Dresser les femmes pour sauver la planète

Article écrit par

le

dans la catégorie

Les femmes sont actuellement les principales causes de la pollution de notre environnement. Non seulement elles polluent à la consommation trois fois plus que les hommes, mais de surcroît, elles occupent des emplois inutiles créés de toute pièce pour leur permettre de devenir soit-disant indépendantes. Les bonnes sœurs des hôpitaux ont été remplacées par de petites arrivistes soucieuses de travailler le moins possible, 35h, tout en se plaignant de n’être jamais assez payées et en prenant le plus d’arrêts maladie qui leur est permis eu égard à leurs intérêts. Sans parler de toutes ces administratives qui doivent justifier de leur emploi en vous imposant des règles toutes plus absurdes les unes que les autres. Le fonctionnariat de l’état, rempli de femelles lascives, bloque l’ensemble de notre pays et l’empêche d’avancer tel que n’importe quel homme le désirerait naturellement, de manière efficace et rationnelle, si bien qu’emmerder son voisin est devenu un sport national dans notre pays soviétisé, des plus hauts sommets de l’état à la simple employée de la poste. Emmerder son voisin en France, équivaut à justifier de sa place dans la société.

Un monde géré par les hommes, écologiquement irréprochable

En réalité, notre monde a fait une place aux femmes pour augmenter le PIB national en ponctionnant les surplus générés par l’économie masculine et productive, par une surconsommation créée de toute pièce. Car le gauchiste qui se plaint de l’état de notre nature, a été à l’origine de cette pollution démentielle. Tout cela en appliquant ce qu’on appelle en économie, un démultiplicateur keynésien : la part des revenus qui aurait dû être épargnée, a été détournée en consommation par l’imposition d’état. La théorie socialiste a rejoint ici « l’émancipation » féminine, ce qui a effectivement fonctionné au-delà de toutes les espérances les plus folles des gauchistes les plus fous : l’état a d’abord ponctionné les surplus masculins pour financer les emplois de femmes, puis, pour se faire réélire, par leurs électrices, majoritaires, il a endetté le pays sans commune mesure pour payer les allocations, subventions, salaires de fonctionnaires qui reviennent en principal aux femmes, avec au passage, un coût environnemental gigantesque. Et désormais ces mêmes gauchistes grâce à qui nous sommes endettés à un niveau de 2900 milliards d’euros (estimation très basse) s’interrogent sur l’état environnemental de notre monde, cherchant à empêcher encore plus, si cela était possible, tout progrès masculin dans l’industrie. Ca va bien se terminer.

Cette mentalité femelle de démesure environnementale se retrouve, encore plus, à un niveau intime. Fait personnel, fait social. 15,8 % des ordures ménagères se décomposent, si j’ose m’exprimer ainsi puisque ces déchets se décomposent bien mal, en 1,9 points de serviettes hygiéniques forcément femelles (sauf chez les wokes) + 1,6 points de couches adultes principalement utilisées par des femmes qui vieillissent et deviennent incontinentes bien bien plus souvent que les hommes + 5,3 points de couches pour enfants dont nous ne sommes plus les pères eu égard les lois en vigueur dans notre pays + 7 points de mouchoirs en papier que les femelles utilisent indifféremment pour rectifier leur maquillage, pleurer devant un film sentimental, ou chouiner avec leurs copines pour mieux se critiquer entre elles après. La mode féminine quant à elle, représente 85% du marché, tandis que la propagande indifférenciatrice tente de nous expliquer grâce à des statistiques en provenance d’une société de crédit (!!!) que les femmes, décidément, non, ne sont pas plus dépensières que les hommes. C’est que des clichés si les femmes dépensent 5 fois plus de leur propre fait dans le couple que les hommes.

 

Les dépenses en habillement des femmes

Il y a pourtant bien des solutions. Ces petites souillons ne pourraient-elles pas nettoyer leurs serviettes hygiéniques par exemple. Ou bien nettoyer les couches de LEURS enfants ? Serait-ce trop demander de faire quelques efforts pour sauver cette planète qu’elles piétinent avec leur inconscience crasse ? Les écoféministes ont beau jeu de dénoncer le patriarcat comme source de la salissure de ce monde, quand les hommes mesurent leurs dépenses et les femmes consomment sans compter, jusqu’à se marier pour augmenter leur capacité de nuisance. Il est temps de les remettre à leur place de femmes. En tant qu’hommes, nous portons nos habits plusieurs fois, très souvent, et nous changeons peu de caleçon. Les femmes aussi devraient garder leurs culottes un peu plus souvent et les nettoyer à la main au besoin quand les différences naturelles en viennent à s’imposer trop fort à notre odorat. Pour les habits, un peu de modestie ne nuira pas à leur apparence. Des robes portées un peu plus souvent et plus solides feront l’affaire, plutôt que toutes ces fanfreluches vendues à prix d’or à mesure que le tissus s’amenuise. L’achat de pull ne sera pas du luxe, tandis que ces perfides préfèrent de nos jours, dans la moitié des couples, augmenter le chauffage en cachette. Quant aux revendications officielles d’augmenter le chauffage dans les bureaux, ou à la maison, il faudra y renoncer. Plus de SUV non plus pour vous donner l’illusion de la sécurité à un coût environnemental faramineux. Quant à l’euthanasie des vieilles, je ne le recommanderai pas eu égard à mes convictions religieuses. Cependant, il faudra songer à vous tenir un peu mieux mesdames, quand le grand âge sera arrivé, et à travailler à votre continence pour moins consommer de couches.

 

En tant qu’hommes nous sommes aussi prêts à faire des efforts, en réduisant drastiquement la part des revenus que nous vous donnons en tant que mari, en réduisant les impôts qui nous sont prélevés pour vous subventionner, en acceptant de vivre dans des maisons plus froides, très mal chauffées, pas du tout isolées (quand elles le sont avec des matériaux forcément polluants), et en vous lavant à l’eau froide. En plus de protéger les petits Nukrainiens (est-ce qu’ils se plaignent eux ?), cela nous rapprochera les uns des autres. Ce sera tout bénef pour les deux sexes.

Et c’est un homme qui va devoir passer par derrière et déboucher

Arrêtez ces 2 milliards de tampons par an jetés en France, parfois dans les chiottes. Est-ce que les femmes en Ethiopie sagouinent autant leur environnement ? Certes non. Arrêtez avec ces 5000 couches nécessaires pour la naissance d’un enfant jusqu’à) sa propreté, soit environ 1 tonne de déchets intraitables. Les femmes du monde entier en dehors de l’occident ne font-elles pas autrement ? Arrêtez avec ces 3800 euros de protections féminines dépensées au cours d’une vie et que nous devons forcément payer en tant qu’hommes, quand elles ne sont pas directement gratuites ou taxées de manière préférentielles.

Arrêtez avec ces tonnes d’habits dans les placards, ces chaussures qui ne vous vont pas et qui finissent à la déchetterie, ces SUV que vous ne savez pas conduire, au point que vous demandez l’ajout de ralentisseurs qui augmentent la consommation d’essence et de pièces détachées de suspension. Arrêtez avec vos maisons dispendieuses en chaleur parce que vous n’arrivez jamais à vous réchauffer. Arrêtez avec votre écoféminisme hypocrite quand vous saccagez préférentiellement la nature. Pitié pour gaïa, pour pacha mama, pour sainte Marie. La terre a besoin de femmes éco responsables pour stopper la gabegie, l’ordure, la souillure de notre environnement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre sexe SVP :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler le site

© 2022 AIMELES Antiféminisme | Haut