Accueil » Homme en lutte » « Excuse-moi homme blanc hétérosexuel d’avoir douté de toi »
AIMELES Antiféminisme

« Excuse-moi homme blanc hétérosexuel d’avoir douté de toi »

Publié le 23 novembre 2020 par Léonidas Durandal à 11 h 21 min

Sans notre sainte semence, les femmes n’auraient pas d’enfants, et elles n’auraient jamais eu l’espérance folle de pouvoir se passer d’hommes grâce aux progrès d’une technologie entièrement inventée par des mâles blancs hétérosexuels. Notre domination sur l’histoire est totale. Notre réussite complète. Personne n’a jamais fait mieux que nous. Les acquis des autres peuples, des femmes et des minorités sexuelles ne l’ont été qu’à l’extrême marge. Nous avons inventé dans les sciences plus que jamais auparavant, poussé l’art à des sommets, complexifié et compris la musique comme aucun autre peuple, donné à l’individu une place unique dans les sociétés, cultivé la sainteté sans commune mesure avec les autres races et l’autre sexe. L’homme blanc est le sommet de la création génétique.

Je dis blanc, mais je devrais plutôt dire indo-européen, car sous d’autres contrées, comme l’Egypte , l’Inde, le Maghreb, le mâle blanc descendant de néandertal, s’est bruni sous l’effet du soleil. Il n’en reste pas moins l’unique dépositaire d’une tradition inégalée jusque là. Les dernières recherches archéologiques rapprochant même l’apparition de l’espèce humaine, dans sa zone d’influence, ici au Maroc. Le monde méditerranéen serait donc le berceau du monde, et la race méditerranéenne, indo-européenne, donc néandertalienne, son unique géniteur. Je vous laisse en conclure par vous-mêmes. Si nous avons subi des influences positives, nous les avons subi de nous-mêmes et pour nous-mêmes depuis les âges les plus reculés.

Je dis aussi hommes, car le petit nombre de réussites féminines montre surtout que de tout temps, il a été possible aux femmes d’agir et de créer comme des hommes, mais qu’elles ne l’ont pas fait. Il y a eu des Sapho, il y a eu de nombreuses reines dans l’histoire, les peuplades étaient toutes matriarcales à l’origine, et elles n’ont rien créé de pérenne jusqu’à l’instant où elles ont laissé les hommes à la manœuvre. Elles sont alors devenues civilisation. Et parfois même, civilisation d’excellence dans le monde indo-européen.

Et puis, il n’y a pas à aller chercher si loin pour comprendre. Il nous suffit de regarder la situation actuelle. Dans notre horrible monde perverti qui se veut égalitaire par exemple. Partout où il y a féminisation sociale, il y a régression au niveau tribal. Penchons-nous simplement sur l’université puisqu’il s’agit ici d’excellence. Dans toutes les sections où les femmes deviennent majoritaires, elles salissent invariablement la science, la transformant en une espèce de pleurniche victimaire et incohérente. Regardez les études de genre, regardez les études néo-coloniales, regardez le communisme/marxisme/constructivisme/situationnisme cette idéologie de bâtards féminisés trop proches de leur mère, regardez le professorat. La femme salit socialement même l’homme qui ne s’est pas départi de la femme en lui.

Je dis aussi hétérosexuel car c’est un fait. Nombre de gays ont réussi parce qu’ils n’avaient pas de famille à entretenir. L’homme blanc hétérosexuel a su lui créer, mais aussi perpétuer le monde. En même temps, dans son immense générosité. Il lui a fallu devenir génie, avec un boulet aux pieds, sa femme. Encore de nos jours, il lui faut traîner ce boulet par une imposition qui va jusqu’à tuer toute création de richesse, ou toute création scientifique, et toute famille par l’entremise du juge aux affaires familiales, surtout en France où les hommes baisent le cul des femmes. Et tout cela pourquoi ? Pour entretenir un système féminisé mortifère et de pleurniche, qui doit supplanter le mâle dans sa famille et contrebalancer son pouvoir. Résultat, un immense chaos social, la tentation du retour d’un tyran, l’incohérence et la pleurniche partout, la religion nulle part.

Il est vrai qu’il est bon pour l’homme de faire face à un contre-pouvoir. Il est bon pour l’homme de se savoir un vermisseau en-dessous de Dieu. Mais il est aussi bon pour la femme de se savoir comme un vermisseau devant Dieu et devant son homme. Car la tentation de domination sans conteste est encore plus forte chez la femme qui enfante que chez l’homme qui invente.

En plus de toutes ses qualités inhérentes, le mâle blanc hétérosexuel vient donc encore contrebalancer chez la femme, sa tendance folle au totalitarisme. L’homme blanc relativise le poids de la mère auprès des enfants. L’homme blanc est l’équilibre en ce monde.

Sans lui, des familles qui ressemblent à des cohortes de chimpanzés ou de bonobos. Sans lui, une société sans altérité, où tout se vaut et rien ne vaut. Sans lui, pas de génie scientifique, ou à la marge, et de toutes les manières, destruction du cadre qui permet ce progrès. Sans lui, pas de progrès significatif et signifiant. Juste de « >

Lire la suite

5 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "La guerre contre les blancs dans la publicité" ERTV du 07/01/2021.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Tweet) "En France, les jeunes Blancs ne sont bons qu’à financer les Boomers, les immigrés et les merdias en plus de se faire insulter"

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Sevran : des dealeurs expulsés d'une résidence par une trentaine de pères de famille" Le Point du 09/12/2020.

    Faire sa police soi-même. Rien de plus efficace. Que l'état dégage.