Accueil » Domination féminine » Il faut interdire les réseaux féminins professionnels, très vite
Antiféminisme Aimeles

Il faut interdire les réseaux féminins professionnels, très vite

Publié le 21 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Aucun réseau de Francs-maçons, aucune association d’hommes n’avait osé le faire au grand jour : coopter certains de ses membres dans le milieu professionnel.

 

Les 400 réseaux professionnels féminins de France vont beaucoup plus loin :

http://madame.lefigaro.fr/societe/reseaux-feminins-bienvenue-club-210412-228724

 

Les femmes qui participent à ce genre de réseaux se cooptent dans les entreprises en raison de leur sexe. L’objectif est clairement affiché :

« Aider les femmes à progresser plus rapidement dans leur vie professionnelle« , s’engager « au service de la promotion des femmes dans son entreprise« , même dans les milieux où elles sont majoritaires.

 

En agissant ainsi, ces femmes n’exercent-elles pas une discrimination contre tous les autres groupes sociaux ?

 

Ce genre de pratique est pourtant condamné par la loi :

 

L122-45

« Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement … sanctionnée, licenciée, ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte… en raison de :

Ses origines
– De son sexe
– De ses mœurs
– De son orientation sexuelle
– De son age
– De sa situation de famille
– De ses caractéristiques génétiques
– De son appartenance
– De ses opinions politiques
– De ses activités syndicales
– De ses convictions religieuses
– De son apparence physique
– De son patronyme
-De son état de santé ou handicap…

 

 

Progressivement, ne nous serions-nous pas habitués à voir les femmes ne plus respecter les lois ?

En tout cas, l’existence de ces « réseaux » ne semblent plus faire débat.

 

Nous devrions pourtant nous interroger.

 

Partout, de la SNCF à la caisse des dépôts et consignations, des ambassades, des administrations aux avocats, dans toutes les fonctions aussi anecdotiques soient-elles, c’est un même cri ralliement : l’entraide féminine doit s’imposer envers et contre les compétences individuelles. Ces associations regroupent déjà des milliers d’adhérentes. Comme à la meilleure époque de la CGT, ces adhérentes ont intérêt à adhérer pour bien se faire voir ou pour « devenir visibles » comme elles disent face à la « domination masculine ». reseaudroit

 

Ces femmes ont beau vouloir nous rassurer « la visibilité va de pair avec la responsabilité« , comment pourrait-on croire des gens qui fonctionnent sur le mode de la lutte des sexes ? Comment pourrait-on croire ces femmes qui avancent avec leur lexicologie marketing éculée : « plus que des accélérateurs, les réseaux jouent surtout le rôle de facilitateurs de carrière ».

 

Je ne les crois plus.

 

50 ans de destructions sociales, d’anéantissement progressif de la famille française, de l’unité nationale, ont fini par me convaincre que nous avions à faire à des métastases dangereux pour notre survie

Oui le cancer féministe a gagné en matière familiale et il se retire d’un corps social à moitié mort pour se diriger ailleurs. Après l’holocauste en matière familiale ( abandon des enfants, stérilité et avortements, séparations multiples…), les féministes enfoncent un autre clou au cœur de notre économie.

 

Voilà ces femmes stériles exiger le pouvoir économique par le biais d’associations féminines parce qu’elles sont des femmes ! Plus de notion de compétence : l’important c’est le réseau. Mais pas le réseau d’influence philosophique ou idéologique… non, celui d’intérêts basés sur l’appartenance à un sexe.

 

Rien ne semble plus pouvoir les faire revenir à la raison. Les lois ne sont pas faîtes pour elles. D’ailleurs elles ne l’ont jamais été (avortement, non représentation d’enfants, euthanasie…). Le bon sens n’est que faiblesse. Elles ne voient plus qu’à travers « leurs » rapports interpersonnels qui sont les seuls à compter dans « leur » monde où « leurs » enfants sont éduqués avec « leurs » valeurs. La vérité est dans « l’entraide » entre femmes et dans la tyrannie qu’une d’entre elles finit par exercer sur les autres. Nous voilà revenus dans notre bon vieux village au milieu du 20ème siècle. Seulement, aujourd’hui, les êtres de cette planète, reliés entre eux par 3 ou 4 degrés de connexion, peuvent exercer un pouvoir de proximité sans limite. Ce microcosme est en train de naître sous nos yeux. Dans celui-ci, les femmes sont en train de prendre le pouvoir en créant des réseaux bien plus puissants que ceux des hommes, réseaux hérités des solidarités villageoises. Et apparemment dans ceux-là, elles sont les seules à avoir le droit d’exister.

 

 

reseaufem

 

Elles comptent même sur les hommes pour favoriser leur sexisme !« Aujourd’hui, une question s’impose : à quel moment les hommes vont-ils se sentir bloqués par notre démarche ? » s’interroge Clarisse Reille. « Si nous voulons progresser mieux et plus vite, cela vaudrait le coup, à terme, de les inclure davantage. » Le message est passé : de nouveau, mettons certains hommes dans notre poche. Anticipons leurs blocages, leurs « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

30 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Site internet) « WOMEN’S FORUM GLOBAL MEETING 2018 » Réseau sexiste de promotion des femmes dans les hautes sphères décisionnelles, le tout financé par Google.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Harvard pénalise les organisations de même sexe : fraternités, sororités et « final clubs » sont en ligne de mire », RITV du 10/03/2017.

    Donc, elles s’arrogent des places sur le marché professionnel contre toute éthique. Et maintenant, elles empêchent certaines personnes de se réunir avec qui elles veulent durant leurs loisirs…… cherchez la dictature vous trouverez le féminisme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription