Accueil » Homme en lutte » Savoir s’habiller correctement au bureau pour un homme : le costume
Antiféminisme Aimeles

Savoir s’habiller correctement au bureau pour un homme : le costume

Publié le 30 janvier 2020 par Léonidas Durandal à 23 h 40 min

Si ce n’est pas déjà le cas, bientôt vous passerez pour un réactionnaire si vous portez un costard. En ces médiocres temps, la mode masculine n’échappe pas au mouvement général de régression infantile, et nous voyons nombre d’hommes mettre des fortunes dans des vêtements pour espérer avoir l’air de gamins.

Alors que désormais, il suffirait d’un peu de goût pour s’habiller correctement et pour pas cher, nos contemporains abandonnent leur culture pour se précipiter sur des productions onéreuses et ridicules. Tout comme aux débuts de l’industrialisation, au lieu de reproduire en série les plus beaux objets artisanaux du passé, nous avons préféré simplifier le processus de production à l’extrême et obtenir des objets standardisés à bas coût vite renouvelés au gré des modes. Or il n’y a pas de mode pour un homme, ou plutôt, il ne devrait pas y en avoir.

Tout comme pour le monde des idées, le monde de l’habillement masculin est gouverné par des principes, des vérités intangibles, opposées à de vaniteuses futilités changeantes propres à émoustiller l’imagination, de vaines séductions. Je m’entends, en aucun cas cet invariant ne signifie que l’évolution de l’habillement masculin serait inenvisageable. Il a d’ailleurs changé. Mais ce progrès est régi par d’autres règles que celles qui gouvernent l’univers des femmes. A titre d’exemple, un pantalon, pour un homme, est pratique. Pour une femme, il est un moyen de mettre en valeur sa croupe.

Cette mode « progresse » depuis des décennies

Plus généralement, l’habillement masculin est fermement influencé par le désir d’efficacité au travail, tandis que la mode féminine tente de faire plier ce monde du travail par une sexualisation intéressée. Ici comme ailleurs, la manière de voir des hommes est directement opposée à celle des femmes.

Dans l’univers masculin, l’émergence du tout jean est une régression formidable. Le jean était une toile grossière qui permettait aux ouvriers d’avoir des habits qui ne se déchireraient pas durant des tâches laborieuses. Jamais ô grand jamais, un ouvrier n’aurait considéré un tel habit comme utilisable le dimanche, durant un jour de fête quelconque ou lorsqu’il eût dû remplir quelques obligations en ville. L’homme moderne qui porte un jean singe l’ouvrier, jusqu’à la déchirure, pour faire mine d’avoir l’air d’un honnête travailleur.

Le bourgeois en jean, socialiste, exalte l’ouvrier, ou tout au moins le croit-il, en reprenant ses codes au travail. Il veut faire peuple mais c’est un usurpateur.

Dans une sorte de mimétisme effrayant, tout le monde a d’ailleurs repris l’habit du pauvre laborieux comme pour dire « nous sommes tous égaux, indifférenciés, mettons-nous un sac de cendre sur la tête pour preuve d’humilité, et faisons société ». Cette tendance coïncide évidemment avec un reflux de l’esprit de religion catholique, qui devait justement nous permettre de nous supporter dans nos différences.

Bien d’autres variables influent sur l’habillement masculin, comme le climat, les découvertes technologiques en matière de production de vêtements, la chimie des fibres, le type de travail exalté dans une société, les valeurs de la dite société comme je l’ai évoqué avec le jean.

Un indémodable de la mode masculine

Mais l’objet de mon article n’est pas d’entamer une histoire de la mode, ou encore d’orienter ses évolutions. Je voudrais plutôt faire sentir à mes jeunes lecteurs la beauté des invariants masculins en leur donnant quelques repères pour s’habiller. Si votre père ne vous a pas transmis ce savoir, si votre mère vous a privé d’autonomie quant aux choix de vos vêtements, vous serez aliéné, au mieux ridicule, au pire considéré comme incompétent. En France, l’intégration de ces codes tacites vous permettra de progresser dans la hiérarchie, car la France est ainsi. Elle dit faire preuve de tolérance, mais elle ne supporte pas ce genre d’inculture et elle entend bien qu’un travailleur ait intégré les codes d’expression, de politesse, et ici, comme nous allons le voir, d’habillement pour lui faire une place pleine et entière.

Seule la régression socialiste nous a amené à travestir ces codes en un signe de reconnaissance tribal. Précédemment, ils étaient relatifs à une haute idée que nous nous faisions de l’homme au travail, et je peux vous le garantir, cette conception est loin d’être morte dans les esprits, même si elle « >

Lire la suite

3 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Pas de défilé du 14 Juillet pour les motards barbus de la police" Le Point du 30/01/2020.

    La mode n'est pas très charlie en ce moment. C'est ma grand-mère qui va être contente. 

  2. Ping de Hancel de sexe male:

    Pour être en harmonie avec leur âge et leur sexe, il manque un habit essentiel à tous ces hommes sur les photos de votre article (à proposer peut-être au magazine GQ) : une barbe ou une moustache ou les deux.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.