Accueil » Domination féminine » Il faut interdire les réseaux féminins professionnels, très vite
Antiféminisme Aimeles

Il faut interdire les réseaux féminins professionnels, très vite

Publié le 21 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Aucun réseau de Francs-maçons, aucune association d’hommes n’avait osé le faire au grand jour : coopter certains de ses membres dans le milieu professionnel.

 

Les 400 réseaux professionnels féminins de France vont beaucoup plus loin :

http://madame.lefigaro.fr/societe/reseaux-feminins-bienvenue-club-210412-228724

 

Les femmes qui participent à ce genre de réseaux se cooptent dans les entreprises en raison de leur sexe. L’objectif est clairement affiché :

Aider les femmes à progresser plus rapidement dans leur vie professionnelle“, s’engager “au service de la promotion des femmes dans son entreprise“, même dans les milieux où elles sont majoritaires.

 

En agissant ainsi, ces femmes n’exercent-elles pas une discrimination contre tous les autres groupes sociaux ?

 

Ce genre de pratique est pourtant condamné par la loi :

 

L122-45

« Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement … sanctionnée, licenciée, ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte… en raison de :

Ses origines
– De son sexe
– De ses mœurs
– De son orientation sexuelle
– De son age
– De sa situation de famille
– De ses caractéristiques génétiques
– De son appartenance
– De ses opinions politiques
– De ses activités syndicales
– De ses convictions religieuses
– De son apparence physique
– De son patronyme
-De son état de santé ou handicap…

 

 

Progressivement, ne nous serions-nous pas habitués à voir les femmes ne plus respecter les lois ?

En tout cas, l’existence de ces “réseaux” ne semblent plus faire débat.

 

Nous devrions pourtant nous interroger.

 

Partout, de la SNCF à la caisse des dépôts et consignations, des ambassades, des administrations aux avocats, dans toutes les fonctions aussi anecdotiques soient-elles, c’est un même cri ralliement : l’entraide féminine doit s’imposer envers et contre les compétences individuelles. Ces associations regroupent déjà des milliers d’adhérentes. Comme à la meilleure époque de la CGT, ces adhérentes ont intérêt à adhérer pour bien se faire voir ou pour “devenir visibles” comme elles disent face à la “domination masculine”. reseaudroit

 

Ces femmes ont beau vouloir nous rassurer “la visibilité va de pair avec la responsabilité“, comment pourrait-on croire des gens qui fonctionnent sur le mode de la lutte des sexes ? Comment pourrait-on croire ces femmes qui avancent avec leur lexicologie marketing éculée : “plus que des accélérateurs, les réseaux jouent surtout le rôle de facilitateurs de carrière”.

 

Je ne les crois plus.

 

50 ans de destructions sociales, d’anéantissement progressif de la famille française, de l’unité nationale, ont fini par me convaincre que nous avions à faire à des métastases dangereux pour notre survie

Oui le cancer féministe a gagné en matière familiale et il se retire d’un corps social à moitié mort pour se diriger ailleurs. Après l’holocauste en matière familiale ( abandon des enfants, stérilité et avortements, séparations multiples…), les féministes enfoncent un autre clou au cœur de notre économie.

 

Voilà ces femmes stériles exiger le pouvoir économique par le biais d’associations féminines parce qu’elles sont des femmes ! Plus de notion de compétence : l’important c’est le réseau. Mais pas le réseau d’influence philosophique ou idéologique… non, celui d’intérêts basés sur l’appartenance à un sexe.

 

Rien ne semble plus pouvoir les faire revenir à la raison. Les lois ne sont pas faîtes pour elles. D’ailleurs elles ne l’ont jamais été (avortement, non représentation d’enfants, euthanasie…). Le bon sens n’est que faiblesse. Elles ne voient plus qu’à travers “leurs” rapports interpersonnels qui sont les seuls à compter dans “leur” monde où “leurs” enfants sont éduqués avec “leurs” valeurs. La vérité est dans “l’entraide” entre femmes et dans la tyrannie qu’une d’entre elles finit par exercer sur les autres. Nous voilà revenus dans notre bon vieux village au milieu du 20ème siècle. Seulement, aujourd’hui, les êtres de cette planète, reliés entre eux par 3 ou 4 degrés de connexion, peuvent exercer un pouvoir de proximité sans limite. Ce microcosme est en train de naître sous nos yeux. Dans celui-ci, les femmes sont en train de prendre le pouvoir en créant des réseaux bien plus puissants que ceux des hommes, réseaux hérités des solidarités villageoises. Et apparemment dans ceux-là, elles sont les seules à avoir le droit d’exister.

 

 

reseaufem

 

Elles comptent même sur les hommes pour favoriser leur sexisme !“Aujourd’hui, une question s’impose : à quel moment les hommes vont-ils se sentir bloqués par notre démarche ?” s’interroge Clarisse Reille. “Si nous voulons progresser mieux et plus vite, cela vaudrait le coup, à terme, de les inclure davantage. » Le message est passé : de nouveau, mettons certains hommes dans notre poche. Anticipons leurs blocages, leurs “>

Lire la suite

31 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Plus de 50 fonds français s’engagent à investir plus dans les start-up fondées par des femmes" Figaro du 17/10/2019

    Financer le gaspillage pour pouvoir dire après, lorsqu'une ou deux aura réussi : "vous voyez, on vous l'avait bien dit !"

    Sous couvert de créer de la richesse, c’est de la captation de richesse. Un véritable exploit en termes marketing.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Site internet) “WOMEN’S FORUM GLOBAL MEETING 2018” Réseau sexiste de promotion des femmes dans les hautes sphères décisionnelles, le tout financé par Google.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Harvard pénalise les organisations de même sexe : fraternités, sororités et « final clubs » sont en ligne de mire”, RITV du 10/03/2017.

    Donc, elles s’arrogent des places sur le marché professionnel contre toute éthique. Et maintenant, elles empêchent certaines personnes de se réunir avec qui elles veulent durant leurs loisirs…… cherchez la dictature vous trouverez le féminisme.

  4. Ping de mindstyle:

    Il y a aussi l’after-work, spécialement réservé aux femmes :

    http://www.sortiraparis.com/hotel-restaurant/bar-cafes/articles/108951-afterworking-girl-au-pullman-la-defense

    Au programme : coiffeur, maquillage, voyance et cocooning.

    Plus le temps passe, plus j’ai l’impression que tout cela empire et qu’il n’y a aucun retour en arrière possible.

     

     

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Il n’y aura jamais de retour en arrière, il y en aura jamais. Il faut nous penser le monde futur.

    • Ping de kasimar:

      Je plussoie, il n’ y a plus d’espoir, à part boycotter la vie en couple, ou du moins patienter avant d’épouser précipitamment une de ces greluches.

      Au contraire plus vous leur montrerez qu’on a plus besoin d’elles qu’elles de nous, plus elles se sentiront d’autant plus connes et inutiles, la société ne pourra les soutenir longtemps, car le but de la société qui les soutient est d’achever tout homme qui tient encore debout.

      Bon sang les gars, vous allez quand même pas me faire croire que vous avez besoin de femmes qui plus est de cette trempe pour vivre votre vie de grands garçons

      • Ping de Mindstyle:

        Aucun besoin d’une femme moderne émancipée; mais à long terme, bosser juste pour assurer sa subsistance et pouvoir se payer quelques semaines de vacances dans l’année, ça n’est plus vraiment enrichissant; à un moment donné, on éprouve un réel besoin de transmettre, de se reconnaître dans une descendance.

        Mais aujourd’hui, une vie d’homme est une vie de constante humiliation; maintenant, le monde du travail est littéralement phagocyté par les femmes dont le dévouement naturel a été détourné au profit d’une minorité; il faut voir à quel point les femmes sont soumises au travail; il faut vraiment le voir pour le croire; aucun homme “normal” n’est en mesure de rivaliser avec l’employeur qui lui distribue son pain quotidien en échange de sa force de travail.

        Ces femmes ne savent même plus pourquoi elles bossent; elles officient souvent dans des secteurs où la demi-vie d’une carrière est d’une douzaine d’années, des métiers où les générations se renouvellent rapidement et où bizarrement, on ne voit que des jeunes…

        Jamais dans ma jeunesse je n’avais imaginé un tel cauchemar, une telle aliénation, une telle haine de l’homme poussée à son paroxysme, une telle avidité de contrôle omnipotent chez la femme moderne émancipée qui se fait mousser quotidiennement pour être une femme “libre et indépendante”.

        Le pire, c’est qu’elles ne rechignent jamais à faire tout le boulot de merde qu’on attend d’elles; elles ne se poseront jamais de questions sur le sens de ce qu’elles font, des consignes de travail, de la finalité du travail en lui-même.

        Aujourd’hui, ce que je vois, c’est une société française littéralement liquéfiée, victime d’une hémorragie dépressive et cette désespérance se voit dans l’attitude, le maintien, le regard, l’accoutrement de la plupart des individus; il n’y a plus aucun sens du beau, ni aucun idéal; la plupart vivent dans l’instant présent, dans une espèce d’état d’abandon, de démission psychique et affronter quotidiennement cette vision est assez difficile pour moi.

        Heureusement, il y a la lecture qui permet de retrouver chez d’autres ce sens de l’idéal perdu.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Vous oubliez de dire à quel point ce comportement des femmes mène une entreprise à la catastrophe. Ce n’est pas étonnant qu’elles se retrouvent dans la fonction publique, que la fonction publique fonctionne aussi mal et que la tyrannie s’étende au secteur privé au fur et à mesure qu’il faut payer leur train de vie.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Elles ne rechignent à rien… jusqu’à ce qu’elles soient installées et qu’elles laissent alors courir, qu’elles transforment les professions où elles ont chassé les hommes en véritable cloaque. Elles pourrissent tout ce qu’elles touchent quand elles usurpent le rôle d’un homme. C’est une mécanique implacable. Là où plusieurs hommes médiocres donnent un milieu professionnel acceptable, quelques femmes pourries suffisent à détruire tout un milieu.

      • Ping de kasimar:

        Je rectifie, je viens de m’apercevoir que j’ai fait une faute, du coup le sens de ma phrase veut dire tout le contraire de ce que je veux affirmer.

        plus moins vous leur montrerez qu’on a plus besoin d’elles qu’elles de nous, plus elles se sentiront d’autant plus connes et inutiles,

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “Sciences po désigné parmi 10 champions par “L’ONU femmes””, Figaro étudiant du 23/06/2015.

    La nouvelle jouvencelle du Figaro fait son bon petit travail d’allégeance à la connerie humaine. Le pire est qu’elle ne sort même pas de Sciences Po mais de l’institut catholique de Paris.  3 hypothèses : le recruteur s’est fait forcé la main, le recruteur est un branque, recruter un journaliste intelligent et moral est devenu mission impossible. A ce compte là autant employer des robots pour écrire des articles. L’été va être long.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    “Happy men : le réseau d’hommes contre le sacrifice de la vie personnelle dans le monde professionnel”, Figaro AFP du 22/06/2015.

     

    Tandis que les femmes s’organisent pour phagocyter les derniers lieux de pouvoir qu’elles n’ont pas encore gâché, les hommes pensent à moins s’impliquer dans leur profession pour équilibrer les tâches dans la famille. Des hommes qui aiment leur métier et qui en font moins. Des femmes qui aiment leur vie et qui veulent en contrôler toujours plus. Superbe partition de l’orchestre du Titanic (James Horner vient d’ailleurs de mourir)

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Des femmes soutenues par le Figaro étudiant, ayant fait l’université de l’égalité à Lyon, lance leur liste aux Européennes…

    Figaro du 20/04/2014 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.