Accueil » Retour sur nous » Quand les natios sont perméables aux femmes
AIMELES Antiféminisme

Quand les natios sont perméables aux femmes

Publié le 7 décembre 2016 par Léonidas Durandal à 10 h 34 min

Au moins, les antifas, ils se rallient au féminisme ouvertement. Comme les hystériques qu’ils défendent, le féminisme c’est bien, le patriarcat, c’est mal. Pas beaucoup de réflexion, cela évite les trop longues lignes. Dans le clan nationaliste, c’est plus compliqué. Le natio voudrait bien convertir la gauchiste. Car il en a besoin pour reconstruire le pays. Autant l’antifa vit intellectuellement sur l’image d’une mère à défendre. Autant le natio prospère sur l’idée de cheptel. Si la femme recevait ses lumières, elle comprendrait que son intérêt, c’est aussi le sien. Un pays fort, ce serait plus d’argent pour elles, de pouvoir, de reconnaissance. En s’y prenant bien, il réussira à les mettre de son côté. Et pour les convaincre, il essaie d’éveiller leurs peurs. Il joue les protecteurs. Par exemple, pour lui, les femmes fragiles auraient besoin de son aide pour se protéger des méchants immigrés. Lui, il sera toujours là, implacable chevalier maman pour protéger la veuve et l’orphelin. S’il est à la justice, il sanctionnera. S’il arrive au pouvoir, les policiers seront intraitables avec les bougnoules et les négros. S’il a en charge les frontières, rien ne passera, et il foutra les immigrés dehors. En fait, il est à côté de la plaque pour plusieurs raisons.

Une majorité de femmes a cautionné l’immigrationisme

Beaucoup de femmes ont compris que l’immigration, c’était de petits esclaves pour le mondialisme en place. Plus dépendantes du système, en haut de la hiérarchie sociale, elles ont encore intérêt à ce que la machine continue à tourner comme elle tourne, comme aujourd’hui les vieux soixante huitards. Avec d’autres, ils forment une majorité écrasante en France, son ventre mou. Si pour la plupart de ces femmes, les questions de politique générale les dépassent, par contre, elles sentent très bien de quel côté balance le pouvoir. Elles voient tous les jours la culture nationale se déliter, la faiblesse du Français moyen face à tous ces mouvements, sa servilité qui est devenue maladive. Elles sont donc une majorité à refuser de miser un kopeck sur le cheval perdant du héros nationaliste. Elles attendent l’effondrement, au pire, duquel elles sortiront toujours en meilleure position que les hommes, ces idiots qui croient les dominer.

 

Les femmes demandent de la force

Les féministes n’arrêtent pas de dire aux hommes qu’elles ne veulent plus de machos. Mais il y a une catégorie d’hommes qui n’a pas encore compris et ce sont les natios. Ils croient encore que le machisme est attrayant, que l’homme proche de sa maman ou déçu, saura combler une femme moderne. Or la femme moderne est généralement une harpie à la limite de l’hystérie. Elle n’en a que faire des machos. Pire, ils la dégoûtent. Ces hommes psychologiquement faibles, prêts à leur trouver tout un tas d’excuses à la moindre occasion, prêts donc à encourager leur hystérie, elles savent qu’ils ne leur apporteront rien. Elles préfèrent encore la carpette antifa qu’elles pourront contrôler à ce genre d’olibrius mué par des règles d’handicapé affectif.

 

Les femmes savent quand on les prend pour des connes

Jouer sur les peurs des femmes pour arriver à ses fins, pourquoi pas, mais aussi maladroitement, cela laisse pantois. Comme si les femmes ne les voyaient pas venir avec leurs gros sabots. Quand une féministe, une gauchiste, se fait violer dans un camp d’immigré, ils pensent avoir partie gagnée. Il faut les voir commenter les articles sur le sujet sur leurs comptes personnels en croyant que c’est dans la poche, parce qu’en plus, la fille qui est morte était jolie ce qui est émouvant. Et puis, ils sont toujours surpris de la réaction des militantes qui selon eux, devraient se sentir les premières concernées. Elles excusent leur bourreau, elles continuent à militer, elles ne portent pas plainte.

Une fois, deux fois, trois fois, le natio s’entête. Elles vont comprendre. Mais seulement, c’est lui qui est trop sensible et qui ne comprend rien. Les femmes se sont intoxiquées gravement le corps avec des pilules contraceptives pour pouvoir dominer les hommes, elles ont autorisé les infanticides dans leur ventre simplement pour contrôler leurs couples, elles ont sacrifié la vie affective de leurs enfants au nom de leur insertion sociale, mais là, elles hésiteraient pour le viol de quelques unes d’entre elles ? Voilà qui est d’une naïveté. A la rigueur, les personnes âgées reculeront, mais certainement pas « >

Lire la suite

30 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mila exclue de son lycée militaire : son père dénonce la lâcheté de l'établissement" VA du 10/12/2020.

    Ce père dénonce la lâcheté des institutions françaises. Il devrait d'abord se pencher sur la sienne, un père qui a laissé sa fille adolescente se teindre les cheveux en rose, se mettre un piercing, certainement se tatouer, et cracher à la gueule du monde qu'elle n'aimait pas les hommes. Si ce n'est pas de la lâcheté cela… Et puis, il ne comprend pas qu'elle soit exclue alors qu'elle n'a pas respecté les règles de son lycée. Elle a mis en danger les autres élèves, mais c'est toujours de la faute aux autres avec ce genre d'hommes français dégénérés. Et comme un seul homme, la dissidence de droite, de Jean-Yves le Gallou à démocratie participative, a pris fait et cause pour la pauvre lesbienne qui leur chie dessus en tant qu'homme. Comment voulez-vous que le ménage soit fait en France, quand on est même pas capable de le faire chez soi ? C'est exactement cela qui ronge notre pays : notre pays du côté de sa droite, s'imagine qu'il va rester un pays en s'opposant aux "autres", tandis qu'il ne s'aperçoit pas qu'il n'est déjà plus rien, et qu'en somme, il est déjà remplacé. Ce n'est pas un hasard si tous les mouvements souverainistes sont dirigés par des pédés en France. Les autres hommes n'en sont plus. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Loi sur la bioéthique : le Sénat vote la PMA pour toutes mais limite son remboursement" AFP du 23/01/2020.

    Les femmes peuvent faire ce qu'elles veulent, mais surtout qu'elles ne touchent pas à notre porte monnaie. Les crétins. Remarque, devoir payer pour ça, c'est remettre en cause le paiement de l'impôt. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "(Film) Swallow: la chute de la ménagère bien sous tous rapports" Figaro du 15/01/2020.

    Voilà un scénario qui aurait pu paraître réaliste il y a 60 ans de cela, dans un milieu de la très haute bourgeoisie, et avec un parti pris évident. Cela ne concerne donc absolument plus personne, mais le droitard se rêve en féministe des années 50 pour sauver les pauvres femmes de l'exploitation des méchants hommes à partir d'un mythe de la femme oppressée (comme s'il n'y avait plus d'hystériques de nos jours, et comme elles n'avaient plus de problèmes psychologiques). 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "Après ses « paroles répugnantes » sur LCI, Julie Graziani est virée de la revue « L’Incorrect »" 20mintues du 07/11/2019.

    Incorrect, mais pas au point de s'être acheté une paire de couilles. Elle est belle la droite qui vole au secours de la fille mère et de l’orphelin de père.