\’économiquement l\’occident est tendue …

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2015/05/28/conge-paternite-ou-conge-parental-267551.html#more

  5. Commentaire de Mindstyle:

    Ne vous en faîtes pas.

     

    La télévision progressiste est là pour nous rappeler ce qu’est un papa moderne :

    http://www.arte.tv/guide/fr/045863-000/papa-est-en-conge-parental

     

    “Christine, Konrad et leurs deux filles, Käthe et Emma, incarnent la famille moderne : monsieur s’occupe des tâches ménagères et des enfants tandis que madame exerce en tant que médecin anesthésiste. Ce parfait équilibre s’écroule quand Konrad, qui souhaite retourner à la vie active, décroche un poste de metteur en scène au théâtre. Le couple, débordé, fait appel à une jeune fille au pair. Mais à peine débarquée de Buenos Aires, Isabel leur apprend qu’elle est enceinte et hésite à avorter. Bientôt, les soucis s’amoncellent : Konrad rencontre de sévères problèmes d’autorité avec les acteurs de sa troupe et décide de s’isoler quelques jours, laissant les petites, plus ingérables que jamais, à Christine, qui se doit d’assurer à la clinique. La crise de couple s’annonce éprouvante…”

    On notera que l’infanticide par avortement est également abordé, comme il se doit dans ce genre de production destinée à “faire évoluer les mentalités”…

     

    A vomir.

     

  6. Commentaire de kasimar:

    En mon plus grand désarroi, j’ai remarqué notamment dans les familles occidentales sans vouloir créer un choc des civilisations, que les hommes près de chez moi avaient tendance à traiter leurs enfants avec émotion “mon lapin” “mon coeur” et toute autre expression reflétant du sentimentalisme. Je n’habite pourtant pas dans la capitale. Comme quoi le mythe de la capitale progressiste et du reste du pays “arriéré” n’est pas franchement vérifié.

    Pour en revenir à ce que j’ai évoqué, les approches des hommes et des femmes doivent être différents envers leurs enfants. Un homme peut bien évidemment être sentimental à sa façon, mais pas à la façon d’une maman trop étouffante m’voyez. Rien que là, c’est une catastrophe pour la gente masculine notamment occidentale qui est je le répète la plus touchée.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Pourquoi les garçons ont-ils besoin de leur père ?”, Altéia du 15/05/2015.

    Et pas d’une seconde mère.

    • Commentaire de observateur:

      J’ai l’impression de lire dans l’article entre les lignes que les comportements des es garçons ne convenant pas aux femmes (ils ne deviennent pas les drones à exploiter qui avaient été prévu) les femmes se rappellent subitement que le père existe et se mettent à publier dans des journaux ce que les étude de psychologie comportementale avaient mis en évidence depuis les années 1970.

      En apparences de bonnes intentions mais derrière ça toujours cette volonté de mette les hommes sous contrôle, toujours ce même manque de respect envers l’identité masculine de la part des femmes et des gynocentristes.

      Je crains que ces gens ne fabriquent des conflits intergenerations chez les hommes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle