Accueil » Confusion des sexes » Complexe de castration mal résolu chez la femme ou nostalgie du pénis
Antiféminisme Aimeles

Complexe de castration mal résolu chez la femme ou nostalgie du pénis

Publié le 22 octobre 2015 par Léonidas Durandal à 10 h 54 min

Vous l’aurez remarqué, le sentiment d’infériorité est plus souvent présent chez la femme que chez l’homme. Celui-ci se traduit par le féminisme ou une volonté de compenser en criant, hurlant, revendiquant, geignant, en se plaignant surtout dans et de la société, et tout ceci pour récupérer ce pouvoir dont elle croit manquer. Ainsi la féministe est cliniquement une femme malade. Elle manque. Mais elle n’est pas avare de nous en faire profiter.

Au lieu de se droguer avec des substances toxiques comme le ferait n’importe quelle personne normalement perturbée mais humble, elle a choisi de polluer son environnement. Il faut donc qu’elle détruise les autres pour vivre. Et elle est suivie en cela par tout un tas d’hommes qui, eux, souffrent de leur complexe de supériorité, mais j’y reviendrai certainement dans un autre article.

Toujours est-il que la féministe est une personne en souffrance et qu’elle a besoin d’un bon gros médicament administré indifféremment par voie orale, génitale ou même annale. Or avant de parler de posologie, penchons-nous un instant sur les origines du problème.

Un complexe de castration mal résolu aboutissant à la nostalgie du pénis.

f avis tyler clitoC’est un fait, la petite fille en grandissant s’aperçoit qu’elle a quelque chose de moins que le petit garçon. Devant ce constat effrayant, elle peut prendre peur si elle n’est pas rassurée. Et c’est là que l’environnement familial dérangé de la féministe intervient. Soit que le papa de la féministe méprise les femmes mais aime sa fille, soit que la maman de la féministe méprise les hommes mais les envie en secret, elle va trouver injuste une situation qui ne relève que de la nature.

Au lieu de se réaliser dans sa vocation de femme aimante et féconde, elle va investir toute son énergie à acquérir le pénis dont elle est dépourvue. Cette quête du trésor englouti va la conduire à vivre dans le fantasme de l’autre, ce temps béni où elle pouvait croire qu’elle n’était en manque de rien. D’où le terme médical approprié de « nostalgie du phallus », soit la mélancolie d’une perte dont elle n’a jamais eu aucun des attributs et qui n’était qu’un mensonge. D’où la propension plus grande de la féministe par rapport à une femme à mentir, et c’est dire. La manipulation de la réalité sera fonction chez elle de sa proportion à se l’être cachée. Vous connaissez tous Caroline Fourest.

Jamais la féministe n’aura prise sur sa vie. Et moins elle en aura, plus elle essaiera de changer le monde au lieu de s’adapter aux circonstances de celui-ci. La féministe est donc par nature une inadaptée. Elle pourrait ouvrir les yeux, elle préférera crever ceux des autres. on la retrouve donc dans les universités de sociologie ou d’histoire, le but n’étant pas ici de faire évoluer la recherche, mais d’en mettre plein les mirettes à ceux et celles qui veulent bien la croire. Et dans notre bonne France de ce début du 21ème siècle, Dieu sait qu’ils sont nombreux. Ils s’appellent les Charliemoutons, mais j’y reviendrai certainement dans un autre article.

Pour ces mêmes raisons, la féministe se retrouve aussi en nombre chez les journalistes où elles paissent nerveusement en compagnie de quelques hommes politiques misandres, quand elles ne cherchent pas à s’approprier leur phallus dans des ébats contre-nature durant la période de rut.

Enfin, on la trouve aussi dans le marketing pour vous faire acheter des produits dont il est certain qu’ils ne vous seront d’aucune utilité. La poésie n’est-elle pas aussi un pieu mensonge ?

La féministe n’est pas forcément lesbienne contrairement à ce qu’on pourrait croire. Elle ne mange pas que de la choucroute mais se gave aussi de saucisse, d’autant plus qu’elle pensera pouvoir dominer le phallus de son partenaire grâce à son vagin. Je dirais même que la féministe est souvent une sacrée baiseuse. Seulement oubliant son rôle de femme, elle perturbe son couple jusqu’à la rupture, même lorsqu’elle connaît sa place. f ziziDans ce dernier cas, elle exporte sa carence de son intimité à l’extérieur de son intimité, et c’est toute la société qui en prend directement et plein la tronche. Il s’est même vu des féministes partir dans des colonies, se faire sauter par des nègres arrangeants, et leur donner toute l’attention qu’elles refusaient à des hommes de leur territoire de naissance. Car le mâle blanc de plus de 50 ans disposant effectivement d’un phallus est l’ennemi “>

Lire la suite

33 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.