Accueil » C'était mieux avant » (Traduction) Les femmes détestent les postes de patrons, parce qu’elles y sont nulles.
AIMELES Antiféminisme

(Traduction) Les femmes détestent les postes de patrons, parce qu’elles y sont nulles.

Publié le 11 avril 2017 par Léonidas Durandal à 10 h 10 min

(L’article a été publié initialement sur avoiceformen.com à cette adresse)

Qui fait un meilleur patron dans la durée ? Un homme, ou une femme ?

Rien que la formulation d’une telle question déclenche une réaction d’effroi. Cependant, il est possible d’y apporter une réponse dépassionnée basée sur des indicateurs de longévité des femmes patrons sur 5 ans et leur succès ou leur échec à la tête de leur compagnie.

Or, en reprenant de tels indicateurs, il se trouve que les femmes échouent toujours plus souvent que les hommes, et que vous pouvez même faire de l’argent en pariant à la baisse sur les actions dont elles sont les garantes.

Une telle stratégie d’investissement fonctionne à tous les coups tant que vous restez discret sur le sujet, tant il est socialement inacceptable d’écarter les femmes patrons en tant que catégorie sexuelle.

Cet article n’a pas pour objet de vous donner des conseils en investissement, vendre la mèche ou quelque chose comme ça. Vérifiez simplement mes chiffres et décidez par vous-même. Toutes les données que j’ai utilisées sont référencées dans l’article.

Des patrons féministes, souvent des femmes, ont été mises sous le feu de la rampe parce qu’elles participaient au capitalisme patriarcal avec l’idée pittoresque que les femmes intelligentes pouvaient rivaliser avec les bons vieux garçons du passé. Cette idée est surannée même dans les milieux féministes alors que les vues extrémistes qui tendent à détruire l’économie gagnent en popularité dans leurs réunions de sorcières. Bizarrement, je me doutais qu’il y avait quelque chose de louche à propos des femmes patrons en général. J’ai donc fait ce que ces directrices en ressources humaines aiment tant à faire aux hommes- j’ai évalué les PDGs femmes sur 5 ans en tant que catégorie sexuée.

L’année 2012 a été une année record pour les femmes patrons (présidentes directrices générales, généralement le poste le plus important dans les entreprises)- 20 d’entre elles ont atteint le pinacle dans le top 500 des entreprises américaines, un record inégalé.

Depuis, 5 années des plus glorieuses du président féministe Obama se sont écoulées, un homme des plus indulgents et généreux envers le travail salarié des femmes, comme jamais, et il est maintenant temps de faire un bilan. A quel niveau, ces stars féminines ont-elles performé ? Dominent-elles encore le monde des affaires ? Ou pas ?

Voici la dite liste en 2012 :

  • 10. Meg Whitman – Hewlett-Packard
  • 19. Ginni Rometty – IBM
  • 28. Patricia Woertz – Archer Daniels Midland
  • 41. Indra Nooyi – PepsiCo
  • 45. Angela Braly – WellPoint
  • 50. Irene Rosenfeld – Kraft Foods
  • 72. Ellen Kullman – DuPont
  • 125. Carol Meyrowitz – TJX
  • 127. Ursula Burns – Xerox
  • 234. Sheri McCoy – Avon Products
  • 250. Deanna Mulligan – Guardian Life Ins. Of America
  • 266. Debra Reed – Sempra Energy
  • 334. Denise Morrison – Campbell Soup
  • 390. Ilene Gordon – Ingredion
  • 396. Heather Bresch – Mylan
  • 451. Kathleen Mazzarella – Graybar Electric
  • 464. Maggie Wilderotter – Frontier Communications
  • 465. Gracia Martore – Gannett
  • 483. Marissa Mayer – Yahoo
  • 499. Beth Mooney – Key Corp

 

 

Femmes patrons survivantes en 2017 :

  • 10. Meg Whitman – Hewlett-Packard, a fait chuter sa compagnie à la 20ème place en 2016
  • 19. Ginni « >

    Lire la suite

109 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le patron des JO de Tokyo pressé de démissionner après avoir expliqué que les femmes parlaient trop" les échos du 04/02/2021. 

    Non seulement, il affirme qu'elles parlent trop, mais que leur présence est néfaste aux réunions qui s'éternisent. Il est vrai que féminisation rime avec réunions sans fin. Personnellement, je n'ai d'ailleurs jamais compris l'objet de telles réunions qui la plupart du temps, ne servaient à rien. Les féminisés appellent cela "mutualisation" par exemple. Mutualisation qui ne répond jamais à votre propre questionnement, mais qui sert plutôt à définir une hiérarchie dans le groupe. Grégaire au possible. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Zitelmann – L’incompétence de von der Leyen va coûter cher" le point du 01/02/2021.

    Encore une qui nous était présentée comme une perle. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "TRIBUNE. La femme est l’avenir du décideur" l'obs du 27/01/2021.

    Au moment où les décisions collaboratives montrent toute l'ampleur de leur nullité en temps de covid, cette femme, et ce journal, font la promotion de ce modèle collaboratif féminisé. Il n'y a pas plus de décisions collaboratives dans une entreprise que de nouilles dans l'espace. Pure invention des corrompus pour diluer leurs responsabilité, et se cacher, eux et leurs échecs. Il 'y a qu'à voir le fonctionnement du "conseil de défense" en France contre le covid. Ca marche si bien, que les débats ne sont même pas retranscrits, entre Emmanuel Macron le féminisé et ses petites putes. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "Une deuxième ministre de Trump démissionne après les violences au Capitole" L'obs du 08/01/2021.

    Deux femmes ministres et qui font de l'huile abandonnent le navire dans la tempête. La loyauté n'est pas incluse dans le logiciel. 

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Autolib', autopsie d'un fiasco" Le point du 20/10/2020.

    Ce n'est pas Anne Hidalgo et François Bolloré, mais Anne Hidalgo et la fille de F Bolloré à qui l'on doit ce fiasco. Du 100% féminin.