Accueil » Etat de droit et politique » Une présidente pédophile à la tête de la France
Antiféminisme Aimeles

Une présidente pédophile à la tête de la France

Publié le 11 mai 2017 par Léonidas Durandal à 21 h 57 min

Je ne voudrais pas parler ainsi de Brigitte Macron. Cependant.

Et si un homme d’âge très mûr, père de trois enfants avait couché avec une de ses élèves mineures. Et s’il avait divorcé de sa femme pour s’unir à la dite élève, attendant quelques années qu’elle soit majeure, imposant sa nouvelle relation à son ancienne famille. Enfin s’il avait gardé son emprise assez longtemps pour que cette élève, talentueuse et bien guidée, accède à un très haut poste politique. Vous douteriez à juste titre de l’indépendance de cette femme. Vous vous inquiéterez peut-être de savoir qui vous avez élu, cette femme ou cet homme. Sans parler de détournement de mineure, de manipulation, voire de pédophilie, de questions légales quoi, vous vous interrogeriez sur la relation qu’entretient celle qui va gouverner avec son « mentor ».

Alors, j’entends déjà le Français moyen proclamer qu’il ne veut pas entendre parler de police des braguettes concernant Emmanuel Macron. Soit. Cela n’empêche pas de nous interroger sur les personnes que nous élisons, mais aussi sur notre refus collectif de voir, ce même refus qui a autorisé que l’inadmissible se produise au sein d’une petite ville de province identique à beaucoup d’autres, dans le meilleur des milieux dit catholique, en vérité corrompu de partout, surtout dans sa bourgeoisie.

Ce n’est pas tant le crime le problème. Cette relation qui ne choque personne, nous renvoie surtout l’image d’un peuple qui accepterait facilement la pédophilie féminine tandis qu’elle serait intraitable avec celle des hommes. L’image d’un peuple qui accepterait qu’une femme ait une emprise totale, comme une mère avec son jeune enfant, sur le président de la République.

Dans cette pièce de théâtre aux relents de fin de civilisation, la femme qui a placé son rejeton, élu par une grande majorité de femmes, a écrasé à plat de couture la pionne placée par un homme qui était vraiment son père, lui. Ainsi, deux visions de la complémentarité se sont combattues après le premier tour de notre présidentielle. Seulement entre les deux, l’une était encore saine. Elle a perdu dans l’inefficience. L’autre était malsaine. Elle a gagné en bénéficiant de la culture masculine. L’histoire semble se répéter. Le gouvernement des femmes par hommes interposés, plutôt que la modernité dégénérée. La France catholique écrase le protestantisme, encore une fois, tandis qu’aujourd’hui, les hérétiques se réclament de Jeanne d’Arc, et les traditionalistes se sont faits libéraux. Dans un monde entièrement féminisé, la confusion n’a plus de limites.

Nous traînons notre impuissance comme un boulet à la patte. Une France incapable de concevoir des relations entre hommes et femmes saines et fructueuses depuis quelques centaines d’années, depuis qu’elle faiblit, choisit la maladie plutôt que l’inefficience, croyant ainsi se sauver. Nous verrons bien. Le président pervers a fait sombrer la France. Le président amoral l’a éteinte. Le président désabusé, l’a laissée choir. Le président de façade a entretenu son délire. Le président normal lui a fait honte. Qui sait ce que le président sous emprise fera ? Car de l’emprise, nous ne connaissons rien, ou presque, si ce n’est qu’elle est pouvoir totalitaire qui n’accepte pas d’être contredit, surtout par les faits.

En tout état de cause, l’élection d’Emmanuel Macron nous prouve que nous sommes bien malades, pas lui, pas seulement de nos choix politiques, mais dans les tréfonds de nos rapports à l’autre sexe. Bien entendu, l’histoire de l’empire romain est truffée d’empereurs et d’impératrices malades ; voire complètement fous. Cela ne l’a pas empêché de perdurer. La dysharmonie a mis longtemps à se généraliser. Cependant, elle a fini par vaincre. A travers notre histoire, nous pouvons voir un tel mouvement se dessiner. Les soubresauts que nous connaissons n’y changent rien. Notre niveau de moralité chute abaissant toujours plus notre puissance qui ne survit que des sacrifices de générations passées, dons qui nous ne renouvelons pas toujours envers la génération suivante.

Il suffirait pourtant de tant et de si peu, que nous prenions conscience de notre état, et que nous rejetions loin de nous le mal féministe, pour pouvoir commencer à avancer. Seulement dans un monde où les mères épousent leur fils, ce genre de prise de conscience est bien difficile, la vue de l’enfant étant irrémédiablement entravée par les affects de celle qui est tout pour lui, plus encore qu’une mère.

Nous sommes pourtant dans un tel monde. Dans celui-ci, sacrifier les enfants sur l’autel des désirs féminins est une gloire. Epouser son fils s’appelle amour. Le silence est noble parce qu’il a étouffé la honte qui divertit les coeurs ennuyés ou lâches. Dans ce monde, point besoin d’écrire des pièces « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

22 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Qu’est-ce qu’on se marre en France…

    Trouvé sur le réseau gab.ai

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Macron et le loup » : psychanalyse d’un conte à l’Elysée », L’Obs du 01/03/2018.

    Le journaliste cherche à faire des correspondances avec son attitude politique. Je ne sais pas si cela est porteur.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription