Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » En finir avec les pensions alimentaires
AIMELES Antiféminisme

En finir avec les pensions alimentaires

Publié le 13 février 2017 par Léonidas Durandal à 13 h 31 min

Ce matin, un père m’envoie un article de la Charente Libre avec pour titre : « Pensions alimentaires : vers la fin du calvaire ? ». Pour rappel, pas mal d’hommes sont condamnés à de la prison parce qu’ils ne peuvent pas les payer, leurs revenus peuvent être saisis à leurs frais, et leurs allocations pour se loger peuvent même leur être retirées quand bien même ils seraient en situation de grande précarité. A la lecture du titre de cet article, ce papa s’imagine donc que la société s’est réveillée. Le choc en a été pour lui d’autant plus brutal. Le calvaire dont il est fait mention, ne concernerait que les femmes.

Loin de penser comme mon lanceur d’alerte que cet article est inadmissible, je le crois très intéressant. Dans sa colère, ce papa ne s’est pas aperçu qu’il nous donnait beaucoup d’informations édifiantes sur le sujet au point qu’il justifie ce que je pense depuis longtemps : les pensions alimentaires ne devraient plus exister.

Tout d’abord, le lecteur pourra y apprendre que la justice oblige au paiement de pensions alimentaires de 360 euros pour des personnes au RSA ! (qui touchent au maximum 500 euros). Plus étonnant encore, la mère de famille interpellée par les journalistes n’admet pas que l’État n’ait pas pu obliger son ex-mari à payer. Et la journaliste ne trouve pas sa remarque déplacée, comme si tous vivaient dans une sorte de monde irréel.

Or ce cas particulier n’en est pas un. L’huissier interrogé le confirme : la grande majorité des impayés serait le fait de pères sans revenus. Obliger des personnes indigentes à s’acquitter de sommes disproportionnées par rapport à leurs moyens cela ressemble à du harcèlement.

Cette situation généralisée de pauvreté en cas d’impayé n’a pourtant pas empêché l’État de créer un service de la CAF dédié au recouvrement de ces sommes. Au passage, le dit service en Aquitaine a traité l’année dernière 209 dossiers de femmes pour 10 dossiers d’hommes. La répression est mise en œuvre contre un sexe uniquement. Après 1 an de fonctionnement et l’utilisation de moyens illimités, ce qui devait arriver arriva. Deux tiers des sommes recherchées n’ont pu être récupérées. 10 personnes auront été employées pour assurer ce service sur une bonne part de la région et à 30 000 euros bruts en moyenne par tête de pipe, l’emploi des fonctionnaires aura coûté presque deux fois plus d’argent que les 168 000 euros recouvrés pour les femmes. Surtout que la Caf avance déjà une partie des pensions alimentaires impayées quand les hommes ne le peuvent pas.

Des mesures qui coûtent plus cher qu’elles ne rapportent, un système répressif dirigé contre des pauvres, des droits pour les mères supérieurs aux capacités de paiement des pères. L’essentiel est dans la traque. L’exemple d’une jeune fille de 23 ans qui a racketté son père pour se faire entretenir longtemps après sa majorité, ajoute au sordide de l’article. La défense n’a pas le droit à la parole.

Dans un monde où les femmes sont libres de travailler, de se marier, indépendantes, et possèdent bien plus de droits que les hommes, la pension alimentaire semble un archaïsme. Au pire, elle devrait faire l’objet d’un contrat au moment de la grossesse et plus sérieusement, avant le mariage. Au mieux, il faudrait envisager sa suppression pure et simple. Or loin de cela, les hommes se retrouvent engagés aujourd’hui au-delà de leurs possibilités sans le savoir, pour des enfants qui, pratiquement, ne sont pas les leurs. Les charges fixes d’accueil qui sont égales entre pères et mères, quelles que soient les droits de résidence de chacun, rajoutent à l’injustice. La pension alimentaire ressemble à s’y méprendre à instrument de vengeance suivant des ruptures mal vécues, quand elle ne nourrit pas la vénalité de femmes en perte de repères. 

Les coûts en termes de justice, de travailleurs sociaux, de frais d’huissiers et d’avocats dépassent les sommes recouvrés. Le système entretient une absurdité dont il vit, sur la misère de mères qui ont cru que la libération de la femme sur le dos des hommes, pouvait avoir une issue.

A prendre un peu de recul, la situation serait à ce point ridicule si tant de vies n’étaient pas brisées du côté des femmes, et plus encore des hommes et des enfants. Chacun croit pouvoir faire n’importe quoi. Les plus pauvres finissent à la rue avant de s’être remis de leurs illusions. Ce système a tout d’inutile et de néfaste.

Enfin, tandis que nous n’avons pas réussi à faire vivre cette « >

Lire la suite

32 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Divorcé, il ne paie pas les pensions" La gazette de la défense du 14/01/2020.

    Il héberge les enfants, elle touche les allocs pendant ce temps, elle a plus de revenus que lui, mais il est condamné. 

     

  2. Ping de Hancel de sexe male:

    Politique de la terre brûlée. Il brûle un million et demi de dollars pour ne rien laisser à son ex-femme !

    https://www.lepoint.fr/justice/canada-il-brule-des-piles-de-billets-pour-ne-rien-donner-a-son-ex-femme-08-02-2020-2361820_2386.php

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Voilà ce que j’appelle un homme. En France, il irait en prison pour organisation d’insolvabilité. Mais comme m’a dit un type qui en sortait pour ce motif, il faut savoir ce qu’on veut.

      Cet exemple n’est pas inintéressant sur plusieurs points dont celui-ci : en n’usant que de liquide, le type peut se soustraire au contrôle totalitaire de la société. Même si ça n’empêchera pas la justice de le condamner, c’est un exemple à méditer pour les Français. Ici, la condamnation à 2000 dollars par jour peut pousser le gars à vivre en marge de la société s’il choisit le quitte ou double. Et à sa place, j’irais même demander des aides sociales, comme une femme, pour faire cracher le sang à ce système et le pousser jusqu’au bout de sa logique et lui faire bien intégrer qu’on ne peut pas faire boire un âne qui n’a plus soif. Ou alors, il a le choix de se barrer à l’étranger et de faire un gros fuck à son pays esclavagiste d’origine. Il ne faut plus se laisser faire par cette racaille.

  3. Ping de chen de sexe male:

    Sincèrement depuis le début je suis contre le mouvement des gilets jaunes, pour la forme et pour le fond. Le fait que les femmes y sont nombreuses a éveillé chez moi les pires soupçons et force est de constater que j’avais raison : tout le monde aura des miettes sauf les femmes qui ont manifeste UNIQUEMENT pour leurs intérêts. La misère de l’homme elles s’en « contre branlent ».

     

    C’est bien continuons comme cela, la civilisation occidentale est définitivement en péril.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « Monnaie de singe » Neomasculin du 18/03/2019.

    J’ai toujours pensé que les pensions alimentaires étaient simiesques.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.