Accueil » Erreur idéologique » Il n’y a pas les bonnes et les mauvaises féministes
Antiféminisme Aimeles

Il n’y a pas les bonnes et les mauvaises féministes

Publié le 3 janvier 2010 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Il y a de très grandes différences entre le mouvement hoministe et féministe. Par beaucoup d’aspects, ces deux mouvements sont irrémédiablement opposés sur la forme et souvent par le fond. En effet, le mouvement dit féministe, est :

_ Un mouvement indépendantiste par nature : cette indépendance se conçoit dans une lutte contre les hommes et leur pouvoir, ou pour une affirmation du droit des femmes, jamais dans la perspective d’une société plus harmonieuse. Les féministes égocentrées sur le combat des femmes, en ont, naturellement oublié, les hommes et les enfants, comme des composantes inutiles à leur libre épanouissement (les féministes n’ont-elles pas été jusqu’à combattre la notion même de maternité) ou qui devaient leur être soumis (la souffrance des hommes n’existe pas, celle des enfants doit se résumer à celle de la mère). Les enfants doivent être avortés s’ils dérangent une femme, s’ils ne sont pas parfaits (eugénisme). Les enfants doivent être «gardés» par la femme, quand bien même celle-ci serait malade, incapable ou une mauvaise mère (terme que les féministes ont en horreur, car il ne peut exister de mauvaises mères). Les hommes sont ici pour payer une pension, les papas-portefeuilles, au mieux et pour aller en prison s’il trouve le système injuste, ou s’ils gênent une femme malade.

 

_ Le féminisme a toujours évité la confrontation entre ses différentes cellules :

http://sisyphe.org/spip.php?article3208.  

Elles se sont concentrées à lutter contre les hommes, oubliant bizarrement leurs oppositions radicales. Je dis que cet oubli n’est pas innocent. Aucune féministe n’a jamais cherché la vérité mais à imposer sa domination sur l’ensemble de la société. Or, attaquer les hommes sur plusieurs fronts, sans s’opposer entre elles, était le bon moyen pour y arriver. En effet qu’y-a-t-il de commun entre une féministe qui prône une libération sexuelle totale de la femme, d’une autre qui pense que certaines images dégradent la femme, d’une autre qui pense que la sexualité avec un homme perpétue la domination des femmes. Il devrait y avoir une opposition frontale, et pourtant il n’en est rien. On peut multiplier les exemples sur de nombreux autres sujets : la prostitution (liberté ou dégradation du corps?), l’avortement (sans conscience ou rationalisé), le mariage (protecteur ou entrave profonde). En fait sur tous les sujets que les féministes ont abordé, on pourrait faire émerger l’opposition profonde qui existe entre tous les mouvements féministes. Si cette opposition sans affrontement s’est perpétuée, il n’y a qu’une explication possible : les féministes se sont entendues tacitement pour éviter l’affrontement idéologique et pouvoir assoir leur domination culturelle, contre les hommes.

 

_ Le féminisme déteste la féminité, car alors, il faudrait reconnaître que les rapports entre hommes et femmes pourraient être complémentaires, alors qu’elles ne peuvent les percevoir qu’opposés. S’il fallait admettre la complémentarité des hommes et des femmes, il faudrait contester la notion même d’égalité. Or c’est bien connu, hommes et femmes sont égaux, réfléchissent pareils, leur cerveau est culturellement sexué et donc cette différence est factice, et il faudrait qu’on soit tous identiques, des individus qui ne connaîtraient pas l’altérité, finalement des individus sectaires qui ne reconnaîtraient pas la différence chez l’autre. Les féministes confondent, en fait, la notion de citoyen, à celle d’être psychologique. Elles calquent des représentations politiques dans le domaine culturel et naturel et ne comprennent pas que, et la culture, et la nature ne répondent pas à leurs demandes. Alors il faut, dans leur folie totalitaire, que, et la culture, et la nature, leurs soient soumis. Cette folie totalitaire abouti, comme on le voit aujourd’hui, à la destruction de la cellule familiale, à l’augmentation des dépressions, à la mise à la rue de millions de personnes, au meurtre de millions d’enfants, au développement d’un esprit eugéniste… les féministes sont des tyrans déguisés en êtres faibles. Bref le féminisme est et a toujours été un mouvement totalitaire, communautariste et sectaire (puisque personne ne peut s’y opposer, même entre elles). A côté, de cela, le mouvement hoministe s’est développé dans une tentative de réconciliation (qui échoue) :

 

_ L’hominisme s’est construit, non pas dans une volonté de domination de la part des hommes sur les femmes ou dans un désir d’indépendance par rapport aux femmes, mais en opposition à un féminisme dit radical. Jamais les hommes ne se seraient érigés en association de lutte pour la reconnaissance de leur sexe, si les féministes ne les avaient pas provoqué à le faire. Les hommes s’ils ont établi une domination sur la société, ce qui reste à prouver (en particulier dans la cellule familiale), l’ont toujours fait « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

16 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Élémentaux pour l’hiver », Frangans feminae du 25/10/2017.

    (Le premier écrivain sérieux qui a l’audace de me citer. Le courage en plus du style)

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Pourquoi il faut croire au féminisme pop », Figaro Madame du 07/11/2014

  3. Commentaire de kasimar:

    c2ed90560e4d68f40031d059a050a1ec

    Ah et une dernière chose si les féministes aiment la féminité, pourquoi copient elles pour une grande partie d’entre elles les hommes ? Pourquoi sont elles obligées de suivre les hommes sur leur terrain ?

  4. Commentaire de kasimar:

    car il y a un courant différentialiste dans le féminisme… qui défend la « complémentarité » dont vous parlez… personne je suis entre les deux… pas de rôles prédéterminé si ce n’est celui de porter la vie, mais pour autant les femmes n’ont pas à être exclu de l’espace public et du travail salarié comme elles l’ont trop été et le sont tjrs de part le monde…

    Mais les femmes ne sont pas exclus du monde du travail comme vous le prétendez … Surtout pas à une époque où on leur déroule le tapis rouge avec les escalators dans des métiers à dominance masculine. Et quand une femme choisit un métier autre que masculin et qu’il s’avère que le domaine en question est majoritairement masculin, on accuse de façon simpliste l’homme. L’homme est votre bouc émissaire et vous ne vous remettez jamais en question, c’est ça votre principal problème.

    Si vous voulez l’égalité, commencez par prendre vos propres initiatives avoir des opinions dénuées de poncifs tous aussi simplistes les uns que les autres et surtout vous remettre en question.

    Sans celà vous ne serez que de pauvre cruche stérile.

    Bref fin de la discussion, la mauvaise foi de cette personne et l’absence d’arguments c’est bien ennuyeux comme débat

  5. Commentaire de kasimar:

    5668ef24f4fb8e8878f21f9d95d44c13

    Alors on a là les plus gros poncifs que l’on retrouve chez toutes les féministes. » Le vilain patriarcat », « les méchants hommes qui nous ont exploité depuis la nuit des temps » « les femmes sont des pauvres petites personnes dont l’homme a abuusé de sa gentillesse ». Stop les clichés que l’on retrouve dans un slogan de manifestation féministe ça ne vous grandira pas. Je vous invite en revanche à suivre le conseil de Monsieur Durandal, et de satisfaire votre lacune évidente culturel et apprendre à argumenter avec de vrais arguments au lieu de nous répéter comme un vulgaire perroquet le même son de cloche.

    Sinon j’aimerais bien avoir des sources de ce que vous avancez allégrement, et dont vous avez une croyance inébranlable en la chose.

    Quel mal y a t il à faire du déni ? C’est comme celà que le monde évolue, si on suit vos principe, tout le monde doit vous suivre et ne jamais se remettre en question. Je suis désolé mais c’est bien en dessous de mes moyens. Et je ne crois pas être le seul. Puis la liberté d’expression ça vous dit quelque chose ?

    qu’elles oeuvre globalement plus dans le sens de la Vie et elles le démontrent, collectivement je parle là bien sur.

    Tellement authentique qu’elles en sont à avoir besoin du féminisme pour avancer, ce qui démontre un manque évident d’autonomie. Ces femmes-là pensent elles par elles-même ?

    il suffit de regarder la société de toute façon

    Oui regardons la société. Oh ! mais comment se fait il que je vois plus d’hommes se faire oppresser par les femmes que l’inverse ? Serais-je dans le déni de la réalité ? ou bien ai-je eu la malchance d’atterrir dans un monde où la femme dirige. Non sans rire, faut être sacrément de mauvaise foi pour ne pas s’apercevoir qu’en occident c’est la femme qui mène l’homme par son intimité grace à ce mouvement d’assistées qu’est le féminisme et destructeur d’hommes.

    vous oubliez aussi que des hommes sont féministes

    Et vous vous oubliez que ce sont des hommes qui ont inventé le féminisme pour les intérêts du cpitalisme, continuez de roupiller.

    là aussi vous parlez d’un certain féminisme… sans connaître visiblement les différent courant.

    Que vous adhériez pour un féminisme par souci de justice, (quoique je ne vois pas ce qu’il y a à faire du côté des femmes à par lui rappeler son devoir de citoyenne, que du contraire même) soit. Mais ce n’est pas ce féminisme là dont on entend le plus parler, et vous aurez beau défendre votre mouvement, vous n’avez pas fini d’en prendre pour votre grade. Et vous vous ferez de nombreux ennemis car beaucoup n’ont pas la même analyse fine que moi en distinguant le grain de l’ivraie. Beaucoup font des généralités. Mais le seul féminisme politique est celui basé sur le mensonge, la misandrie et le victimaire. Vous m’avez d’ailleurs l’air d’une victimaire ai-je tort ?

  6. Commentaire de sainkho:

    ouai… que dire… les sempiternelles critiques que le féminisme… osez dire que les hommes n’ont pas construit une société clairement anti-femmes et qu’il a fallu se battre et encore les femmes ne l’ont fait qu’avec des mots, pour obtenir ne serait ce que le droit de vote… que vous ne soyez pas d’accord avec certaines idées du féminisme, je comprends, moi non plus je n’accroche pas trop à la théorie du genre poussé à l’extrème… mais pour le reste, vous faites juste dans le déni, comme tant d’autres… car c’est dur à admettre que les hommes aient pu construire une société dans laquelle ils ont largement exlu les femmes de l’espace public… au nom de quoi ????? au nom de rien… juste de leur volonté de puissance c’est tout… personne ne dit que les femmes sont mieux par nature etc quoique je sois portée à croire qu’elles oeuvre globalement plus dans le sens de la Vie et elles le démontrent, collectivement je parle là bien sur… il suffit de regarder la société de toute façon… après on a le droit de se mettre la tête dans le sable hein… vous oubliez aussi que des hommes sont féministes… enfin bref moi je ne cracherais jamais dans la soupe personnellement… les féministes ne déteste pas la féminité, c’est faux… là aussi vous parlez d’un certain féminisme… sans connaître visiblement les différent courant… car il y a un courant différentialiste dans le féminisme… qui défend la « complémentarité » dont vous parlez… personne je suis entre les deux… pas de rôles prédéterminé si ce n’est celui de porter la vie, mais pour autant les femmes n’ont pas à être exclu de l’espace public et du travail salarié comme elles l’ont trop été et le sont tjrs de part le monde…

  7. Commentaire de Persephone:

    Et bien non Didier,je n’en connais pas, je n’aime pas trop le côté trop sectaire de ses sites. Mais je suis disposée à discuter!

  8. Commentaire de Persephone:

    Oh M.Durandal pensez-vous que c’est comme ça qu’on rebouche la fracture homme-femme? 

  9. Commentaire de Didier:

    a0b347e4a3717282866fca6923670dc1

    Ah tiens Persephone, toi qui m’as l’air d’une féministe un peu plus éclairée que les autres, tu connaîtrais pas des blogs ou on peut discuter avec des féministes sans cette sempiternelle censure abusive?

    Parce que moi j’ai essayé sur 3 différents et invariablement elles m’ont fait le coup (pourtant j’ai été courtois). J’ai pu leur glisser quelques quenelles (au début elles aiment ça), puis à force d’être mise face à leurs contradictions, elles effacent les commentaires qui leur déplaisent, tout en renchérissant sur le sujet sans qu’on puisse intervenir.

    Je veux dire les féministes de la toile ont si peu confiance que ça en leurs arguments pour avoir recours à des pratiques aussi minables.

  10. Commentaire de Persephone:

    C’est faux. Je suis féministe et je n’aime pas tout ce que disent les autres féministes. D’ailleurs les féministes sont déchirées sur pas mal de sujets.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription