Accueil » Domination féminine » (Apartheid) Supériorité affective des femmes pour imposer un mensonge en novlangue
AIMELES Antiféminisme

(Apartheid) Supériorité affective des femmes pour imposer un mensonge en novlangue

Publié le 26 janvier 2015 par Léonidas Durandal à 14 h 55 min

Faisant référence à la ségrégation raciale en Afrique du Sud, Manuel Valls vient de comparer nos quartiers d’immigrés à la politique darwiniste entre colons blancs et populations noires qui a sévi là-bas jusqu’à la fin du 20ème siècle.

Suite à cette déclaration, Jean-Sébastien Ferjou, Directeur d’Atlantico s’est opposé à Viriginie Martin sur le plateau télévision de I télé. Virginie Martin est le genre de politologue que le gouvernement a pu imposer comme intervenante reconnue dans les médias grâce à sa loi sur l’égalité (1). Pour bien comprendre le contexte, cette « experte » est issue du même milieu de pensée féminisée progressiste politique et universitaire que celui du gouvernement. Autant dire qu’en faisant voter cette loi sur l’égalité et en imposant des spécialistes issus des ses rangs, les féministes savaient très bien qu’elles renforceraient leur contrôle de l’opinion publique, en lui imposant les apparences d’une expertise scientifique indépendante de haute volée reconnue par tous les médias officiels, tandis qu’il ne s’agissait ici que de cooptation.

 

La féminisation obligatoire.

Or quand hommes et femmes doivent travailler ensemble, non seulement le niveau de questionnement baisse, mais en plus, les femmes finissent par s’imposer. Comment ce paradoxe est-il possible ? Déjà, nous avons vu un peu plus haut, que la vérité n’était pas la première de leur préoccupation en matière de pouvoir et de décisions politiques (« s’il y a moins de femmes expertes c’est à cause de l’affreuse discrimination, pas à cause de notre niveau objectif » affirment des politologues comme Virginie Martin). Or cette façon de procéder rend particulièrement vulnérable les hommes virils qui essaient de penser de manière globale. Entre un homme et une femme, l’affrontement d’argumentaires prend alors une tournure très étrange.

Pour s’imposer, la femme utilise tout un tas de rhétoriques affectives qui lui donnent raison envers et contre tout. Les femmes sont les championnes incontestées en matière de novlangue. Elles ont acquis cette compétence dans leurs familles où elles géraient les conflits humains, tentaient de maintenir l’unité familiale, tout en adoucissant le quotidien. Tant qu’elles ont confondu leurs intérêts avec celui de leurs maris, elles n’ont jamais retourné ce pouvoir contre eux. Mais plus hommes et femmes sont devenus indépendants les uns des autres, plus elles ont eu tendance à en abuser. Mauriac décrit très bien ce genre de situation dans « Le nœud de vipères ». Dans ce livre, une bourgeoise catholique utilise toute son influence pour retourner ses enfants contre leur père, et perpétuer une forme d’inceste maternel.

Or, non seulement aujourd’hui, les femmes ont été rendues complètement irresponsables en matière familiale, d’où les séparations, mais en plus, elles investissent les domaines de prédilection des hommes. Dès lors, elles utilisent toute cette rhétorique des sentiments pour imposer leurs mensonges. Et les hommes qui ne sont pas habitués à y répondre, parce qu’ils aiment leurs femmes, leurs mères et qu’ils n’ont jamais eu à le faire dans ce cadre professionnel, sont complètement dépassés. Regardez bien la vidéo :

Dramatique du dialogue.

Jean-Sébastien Ferjou défend d’abord le droit. Virginie Martin lui oppose la force et la justifie par la sociologie mais aussi par « Tout le monde le dit ». Les pauvres sont pauvres à cause de nous, ce qui explique le terrorisme. Cependant, elle s’exonère de toute culpabilité en se positionnant en progressiste qui dénonce le phénomène. Jean-Sébastien Ferjou tente alors d’avancer que l’utilisation de statistiques ethniques pourrait faire avancer le schmilblick. Virginie Martin se dit d’accord alors que durant des années, son propre camp politique s’y est opposé au nom du politiquement correct. Jean-Sébastien Ferjou lui rappelle cette erreur de diagnostic, et il passe donc à l’étape suivante. Il revient sur l’argument que la pauvreté, expliquerait la violence. Il affirme que les pauvres dans les cités ont reçu beaucoup plus de moyens financiers que les pauvres dans les campagnes dont les conditions de vie étaient matériellement plus difficiles. Or cette pauvreté là n’a pas débouché sur une forme de violence sociale.

Devant cette évidence qui contredit son travail, Virginie Martin qui avait semblé jouer le jeu de l’argumentaire au début du débat, revient immédiatement au politiquement correct. Pire, elle accompagne sa novlangue d’une attaque caricaturale en dessous de la ceinture en suggérant que Jean-Sébastien Ferjou est raciste et qu’il veut ramener le débat à une question Blancs/Immigrés. Tout cela avec un sourire. L’attaque est pourtant d’une violence affective incroyable . A noter que cet argumentaire du « racisme » est le même que les voyous de banlieues se sont réappropriés pour contester toute autorité. Ce faisant, Virginie Martin s’attaque à l’autorité même de l’homme qu’elle a en face de lui. Mais surtout elle protège son propre camp en attaquant Jean-Sébastien Ferjou personnellement pour ne pas avoir à se justifier de 40 années de faillite en matière de politique de la ville. Une leçon de manipulation affective au service du mensonge. Jean-Sébastien Ferjou abandonne donc le combat, incapable de supporter d’être remis en question intimement par une femme qui se positionne elle-même en garante de l’autorité, et qui pourtant est bien incapable de gagner dans le débat argumenté. Chef d’oeuvre de cette dramatique, tandis que Jean-Sébastien Ferjou l’accuse de vouloir tout dominer sans avoir à se justifier, Virginie Martin répond qu’elle le domine effectivement par sa maîtrise des sentiments. Ce n’était que trop vrai.

 

Pourquoi la faiblesse des hommes ?

Les garçons qui n’ont pas eu de modèle paternel fort dans leur famille, parfois ayant subi le divorce de leurs parents, n’ont aucun repère en matière sentimentale face aux femmes. Ils ne peuvent les affronter moralement car elles représentent la mère symbolique douce et bienveillante à qui ils ont dû prêter allégeance sans pouvoir la remettre en question. Face à ce genre de harpie, ils sont donc vulnérables. Ils s’énervent et on le leur reproche. Tant que la domination des femmes était réservée à la famille, les garçons avaient tout loisir de se préserver un forme de reconnaissance dans le travail salarié. Désormais ils sont confrontés à la mixité sur leurs lieux de travail. Et les plus compétents d’entre eux peuvent être éliminés par la moins raisonnable d’entre des femmes qui possède un ascendant affectif objectif.

Le débat entre Eric Zemmour et Isabelle Alonso il y a quelques années, est très significatif en ce sens. Eric Zemmour se faisait gloire d’avoir raison face aux féministes. Isabelle Alonso lui rétorquait en quelque sorte : « Si vous avez raison, pourquoi nous dominons la société ? ». Dialogue de sourds. L’homme refusait d’accepter la prédominance des femmes en matière affective. La femme refusait de reconnaître à l’homme son autorité intellectuelle.

 

L’homme féminisé, une solution ?

Quant à la prochaine génération d’hommes féminisée, elle ne sera bonne à rien et les femmes s’imposeront sans difficulté face à ceux-là, et il en sera mieux ainsi. Car l’homme féminisé est incapable d’utiliser les armes masculines, recherche de vérité argumentée, prise de risque, respect des limites et il est souvent inférieur aux femmes en matière sentimentale. En voici un exemple avec Jean-François Copé qui sombre dans le sentimentalisme pour se défendre face à Géraldine Muhlmann :


Si la vidéo a été désactivée, essayez ici sur ma chaîne Dailymotion ou Youtube.

PS : si vous voulez aller plus loin et si vous le supportez également (moi je n’ai pas pu jusqu’au bout) écoutez cette émission de France culture de philosophie ci-dessous avec des experts féminins et féminisés qui n’arrivent pas à penser la nature comme concept, malgré l’insistance de la présentatrice. Ils en reviennent systématiquement à des considérations personnelles ou de rapport de force (comme le sénateur J P Michel lors du débat sur les unions de duos). A noter aussi, que le lien évident avec la lutte contre les unions de duos a été soigneusement évitée alors qu’elle recoupait entièrement les préoccupations des intervenants telles qu’ils les exprimaient.

1 « Loi égalité : faillite au féminin. » Aimeles du 08/02/2014

97 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Amber heard va gagner, Claire Despagne choque, porta potty… – Leçons de l'actu" Praveena du 13/05/2022.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "1971 : Les femmes mentent-elles pour de l'argent ? | Archive INA" ORTF du 10/02/1971.

    Aucune ne serait aussi franche de nos jours. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Coronavirus et inutilité du masque pour la population : un mensonge d’Etat avoué sur Europe 1" MPI du 04/03/2020.

    Elle a mis en danger tous les gens qui auraient pu se protéger en utilisant un masque, en s'en fabriquant un, ou en prenant simplement une écharpe. Et avec un faux prétexte. Merveilleux. Ca passe. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.